The rally in Charlottesville: The ‘coup’ against the Alt-Right and Trump…

It pains me a great deal having to write this article but it is my duty as a responsible citizen to do so, so bear with me. Things are not going well with the Trump Administration. The policies put in place by President Trump are importantly different from those advertised by Candidate Trump and it doesn’t bode well for the future. What we saw in Charlottesville a few weeks ago when the supposed ‘white supremacist’ rally, called Unite The Right, happened was a real circus, a theater of smoke and mirrors to deceive the many. The media lied about it in a way for me that was unprecedented. I knew the media was lying but they surpassed anything I was expecting. Even Fox News, a supposedly right-wing network, lied up to their cheeks. The female host who was describing the events going on live was absolutely horrible, calling rallygoers racists and nazis. She was so completely over the top, unprofessional and dishonest that you were wondering if she was not making a pitch to be hired by some other network. I had to check the station identification logo to be sure.

To set the record straight, here is what happened at Charlottesville, from the facts and witnesses accounts that I could gather. Right-wingers of a variety of school of thought and political philosophy gathered in that town to protest the removal of Confederate monuments, the statue of Robert E. Lee among many. It was also an occasion to meet other right-wingers, to network and create bonds. A lawfull permit was given to the organizers and the police was informed of every detail. Everything was looking good. Rallygoers start to assemble in the morning and the atmosphere was peaceful. The police was monitoring and securing the event. Then the antifa showed up and increased their numbers rapidly. Some of them were armed with clubs and other weapons. Then for some reasons not explained the rally was declared unlawful, the State of Emergency was declared and things deteriorated rapidly. The police, at the request of local authorities clearly not in sync with the ideas and values of rallygoers, pushed Unite the Right participants toward the antifa thugs making them easy targets for injuries of all sorts. What is important to precise here, again according to people who were there such as Richard Spencer and others, is that the perimeter had been set in a way that made rallygoers trapped and had nowhere to go to escape the antifa. So violence broke out between the two groups. That’s a chance that right-wingers brought shields to defend themselves. Then, there was also the incident with the car but we don’t even know if it was intentional. We don’t know the circumstances.

The media portrayed the whole event as a nazi and KKK event while it was nothing of the sort. There might have been a few people with nazi flags but that doesn’t make all rallygoers nazis. Effectively, if your neighbour puts a Bolivian flag on his balcony that doesn’t make the whole neighbourhood Bolivian. You also have to remind yourself that sometimes people in the New Right or the Alt-Right for exemple use nazi paraphernelia as a means of provocation, not because they are real nazis. I agree with Richard Spencer when he says that the Charlottesville rally was a total set up. Everything was ready, the police, local authorities, the media, to be able to present the event as a nazi rally.

But then who was the target of such an extensive operation? Obviously the Alt-Right movement first, which is gaining momentum and in strength rapidly. I think that those who planned this ‘coup’ against the movement wanted to be able to tie in the stain of nazism to the Alt-Right to be able, in turn, to get to President Trump. You see, the media and the Left have been trying unsuccessfully for months to portray Trump as somebody who ‘collude with Russia’. They have been repeating this story over and over again but it doesn’t stick. It is obvious that they have decided to change tactics: If the Russia label doesn’t work maybe the nazi label will. That’s what it was all about. Members of the Alt-Right movement, largely represented at this rally in Charlottesville, were instrumental in providing support to Candidate Trump to assure his victory on November 8. They made the difference, so to speak. So they were targeted to be smeared as nazis in Charlottesville, by the Left and other nefarious forces, to be able to smear Trump himself in a second step as a nazi and discredit him.

Then you have Trump’s response to the events. To be perfectly honest, I am not sure that Trump gets it the way he should. Or maybe he gets it but his entourage don’t let him think besides what Washington expects. In the very dangerous world in which we live, the puck is going very fast. So, in order to survive and win, you have to think fast and act fast. In the aftermath of the rally in Charlottesville, Trump provided a response that was rubber-stamped by the swamp, so to speak. He talked about ‘bigotry, hatred, racism, etc. Then, a few days later, going off script, he provided a much better response when he denounced ‘violence on both sides’. But again that’s not what happened.

