Boris Le Lay sur l’imposture antiraciste en France

Excellente vidéo de Boris Le Lay ici dans laquelle il dévoile l’hypocrisie de l’antiracisme en France. Selon son témoignage, et je n’ai aucune raison de douter de ce qu’il avance, les communautés asiatiques (Chinois, Vietnamiens, etc) font l’objet de racisme, d’agression, de vols, etc, de la part de membres des communautés maghrébines et d’Afrique noire. L’essentiel de ce qui est à comprendre ici, est que les asiatiques constituent en grande majorité ce qu’on pourrait appeler de la « bonne » immigration. Ce sont des gens intelligents, débrouillards, travaillants, qui sont intéressés à s’instruire pour faire quelque chose d’utile pour la société. En général, ils travaillent, gardent la paix, s’assimilent assez bien et ne dérangent personne. Ceci, évidemment, crée une jalousie évidente dans d’autres communautés immigrantes, arabo-musulmanes, noires, etc, qui dans beaucoup de cas sont plutôt hostiles à leur société d’accueil et qui n’ont pas un grand désir de s’assimiler de toute façon. Aussi, le succès matériel des asiatiques en font, malheureusement, des cibles de choix pour les voleurs et les pillards, nous ne pouvons que déplorer ce fait. Pour résumer mon propos, je dirais qu’il est plus que temps que les caucasiens et les asiatiques unissent leurs forces contre ces hordes de barbares, provenant souvent d’Afrique ou du Moyen-Orient. Nous avons des qualités et des compétences qui font de nous des hommes et des femmes capables de construire et de maintenir de grandes et belles civilisations. Assumons-le.

Le Plan Kalergi ou comment le génocide des Européens a été planifié depuis longtemps

Cet article du site Réduit National nous fait connaître un personnage de l’ombre dans le domaine politique mais qui a eu une influence capitale sur les élites européennes: Richard Coudenhove Kalergi. Ce penseur politique était d’avis qu’il fallait procéder ni plus ni moins qu’au remplacement de la population européenne blanche millénaire par une nouvelle race métissée, issue du mélange d’immigrants des différentes souches africaines et asiatiques. Cette nouvelle race de « Bruns » seraient ainsi plus dociles que les Blancs, moins portés à la contestation, moins structurés et moins bien organisés, bref ils seraient davantage soumis à l’oligarchie européenne toujours plus avide de pouvoir et de domination. Car c’est bien cela qui se trouve derrière les projets des Nations Unies et de l’Union Européenne, une volonté d’abolir le droit à l’autodétermination des peuples pour créer un Nouvel Ordre Mondial dirigé par une caste non-élue, oligarchique, écrasant de son pouvoir une sous-humanité désorganisée sans repère historique et culturel, formant ainsi des consommateurs idéaux. L’immigration de masse à laquelle nous assistons présentement est l’outil premier de ce plan machiavélique dont le but est le génocide de toute une race, la race blanche. Point d’arrivée du multiculturalisme, la société de demain rêvée par Kalergi est en fait un cauchemar où tous les peuples auront disparus. Et malheureusement pour nous, cette idée semble avoir été adoptée par les institutions mondialistes actuelles, dont l’Union Européenne. Qui va défendre la race blanche contre cette agression avant que le point de non-retour ne soit atteint?

N.B. (20 octobre 2013): Lorsqu’il est question dans cet article des « asiatiques », je crois que l’on devrait interpréter ce terme dans le sens de populations issues par exemple du Pakistan, de l’Afghanistan et autres contrées du genre. Les populations de l’Asie de l’Est, comme les Chinois, les Vietnamiens, les Japonais, les Coréens par exemple, étant très intelligentes et cultivées, ne pourraient de toute évidence être d’aucune utilité pour la réalisation du Plan Kalergi.

