Des représentants de communautés culturelles demande une commission sur le « racisme systémique » au Québec

Comme toujours, on a droit ici au discours victimaire provenant de certains représentants des communautés culturelles. Ces personnes, pourtant intelligentes et instruites, voudraient qu’on offre des emplois aux membres des communautés culturelles non pas en raison de leurs qualités ou de leurs compétences mais en raison de la couleur de leur peau ou de leur appartenance à un groupe ethnique en particulier. C’est ridicule parce que si l’on faisait cela, cela serait justement raciste. Une société qui n’est pas raciste est une société où les individus peuvent gravir les échelons sociaux grâce à leurs qualités et leurs compétences et non en raison de critères biologiques. L’argument présenté dans cette conférence de presse est que si les membres des communautés culturelles sont moins représentés que les Québécois « de souche » dans certains emplois, ce serait en raison d’un « racisme systémique ». En fait, elles le sont moins pour d’autres raisons, sociales, expliquées ici par le narrateur de la vidéo. Cette proposition de commission est totalement ridicule et doit être rejetée.

Louise Mailloux expose Amir Khadir

À l’approche de la prochaine campagne électorale au Québec, Amir Khadir a annoncé vouloir se présenter aux prochaines élections provinciales. Lors des audiences de la Commission sur le Projet de Charte de la laïcité, Louise Mailloux en a profité pour rappeler aux commissaires qui est vraiment Amir Khadir. Entre autres informations, elle a dénoncé la participation du député de Mercier, en août 2012, à une rencontre de l’Association Bridges qui prône la ségrégation des sexes et le port du voile islamique. Comme le souligne Louise Mailloux, les images que l’on voit ici en disent long. Lors d’une entrevue avec Benoit Dutrizac sur les ondes du 98,5 FM quelque part en 2012, et vous me pardonnerez de ne pas avoir la référence immédiatement en ce moment, Khadir avait déclaré qu’il n’était pas intéressé par les « bondieuseries », en d’autres termes par les exigences des diverses religions. Eh bien, cela ne paraît pas trop ici. Je crois alors que l’on est en droit de se poser la question suivante: L’attitude générale d’Amir Khadir tient-elle en définitive de l’opportunisme, de la taqiyya ou de l’hypocrisie? Jugez-en par vous-mêmes.

André Sirois: La réalité de l’immigration au Québec et le rôle du gouvernement fédéral…

Le Lys d'OrCette excellente entrevue avec Me André Sirois doit être écoutée et méditée longuement. Elle décrit avec beaucoup de lucidité et d’exactitude la réalité de l’immigration au Québec. Fort d’une grande expérience internationale, Sirois dresse le portrait de ce qui attend les Québécois si nous ne prenons pas les mesures nécessaires pour contrer l’immigration arabo-musulmane. Car Sirois aborde ici quelque chose dont on ne parle jamais, à savoir l’utilisation par le gouvernement fédéral de l’immigration arabo-musulmane pour assimiler les francophones et le Québec dans l « unité » canadienne. Voyez-vous, le Rapport Durham de 1839 recommandait l’assimilation des Canadiens-Français pour renforcer l’emprise du commerce britannique. Or, ce Rapport Durham et ses recommandations n’ont jamais été reniés ni renoncés par le gouvernement fédéral canadien à ce jour. Tant bien que mal, au cours des décennies, Ottawa a essayé d’assimiler les francophones en utilisant des anglophones, en diluant les premiers dans les seconds. Mais, comme cela ne fonctionne pas vraiment, il a maintenant recours à une autre stratégie: il utilise les chemises brunes de l’extrême-gauche et de l’immigration arabo-musulmane, abondante, pour ce faire. Cette situation a comme avantage de fournir aux politiciens la « plausible deniability », la « dénégation plausible ». Les politiciens d’Ottawa, gonflés à bloc par la Charte canadienne des Droits et Libertés, peuvent ainsi nuire aux francophones, au Québec et aux Québécois tout en mettant ça sur le dos des islamistes et de la gauche. Ainsi, main dans la main, les intégristes sunnites, chiites, Amir Khadir, le PAJU, Québec Solidaire, la Fédération des Femmes du Québec et autres groupes de la sorte sont unis contre les Québécois pour piller nos richesses et prendre notre territoire, et tout ça pour faire plaisir au fédéral et remplir les exigences du Rapport Durham… Ça ma pris du temps, mais là, j’ai compris. Écoutons Sirois avec Benoit Dutrizac au 98,5 FM.

