Entrevues avec Mark Helprin et Yoram Ettinger sur Secure Freedom Radio

Ces deux entrevues récentes de Secure Freedom Radio ont retenu mon attention. La première, avec Mark Helprin, s’arrête sur les différents défis qui attendent le Président-élu Donald Trump au niveau de la sécurité nationale. La seconde, avec l’ambassadeur Yoram Ettinger, fait le tour des différents problèmes auxquels fait face l’état d’Israël dans la défense de son territoire face aux djihadistes islamistes et à des organisations internationales, comme l’ONU par exemple, qui encouragent des mouvements de boycott comme le BDS et autres initiatives pour délégitimer Israël.

Mark Helprin sur Secure Freedom Radio

Yoram Ettinger sur Secure Freedom Radio

Le séminaire « Red Pill » de Stephen Coughlin sur l’islamisme

Voici l’excellent séminaire en dix parties du conférencier et spécialiste de la loi islamique Stephen Coughlin, intitulé « Red Pill ». Le matériel présenté ici s’inscrit en continuité avec celui qu’il avait l’habitude de présenter aux officiers supérieurs de l’Armée américaine pendant des années, avant que le Pentagon ne prenne la décision de le mettre de côté, probablement sous la pression d’organisations islamistes, comme les Frères Musulmans notamment. Ce séminaire a été présenté à Vienne, Autriche, en mai 2015. Il dresse le portrait des principales connaissances significatives en regard de la loi islamique ou charia. Entre autres éléments importants à souligner, Coughlin insiste sur la dimension militaire inhérente à la charia, qu’il démontre en citant des passages du Coran, des hadiths ou de déclarations d’imams. Notamment, il rappelle à l’auditoire que la loi islamique fait du djihad quelque chose d’obligatoire. Il cite les versets 8:12 et 3:151 où Allah demande aux croyants « d’instiller la terreur dans le cœur des non-croyants » . Il souligne aussi l’existence de certains documents contemporains qui ont été saisis lors de descentes de police, dont celui intitulé « The Project » dans les années 1980, ainsi que l « Explanatory Memorandum » dans les années 1990, où certaines organisations islamistes présentaient leur plan d’action pour infiltrer l’Occident et le subvertir de l’intérieur. Il rappelle aussi l’existence d’un « Plan d’action de dix ans » qui aurait été conçu par l’Organisation de la Coopération Islamique en 2005, afin d’imposer la censure sur les discours écrits et parlés de par le monde pour qu’ils soient conformes à la charia.

Coughlin fait également la connexion entre l’islamisme, le terrorisme et la gauche. Il démontre que la collaboration entre les organisations islamistes et les groupes marxistes est bien réelle. À cet effet, il rappelle l’oeuvre de Saul Alinsky et comment  cette idéologie a permis à toutes sortes de groupes, dont les islamistes, de faire progresser leurs mouvements. Une citation de Carlos the Jackal est significative à ce sujet: « Only a coalition of Marxists and Jihadists can destroy America  » . C’est le fameux axe Rouge-Vert dont plusieurs auteurs parlent, les forces de la gauche et celles de l’islam radical qui ont fait cause commune pour détruire le monde libre, la démocratie et la civilisation.

Parmi les autres éléments d’intérêts, Coughlin s’arrête sur le problème de ce qu’on appelle le « dialogue interreligieux ». Coughlin fait remarquer avec justesse que ce mouvement est utilisé par les islamistes pour faire accepter la charia par les représentants des autres religions, sous le couvert de l’ « ouverture » et du « dialogue ». Les grandes religions sont assez différentes les unes des autres. L’idée d’un dialogue est idiote en soi puisque à part de souligner les différences entre une religion et une autre, de quoi peut-on dialoguer? En fait le piège du « dialogue interreligieux » remonte probablement à l’époque des premières études en sciences des religions ou en études comparatives, où l’on voyait des intellectuels ou des érudits, de bonne foi, comparer des éléments qui pouvaient paraître semblables d’une religion à l’autre mais en les sortant de leur contexte souvent. Ces exercices de « dialogue » entre les religions sont souvent des exercices d’à-plat-ventrisme où l’on voit des représentants de grandes religions faire génuflexion devant la rhétorique des représentants de l’islam en ne défendant pas la spécificité de leur propre tradition.

