Conférence de Marine Le Pen sur la fermeture des comptes bancaires du FN

Dans cette conférence de presse, Marine Le Pen nous apprenait que certains comptes bancaires du Front National ont été fermés par les autorités de la Société Générale. De plus, elles nous apprenait également qu’au moins un de ses comptes personnels a été fermé par la HSBC. Ce qu’elle qualifie ici de «fatwa bancaire» est totalement inacceptable. Ce qui motive ces fermetures de compte est, évidemment, l’orientation politique. C’est carrément de la discrimination basée sur les idées politiques, alors que l’on réserve souvent la notion de discrimination seulement pour la race, le sexe ou la religion. Or, les services bancaires, comme le gaz, l’eau courante, l’électricité, le téléphone, et maintenant l’internet, est un service d’utilité publique. C’est un service essentiel sans lequel aucun citoyen ne peut fonctionner normalement. Priver un citoyen d’un de ses services est une atteinte directe à ses droits et à sa dignité. Ces décisions respectives de la Société Générale et de la HSBC mettent non seulement la démocratie en danger en France mais elles mettent en danger aussi directement les droits fondamentaux des citoyens. Si on peut priver un citoyen de son compte bancaire, en toute impunité, alors demain c’est le gaz, l’électricité, l’eau courante, le téléphone ou l’internet que l’on lui coupera sous prétexte qu’il ou elle n’a pas les bonnes idées politiques.

Franchement, je ne vois pas comment les Français peuvent accepter cela. En effet, un fait essentiel demeure. Dans le monde entier, et c’est universel, les organisations criminelles sont bien obligées de lessiver les profits de leur activités en utilisant le système bancaire. Elles ne peuvent tout de même pas garder des milliards de dollars sous le matelas, cela tombe sous le sens. Tout le monde le sait, les banquiers le savent aussi. Or, d’après ce que nous pouvons en juger, les banques ferment tout simplement les yeux ou regardent ailleurs lorsque cela se produit. En d’autres termes, si les banques ne refusent pas de donner accès à leurs systèmes à des individus ou à des organisations qui sont douteuses, pourquoi faudrait-il qu’elles le fassent pour des individus qui ont des activités légitimes? Après tout, l’activité politique fait partie intégrante de nos institutions. Avec ce genre de dérive, on pourra se retrouver bientôt dans une situation où des Français se retrouveront sans compte bancaire, sans électricité et sans eau courante alors que quelques portes plus loin des trafiquants en tous genres pourront profiter pleinement des largesses de notre société.

De toute évidence, on a affaire ici à la goutte qui fait déborder le vase. C’est assez. Les Français ne peuvent plus accepter de faire rire d’eux comme cela. Depuis quelques années, beaucoup de gens se sont levés pour dénoncer le démantèlement de la République française mais le problème c’est que, sur le terrain, rien ne se passe. Du côté des institutions, comme dans l’Armée par exemple, la plupart des généraux restent bien tranquilles et la vie continue. Pour ce qui est du système électoral, il est complètement pipé, puisque la proportionnelle n’a toujours pas été adoptée, d’une part, et d’autre part parce que la votation aux deux tours fait en sorte que tous les partis s’unissent contre le FN au deuxième tour. Il ne reste donc au Français qu’une seule option et c’est de prendre la rue pour faire entendre leur voix. Si la première Révolution Française a pu commencer parce qu’il n’y avait plus de pain, peut-être qu’une nouvelle Révolution pourrait commencer parce qu’on s’attaque à nos droits fondamentaux, comme celui d’avoir un compte bancaire. Les mêmes causes entraînent les mêmes effets. Si on peut se permettrent dans une société de fermer le compte bancaire de quelqu’un pour des raisons politiques, alors ce n’est pas plus compliqué de le dépouiller des tous ses biens et de l’envoyer dans une camp de concentration. C’est le sort qui attend les Français et tous les peuples d’Europe s’ils ne réagissent pas. L’Europe est sous occupation. Il serait grand temps, chers cousins, que vous le réalisiez, avant qu’il ne soit trop tard.

François Asselineau de l’UPR répond aux questions des internautes, 20 septembre 2017

