Some tips of advice to political dissidents, resistants, right-wingers and alt-righters

As America’s Left is getting ready to take down Trump, or at least trying to do so, the timing is perfect for me to present some pieces of advice to patriots out there who might wonder how exactly it is possible to survive in the very dangerous world we live in. That a bunch of thugs are trying to take out the good guys is nothing new. It is a movie that we have seen before. So to all political dissidents, resistants, right-wingers, alt-righters, in other terms everyone who is trying to fight the monstrous beast that is devouring the human race at this time, here is what I have to say to you, to help you, if it is possible. I am providing these tips and recommendations not necessarily in order of importance but rather randomly. Also, due to the sensitive nature of these tips, I invite you to read between the lines. As with any good book, the most interesting stuff is always between the lines. Here we go.

1- Try to compartmentalize your life as much as possible. To avoid the very uncomfortable situation in which Henrik Palmgren and Lana Lokteff of Red Ice TV found themselves when their website was hacked recently, it is important that you separate, as much as possible, the four basic categories of your life: Your source of income, your political life, your sentimental life and your friendships. In the case of this nice couple who is running Red Ice TV, it is impossible for them to do otherwise since everything they do is mingled together. In effect, their political activity, which they do as a couple, is at the same time their main source of income. That’s a fundamental mistake that you, out there, who might be thinking about jumping in into the political landscape should avoid. A political activist should never expect to gain a salary from a political activity. It is wiser to have a job and keep it rather than to expect donations to pour in. Also, to depend on Youtube advertisement revenue to pay your bills is not very smart, as Youtube can pull the plug on you at any time. Regarding personal matters now, your sentimental life should remain outside both your job environment and your political engagement. To have a relationship at work has the tendency to complicate things greatly and it can put your job at jeopardy sometimes. You can have friends at work but make sure they never meet with your other friends that you might have at social clubs for example. I am bringing that up because the more your life is integrated into one big piece, the easier you are to be taken down. All your enemies have to do is to craft one single operation and you are out. On the other hand, if your life is compartmentalized, these same enemies now have to craft several smaller operations to destroy you. It represents more work and so more possibility for failure. In other terms, don’t make it too easy for our enemies to attack and destroy us. Compartmentalization puts barriers and safety mechanisms that will prevent a total destruction of your life.

2- Lose your illusions on social media. Social media platforms don’t care about you. They care about their profit and their reputation. Also, when you register on them, you have to understand that you are being reduced to the electronic trail that you leave. And for the Facebook, Twitter, Google, etc, of this world, that’s what you are, an electronic trail. So to contemplate the idea that these companies could and should respect your rights is rather grotesque. Users of social media can use these platforms as much as they want, for free… But wait a minute. Have you ever wondered why it is ‘free’? In this world, nothing is free. There is a price for everything. So the only logical conclusion to all this is that for social media, the content you upload on their platforms has a value that is, at least, equal to a monthly fee that you could provide. A residential phone line may costs around 20 to 30 dollars in Canada or the U.S. Now if you consider that with Facebook for example, you can reach your friends and contacts anywhere around the world, at any time, and as much as you want, and that service is supposed to be ‘free’? There is something that we don’t understand here. If social media platforms don’t charge us for the great service that they are providing, it can only mean that they make much more money differently. Spontaneously, you could say that they are maybe selling our data, or electronic trail, out there to the highest bidder. But there is worse. The data provided by the millions of users constitutes a gigantic data bank on persons. And that is absolutely invaluable. There are so many ways that this information can be exploited, against us most of the time. Some might even take control of the whole planet with that. It is a pity that, lured by the gratuitousness of their service, so many individuals have put literaly their whole lives on Facebook and Twitter.

3- Stop considering your appartment or house as a safe zone. We live in a very dangerous world. Everywhere is a theater of war. Anything can happen anytime, anywhere to anyone. You should not consider what you call ‘home’ as a safe place. We live surrounded by electronics. These devices can record all kinds of information about us and send them to third parties that we are not even aware of. This information then can be exploited against you by anyone who has the will and the capability. If it is not already the case, you should behave at ‘home’ the same way you behave in a public place. Recently, a woman in the Province of Quebec made a troubling discovery. She found that one of her neighbours was spying on her. He had installed cameras in the attic and through the walls. If it happened to her, it can happen to you. To see the complete story, if you read French, you can see this article.

