Entrevue avec Simon Roche sur la situation en Afrique du Sud

Simon Roche est un Afrikaner, un citoyen d’Afrique du Sud de race blanche descendant des premiers colons néerlandais. Il nous livre ici sur Red Ice TV un témoignage effroyable sur la situation de la société sud-africaine suite à la fin de l’apartheid. Loin d’être devenue la société égalitaire, paisible et épanouie qui nous avait été promise par les Nelson Mandela et autres propagandistes de la révolution marxiste, l’Afrique du Sud est maintenant un pays très dangereux pour les citoyens de race blanche. De nombreux fermiers de race blanche sont régulièrement assassinés dans le silence complet de la «communauté internationale», vous savez cette «communauté» qui est toujours en train de se plaindre de ce qui se passe en Israël, en Amérique ou en Europe lorsque les «minorités» vivent des injustices. Simon Roche en vient à la conclusion que le peuple afrikaner est littéralement en train d’être préparé pour l’extermination. Vous savez, la fin de l’apartheid, c’est un peu comme la chute du Mur de Berlin: c’était un grand moment de joie mais qui préparait en fait des lendemains très sombres. De toute évidence, le fait de ne pas avoir de pays est toujours extrêmement périlleux pour un peuple. C’est vrai pour les Québécois, ce l’est aussi pour les Afrikaners, les Basques et tous les peuples qui ne possèdent pas de territoire indépendant. Les Pays-Bas ont une responsabilité historique dans ce qui est en train de se produire en Afrique du Sud et le silence de ses élites politiques est non seulement déprimant mais également scandaleux et totalement inacceptable. Je joins le commentaire de la blogueuse Blonde in the Belly of the Beast sur le sujet.

Boris Le Lay sur l’imposture antiraciste en France

Excellente vidéo de Boris Le Lay ici dans laquelle il dévoile l’hypocrisie de l’antiracisme en France. Selon son témoignage, et je n’ai aucune raison de douter de ce qu’il avance, les communautés asiatiques (Chinois, Vietnamiens, etc) font l’objet de racisme, d’agression, de vols, etc, de la part de membres des communautés maghrébines et d’Afrique noire. L’essentiel de ce qui est à comprendre ici, est que les asiatiques constituent en grande majorité ce qu’on pourrait appeler de la « bonne » immigration. Ce sont des gens intelligents, débrouillards, travaillants, qui sont intéressés à s’instruire pour faire quelque chose d’utile pour la société. En général, ils travaillent, gardent la paix, s’assimilent assez bien et ne dérangent personne. Ceci, évidemment, crée une jalousie évidente dans d’autres communautés immigrantes, arabo-musulmanes, noires, etc, qui dans beaucoup de cas sont plutôt hostiles à leur société d’accueil et qui n’ont pas un grand désir de s’assimiler de toute façon. Aussi, le succès matériel des asiatiques en font, malheureusement, des cibles de choix pour les voleurs et les pillards, nous ne pouvons que déplorer ce fait. Pour résumer mon propos, je dirais qu’il est plus que temps que les caucasiens et les asiatiques unissent leurs forces contre ces hordes de barbares, provenant souvent d’Afrique ou du Moyen-Orient. Nous avons des qualités et des compétences qui font de nous des hommes et des femmes capables de construire et de maintenir de grandes et belles civilisations. Assumons-le.

Trois entrevues avec Dinesh D’Souza sur son dernier film, Hillary’s America

Le dernier film de Dinesh D’souza, Hillary’s America: The Secret History of the Democratic Party, s’arrête sur un des tabous les plus importants de la vie politique américaine. En effet, selon la recherche effectuée par l’auteur, historiquement, le Parti Démocrate est bien celui qui a encouragé et organisé l’esclavage et la ségrégation, alors que la propagande véhiculée par les médias et la gauche politique prétend que c’est plutôt le Parti Républicain qui en est l’auteur. Je n’ai pas vu ce film mais à en juger par les entrevues que je vous présente ici, le film a l’air d’être bien documenté et solide. La force de ce documentaire semble d’être capable de ramener les électeurs aux réalités historiques et concrètes de ce parti politique, au-delà des mensonges et de la propagande qui nous sont constamment servis depuis les années soixante. Nul besoin de dire que ce film doit être projeté partout et vu par le plus de gens possible avant les élections du 8 novembre. Les enjeux sont gros pour cette élection car elle décidera si nous continuerons de vivre dans des pays libres et démocratiques ou si, au contraire, nous nous enfoncerons davantage dans la tyrannie. Dans l’ordre, je vous présente la bande-annonce du film, une entrevue accordée à Frank Gaffney du Center for Security Policy, une deuxième accordée à Alex Jones et une dernière accordée à Dave Rubin.