It is obvious that Charlottesville was a set up, a very clever, meticulous, articulate information warfare and propaganda operation designed to break Trump’s Presidency. All the signs are there showing that a soft ‘coup’ is under way to overthrow the President and marginalize his supporters. Within the Administration, those who support his agenda and policies are being pushed aside, fired or dismissed. The ousting of Steve Bannon and Sebastian Gorka are sending the signal that the Trump Presidency will not be about what Candidate Trump made campaign on. Also, those who support or used to support President Trump are being kicked out of social media, they see their videos on Youtube being demonetized, censored, they see their access cut from payments services, etc, in other terms they are being targeted for their political ideas. In that regard, everybody can notice that there seems to be more censorship going on since Trump took office than there was during Obama’s Presidency. Obama transfered the control of the internet to ICANN, the organism that delivers names and numbers for websites. Technically, while that is still a matter of interpretation by legal experts and lawyers, that transfert took off the protection offered by the First Amendment on speech, since now it is no longer the government that is in control of the internet but a non-profit organization.

President Trump could have easily denounced that transfer and proposed to cancel it, bringing it back under the government’s control. Why hasn’t he done that? President Trump said a few times that he would defend ‘religious liberty’. Well…there’s just one problem. Religious liberty and freedom of speech are not compatible. If you look at history, you will notice that very often religions were imposed on populations by force, sometimes by the sword. So religions spread throughout the world thanks to their ability to suppress the freedom of speech of those they wanted to convert. As far as I know, all religions of any importance did it. And today, we have to face the problem of Muslims trying to impose shariah law on non-Muslims. To let the Muslims deliver their propaganda in order for them to impose shariah on us is not ‘liberty’. It is folly and submission. When President Trump made his trip to Saudi Arabia to meet with the leaders of the Muslim and Arab nations, he was received and treated as a king. Personally, I am not sure I like it. Islam is a supremacist religion that tolerates nothing and no one outside its realm. When Muslims don’t like somebody, usually, that’s a good sign, a sign that that person is not submitting to shariah and is actually defending our values and freedoms. In that regard, you could say that Muslims are divided on Trump. Some of them like him, others don’t. Recently, Muslim activitst Linda Sarsour proposed the idea that resisting Trump was a form of jihad. Was the whole circus of Charlottesville part of that jihad?

I would like to finish with this broader question: How far are we willing to go in the West to accommodate the Muslim world before getting destroyed? I suggest that you listen to these two witnesses accounts, those of Richard Spencer and James Allsup.

Marine Le Pen présente son logo et son slogan de campagne présidentielle et l’analyse d’Aldo Sterone

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle française, présentait dernièrement son logo et son slogan de campagne, que vous pourrez voir dans la première vidéo qui suit. C’est tout à fait réussi, en plus d’être joli. Néanmoins, la victoire n’est pas gagnée d’avance. Le système électoral à deux tours rend la tache presque impossible aux partis qui ne font pas partie de l’oligarchie. En effet, les partis euro-altantistes ont tendance à se coaliser au deuxième tour pour barrer le passage aux partis non conventionnels. C’est de toute évidence la plus grande faiblesse du système politique français. Je vous présente également ensuite une vidéo du blogueur Aldo Sterone où il fait l’analyse des chances de Marine Le Pen à l’élection de 2017. Je suis d’accord avec lui lorsqu’il dit qu’elle perd son temps à essayer de plaire aux médias français. Les médias français n’aiment pas Marine Le Pen « pour ce qu’elle est, pour ce qu’elle représente » et ne vont jamais l’aimer. Les médias français travaillent pour défendre les intérêts de l’oligarchie, pas pour défendre ceux du peuple. Lorsqu’ils l’invitent en studio, ce n’est jamais pour bien la faire paraître, c’est plutôt l’inverse. C’est pourquoi, il faudrait que la candidate à la présidentielle adopte une stratégie « à la Donald Trump » en s’adressant directement aux électeurs, via des meetings publics ou des conférences en direct sur internet. C’est la meilleure façon de rejoindre ceux qui pourraient voter pour elle. Les grands médias appartiennent au système ploutocratique qui a pris le pouvoir en douce après la Seconde Guerre Mondiale. Comme ils font partie du problème, les patriotes devront apprendre à créer et à développer leurs propres canaux de communication pour prendre le pouvoir malgré et en dépit des grands médias, en les contournant.