4- Stop considering food products as safe by default. You should always be extremely careful about what you eat. Don’t take for granted that it is safe, whether you are at home, at the supermarket or at a restaurant. A lot of chemicals, vaccines, pesticides, hormones, etc, are added to food products in the non-organic food industry. Mega food corporations are in a business that is very profitable are every decisions they make is made for profit. You should make food choices that will favor your health and your safety, not you wallet. Everybody understand that grocery is expensive but you shouldn’t take any chances. Use your brain and if you have any doubts about certain products, don’t use them. Destroy them instead.

5- Our elites are not after the terrorists, they are after you. Sad but true. That’s why it is important to remind ourselves how difficult it is to be a political dissident in the West. The West is no longer free. It has become a new Soviet Union, disguised behind the numerous flags of the countries of Europe and North America. To a large extent, the terror threat has been fabricated in order to strip the populations of their rights and then seize their wealth. If you look at the history of the Bolshevik revolution in Russia, that’s exactly what happened. We are being told of a terror threat and so forth, but when it comes down to legislation on the matter, it is always citizens, patriots and nationalists who get hammered down the most. Recently, after giving 10.5 millions dollars to Omar Khadr, a terrorist, Prime Minister Justin Trudeau of Canada struck again. He gave another large portion of Canadian tax-payers’ money, 31.3 millions dollars to be precise, to three men of Middle East extraction suspected of terrorist activity. It speaks volumes about what is the real agenda of these elites and who is considered an ally and who a friend. So, in that context, it is important that you realize that you will meet considerable opposition and hostility if you choose to continue on the path of resistance and political dissidence. You have to expect to be put under surveillance, at least for a certain period of time. That surveillance may include the fact of being followed, recorded and filmed, at least for a while. Of course, all situations are different. There are significant variations from country to country, and between individuals. There are not two cases that are exactly similar. And the term ‘surveillance’ most be understood in a broad sense. In effect, during the time you are being ‘surveilled’, considerable pressure can be put on you using various techniques of harassment and intimidation. This harassment and intimidation has the obvious goal of trying to make you quit the path of resistance in favor of the herd. And here you have to make a choice. You have to decide whether you are man or a woman of conviction or not. You are the only one who can make that call.

As I am reflecting on the future that is looming for humankind, I can’t help but to think that we are heading toward destruction. The world is collapsing and unless there is a serious course correction in our values and in our behavior, it will be a complete catastrophe. Time is running out.

Conférence du National Policy Institute de 2016

Cette conférence intitulée « Become Who We Are » a été organisée par le National Policy Institute et a réuni plusieurs des plus éminents penseurs du mouvement politique Alt-Right. Le mouvement Alt-Right prône notamment l’arrêt de toute immigration, la fin de la mondialisation et développe une pensée politique où la race, l’identité et la nation tiennent une place importante. Il combat le multiculturalisme, le progressisme et l’influence de culture non-européennes comme les cultures juive et musulmane. Kevin McDonald, Jared Taylor et Richard Spencer y ont participé, pour ne nommer que quelques-uns. Elle a eu lieu le samedi 19 novembre et a été diffusée sur internet par le média alt-right Red Ice TV. Une conférence de presse y a été tenue, que l’on peut voir vers le milieu de la première partie. Notamment, la question de la liberté d’expression a été abordée lors de la conférence, puisque plusieurs porte-paroles du mouvement Alt-Right ont fait l’objet récemment de censure de la part de Twitter. Pour ma part, je ferais remarquer aux membres de ce mouvement que c’est une perte de temps d’utiliser ces plateformes dites des « médias sociaux ». En effet, elles sont contrôlées essentiellement par les mêmes forces qui contrôlent déjà la télévision, les journaux et la radio. Les patriotes et nationalistes de tous pays, qu’ils se disent Alt-Right ou non, doivent créer leurs propres médias et leurs propres plateformes au lieu de perdre leur temps sur Twitter et Facebook. En gros, je dirais que cette conférence a été très relevée et qu’elle incarne l’avenir. Le mouvement Alt-Right est à l’avant-garde de la pensée politique. Nous avons la chance de voir l’histoire s’écrire sous nos yeux. Profitons-en!

