Entrevue avec Michel Drac sur son livre intitulé « Triangulation »

L’auteur présente les différents thèmes de son ouvrage qui tombent dans les domaines de la géopolitique, du mondialisme, de l’impérialisme et de certaines stratégies de surveillance et de sécurité, comme par exemple la « stratégie de la tension » . Un des moments-clés de l’entrevue se produit au moment où Drac évoque la guerre en Syrie. Selon son analyse, la cause réelle de cette guerre se situe dans la compétition que se livre les Américains et les Russes pour le contrôle des ressources en gaz et en pétrole des pays du Golfe Persique. Des projets de pipelines concurrents seraient au cœur du litige, les Américains et Russes voulant l’un et l’autre avoir la mainmise sur LA pipeline qui livrerait le gaz et/ou le pétrole en Europe. Or, la nomination de Rex Tillerson, ex-PDG de ExxonMobil, comme Secrétaire d’État par Donald Trump laisse entrevoir que peut-être, d’autres options sont envisageables dans ce dossier. En effet, qu’est-ce qui empêcherait les États-Unis et la Russie de développer un projet de pipeline conjoint pour amener le gaz en Europe? Les deux pays pourraient concevoir, construire et opérer la nouvelle pipeline, en plus évidemment de se partager les profits 50%-50%. Cela serait certainement mieux que de continuer à se faire la guerre pour le contrôle du pétrole pendant des siècles. Qu’en pensez-vous?

Quelques analyses et commentaires pertinents sur l’attentat de Charlie Hebdo

Beaucoup de clichés, de généralités et de balivernes ont été dites depuis l’attentat contre Charlie Hebdo. Comme il fallait s’y attendre, plusieurs ont dit que les gens de Charlie Hebdo avaient « couru après » en publiant les caricatures de Mahomet, d’autres ont dit qu’il ne fallait pas « faire d’amalgames » et ont essayé de dissocier les gestes des terroristes d’avec leur religion musulmane, d’autres ont affirmé qu’il ne fallait pas stigmatiser les musulmans, etc. Je vous présente quatre interventions ou analyses qui sortent du lot par leur qualité, leur vérité et leur exactitude. Pour comprendre un événement tragique, on doit dire les vraies choses sans conter d’histoires. Dans l’ordre donc, voici Jeannette Bougrab, Aldo Sterone et Douglas Murray. Pour finir, je vous propose un reportage d’ITélé donnant les détails précis et concrets de la cellule terroriste auxquels les frères Kouachi appartenaient.

Quelques réflexions sur les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa

Le Lys d'OrJe vais tenter dans cet article d’aller un peu plus loin que le traitement en surface auquel on a eu droit cette semaine en regard des actes terroristes perpétrés à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa. Dans l’ordre donc, on a eu droit à un assaut sur deux membres de l’Armée canadienne, d’abord lundi le 20 octobre par un dénommé Martin Couture-Rouleau avec une voiture utilisée comme arme et faisant un mort, et ensuite une entrée en force au Parlement d’Ottawa par un dénommé Michael Zehaf-Bibeau avec une arme à feu mercredi le 22 octobre, faisant également un mort, encore là un soldat de l’Armée canadienne. D’autres incidents ont eu lieu au pays impliquant des armes à feu à Halifax le lendemain jeudi le 23 octobre. Un assaut à la hache s’est produit à New York la même journée du 23 octobre, tandis que la veille un assaut avec une voiture s’était produit à Jérusalem faisant une jeune victime de 22 ans. Bref, la semaine a été ponctuée de plusieurs attentats de nature djihadiste, auxquels on s’attendait puisque le Canada est impliqué dans la lutte contre l’État islamique.

