Entrevue avec Suzanne Bousquet sur le racket des certifications halal et casher

En complément de ce qui est dit ici, on doit rajouter ce que j’appelerais le problème de la consécration des aliments. L’islam est un syncrétisme religieux qui est le produit de l’addition d’éléments provenant entre autres du judaïsme, du christianisme et de certaines pratiques magiques qui étaient présentes dans les cultes païens au Moyen-Orient à l’époque de Mahomet. On connaît tous la pratique de la bénédiction dans le christianisme où l’on voit un prêtre bénir la nourriture avant la consomption. Cette bénédiction a pour but de consacrer la nourriture pour qu’elle soit une source de réconfort et qu’elle nourrisse bien. Or, dans l’islam (le problème ne se pose pas vraiment dans le judaïsme), il y a souvent des prières ou des incantations où les fidèles demandent à Allah de détruire les Infidèles. Si un imam pratique dans un établissement où il y a production de nourriture, ce genre de pensées chargées négativement se retrouvent forcément dans les aliments, ce qui ne peut manquer de causer des maladies, des malaises et des problèmes de toutes sortes chez les populations non-musulmanes qui les consomment. Ainsi, on peut facilement considérer que la nourriture halal est potentiellement impropre à la consommation pour les non-musulmans, en plus de tous les autres problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.