Me André Sirois sur l’immigration musulmane

Vous vous apprêtez à voter pour Québec Solidaire? Êtes-vous sûrs?

Ce gentil personnage fait parti de l’équipe politique d’Amir Khadir. Nous ne connaissons pas son nom pour le moment. Il ne s’est pas identifié. Néanmoins, ce qui apparaît évident ici, c’est le mépris total pour la démocratie qu’il démontre. Lors d’une démonstration de livres des Éditions Accent Grave qui s’est tenue à la Place Gérald-Godin du métro Mont-Royal mercredi le 29 août dernier, ce grand « démocrate » de Québec Solidaire a fait des pieds et des mains pour nuire à la tenue du kiosque. Le livre en démonstration étant Les faces cachées d’Amir Khadir de Pierre K. Malouf, on comprend mieux pourquoi ce monsieur était dans tous ces états. De plus, vous devez savoir que lors de cet événement les partisans d’Amir Khadir ont entouré l’auteur du livre, Pierre K. Malouf, dans le but évident de l’intimider. Le vidéo qui suit est une pièce d’anthologie. La scène a été tournée dimanche le 2 septembre dernier lors d’une vente trottoir sur la rue Mont-Royal. Parlant après Amir Khadir, ce même grand monsieur affirme ici sans gêne, en plus de nous traiter de « trous du cul », qu’il serait la victime de tactiques d’intimidation alors qu’il en est l’auteur, de concert avec ses sbires de QS. Mais ce n’est pas tout. Il invite ensuite le vidéaste, un membre de notre groupe de résistants sur la rue St-Denis qui affrontent le groupe PAJU face au magasin Naot, à venir le rejoindre chez lui « afin de régler ça ». En d’autres termes, ce grand démocrate se propose de casser la gueule au vidéaste, dans le plus pur esprit démocratique de Québec Solidaire.

Question: Êtes-vous vraiment sûrs de vouloir voter pour Québec Solidaire? Si on en juge par ces événements et ces propos, Québec Solidaire va régler les problèmes au Québec à coups de poing.

Autre question: Si vous élisez Québec Solidaire, qu’est-ce qui vous dit que vous ne serez pas les prochains à recevoir un coup de poing, gracieuseté du grand esprit démocratique de ce parti?

Réfléchissez bien avant de voter. Québec Solidaire affiche ouvertement des attitudes non-démocratiques. Ceci devrait allumer des voyants rouge pour tout le monde. Les activistes de ce parti recourent à l’intimidation et aux menaces de façon systématique et présentent des comportements qui sont caractéristiques du banditisme et de l’extrême-droite, rien de moins.

Faites un choix intelligent le 4 septembre. Votez pour un parti qui respecte vraiment la démocratie, comme par exemple le Parti Québécois.

La campagne de boycott antisioniste sur la rue St-Denis à Montréal: Une inquisition anti-Québécois et une opération nazie/fasciste

Introduction

Le présent article est le résultat de plusieurs mois de luttes contre le groupe PAJU qui harcèle certains commerçants de la rue St-Denis à Montréal depuis octobre 2010. Je vais donc essayer ici de rassembler les pièces du dossier comme le ferait n’importe enquêteur de police ou d’un autre service. Et je dois dire d’emblée que cet article se révèle à la fois être un résumé, un répertoire, un bottin, le premier d’une série de plusieurs articles ou même l’introduction d’un livre, tant la quantité des liens et des connections est importante à connaître. Tout au long de ces interminables mois durant lesquels je me suis rendu manifester contre le groupe PAJU pour essayer de contrecarrer leurs efforts envers les boutiques Le Marcheur et Naot, et ce parce qu’ils auraient commis l’odieux crime de vendre des souliers fabriqués en Israël selon les dires du PAJU, j’ai toujours eu l’impression que nous n’avions pas les bonnes clés d’interprétation pour comprendre le conflit et, ce faisant, ne nous pouvions alors adopter la bonne stratégie pour gagner la bataille. J’avais l’impression que ce qui se passait dépassait largement les cadres de l’antisémitisme et des dérives de la gauche. Comme pour vaincre une maladie il faut d’abord faire le bon diagnostic, l’honnêteté par rapport aux faits est essentielle. Cette campagne a toutes les allures d’une opération de renseignement de très haut niveau. J’adore les opérations de renseignement, les analyser, les décortiquer…sauf quand elles font paraître mon peuple comme une bande d’idiots ou d’antisémites, ce qui est le cas présentement. J’ai donc décidé de retourner aux sources afin d’avoir une meilleure vue d’ensemble, dans le but de tuer dans l’oeuf ce qui m’apparaît comme une véritable voie de fait contre le peuple québécois. Ce n’est qu’en leur remettant le nez dedans, eux les ingénieurs de cette opération, qu’on pourra la désamorcer. 