Dinesh D’Souza sur Secure Freedom Radio

Deux musulmanes de Montréal démontrent leur « intégration » à la société québécoise

Ces deux musulmanes vivant à Montréal démontrent ici une « intégration » à la société québécoise hors du commun. On ne voit pas la personne qui est invectivée par ces deux femmes. On ne sait pas s’il s’agit d’un Juif ou tout simplement d’un Québécois de souche que les musulmanes traitent de « sale Juif » pour l’insulter. De toute façon, les images sont éloquentes. C’est à cela que tous les peuples de la Terre sont confrontés avec l’immigration musulmane. Agressivité, mépris, agressions, vols, viols, meurtres, mensonges, sont les apports quotidiens des peuples arabos-musulmans dans les contrées où ils mettent les pieds. Partout où l’islam s’implante, les communautés se désagrègent, se désintègrent, s’étiolent. L’islam sème la mort parmi les peuples, les cultures, les civilisations. Quand allons-nous mettre un terme à l’immigration musulmane?

L’immigration arabo-musulmane en pleine action: L’agression d’un groupe de Québécois de souche à Québec

Écoutons ici Manu Côté raconter comment sa personne et quelques amis ont été agressés au couteau récemment dans un hôtel de la ville de Québec par des arabes. L’islam, une religion d’amour et de paix? Non, vraiment pas.

Manu Côté sur les ondes du FM93

Gérald Pichon nous entretient sur son dernier livre, Sale blanc! Chronique d’une haine qui n’existe pas

Le Lys d'OrLa haine anti-Blancs est à l’honneur en ce vingt et unième siècle. Nous avons été trahis à un niveau que l’on ne peut même pas imaginer. Les peuples occidentaux ont été confrontés à un choix difficile au vingtième siècle, parmi toutes les idéologies qui étaient « en vente » si l’on puis dire. Ils ont choisi de rejeter le racisme de l’Allemagne Nazie et du Japon et l’on est obligé d’être en accord avec cette décision. Le problème, c’est que le rejet du fascisme européen basé sur la supériorité de la race blanche a conduit à un autre forme de fascisme, celui-ci basé sur l’émancipation des peuples de couleur. Souvenez-vous des paroles de Churchill à la fin de la guerre, lorsqu’il disait que « les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes ». Si le premier a bénéficié de l’appui de l’Église Catholique, le second bénéficie plutôt maintenant de celui de l’Islam. Les nègres d’autrefois à la peau noire ont fait place à ceux à la peau blanche. Dans ce Meilleur des mondes qui a « vaincu » le nazisme, les blancs sont traités comme de la merde afin de satisfaire les injonctions racistes de ce nouveau fascisme « antifasciste ». Et tout ça, bien sûr, se fait avec la bénédiction des élites politiques qui ne pensent qu’à gagner des élections, des élites financières et corporatistes qui ne pensent qu’à faire de l’argent, et de la gauche. Je commence à me dire que l’on a été berné depuis des lunes par des gens passés maîtres dans l’art de la manipulation. Ceux qui désiraient mettre en place un monde fasciste, à savoir les oligarques de la finance, des banques et des corporations, étant donné qu’ils n’ont pu réussir leur coup avec la race blanche, maintenant, reviennent à la charge en se servant des gens de couleur. Vraiment, ce monde moderne me donne envie parfois de vomir. Une entrevue de grande qualité avec l’auteur Gérald Pichon sur Radio-Courtoisie. Ne manquez pas ça.

Gérald Pichon sur Radio-Courtoisie