Entrevue avec Bill Warner sur l’histoire des conquêtes musulmanes

Je vous recommande cette excellente entrevue avec Bill Warner sur l’histoire des conquêtes musulmanes, donnée sur les ondes de Red Ice Radio. Les travaux de Warner se rapprochent de ceux de Stephen Coughlin et se concentrent sur l’histoire et la théologie de l’islam. Les recherches réalisées par Bill Warner tendent à montrer la réalité de l’islam au-delà des clichés, demi-vérités et mensonges que l’on entend souvent à ce sujet. Warner, comme Coughlin d’ailleurs, se basent sur les faits et sur l’histoire et non pas sur des idées ou des fantasmes que l’on aurait de cette religion.

Bill Warner sur Red Ice Radio

Aldo Sterone sur la disparition du principe de réalité…

Dans cette vidéo, le blogueur Aldo Sterone nous rappelle que le principe de réalité a été balayé de la place publique. Nos leaders politiques se nourrissent maintenant d’idéologies, de fantasmes, de mythes, d’utopies. La réalité ne les intéresse plus parce qu’elle est dérangeante et qu’elle fait mal. C’est pourquoi les politiques qu’ils mettent en place sont si déconnectées des besoins de la population. Les politiques décidées par nos élites dirigeantes sont conformes à la soupe mentale d’idées irréelles qui leur sert maintenant d’ersatz au réel. Bienvenue dans un monde de fous…

Entretien de François Asselineau sur Radio Notre-Dame

Le Président de l’UPR présente ici une excellente analyse politique et sociologique des attentats du vendredi 13 novembre 2015. Il y développe les thèmes, préoccupations et réflexions qu’il avait partagés lors d’une entrevue précédente.

L’Occident sous occupation, cinquième chapitre. Le problème de la radicalisation: Lorsque le loup garde la bergerie…

N.B. J’ai d’abord publié ce billet en tant qu’article régulier. Après réflexion, j’ai décidé de l’inclure dans mon texte en développement sur l’occupation de l’Occident. Il complète bien l’ensemble des autres éléments que j’essaie de développer dans cette série. (31 janvier 2015)

Le Lys d'OrUn reportage récent de Radio-Canada concernant notre approche pour lutter contre le terrorisme a attiré mon attention. Je joins le lien en bas de page. Une courte vidéo accompagnant le texte écrit du reportage met en lumière le malaise que plusieurs peuvent ressentir face à cette question. On y voit un policier, nous dit-on, donnant une conférence au Québec à d’autres policiers sur le phénomène de la radicalisation des musulmans et sur les moyens de détecter ceux qui peuvent s’inscrire dans cette mouvance. Or, le policier donnant la conférence est visiblement originaire du Moyen-Orient. Vous me direz peut-être que l’origine ethnique d’un conférencier n’a rien à voir avec le sujet dont il est question. En ce qui touche la charia, l’islamisme, le djihad ou la radicalisation, peu importe comment on appelle ce phénomène, je crois que cela a une grande importance. Car il y a plusieurs personnes au Canada et aux États-Unis, qui sont des nationaux, des de souche, dont les ancêtres sont ici depuis plusieurs générations, qui peuvent faire ce travail sûrement tout aussi bien que le conférencier que l’on nous montre ici (qui n’est pas nommé en passant). Je n’enlève rien à la compétence de ce dernier cela dit. Mon point est qu’il y a un manque flagrant de reconnaissance envers les forces vives de la communauté patriote québécoise, canadienne et américaine. Au lieu de faire appel à des gens d’origine arabo-musulmane pour expliquer aux policiers en quoi consiste le phénomène de la radicalisation, les forces policières pourraient donner l’opportunité à des Québécois comme par exemple l’éditeur du site Poste de veille ou encore à Marc Lebuis du site Pointdebasculecanada. Au Canada-Anglais, des gens comme Tarek Fatah et Salim Mansur, qui sont musulmans, pourraient s’acquitter de cette tâche aussi, puisque leur respect des valeurs séculières, humanistes et occidentales n’est plus à démontrer. En Europe, le blogueur vidéo Aldo Sterone, un Algérien arabo-musulman, est une excellente référence pour comprendre le phénomène de l’islamisme de l’intérieur des sociétés qui le produisent. Aux États-Unis, quelqu’un comme Stephen Coughlin a fait un travail remarquable sur le Coran et l’idéologie islamiste. Après quelques temps passés au Pentagone à faire exactement cela, il a été mis de côté parce que l’on jugeait ses opinions non conformes avec l’agenda politique du gouvernement. Andrew Bostom est aussi quelqu’un ayant les compétences pour faire un tel travail. Je me dois également de mentionner le travail remarquable de l’écrivaine et critique de la politique américaine Diana West. Ses efforts pour identifier les résurgences de la pensée communiste aujourd’hui, se manifestant sous la forme de l’islamisme, ont produit un livre absolument exceptionnel intitulé American Betrayal, qui est une lecture obligée pour nos leaders publics. J’ai bien peur que peu d’entre eux ne l’ont lu cependant. Et ce ne sont ici que quelques exemples.