Le plan Kalergi: Le génocide des peuples européens

La solution au problème démographique du Québec: Les Vietnamiens…

Les pays occidentaux ont un déficit démographique important. On le sait, depuis les années soixante, le taux de reproduction s’est effondré dans nos pays suite à la révolution de mai ’68. Nous ne nous reproduisons plus assez, ce qui a fait en sorte que nous avons dû recourir à l’immigration pour compenser le manque de naissances. Néanmoins, et contrairement à ce qu’essaie de nous faire croire une certaine élite attachée au multiculturalisme, les sources d’immigration ne sont pas toutes à mettre sur le même pied. Les populations immigrantes ont des origines, des coutumes, des particularités qui leur sont propres et qui les rendent aptes ou inaptes, selon le cas, à vivre dans nos pays. Depuis quelques années, pour donner l’exemple de Montréal au Canada, j’ai pu personnellement constater un changement radical dans l’immigration arabo-musulmane. Durant les années quatre-vingt-dix, les immigrants provenant du Moyen-Orient semblaient s’acclimater et vivre assez bien ici, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les immigrants d’origine arabo-musulmane vivant sur le territoire montréalais sont désormais agressifs, hautains, hostiles, méprisants, ingrats envers les Québécois qui les ont accueillis si généreusement. Et le phénomène n’est pas propre au Québec puisqu’on le voit se produire partout en Occident, coïncidant avec la montée de l’islam radical.

Les gouvernements québécois qui se sont succédé à venir jusqu’à aujourd’hui ont souvent préconisé l’immigration provenant du Maghreb puisqu’elle parle le français. Les francophones du Canada représentent à peine 2% de la population d’Amérique du Nord, créant ainsi un incitatif à recevoir ce type de populations. Or, accueillir des immigrants sur une base linguistique et non pas sur la base des valeurs ou de la civilisation, est suicidaire. Apprendre une langue, c’est comme apprendre à jouer au scrabble ou au volley-ball. Un peu de temps et d’énergie et hop! le tour est joué, pour ce qui est de la première génération. Ensuite, pour ce qui est de la seconde génération, elle apprend la langue automatiquement à travers le système scolaire. Par contre, les valeurs, cela ne s’apprend pas. Les valeurs nous sont inculquées lorsque l’on est enfant et on les garde pour la vie. On ne réussira jamais à intégrer des gens qui ont des valeurs différentes des nôtres. C’est pourquoi les notions de civilisation et de religion sont importantes lorsque vient le temps de sélectionner des immigrants.

Lire la suite

Difficulté de se faire servir en français à Montréal: Un exemple parmi tant d’autres

Montréal s’anglicise rapidement, tellement que l’on a l’impression parfois que notre société régresse vers le point où elle se trouvait dans les années cinquante. Les représentants du gouvernement du Québec chante souvent à la population que l’immigration représente un « bienfait » et un apport « inestimable » pour la province. Or, la situation n’est pas si rose et l’exemple qui suit le démontre bien. En général, les immigrants s’intègrent bien à Montréal, à l’exception des populations arabo-musulmanes en raison de leur religion et des accommodements incessants qu’ils demandent, et des ressortissants d’anciennes colonies britanniques qui semblent avoir intégré le mépris anglo-saxon pour la culture et le fait français en Amérique.

La première entrevue, avec un propriétaire de dépanneur d’origine indienne situé dans l’arrondissement de Verdun à Montréal, le dépanneur De L’Église, est significative. Cet individu est méprisant envers le peuple et la culture qui l’a accueilli sur son territoire. Nous, en tant que Canadiens et Québécois, n’avions aucune obligation de lui offrir une place ici. Et il nous remercie de notre générosité en nous traitant de « B.S. », de buveur de bières et de fumeur de cigarettes, en plus de refuser systématiquement de parler ou d’apprendre le français. La deuxième entrevue avec Gang Li, de l’Association des dépanneurs asiatiques, est un plus courtoise. Mais, malgré sa gentillesse, celui-ci non plus n’est en mesure de servir sa clientèle en français. C’est dommage car les asiatiques sont, parmi tous les immigrants, ceux qui s’intègrent le mieux de mon point de vue au niveau des valeurs et des comportements, et cette histoire va leur faire mauvaise presse. Nous qui en avions déjà plein les bras avec les musulmans et les intégristes religieux. Mais le refus d’apprendre et de parler français demeure déplorable et cette situation va perdurer tant que l’on continuera à être gouverné par des lâches et des incompétents. La deuxième entrevue permet d’entendre également Yves Servais de l’Association des Marchands, Dépanneurs et Épiciers du Québec. J’ai aussi joint un commentaire de Gilles Proulx sur la situation, une tribune téléphonique, ainsi qu’un article du site web FdeSouche qui a couvert la manifestation organisée par les Jeunes Patriotes du Québec en face du dépanneur De l’Église samedi dernier.

Le propriétaire du dépanneur De L’Église à Verdun

Gang Li de l’Association des dépanneurs asiatiques et Yves Servais de l’AMDEQ

Gilles Proulx commente sur la situation du français

Tribune téléphonique

Un dépanneur s’attire les foudres des jeunes patriotes