Conférence du National Policy Institute de 2016

Cette conférence intitulée « Become Who We Are » a été organisée par le National Policy Institute et a réuni plusieurs des plus éminents penseurs du mouvement politique Alt-Right. Le mouvement Alt-Right prône notamment l’arrêt de toute immigration, la fin de la mondialisation et développe une pensée politique où la race, l’identité et la nation tiennent une place importante. Il combat le multiculturalisme, le progressisme et l’influence de culture non-européennes comme les cultures juive et musulmane. Kevin McDonald, Jared Taylor et Richard Spencer y ont participé, pour ne nommer que quelques-uns. Elle a eu lieu le samedi 19 novembre et a été diffusée sur internet par le média alt-right Red Ice TV. Une conférence de presse y a été tenue, que l’on peut voir vers le milieu de la première partie. Notamment, la question de la liberté d’expression a été abordée lors de la conférence, puisque plusieurs porte-paroles du mouvement Alt-Right ont fait l’objet récemment de censure de la part de Twitter. Pour ma part, je ferais remarquer aux membres de ce mouvement que c’est une perte de temps d’utiliser ces plateformes dites des « médias sociaux ». En effet, elles sont contrôlées essentiellement par les mêmes forces qui contrôlent déjà la télévision, les journaux et la radio. Les patriotes et nationalistes de tous pays, qu’ils se disent Alt-Right ou non, doivent créer leurs propres médias et leurs propres plateformes au lieu de perdre leur temps sur Twitter et Facebook. En gros, je dirais que cette conférence a été très relevée et qu’elle incarne l’avenir. Le mouvement Alt-Right est à l’avant-garde de la pensée politique. Nous avons la chance de voir l’histoire s’écrire sous nos yeux. Profitons-en!

Entrevue de Donald Trump avec Bill O’Reilly, 27 octobre 2016

Les Américains doivent voter pour Donald Trump afin d’en faire leur prochain Président le 8 novembre. L’avenir de notre civilisation est en jeu. Les forces de la liberté doivent gagner, nous n’avons pas le choix.

Point de vue de l’équipe de Red Ice sur le mouvement « Alt Right »

Dans cette vidéo, les deux animateurs de Red Ice Radio profite de l’occasion pour répondre à Milo Yiannopoulos, une figure médiatiquement associée au mouvement « Alt Right », et présenter ce qu’est réellement pour eux ce mouvement politique.

La politisation de la justice dans le monde: Le cas de la bâtonnière du Québec et autres sujets

N.B.: Je vous ai proposé dernièrement un texte sur les péripéties judiciaires dont fait l’objet la bâtonnière du Québec, Me Lu Chan Khuong. Ce texte était ni très bon ni complet. En d’autres termes, il n’était pas du calibre auquel je vous ai habitué, je pense. Je vous propose donc une version remaniée aujourd’hui, qui lui sera plus satisfaisant et éclairant, je l’espère. Le Barreau du Québec a tenu une réunion extraordinaire dans la soirée du lundi 24 août concernant la suspension de la bâtonnière du Québec, ce qui démontre que cette affaire est très importante pour l’avenir des affaires judiciaires au Québec. L’article doit être compris comme un effort de réflexion sur ce qui se passe dans la sphère de la justice au Québec et ailleurs dans le monde depuis quelques années. Bonne lecture.

Les péripéties judiciaires dont fait l’objet la bâtonnière du Québec, Me Lu Chan Khuong, sont intéressantes à plusieurs égards. Tout d’abord, en passant en revue la fiche wikipédia de Me Khuong, on apprend, si on ne le savait pas déjà, que l’avocate est l’épouse de Marc Bellemare, qui a été Ministre de la Justice de 2003 à 2004 dans le gouvernement libéral de Jean Charest. On se souviendra alors que les allégations de Marc Bellemare quant à un possible trafic d’influence dans le processus de la nomination des juges au Québec avait mené à la création de la Commission Bastarache. Ces allégations avaient mis dans l’embarras le Parti Libéral du Québec, le Premier Ministre Jean Charest et son équipe. Il ne fait nul doute qu’un désaccord existait entre Jean Charest et Marc Bellemare, qui n’est peut-être pas réglé même à l’heure où l’on se parle. Ensuite, Me Khuong est d’origine cambodgienne et, toujours selon sa fiche wikipédia, elle milite pour la reconnaissance du génocide cambodgien perpétré par le régime communiste de Pol Pot. Mais elle milite aussi pour défendre l’idée de l’indépendance des juges, idée qui avait justement été mis à mal avec les dénonciations de son conjoint et les travaux de la Commission Bastarache.

