Le Président Trump remet les pendules à l’heure avec Cuba…

Le Président Trump, vendredi dernier, a annulé les modifications qui avaient été apportées aux relations avec Cuba par le Président Obama. Curieusement, ce dossier ne fait pas grand bruit dans les médias, eux qui préfèrent parler de la «collusion» présumée de Donald Trump avec «les Russes». Or, cette déclaration et le document présidentiel qu’il a signé par la suite sont très importants. Ils constituent l’acte exécutif qui donnera le ton pour l’établissement, la défense et le renforcement de la liberté politique et de la démocratie dans toute l’Amérique, de la Terre de Feu au Pôle Nord. Il est grand temps que les régimes communistes d’Amérique plient bagage et Cuba en est un. On pourrait nommer aussi le Vénézuela. Et tant qu’à y être, pourquoi l’Iran et la Corée du Nord ne feraient pas de même? En ce qui me concerne, moins il y aura de régimes communistes et/ou totalitaires et mieux je me porterai. Vraiment, ce geste de politique étrangère augure bien pour l’avenir. Il nous revient à nous, le peuple, de donner au Président Trump tout l’appui dont il a besoin pour mener à bien ses politiques. Bravo…et on continue!

Agenda du Président-élu Trump pour les cent premiers jours

Dans cette courte vidéo, le Président-élu Donald Trump présente son agenda pour les cent premiers jours de son Administration. Ces mesures seraient mises en place ou en application dès le jour 1. En date d’aujourd’hui, les compagnies Ford et Carrier ont renoncé à certaines délocalisations au Mexique afin de garder les emplois aux États-Unis. Cela ne se serait jamais matérialisé sans le leadership du Président-élu et son plan de match pour faire à nouveau des États-Unis une puissance économique de premier plan. Je profite de l’occasion pour me prononcer sur le processus de nomination à des postes stratégiques. J’ai évité de le faire jusqu’à maintenant car je faisais confiance au Président-élu pour choisir les bonnes personnes. Mais, le poste de Secrétaire d’État étant si critique pour le bon fonctionnement du gouvernement, je ne peux m’empêcher de faire les remarques suivantes. D’abord le nom de John Bolton saute aux yeux immédiatement. Bolton a toutes les qualités et l’expérience requises pour bien s’acquitter de cette tâche. Il incarne le sérieux, le professionnalisme et le réalisme politique qui sont déterminants dans ce genre de fonction. Aussi, je dois avouer que je trouve étrange que quelqu’un comme Mitt Romney soit considéré pour le poste de Secrétaire d’État. Romney a été absolument lamentable durant la campagne présidentielle de 2012. Il a complètement disparu les deux derniers mois de la campagne. Comme Secrétaire d’État, les États-Unis ont besoin de quelqu’un qui pourra tenir tête aux Ayatollahs iraniens, à la Russie, à la Chine, à la Corée du Nord, à Cuba et à tous les autres régimes dictatoriaux du monde. Si Mitt Romney n’a même pas voulu ou été capable de tenir à Obama lors d’une campagne électorale, comment pourrait-il tenir tête à ces gens-là lors de rencontres internationales? De toute façon, rien n’empêche Mitt Romney de servir dans l’Administration Trump dans d’autres fonctions. Parmi les autres candidats mentionnés, je suis sûr que Rudy Giuliani ferait un bon choix mais c’est une question de préférence. Également, des gens comme Newt Gingrich et Mike Huckabee pourraient très bien servir le gouvernement et le peuple américains. Il s’agit tout simplement pour l’équipe de transition du Président-élu de leur trouver le bon rôle à jouer. Par ailleurs, pour ce qui est des postes au niveau de la sécurité nationale, le Président-élu Trump devra choisir des gens avec lesquels il est complètement en phase au niveau du plan de match et en qui il a pleinement confiance. De toute évidence, ce seront des nominations extrêmement difficiles puisque les conséquences de mauvaises nominations en ce domaine sont toujours très graves. De façon générale pour conclure, je suis très satisfait du processus de transition jusqu’à maintenant. Ce sera sans doute le plus beau Noël depuis plusieurs années!

Questions d’actualité avec François Asselineau 14 mai 2015

Durant cette vidéo, le président de l’UPR nous entretient surtout de son voyage en Crimée et en Russie qu’il vient tout juste de faire à l’occasion de la commémoration, le 9 mai dernier, de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie.

A second shooter involved in Robert F. Kennedy assassination: RFK was shot from the back

Yes, my friends. The « Dead Kennedys » is the name of a popular punk group. This name nevertheless expresses a very dark reality, that the Kennedys were not killed by lone wolves, lone gunmen or lone nuts but by very powerful forces behind the scenes. It was true for both JFK and RFK. Labelled by Dave Emory as the « Underground Reich », a nexus of elements ranging from organized crime, nazi operatives, anti-communist agents, so-called leftists, big corporations and so on, these forces continue to exert a very strong influence in world affairs of today. As a key witness to the assassination, Nina Rhodes-Hughes, has recently retracted her original official statements saying that a second shooter was involved, Sirhan Sirhan’s (the supposed killer of RFK) attorneys announced that they were filing a challenge to the verdict, alleging a conspiracy by the authorities. But that’s not all. RFK Jr.‘s wife was found dead by hanging a couple of days ago…Dead Kennedys… Do you still believe in lone nuts? This is a video that supports the hypothesis of a second shooter. I join two blog posts by antifascist researcher Dave Emory that explores these connections further.

“No More Coverups!”: Another Witness Says More than One Shooter in RFK Assassination

Sending a Message? RFK Jr.‘s Wife Found Dead by Hanging