En passant, je profite de l’occasion pour mentionner l’existence d’un document complet et détaillé sur l’infiltration de nos sociétés occidentales par les Frères Musulmans, réalisé par le Center for Security Policy. On peut retrouver leur excellent travail, une présentation vidéo en dix chapitres ici, en suivant ce lien: The Muslim Brotherhood in America. Auparavant, ils avaient réalisé un document tout aussi étoffé sur l’implantation de la charia en Amérique du Nord: Shariah: The Threat to America.

En définitive, curieusement, les forces policières dans le monde occidental ont la manie de ne pas faire confiance aux locaux du coin. Ils préfèrent s’en remettre à des étrangers dont on ne connaît ni les allégeances ni les convictions ni le passé. Ils ont tendance aussi à ne pas tenir compte de la religion elle-même dans le processus pour n’arrêter leur regard que sur les comportements. C’est pourquoi je considère qu’une telle attitude ne peut mener qu’à la ruine de nos sociétés puisque, en quelque sorte, on remet les clés de la ville à nos ennemis. Et ce genre de dérive n’a pas lieu qu’au Canada mais dans plusieurs endroits dans le monde également. Dans les conditions actuelles, la stratégie policière sera un échec complet. Il ne ne faut pas être un spécialiste pour le comprendre. Cette manie à essayer à tout prix de plaire à nos ennemis pour atteindre je ne sais quel objectif stratégique rappelle à la mémoire, malheureusement, certaines scènes du célèbre film Casablanca dans lequel on pouvait voir le chef des forces nazies, le major Strasser, s’amuser comme larrons en foire avec le chef de la police locale, le capitaine Renault. L’intrigue du film se passe au Maroc lors de l’occupation du pays par le régime de Vichy. Les implications d’une telle proximité avec des puissances ennemies ne sont plus à démontrer. Il y a péril en la demeure. Ce qui est fondamental à comprendre ici est que nos élites ne peuvent comprendre que le problème de l’islamisme ne pose pas qu’en termes de terrorisme. Celui-ci n’est qu’un tout petit aspect du problème. En fait, les dommages matériels qu’une société peut subir en raison du terrorisme sont bien inférieurs en conséquences aux dommages psychologiques et spirituels causés par l’infiltration de nos institutions par les forces islamistes. Les dommages immatériels sont irréparables. Lors d’un texte précédent, j’ai eu l’occasion déjà de préciser ces notions. Alors, quand allons-nous finir par comprendre le danger qui nous guette? « I’m so shocked, shocked… » Suite au reportage de Radio-Canada, je joins une entrevue que Tarek Fatah a accordée au réseau SunNews en décembre 2013. Il nous informait alors qu’un imam radical de la région de Toronto, du nom de Said Rageah, occupait le poste, croyez-le ou non, de conseiller pour la GRC sur les questions religieuses. C’est là qu’on est rendu…

Radicalisation : comment traquer un ennemi indéfinissable?