La toute première chose que j’aimerais signaler et qui m’agace profondément, est la dérive évidente qui a affecté la couverture médiatique des deux incidents, surtout pour ce qui est de l’attaque sur le Parlement. Un pattern s’est développé au cours des quelques décennies qui ont vu naître ce qu’on appelle le terrorisme. C’est que, dans les minutes et les quelques heures qui suivent une tragédie de la sorte, les médias rapportent en général la participation de plusieurs tireurs ou complices, de plusieurs véhicules, etc. Ensuite, le lendemain et dans les jours qui suivent, la version des événements change pour finir toujours de la même façon: le tireur était seul, c’était un loup solitaire, il ne faisait pas parti d’un réseau ou d’une organisation. Et là, on assiste à un déluge d’insultes et de quolibets envers le fameux «loup»: c’était un fou, un malade mental, quelqu’un qui avait des problèmes, des difficultés, qui se droguait, etc. Dans le cas de l’incident d’Ottawa, on rapportait effectivement des coups de feu tirés à partir d’au moins trois endroits différents. Les médias faisaient état d’un incident dans un centre d’achat, le Centre Rideau, mais les rapports subséquents de la police ont démenti cette information. Le reportage médiatique au lendemain de la tuerie n’a fait état que d’un seul incident, en considérant que la fusillade au Cénotaphe et celle du Parlement ne font parti que d’un seul événement, alors que l’on parlait de trois événements au départ et donc de plusieurs complices à Zehaf-Bibeau. Mais les complices se sont évanouis dans l’air médiatique, ils sont tombé dans un trou de mémoire et l’histoire ne retiendra que l’identité du Québécois-Libyen. On a assisté à ce pattern-là à des dizaines de reprises. L’attentat à la bombe d’Oklahoma est bon exemple illustrant que la théorie du loup solitaire ne tient pas la route. Mais encore une fois, on nous la sert.

La deuxième chose qui me frappe, c’est qu’il semble de bon ton et pratique en Amérique du Nord de fabriquer des criminels ou des terroristes avec un nom canadien-français. Ça fait plaisir au Canada-Anglais de se dire que quand quelque chose ne va pas au Canada, c’est toujours la faute des Québécois ou des Canadiens-français. De toute évidence, les historiographes rhodésiens du Canada-Anglais ne retiendront pas que Martin Rouleau s’était converti à l’islam et que Michael Zetaf-Bibeau était Libyen d’origine. Non. Ils ne retiendront que le fait qu’ils étaient «Québécois» tous les deux et qu’ils se sont attaqués au Canada. Or, ce sont justement les Canadiens-Français qui sont morts sur les champs de bataille, qui ont servi de chair à canon pour défendre un pays qui les méprisait parfois. D’entendre des Canadiens-Anglais dégobiller sur les Québécois alors que nos ancêtres sont morts pour eux laisse un goût amer. Cela ne prendra pas tellement longtemps, suite à ces deux attentats, pour que l’on commence à dire au Canada-Anglais que l’on est pas surpris au fond de ces attaques terroristes puisque, de toute façon, les Québécois ne sont qu’une bande de racistes et de xénophobes. C’est probablement avec un soupir de soulagement que l’on a appris, au Canada-Anglais, les noms à consonance francophone des terroristes de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa. Quelle horreur dans les provinces de l’Ouest et en Ontario s’ils s’étaient appelés, par exemple, Robertson et Smith! Comme ce sont des «Québécois», on dormira sur nos deux oreilles. Il est clair que ces attentats seront irrémédiablement récupérés pour exprimer de la haine envers le Québec. Cette haine avait déjà commencé à s’exprimer dans le cadre du débat sur la fameuse Charte des Valeurs du Parti Québécois. Les islamistes ne s’étaient pas gênés pour le faire, sur internet et ailleurs. D’ailleurs, fait intéressant, on dit que la mère de Michael Zehaf-Bibeau travaillerait à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada. Certaines personnes ne manqueront pas de faire le lien entre la Charte des Valeurs du Québec, l’attentat d’Ottawa et le fait que la mère de Zehaf-Bibeau travaille à cette commission. Ils en profiteront pour dire que les Québécois n’aiment pas les immigrants de toute façon et qu’ils sont prêts à recourir au terrorisme pour s’en débarrasser. N’oublions pas non plus ici l’attentat perpétré le 4 juin 2014 à Moncton, au Nouveau-Brunswick, lors duquel un dénommé Justin Bourque (encore une fois un terroriste avec un nom francophone) habillé en tenue militaire, a tué trois policiers de la GRC, qui se trouve à être la police fédérale canadienne. L’attentat au Parlement d’Ottawa et celui de Moncton semblent obéir à la même logique puisque ce sont les mêmes symboles et représentations qui sont mis en scène.