Ici, je précise tout de suite que je ne me prononce pas sur les faits qui sont reprochés à Me Khuong. Je n’étais pas présent dans le magasin au moment de l’incident. Je ne peux donc pas avoir d’opinion. Comme blogueur, mon rôle est de faire de l’analyse et du commentaire politique, pas de juger les gens sur la place publique ni de faire des enquêtes policières à la place de la police. S’il y a eu une faute commise, la police et le Ministère de la justice sont là pour ça. Dans le même sens, je crois que le Barreau devrait avoir la même attitude et attendre les conclusions de l’enquête ou du procès avant de suspendre Me Khuong. Avec l’avènement des médias sociaux, des médias de masse et de la société de divertissement, la tendance aujourd’hui est de glisser rapidement de l’allégation vers l’accusation, vers la mise en accusation, vers le verdict de culpabilité, vers la condamnation et le prononcé de la sentence. On doit se garder de tomber dans ce piège. Aussi, j’insiste sur le fait qu’il est malheureux qu’une fuite dans les médias se soit produite dans cette affaire. Normalement, l’affaire aurait dû rester confidentielle et se régler dans le cadre des procédures judiciaires usuelles. Comme le dossier a été médiatisé, Me Khuong a perdu la présomption d’innocence et un dommage a été fait à sa réputation, dommage qui ne pourra peut-être pas être réparé par la suite.

Est-ce que cela fait l’affaire du Parti Libéral du Québec que ce soit Me Khuong qui occupe ce poste, elle qui vient tout juste de prendre ses fonctions le 11 juin 2015? Ces péripéties arrivent en même temps que le congédiement de deux nominations du Parti Québecois, Nicolas Girard à l’AMT et Sylvain Simard à la SAQ. On peut se demander si le Parti Libéral ne serait pas en train de faire du nettoyage afin de se débarrasser de gens qu’il juge comme étant pas assez représentatifs de sa vision politique. Dans un jugement récent, la Cour supérieure du Québec vient de rejeter une demande qui avait été faite par Me Khuong pour qu’elle réintègre ses fonctions immédiatement. Sa suspension demeure donc effective jusqu’à la fin des procédures. Cela tombe mal pour l’avocate. En effet, une réforme du Code des professions qui était en préparation depuis plusieurs années sera présentée bientôt. Selon le site web du Barreau du Québec, le ou la Ministre de la justice du Québec va déposer cette année une loi omnibus qui « réformera le Code des professions et par le fait même la gouvernance des ordres et certaines de leurs activités clés ». Lors de son discours de passation des pouvoirs comme bâtonnière du Québec, le 11 juin 2015, elle était toute fière de dire qu’elle inaugurait une nouvelle ère pour le Barreau du Québec et que la « nouvelle gouvernance » qui s’annonçait ouvrirait de nouvelles perspectives. De façon générale, en lisant le texte de son discours, on a l’impression que Me Khuong est habité par un désir authentique de faire du Barreau du Québec une grande institution et, en plus, de servir la population et de favoriser une justice réelle et efficace. De toute évidence, elle aura de la difficulté à pouvoir être celle qui pilotera cette nouvelle gouvernance, puisqu’elle est suspendue de ce poste. Connaissant les lenteurs du système judiciaire, son mandat sera malheureusement probablement terminé lorsqu’une décision sera rendue.

Lire la suite

Analyse de Serge Federbusch sur les attentats de janvier 2015 en France

Federbusch attire notre attention notamment sur notre incapacité à nommer les choses lorsqu’un événement tragique se produit, sur notre aveuglement volontaire, sur le fait que l’islam est une religion violente. Nous sommes dans un état de dhimmicratie si l’on récupère politiquement des attentats terroristes à notre avantage.

Entrevue avec Mike Kelly sur l’importance de garder l’internet libre

Ce représentant du 3ème District de Pennsylvanie commente notamment le projet de loi Internet Freedom Act (H.R.2251) qui pourrait permettre de conserver l’internet libre et sans censure, sous contrôle américain. Kelly craint entre autre que si l’internet devait tomber sous la coupe des Nations Unies, toutes sortes d’acteurs malfaisants comme des dictatures, des régimes islamiques ou communistes pourraient ainsi faire main basse sur le contenu et faire disparaître la parole libre et non faussée qui s’y exprime. Appuyons nous aussi cette excellent projet de loi. Vous pourrez retrouver l’entrevue au premier segment.

Mike Kelly sur Secure Freedom Radio