Interview with Paul Kengor on Secure Freedom Radio about the existential threat

Finally, the Center for Security Policy has installed an embeddable audio file player on its website to present the Secure Freedom Radio podcasts. That means that now bloggers like me can share them with a much sexier look than just a web link. That’s great. I will continue to provide the links for each show just to make sure that you keep up with their great material. Now concerning this interview with Paul Kengor, a few thoughts. There was no ‘end’ to the Cold War as we have been told to believe. The Cold War continued without interruption to this day. Only, when the Soviet Union collapsed it shifted, transformed itself into a new thing, with the result that now we live in a much more dangerous world than we used to during the duration of the ‘official’ Cold War period. The Russians continued their operations while we were busy drinking champagne when the Berlin Wall came down. Nothing changed either in Cuba or North Korea. In other terms, while we were celebrating the supposed collapse of the communist ideology, the communists in flesh-and-blood continued to wage war against us and adapted their strategy and operations for the post-soviet era.

In those days, China was not really a threat. It was a poor country, without the means to do real damage. It was a communist regime without teeth. Now it has changed drastically. The country is rich and powerful militarily and technologically. Thanks to its entry in the World Trade Organization and to the massive transfer of wealth and technology made by our corrupt political elites (who have betrayed us big time), China has developed into a mastodon that may very well surpass the United States very soon. Just by looking at the behavior of western liberal politicians, some of them have already begun to behave as if China was now the number one superpower of the planet. In a past interview on the airwaves of Secure Freedom Radio (I can’t find the audio file for the moment, sorry), the perspicacious Kevin Freeman made a very relevant observation about China. He said that the chinese system was not really communist but rather fascist, instead. He is right. When you look at the way that everything in China has been consolidated to strengthen and promote the state, then what you have is a fascist system, similar to Nazi Germany or fascist Italy. The fact that the chinese state presents itself as a communist state serves mainly propaganda purposes. Of course, the political apparatus in China is communist, there is no doubt about that. But the Chinese are using the market economy to build and promote themselves in a way that the Soviets never did. That explains why western politicians are so fascinated by China. They can do business there, while saving their reputations. In effect, for a liberal politician, to do business in a totalitarian country is perfectly fine…as long as it is officially communist or Islamist and not fascist. The Chinese have succeeded to merge into one single system the most efficient aspects of both communism and fascism and that makes them a very dangerous force. They have more chances to become the next number one superpower than the Soviets or the Nazis never had, precisely because they have find a way to bring together the strongest qualities of both systems while reducing or eliminating their respective weaknesses. Also, another whole issue to talk about would be the involvement of eastern regimes like China or Russia in the support of radical Islam. It is something that many people suspect without necessarily having the evidence to back it up, but there are more and more signs that point in that direction. I will leave you listen to the show. For the web page, please visite: The Existential Threat of Today.

François Asselineau sur les réformes constitutionnelles en France

François Asselineau, président de l’UPR, tire la sonnette d’alarme concernant les réformes constitutionnelles proposées tout juste avant Noël en France, ainsi que sur des modifications qui seraient apportées au processus de l’élection présidentielle de 2017, rendant la tâche des petits partis politiques très difficile.

Quelques épisodes de FTR sur le dossier du fascisme technocratique

Ces quatre épisodes de l’émission For The Record de l’animateur radio Dave Emory présentent le problème de ce qu’il appelle le « fascisme technocratique ». Par le biais de médias qui ont l’air tout à fait « démocratiques » comme les médias sociaux, notamment Facebook, l’oligarchie mondialiste formée par la haute finance, les entreprises technologiques, les grandes fortunes, etc, augmente son niveau de contrôle sur les masses endormies, sans que cela paraisse. À l’aide de plusieurs exemples, Emory montre comment les transformations sociales amenées par les nouvelles technologies nous mèneront inévitablement vers un monde cauchemardesque.

FTR #867 Because They Can, Part 3: Fireside Rant about Technocratic Fascism as “Cyber-Crowleyism”

FTR #866 Because They Can, Part 2: More about Technocratic Fascism

FTR #859 Because They Can: Update on Technocratic Fascism

FTR #851 Technocratic Fascism and Post-Reaganoid Political Dementia: Update on the Adventures of Eddie the Friendly Spook

Le milieu fasciste et néo-nazi des manifestants pro-européens en Ukraine

Afin de rééquilibrer le discours médiatique unidirectionnel que l’on entend ces jours-ci concernant les événements politiques en Ukraine, je vous offre quelques articles de Dave Emory. L’animateur radio et blogueur demeure celui le plus susceptible de bien exprimer les forces en présence dans ce pays. Certains observateurs politiques de la droite américaine ont fait observer que la Russie aurait adopté des tactiques dignes de la Guerre froide durant les dernières années. Bien que je ne remette pas en question cette hypothèse, il m’apparaît important de contre-balancer ce discours en présentant de façon honnête le milieu des manifestants pro-Union Européenne. Ces manifestants ne constituent pas un groupe homogène, on peut l’imaginer. On y retrouve probablement de tout, des gens voulant plus de démocratie, moins de corruption, plus de liberté, plus d’immigration, etc. Mais il y a aussi les autres, ceux qui ont détourné ces protestations à leur avantage et qui sont décrits ici dans les articles qui suivent:

Update on the OUN-B and the Ukrainian Crisis

More on OUN/B Influence on the Ukrainian Political Opposition

The Ideology and Electoral Gravitas of Swoboda (Ukrainian Heirs to the OUN/B)

Pierre Omidyar Helped Finance Coup; Swedish neo-Nazi Milieu of Carl Lundstrom Assisting OUN/B Heirs

Aldo Sterone: Trois vidéos sur l’islamisme

Voici trois excellentes vidéos d’Aldo Sterone sur la nature et l’origine de l’islamisme dans le monde arabo-musulman. Il est plus qu’évident que ceux que l’on appelle les islamistes ne pourraient accomplir tout ça sans la complicité de nos élites politiques et économiques occidentales. À voir.

Interview d’Aaron Russo par Alex Jones sur la Réserve Fédérale et le Nouvel Ordre Mondial

Excellente entrevue avec Aaron Russo, qui se confie à la caméra d’Alex Jones. Russo est un entrepreneur qui a réussi dans le domaine de la lingerie et du show-business. Il fait part ici de ses réflexions sur le système monétaire américain et sur le rôle de plus en plus important que le gouvernement joue dans la vie des individus. Je dois dire que l’interviewé a tendance à tout mettre les problèmes des États-Unis sur le dos de la Réserve Fédérale et de l’élite des ultra-riches. Évidemment, les choses ne sont pas aussi simples. D’autres problèmes affectent les États-Unis et l’Occident, comme la montée de l’islamisme, les cyberattaques, le rôle joué par le cartel du pétrole, la montée en force des organisations criminelles, l’attitude belligérante des derniers régimes communistes, etc. Cependant, le cartel bancaire est un aspect important de la situation difficile dans laquelle on se retrouve présentement et Russo en fait une bonne lecture. Parmi les points importants soulignés dans cette entrevue, mentionnons sa relation d’amitié avec Nick Rockefeller, la « Guerre contre la terreur », qui est selon lui totalement bidon, le rôle joué par le Council on Foreign Relations, l’immigration incontrôlée, etc. Cette entrevue doit être appréciée en ayant en tête les autres menaces qui s’additionnent à celle-ci et qui rendent notre monde extrêmement complexe.

Gérald Pichon nous entretient sur son dernier livre, Sale blanc! Chronique d’une haine qui n’existe pas

Le Lys d'OrLa haine anti-Blancs est à l’honneur en ce vingt et unième siècle. Nous avons été trahis à un niveau que l’on ne peut même pas imaginer. Les peuples occidentaux ont été confrontés à un choix difficile au vingtième siècle, parmi toutes les idéologies qui étaient « en vente » si l’on puis dire. Ils ont choisi de rejeter le racisme de l’Allemagne Nazie et du Japon et l’on est obligé d’être en accord avec cette décision. Le problème, c’est que le rejet du fascisme européen basé sur la supériorité de la race blanche a conduit à un autre forme de fascisme, celui-ci basé sur l’émancipation des peuples de couleur. Souvenez-vous des paroles de Churchill à la fin de la guerre, lorsqu’il disait que « les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes ». Si le premier a bénéficié de l’appui de l’Église Catholique, le second bénéficie plutôt maintenant de celui de l’Islam. Les nègres d’autrefois à la peau noire ont fait place à ceux à la peau blanche. Dans ce Meilleur des mondes qui a « vaincu » le nazisme, les blancs sont traités comme de la merde afin de satisfaire les injonctions racistes de ce nouveau fascisme « antifasciste ». Et tout ça, bien sûr, se fait avec la bénédiction des élites politiques qui ne pensent qu’à gagner des élections, des élites financières et corporatistes qui ne pensent qu’à faire de l’argent, et de la gauche. Je commence à me dire que l’on a été berné depuis des lunes par des gens passés maîtres dans l’art de la manipulation. Ceux qui désiraient mettre en place un monde fasciste, à savoir les oligarques de la finance, des banques et des corporations, étant donné qu’ils n’ont pu réussir leur coup avec la race blanche, maintenant, reviennent à la charge en se servant des gens de couleur. Vraiment, ce monde moderne me donne envie parfois de vomir. Une entrevue de grande qualité avec l’auteur Gérald Pichon sur Radio-Courtoisie. Ne manquez pas ça.

Gérald Pichon sur Radio-Courtoisie