J’en profite pour clarifier que je ne reprendrai pas l’argumentaire présenté par Pierre K. Malouf dans son merveilleux livre Les faces cachées d’Amir Khadir (Éditions Accent Grave, 2012, 280 pages). Ce serait inutile. Dans une formule tout à fait appropriée, Malouf a affirmé que Françoise David et Amir Khadir représentait « la vitrine présentable de Québec Solidaire ». En ce qui me concerne, partant de là, je vais plutôt m’attarder sur ce qui se trouve à l’intérieur de la boutique de l’extrême-gauche québécoise, pour ne pas dire dans l’arrière-boutique et peut-être même dans la ruelle, si c’est possible. Je m’intéresse aux conditions sociales, politiques, historiques, idéologiques et financières qui ont rendu possible cette campagne de boycott sur la rue St-Denis pour commencer. Aussi, je veux mentionner que je ne prétends pas que tous les liens présentés ici sont nécessairement fondés et pertinents à notre investigation. Tout enquêteur sérieux et compétent est parfois amené à s’intéresser à de fausses pistes et à de fausses connexions, sans le vouloir. Que voulez-vous, ça fait parti du métier et toutes les hypothèses doivent être regardées systématiquement pour en venir à isoler la plus plausible. Néanmoins, les découvertes que j’ai faites lors de cette enquête sont suffisamment troublantes pour mériter que je vous les présente dans cet article. Mais pour permettre à ceux qui ne seraient pas familiers avec la manifestation du PAJU sur la rue St-Denis d’en connaître les grandes lignes, voici une entrevue de Pierre K. Malouf accordée à l’émission En Direct De Nulle Part.

Lire la suite

Racket de protection 101 et antisémitisme: Une étude comparative entre les Nazis et le PAJU

Le boycott

Pierre K. Malouf vient de pondre un excellent livre, Les faces cachées d’Amir Khadir, dans lequel, en plus d’analyser le parcours politique et les actions d’Amir Khadir, il raconte méthodiquement l’historique de la manifestation BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) qui a eu et qui a toujours lieu sur la rue St-Denis à Montréal contre des boutiques vendant des produits israéliens. Ce merveilleux livre de Malouf a révélé plusieurs faces cachées d’Amir Khadir et il en reste probablement beaucoup d’autres à découvrir. Dans cet article, je voudrais attirer votre attention sur les similitudes qui existent entre les méthodes employées par les Nazis dans les années trente et celles employées aujourd’hui par le PAJU, le groupe organisant la campagne de BDS à laquelle Amir Khadir s’est associé, ainsi qu’entre l’Allemagne des années trente et le Québec d’aujourd’hui.

D’entrée de jeu, on doit réaliser que les Nazis ont commencé à répandre l’idéologie antisémite de façon graduelle en ciblant tout d’abord les commerces juifs d’Allemagne. Comme en fait foi cette photo ci-dessous, les Nazis encourageaient le boycott des commerces juifs. Ils disaient: « N’achetez pas les Juifs ».

Le PAJU, de son côté, nous dit: « N’achetez pas de produits faits en Israël ». Dans cette vidéo, on peut voir le groupe exhiber leur banderole sur la rue St-Denis, en face de la boutique Naot qui vend exclusivement des produits fabriqués en Israël. Rappelons que le PAJU ne manifeste plus en face de la boutique Le Marcheur depuis juin 2011 suite à une légère altercation survenue entre Amir Khadir, qui passait là « par hasard » en voiture lors de la manifestation, et les contre-manifestants. Lire la suite