Kevin Freeman sur la censure de l’internet

L’analyste économique Kevin Freeman commente ici la perte de liberté de parole sur internet qui se produit depuis plusieurs mois déjà. Cela s’exprime de différentes façons, notamment par une sélection orientée du contenu que l’on retrouve sur les plateformes des médias sociaux, par des tactiques déployées par exemple par l’Open Society de George Soros mais aussi, malheureusement, par le transfert du contrôle de l’internet (ICANN) que l’Administration Obama se préparerait peut-être à faire ce mois-ci. Le Congrès a déclaré illégal l’attribution de sommes provenant du budget pour financer ce transfert mais selon Freeman, Obama voudrait quand même aller de l’avant. Il est évident que le transfert du contrôle de l’internet à une entité indépendante, privée, peut-être internationale, signifiera la mort de la liberté d’expression sur internet, puisque alors les propos tenus sur internet ne seront plus protégés par le Premier Amendement de la Constitution Américaine, comme c’est le cas présentement, en plus d’être défendus par les élus du Sénat et du Congrès. De plus, les membres du groupe, comité ou entité qui se verrait octroyé le contrôle de l’internet seraient évidemment, dès lors, la cible de tentatives de corruption, d’intimidation et d’influences venant des acteurs les plus néfastes de la planète, c’est l’évidence même. Celui qui contrôle le discours contrôle l’agenda. Alors que les gros médias ne présentent plus que des balivernes sans importance, nous devons tout faire pour garder l’internet démocratique et populaire. C’est sur internet que les patriotes du monde entier peuvent prendre la parole, défendre leur pays, leur culture, leur civilisation et s’organiser politiquement pour prendre le pouvoir bientôt, dans les décennies à venir. Un monde nouveau est en train de naître et on le voit grandir sur et grâce à internet. Les États-Unis doivent garder le contrôle d’internet à l’intérieur du gouvernement. Vous retrouverez l’entrevue avec Freeman au second segment.

Kevin Freeman sur Secure Freedom Radio

Quelques épisodes de FTR sur le dossier du fascisme technocratique

Ces quatre épisodes de l’émission For The Record de l’animateur radio Dave Emory présentent le problème de ce qu’il appelle le « fascisme technocratique ». Par le biais de médias qui ont l’air tout à fait « démocratiques » comme les médias sociaux, notamment Facebook, l’oligarchie mondialiste formée par la haute finance, les entreprises technologiques, les grandes fortunes, etc, augmente son niveau de contrôle sur les masses endormies, sans que cela paraisse. À l’aide de plusieurs exemples, Emory montre comment les transformations sociales amenées par les nouvelles technologies nous mèneront inévitablement vers un monde cauchemardesque.

FTR #867 Because They Can, Part 3: Fireside Rant about Technocratic Fascism as “Cyber-Crowleyism”

FTR #866 Because They Can, Part 2: More about Technocratic Fascism

FTR #859 Because They Can: Update on Technocratic Fascism

FTR #851 Technocratic Fascism and Post-Reaganoid Political Dementia: Update on the Adventures of Eddie the Friendly Spook

L’affaire Roberge et ses conséquences pour le renseignement québécois

L’affaire Roberge a porté un dur coup aux forces policières du Québec ces dernières semaines. Pour ceux qui ne le sauraient pas, rappelons que Benoît Roberge est ce policier du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) qui aurait accepté des pots-de-vin d’organisations criminelles en échange de renseignements. Comme l’avait déclaré le directeur de la Police de Montréal, Marc Parent, à l’annonce de l’arrestation du policier: « On s’est senti trahi ». Et pour cause. Un enquêteur haut placé dans la structure hiérarchique de ce corps policier, qui vend des renseignements au crime organisé, quand on dans le métier et qu’on essaie de faire son travail, ça fait mal. On comprend donc le désarroi que peuvent ressentir les corps de police québécois. Mais je crois qu’il faut également prendre en considération le désarroi d’une autre catégorie de québécois: les citoyens en général. En effet, qui va parler à la police maintenant? Qui va partager de l’information avec les corps policiers en ayant en tête que l’agent à qui un citoyen s’adresse est peut-être un agent double pour une organisation criminelle? Par ailleurs, cette affaire fait ressortir aussi le problème des fameux « programmes de rapprochements » avec les communautés musulmanes. Ces programmes sont mis en place par des corps policiers ou des partis politiques pour, comme le nom l’indique, rapprocher des institutions occidentales de communautés islamiques ou même islamistes. Les deux groupes partagent du renseignement et essaient de mieux se comprendre et collaborer pour éviter des attaques terroristes. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi mais néanmoins ces initiatives mettent les policiers dans des situations vulnérables où ils peuvent facilement être corrompus par des éléments du crime organisé arabo-musulman ou par des organisations terroristes et devenir ainsi des agents doubles pour ces groupes. Donc, je répète ma question, qui va parler aux policiers maintenant?

