François Asselineau commente le dossier de la Catalogne et des Euro-régions

Lors de l’entretien d’actualités hebdomadaire, le Président de l’UPR commente ici un dossier vraiment chaud, celui de la situation en Catalogne. Il en profite pour dénoncer ce qui se trame réellement derrière ce simulacre de fièvre indépendantiste, à savoir le découpage de l’Europe en parties plus petites, en régions, afin de détruire les états-nations qui la composent présentement. L’oligarchie euro-atlantiste, ou plus simplement les élites mondialites, ont tout intérêt à procéder à un tel découpage, puisqu’alors les nouvelles entités politiques ainsi créées seront encore bien moins capables de résister au rouleau compresseur mondialiste avec toutes ses exigences. Le fait que la plupart des mouvements pour l’indépendance de telle ou telle région désirent demeurer dans l’Union Européenne devrait mettre la puce à l’oreille à plusieurs. Malheureusement, beaucoup de souverainistes et d’indépendantistes ont une approche sentimentale et romantique de l’indépendance, alors qu’ils devraient réfléchir avant de s’embarquer dans des galères qui ne feront qu’agraver leurs problèmes. Pour ce qui est de la Catalogne, il est évident que son ‘indépendance’ à l’intérieur de l’Union Européenne, non seulement la rendra plus vulnérable aux menaces et au chantage de Bruxelles mais, en plus, elle affaiblira sa capacité de faire face aux menaces posées par l’immigration, l’islamisation et le terrorisme. Devenir ‘indépendant’ de l’Espagne pour rester servile de l’Union Européenne, ce n’est pas devenir indépendant. C’est tout simplement faire preuve de stupidité et d’immaturité. Retrouvez le commentaire d’Asselineau sur le sujet dans les 18 premières minutes.

Quelles sont les intentions réelles de l’Iran, selon Walid Phares

Excellente analyse de Walid Phares sur les véritables intentions de l’Iran. Alors que l’Administration Obama a jugé bon conclure une entente à-la-Chamberlain avec le régime des Ayatollahs, Phares rappelle ici certaines données fondamentales à ne pas perdre de vue pour bien comprendre toutes les implications de notre mollesse face à ce pays gouverné par des forces totalitaires. Dans un texte précédent, j’avais suggéré de joindre nos forces à la Russie. Je n’ai certes jamais suggéré de faire la même chose avec l’Iran. Ce n’est pas possible. On ne peut pas négocier avec des régimes totalitaires. On ne peut que les combattre, jusqu’à ce qu’ils s’effondrent. L’Administration Obama a commis là une erreur fondamentale, une autre, qui s’avérera fatale je le crains. Walid Phares exlique ici pourquoi.