Restez branchés sur lys-dor.com pour le sixième chapitre. Pour accéder aux chapitres précédents, veuillez visiter les liens suivants:

L’Occident sous occupation, quatrième chapitre: Le voyage sur la lune et la dégénérescence de la civilisation

L’Occident sous occupation, troisième chapitre: La véritable nature du djihad islamique

L’Occident sous occupation, deuxième chapitre. Pour en finir avec la Guerre Anglo-Afghane: L’union des peuples civilisateurs

L’Occident sous occupation, premier chapitre: Le renversement du rideau de fer et la nouvelle servitude

Message au Pape François: Le temps est venu de lancer une nouvelle Croisade…

Le Lys d'Or

Carnivale_Knights_Templar_Symbol

 

 

 

 

 

 

 

Très Saint Père,

Le temps est venu de lancer une nouvelle Croisade. Le monde chrétien est en guerre contre le monde musulman depuis quatorze siècles, et ce malgré nos efforts répétés pour vivre en paix avec celui-ci. Le monde musulman, de toute évidence, ne veut pas la paix, cela ne l’intéresse pas. Il ne veut que la guerre, comme lui enseigne d’ailleurs son prophète et son livre saint.

L’Église Catholique a connu bien des transformations depuis sa naissance. Elle qui était au départ une petite communauté, est devenue ensuite un Empire, avec les hauts et les bas que cela comporte et son lot d’erreurs. Suite aux révolutions démocratiques du XVIIIème siècle, l’Église a perdu de son lustre et de son influence, laissant davantage de place aux hommes politiques et à leurs systèmes idéologiques qu’ils essaient tant bien que mal de faire fonctionner. De fortes pressions se sont alors exercées sur l’Église pour qu’elle change, se modernise, s’adapte et pour une bonne part, les changements qui ont été apportés ont été bénéfiques. Le Concile de Vatican II a essayé, dans cet esprit, de transformer le langage, les attitudes, les gestes de l’Église pour qu’ils témoignent d’un meilleur respect envers les chrétiens et cela s’est avéré un succès.

Sur le plan historique, le Concile de Vatican II a coïncidé dans le temps avec d’autres changements sociaux importants comme la révolution des années soixante, la montée en force du crime organisé et l’infiltration soviétique, entre autres. Or, il faut bien admettre que la combinaison de toutes ces influences et son résultat final ne sont pas très bons. Si, d’une part, le Concile a permis de libéraliser certaines pratiques et de soulager le joug qui pesait sur beaucoup de croyants, d’autre part, cinquante ans plus tard, ces changements ont laissé place à autre chose. Nos populations sont désormais paresseuses, inertes, endormies, de faible niveau sur les plans spirituel et intellectuel. Elles passent le gros de leur temps, en dehors du travail, soit à écouter la télévision soit à échanger sur Facebook. Elles ne se reproduisent plus et s’évertuent à défendre les droits de ceux qui rêvent de les exterminer. Elles ne sont plus conscientes du devoir de civilisation qui incombe à chacun d’eux, la vie spirituelle s’étoile, rendant les chrétiens incapables de défendre leur territoire et de résister à l’invasion. Pour ce qui est de nos leaders politiques, ils sont pour la plupart irresponsables, lâches, paresseux, mous, incapables de prendre quelque décision que ce soit sans consulter les sondages. Ils ne pensent qu’aux élections et remettent tout ou presque à plus tard par peur de déplaire. Les hommes, les mâles, sont devenus gras, obèses, mous et féminisés. Ils ne sont plus les vaillants guerriers et constructeurs d’autrefois qui accumulaient les exploits. Les femmes, elles, passent leur temps à avoir des relations avec des criminels, des dérangés, des toxicomanes ou des ivrognes au lieu d’apprécier la compagnie d’hommes héroïques, pour peu qu’il en reste.

Lire la suite