Cette problématique s’amplifie lorsque l’on considère la concentration du renseignement dans le monde moderne. Suite à l’invention de l’ordinateur et des banques de données, des caméras de surveillance et de tout l’appareillage de type « Big Brother » dont on est entouré, une masse incroyablement dense d’informations est stockée dans un nombre de lieux assez restreint et un nombre limité de personnes y ont accès. Pour donner un exemple classique, en Union Soviétique, pour surveiller la population, le KGB devait placer physiquement des espions dans chaque café, librairie, usine, etc. Les dissidents étaient détectés un à un de façon ardue. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Quelqu’un peut établir la liste de tous les dissidents ou citoyens jugés indésirables pour un quelconque groupe d’intérêts à partir d’un ordinateur. S’il a accès par exemple aux fichiers de la police ou même à la base de données de réseaux sociaux comme Facebook par exemple, c’est assez simple à faire. En somme, là où je veux en venir, est que loin d’avoir produit une société plus sécuritaire, la société de type Big Brother nous a en fait rendus tous plus vulnérables. Nous vivons maintenant dans un monde extrêmement dangereux. Le renseignement est tellement concentré qu’il suffit qu’une organisation criminelle ou terroriste ait un agent à l’intérieur de la machine pour produire un dommage irréparable. Si vous avez vu le dernier film de James Bond, Skyfall, vous vous souvenez peut-être de cette scène où le personnage du vilain se trouve dans une salle, entouré d’ordinateurs. Alors que James Bond est retenu prisonnier, le vilain lui déclare pouvoir, à volonté, accéder au système bancaire et le faire planter, prendre le contrôle d’un satellite, de la bourse, d’armements militaires, etc. Ça donne une idée du problème auquel nous sommes confrontés avec la concentration du renseignement. En permettant cette concentration, nous avons en fait rendu la tâche beaucoup plus facile aux organisations criminelles de prendre le contrôle des sociétés. Ils ont moins d’efforts à faire qu’auparavant. On ne connaît pas toutes les ramifications de l’opération d’agent double de Roberge mais une chose est sûre, il est possible que ce ne soit que la pointe de l’iceberg. Des indices s’accumulent sur les forces policières québécoises qui laissent croire à un certain degré de corruption et de désagrégation des bonnes moeurs déontologiques. Mentionnons par exemple le cas d’un autre « taupe » du SPVM, Ian Davidson, qui vendait des informations lui aussi au crime organisé, le cas de Claude Aubin, pour les mêmes raisons, le cas de ce citoyen de Trois-Rivières, Alexis Vadeboncoeur, qui a été battu apparemment sans raison par des agents de la Sûreté du Québec à Trois-Rivières, le cas similaire de Norbert Mestenapeo sur la Côte-Nord, l’arrestation gratuite du journaliste du Journal de Montréal Éric-Yvan Lemay, qui ressemblait davantage à une tentative d’intimidation et d’humiliation, le harcèlement et l’intimidation dont aurait été victime Jason Gabriel, un résident de Kanesatake, sont quelques exemples pouvant laisser croire qu’une certaine portion des forces policières québécoises a pu être tournée, à son insu, contre les citoyens. Les individus considérés dissidents ou marginaux peuvent ainsi facilement être transformés en terroristes ou en criminels lorsque les policiers chargés des enquêtes sont eux-mêmes, parfois, des criminels, des agents doubles ou corrompus.