L’élément le plus important de ce séminaire demeure probablement le fait d’avoir identifié l’attaque sur la raison qui est en train d’être effectuée en Occident. Les membres de l’axe Rouge-Vert, la gauche et les islamistes, ont non seulement changé le sens de mots (Orwell parlerait de « newspeak ») pour pouvoir les utiliser à leur avantage mais, en plus, ils ont instillé dans la culture ambiante le relativisme moral, qui fait en sorte que les religions ou les codes moraux peuvent s’équivaloir, mais aussi le relativisme logique, ce qui fait en sorte qu’une chose et son contraire peuvent être vraies. N’étant plus capables de penser de façon logique et n’étant plus capables de faire des distinctions entres les choses, les philosophies, les religions, les valeurs et les idées, et ne pouvant donc plus nommer les choses de façon précise et exacte, les Occidentaux, ainsi, ne sont plus en mesure de comprendre que leur société est en train d’être subvertie et renversée de l’intérieur depuis plusieurs décennies. Je m’arrête ici. Je vous propose la première des dix parties de ce séminaire. Vous pourrez retrouver le reste des vidéos sur le site web de Stephen Coughlin en cliquant sur le lien en bas de la page. Bonne écoute.

Stephen Coughlin’s “Red Pill” Brief

Entrevue avec Bill Warner sur l’histoire des conquêtes musulmanes

Je vous recommande cette excellente entrevue avec Bill Warner sur l’histoire des conquêtes musulmanes, donnée sur les ondes de Red Ice Radio. Les travaux de Warner se rapprochent de ceux de Stephen Coughlin et se concentrent sur l’histoire et la théologie de l’islam. Les recherches réalisées par Bill Warner tendent à montrer la réalité de l’islam au-delà des clichés, demi-vérités et mensonges que l’on entend souvent à ce sujet. Warner, comme Coughlin d’ailleurs, se basent sur les faits et sur l’histoire et non pas sur des idées ou des fantasmes que l’on aurait de cette religion.

Bill Warner sur Red Ice Radio

Entrevue avec Mère Agnès-Mariam de la Croix sur la situation réelle en Syrie

Mère Agnès-Mariam de la Croix est une religieuse carmélite franco-libanaise qui vit actuellement en Syrie. Elle est très préoccupée par le conflit armé et a fait valoir ses opinions à de nombreuses reprises de façon publique. Elle offre ici un témoignage de la situation réelle là-bas. Comme elle ne relaie pas les lignes de propagande officielle des pays occidentaux, elle se dit la cible d’une campagne de diffamation. Selon ses termes, on utilise la diffamation contre ceux qui disent la vérité parce que (leurs détracteurs) n’ont pas d’arguments…Malheureusement, c’est une situation qui est symptomatique du monde d’aujourd’hui. Elle dénonce également la complicité des gouvernements occidentaux dans le déploiement des milices djihadistes sur le terrain en Syrie. À voir.

Entrevues avec Ted Cruz et Rand Paul

Je vous propose ces entrevues avec des candidats à l’investiture républicaine. D’abord Ted Cruz, qui apparaît comme le colistier idéal pour Donald Trump, et ensuite Rand Paul qui propose un moratoire sur l’immigration provenant d’une trentaine de pays.

Débat sur le terrorisme islamiste tenu lors du « Maghreb des livres »

Cela fait du bien d’entendre des ressortissants du monde arabo-musulman, qui ne sont pas tous arabes et/ou musulmans d’ailleurs, tenir un discours qui parle d’autre chose que du djihad ou de la charia. Il existe des intellectuels dans le monde arabo-musulman, dans le Maghreb, et ce en dépit du fait qu’ils doivent être très prudents dans leurs propos et leur conduite. Je vous propose ce débat car il en vaut la peine.

Quelques réflexions sur les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa

Le Lys d'OrJe vais tenter dans cet article d’aller un peu plus loin que le traitement en surface auquel on a eu droit cette semaine en regard des actes terroristes perpétrés à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa. Dans l’ordre donc, on a eu droit à un assaut sur deux membres de l’Armée canadienne, d’abord lundi le 20 octobre par un dénommé Martin Couture-Rouleau avec une voiture utilisée comme arme et faisant un mort, et ensuite une entrée en force au Parlement d’Ottawa par un dénommé Michael Zehaf-Bibeau avec une arme à feu mercredi le 22 octobre, faisant également un mort, encore là un soldat de l’Armée canadienne. D’autres incidents ont eu lieu au pays impliquant des armes à feu à Halifax le lendemain jeudi le 23 octobre. Un assaut à la hache s’est produit à New York la même journée du 23 octobre, tandis que la veille un assaut avec une voiture s’était produit à Jérusalem faisant une jeune victime de 22 ans. Bref, la semaine a été ponctuée de plusieurs attentats de nature djihadiste, auxquels on s’attendait puisque le Canada est impliqué dans la lutte contre l’État islamique.