Lire la suite

Entrevue avec Cliff Kincaid sur la réorganisation des forces du Bloc de l’Est

Excellente entrevue qui en dit long sur notre incapacité (en Occident) à bien comprendre les événements politiques. Il n’y a jamais eu d’effondrement du Mur de Berlin. Il n’y a jamais eu de « fin » de la Guerre Froide. On a assisté à un beau spectacle de son et lumière, à un jeu de miroir et de fumée mais pour l’essentiel, on s’est laissé illusionner. Les forces alimentant le conflit entre l’Occident et la Russie, qui est en fait le conflit entre le monde catholique et le monde orthodoxe qui dure depuis l’époque du schisme en deux Églises séparées, ces forces sont toujours actives. Elles attisent le conflit entre le monde occidental et la Russie et ses alliés. Cette différence de vue fondamentale ne pourra se régler à court terme, malheureusement. On peut gager que l’on en a pour des années encore avant que l’on puisse trouver une solution. D’ici-là, les deux versants du monde vont se faire la guerre pour le plus grand plaisir des islamistes qui, tels des vautours, se nourrissent des victimes collatérales que les deux blocs laissent de côté, faute de temps, d’énergie et de moyens. Je vous offre également une entrevue avec Raymond Ibrahim, justement sur le problème de l’aveuglement volontaire face à l’islamisme.

Cliff Kincaid sur Secure Freedom Radio

Raymond Ibrahim sur Secure Freedom Radio

Conférence de presse sur la sécurité de nos infrastructures de transport d’énergie

Cette conférence de presse parrainée par le Center for Security Policy avait pour but de présenter devant la presse américaine les préoccupations majeures entourant la sécurité de nos infrastructures électriques et de transport d’énergie. Des attaques sur nos réseaux, effectuées à l’aide d’armes électromagnétiques ou de bombes nucléaires, ou encore simplement des tempêtes magnétiques récurrentes émanant du soleil, pourraient causer des dommages sur nos systèmes d’énergie, les détruire partiellement de façon temporaire ou même complètement de façon définitive. Le groupe de conférenciers ici réunis essaient d’alerter l’opinion publique et celle des décideurs politiques à prendre au sérieux ce type de menace. À cet effet, le plus grave manquement professionnel en ce domaine a été manifesté par l’organisme représentant les diverses compagnies productrices d’énergie et d’électricité, la NERC. Selon les experts du présent panel, qui se présentent sous le nom de « The Secure the Grid Coalition », la NERC ne prend pas au sérieux les problèmes reliés à la sécurité de nos réseaux et ne fait aucun effort pour corriger la situation. Que ce soient pour des raisons financières, de pouvoir ou simplement par paresse ou par négligence, ce genre d’attitude ne pourra que nous attirer des ennuis à moyen terme. Un changement de cap s’impose. Le Congrès américain devrait légiférer pour, par exemple, rendre obligatoire la mise en examen et l’approbation des procédures de sécurité de ces compagnies par le gouvernement américain, le Department of Homeland Security et le Pentagone, sans quoi elles pourraient se voir mises sous tutelle. Un dossier à suivre.

Kevin Freeman sur la guerre économique que mènent les ennemis de l’Occident

L’excellent analyste économique Kevin Freeman dresse ici le portrait de la situation économique actuelle en ce qui concerne ses aspects militaires. Certains pays hostiles à l’Occident, dont la Corée du Nord, la Chine, l’Iran, la Russie, ainsi que des intérêts privés ou religieux du Moyen-Orient, mènent une politique de guerre économique contre les États-Unis notamment. Que ce soit par le biais d’attaques contre le marché des actions, de la dette publique ou des infrastructures informatiques ou de sécurité, certaines vulnérabilités de nos différents systèmes peuvent être exploitées par des intérêts qui nous sont hostiles. Freeman fait le tour de la question, en mentionnant entre autres le rôle joué par George Soros et l’Armée chinoise dans le déploiement d’attaques à caractère économique ou informatique sur nos systèmes. Vous pourrez retrouver de plus amples informations sur le site de Kevin Freeman, Global Economic Warfare.

Kevin Freeman sur Secure Freedom Radio