Au final, l’affaire Roberge risque de faire autant de dommage au renseignement québécois que l’affaire Snowden a pu en faire au renseignement américain. Ce sont deux cas différents mais les conséquences au fond sont les mêmes: perte de confiance, sources de renseignement compromises, opérations sabotées, etc. Les opérations d’infiltration ou d’agents doubles à la Roberge ou Snowden réalisent le vieux rêve du communisme, à savoir détruire toute opposition en transformant tout citoyen en criminel potentiel. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, ça ne me rassure pas du tout.

Pour en finir avec le « scandale » de la NSA

Les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage des communications de citoyens américains et étrangers effectué par la NSA font la manchette depuis plusieurs semaines déjà et provoquent des réactions épidermiques partout chez la classe politique locale et internationale. Mais, pour bien comprendre ce qui est en jeu ici, encore faut-il voir le problème dans son essence même et non pas perdre son temps avec des balivernes. En fait, ce que Snowden a « révélé » est une très vieille nouvelle. Tout le monde était au courant…parce que tout le monde le fait. L’espionnage est au moins aussi vieux que la politique. Ça fait des millénaires que les pays et les empires, alliés ou ennemis, s’espionnent mutuellement car ils recherchent tous la même chose: le pouvoir, le territoire et les ressources. Alors de voir ainsi les Merkel, Hollande et autres dirigeants politiques faire les vierges offensées face à ces « graves révélations » d’Edward Snowden fait rire. Vous pouvez gager votre chemise que dans chaque pays il y a au moins une agence de renseignement qui fait exactement la même chose que la NSA. Peut-être pas aussi efficacement, peut-être pas avec les mêmes moyens, mais chaque pays investit beaucoup d’énergie et de ressources dans ce domaine car c’est la nature même du jeu politique. Le fait que les États-Unis sont supposés être un « allié » de la France ou de l’Allemagne n’a rien à voir avec ce qui est en cause. Les pays veulent du renseignement car le renseignement, c’est le nerf de la guerre.

Nous vivons à l’ère de Big Brother et du Meilleur des Mondes. Le socialisme a triomphé. L’invention du terrorisme, ou sa récupération en fait par l’oligarchie qui gouverne le monde, a réussi à atteindre ce but ultime pour tous les États du monde: pouvoir fourrer leur nez partout dans la vie privée des gens, sans raison, sans motif et sans mandat. Le goulag en Union Soviétique qui était une installation située en un lieu géographique précis a été étendu à la grandeur du globe. C’est la Terre qui est le goulag maintenant. Nous sommes observés jour et nuit par des caméras, des satellites, des agents de renseignement, des espions, et tout ça évidemment pour notre « bien »… Vous pensez pouvoir travailler tranquillement quand votre patron n’est pas là, loin de son regard? Détrompez-vous. Des caméras cachées et parfois même des micros enregistrent vos moindres faits et gestes sur votre lieu de travail. Votre patron sait quand vous prenez votre pause, si vous vous décrottez le nez, ce que vous mangez à votre poste de travail, et surtout, avec qui et quand vous avez des relations sexuelles dans les toilettes. Vous pensez pouvoir relaxer sur une place publique lors d’une journée de congé? Vous pouvez relaxer évidemment mais une caméra de surveillance installée sur le toit d’un immeuble ou d’un lampadaire vous observera. Si votre visage est connu des services de renseignement, un logiciel de reconnaissance faciale vous repérera tout de suite. Une voiture de police passera probablement pour jeter un coup d’oeil à ce que vous faites. Vous croyez pouvoir chanter dans votre douche en toute intimité et pouvoir « fausser » la note sans que cela ne choque personne? Détrompez-vous. Un satellite pointe sur vous et votre performance est enregistrée. Un agent de renseignement l’analysera et, selon le cas, rira de vous ou au contraire placera votre nom en priorité si jamais vous soumettez votre candidature au concours American Idol ou si vous envoyez un démo chez une compagnie de disques. Vous pensez que ce que vous achetez au supermarché ne regarde que vous? Détrompez-vous. Si vous payez avec une carte bancaire, quelqu’un accédera à la transaction, regardera ce que vous achetez et refilera l’information à des compagnies qui pourront l’utiliser pour leurs stratégies de marketing, cibler leur marché de vente, etc.

Lire la suite