François Asselineau, président fondateur de l’Union Populaire Républicaine, répondait aux questions des internautes en direct le 20 septembre dernier. Parmi de nombreux sujets, il a commenté la démission de Florian Philippot du Front National qui venait tout juste de se produire. Il s’est aussi prononcé sur l’indépendance du Québec. Je me dois ici de rendre hommage à François Asselineau qui est resté droit comme un chêne pendant toutes ces années depuis la fondation du parti. Malgré les nombreuses difficultés, la censure médiatique dont le parti a fait l’objet (un peu moins depuis la Présidentielle), le manque chronique de financement et la lourdeur de la pensée unique qui sévit en France, le président de l’UPR n’a jamais changé de discours: La France doit retrouver son indépendance et cela ne peut se faire sans sortir de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN. Selon Florian Philippot qui vient tout juste de quitter le Front National comme je le disais à l’instant, le Front National est dans un processus de transformation où il abandonne à toute fin pratique l’idée de l’indépendance nationale pour se concentrer sur les questions de l’insécurité et de l’immigration. Les remous créés par la transformation du Front National sont intéressants. Ils permettent de mettre en lumière le problème du discours d’opposition aux partis politiques dominants en France, qui sont tous européistes, mondialistes, immigrationnistes et pratiquement pro-islamisation. D’un côté, on a l’UPR entre autres qui centre exclusivement son discours sur l’indépendance nationale, en mettant de côté les questions de l’immigration et de l’islamisation. De l’autre, on a le Front National qui, si l’on en juge d’après les différents témoignages dont celui de Philoppot, centrerait son approche sur l’immigration et l’islamisation en délaissant la question nationale. Eh bien…le problème est là exprimé dans son entièreté. La question de l’indépendance nationale est indissociable des questions de l’insécurité, de l’immigration et de l’islamisation. En effet, il est impossible pour un pays de régler ce genre de problèmes sans être indépendant au niveau politique. Le Québec est un bon exemple. Et à l’inverse, il ne donne rien à un peuple d’avoir un pays indépendant si c’est pour le voir être détruit par des hordes de migrants et d’islamistes qui le mettront en pièces. C’est pourquoi le discours d’opposition en France doit nécessairement s’organiser en tenant compte de ces deux pôles, indissociables. Un véritable parti politique d’opposition doit articuler ces deux aspects dans son discours et son approche afin d’être réellement efficace dans sa lutte. J’ai confiance que l’UPR sortira grand gagnant de l’effondrement de la France qui se produit présentement sous nos yeux. Car ce qui est vrai et solide finit toujours par triompher, même si cela prend du temps et même si cela est ardu. Vive la France libre et vive le Québec libre!

Discours de Marine Le Pen à Brachay

Dans un article précédent, je vous disais ne plus vouloir appuyer de partis politiques en particulier et que ce seraient les citoyens qui sauveraient nos pays de la destruction. Je le pense encore. Néanmoins, il est important que nous continuions à appuyer certains politiciens, nommément ceux qui ont le courage de porter nos convictions et de défendre nos valeurs dans la sphère politique. En tête de liste, Marine Le Pen, François Asselineau, Donald Trump, Geert Wilders et Nigel Farage viennent à l’esprit immédiatement mais il y en a d’autres. Le combat pour la liberté n’est pas facile. Il est semé d’embûches et de difficultés, c’est pourquoi nous devons prendre soin de ceux qui prennent le risque de parler en notre nom et défendre nos droits et nos libertés. À l’occasion donc, je vous offrirai une présentation, un discours, une conférence d’une personnalité politique qui incarne bien le projet d’avenir que nous portons, nous qui rêvons du monde de demain. Aujourd’hui, je vous propose le discours de Marine Le Pen à Brachay, qui marque la rentrée politique de la Présidente du Front National. C’est un discours assez musclé, vif qu’elle nous offre ici. Alors que Marine Le Pen se propose en compagnie des militants du Front National de concocter une version 2.0 du parti, cette présentation est de bon augure. Le combat dans lequel nous sommes engagés pour la liberté de nos peuples est un combat multigénérationel. Nous n’en verrons probablement pas la fin de notre vivant. Nous devons donc dans ce cas développer le concept de la «longue guerre». Les patriotes, partout dans le monde, sont en lutte pour la reconquête de leur pays. En effet, beaucoup de pays sont aux prises avec des gouvernements d’occupation, littéralement, et les citoyens voient leurs droits bafoués tous les jours. Le travail de reconquête, la reconquista, est commencé. Nous devons chasser les occupants avant qu’ils n’aient fini de tout saccager et de piller toutes nos ressources. Dans cette longue guerre, les territoires de la France et des États-Unis sont extrêment critiques. Le combat pour la liberté sera gagné, ou perdu, dans ces deux pays. À nous de faire tourner le vent en notre faveur.

 

Élection de Donald Trump: Les conséquences pour la France

Suite à l’élection de Donald Trump à la Présidence américaine, on se demande si l’élite socialiste qui gouverne l’Europe a encore un quelconque avenir politique. Ce sera intéressant d’observer comment ils feront pour rester en poste alors que leurs politiques se retrouveront en décalage complet avec les politiques américaines sous le nouveau Président. Les socialistes européens ont démontré leur incapacité totale à construire et développer des sociétés qui soient harmonieuses, prospères, paisibles. Au contraire. Le socialisme a favorisé le développement de gouvernements-pieuvres gigantesques carburant à la dette et au déficit. Leurs sociétés sont rongées par le crime, le trafic de drogues et la violence. De toute évidence, l’élection de Donald Trump est le signal que le temps est venu de changer de politiques. Mais changer de politiques implique souvent de changer les personnes en postes de responsabilité. C’est pourquoi il serait bon que le tandem Socialistes/Les Républicains laisse sa place à une nouvelle combinaison. Les élections présidentielles de 2017 pourraient permettre à des forces nouvelles de faire leur apparition. Pour sauver la France et pour s’assurer qu’elle ait un avenir, je rêve qu’un gouvernement d’union nationale soit constitué, rassemblant des patriotes de tous les partis et de tous les milieux, tous dédiés à mettre leurs énergies au service de la patrie. Il m’apparaît évident que le Front National et l’Union Populaire Républicaine sont les deux seuls partis politiques présentant un quelconque intérêt dans ce domaine. Je les imagine donc gouverner la France de demain, en tandem, en coalition s’il le faut, afin de permettre à la France de redevenir la France, afin que la France retrouve sa gloire d’antan. Sur ce, je vous laisse apprécier les réactions respectives de Marine Le Pen et de François Asselineau à la victoire de Donald Trump.