La toute première chose que j’aimerais signaler et qui m’agace profondément, est la dérive évidente qui a affecté la couverture médiatique des deux incidents, surtout pour ce qui est de l’attaque sur le Parlement. Un pattern s’est développé au cours des quelques décennies qui ont vu naître ce qu’on appelle le terrorisme. C’est que, dans les minutes et les quelques heures qui suivent une tragédie de la sorte, les médias rapportent en général la participation de plusieurs tireurs ou complices, de plusieurs véhicules, etc. Ensuite, le lendemain et dans les jours qui suivent, la version des événements change pour finir toujours de la même façon: le tireur était seul, c’était un loup solitaire, il ne faisait pas parti d’un réseau ou d’une organisation. Et là, on assiste à un déluge d’insultes et de quolibets envers le fameux «loup»: c’était un fou, un malade mental, quelqu’un qui avait des problèmes, des difficultés, qui se droguait, etc. Dans le cas de l’incident d’Ottawa, on rapportait effectivement des coups de feu tirés à partir d’au moins trois endroits différents. Les médias faisaient état d’un incident dans un centre d’achat, le Centre Rideau, mais les rapports subséquents de la police ont démenti cette information. Le reportage médiatique au lendemain de la tuerie n’a fait état que d’un seul incident, en considérant que la fusillade au Cénotaphe et celle du Parlement ne font parti que d’un seul événement, alors que l’on parlait de trois événements au départ et donc de plusieurs complices à Zehaf-Bibeau. Mais les complices se sont évanouis dans l’air médiatique, ils sont tombé dans un trou de mémoire et l’histoire ne retiendra que l’identité du Québécois-Libyen. On a assisté à ce pattern-là à des dizaines de reprises. L’attentat à la bombe d’Oklahoma est bon exemple illustrant que la théorie du loup solitaire ne tient pas la route. Mais encore une fois, on nous la sert.

La deuxième chose qui me frappe, c’est qu’il semble de bon ton et pratique en Amérique du Nord de fabriquer des criminels ou des terroristes avec un nom canadien-français. Ça fait plaisir au Canada-Anglais de se dire que quand quelque chose ne va pas au Canada, c’est toujours la faute des Québécois ou des Canadiens-français. De toute évidence, les historiographes rhodésiens du Canada-Anglais ne retiendront pas que Martin Rouleau s’était converti à l’islam et que Michael Zetaf-Bibeau était Libyen d’origine. Non. Ils ne retiendront que le fait qu’ils étaient «Québécois» tous les deux et qu’ils se sont attaqués au Canada. Or, ce sont justement les Canadiens-Français qui sont morts sur les champs de bataille, qui ont servi de chair à canon pour défendre un pays qui les méprisait parfois. D’entendre des Canadiens-Anglais dégobiller sur les Québécois alors que nos ancêtres sont morts pour eux laisse un goût amer. Cela ne prendra pas tellement longtemps, suite à ces deux attentats, pour que l’on commence à dire au Canada-Anglais que l’on est pas surpris au fond de ces attaques terroristes puisque, de toute façon, les Québécois ne sont qu’une bande de racistes et de xénophobes. C’est probablement avec un soupir de soulagement que l’on a appris, au Canada-Anglais, les noms à consonance francophone des terroristes de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa. Quelle horreur dans les provinces de l’Ouest et en Ontario s’ils s’étaient appelés, par exemple, Robertson et Smith! Comme ce sont des «Québécois», on dormira sur nos deux oreilles. Il est clair que ces attentats seront irrémédiablement récupérés pour exprimer de la haine envers le Québec. Cette haine avait déjà commencé à s’exprimer dans le cadre du débat sur la fameuse Charte des Valeurs du Parti Québécois. Les islamistes ne s’étaient pas gênés pour le faire, sur internet et ailleurs. D’ailleurs, fait intéressant, on dit que la mère de Michael Zehaf-Bibeau travaillerait à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada. Certaines personnes ne manqueront pas de faire le lien entre la Charte des Valeurs du Québec, l’attentat d’Ottawa et le fait que la mère de Zehaf-Bibeau travaille à cette commission. Ils en profiteront pour dire que les Québécois n’aiment pas les immigrants de toute façon et qu’ils sont prêts à recourir au terrorisme pour s’en débarrasser. N’oublions pas non plus ici l’attentat perpétré le 4 juin 2014 à Moncton, au Nouveau-Brunswick, lors duquel un dénommé Justin Bourque (encore une fois un terroriste avec un nom francophone) habillé en tenue militaire, a tué trois policiers de la GRC, qui se trouve à être la police fédérale canadienne. L’attentat au Parlement d’Ottawa et celui de Moncton semblent obéir à la même logique puisque ce sont les mêmes symboles et représentations qui sont mis en scène.

Lire la suite