Le séminaire « Red Pill » de Stephen Coughlin sur l’islamisme

Voici l’excellent séminaire en dix parties du conférencier et spécialiste de la loi islamique Stephen Coughlin, intitulé « Red Pill ». Le matériel présenté ici s’inscrit en continuité avec celui qu’il avait l’habitude de présenter aux officiers supérieurs de l’Armée américaine pendant des années, avant que le Pentagon ne prenne la décision de le mettre de côté, probablement sous la pression d’organisations islamistes, comme les Frères Musulmans notamment. Ce séminaire a été présenté à Vienne, Autriche, en mai 2015. Il dresse le portrait des principales connaissances significatives en regard de la loi islamique ou charia. Entre autres éléments importants à souligner, Coughlin insiste sur la dimension militaire inhérente à la charia, qu’il démontre en citant des passages du Coran, des hadiths ou de déclarations d’imams. Notamment, il rappelle à l’auditoire que la loi islamique fait du djihad quelque chose d’obligatoire. Il cite les versets 8:12 et 3:151 où Allah demande aux croyants « d’instiller la terreur dans le cœur des non-croyants » . Il souligne aussi l’existence de certains documents contemporains qui ont été saisis lors de descentes de police, dont celui intitulé « The Project » dans les années 1980, ainsi que l « Explanatory Memorandum » dans les années 1990, où certaines organisations islamistes présentaient leur plan d’action pour infiltrer l’Occident et le subvertir de l’intérieur. Il rappelle aussi l’existence d’un « Plan d’action de dix ans » qui aurait été conçu par l’Organisation de la Coopération Islamique en 2005, afin d’imposer la censure sur les discours écrits et parlés de par le monde pour qu’ils soient conformes à la charia.

Coughlin fait également la connexion entre l’islamisme, le terrorisme et la gauche. Il démontre que la collaboration entre les organisations islamistes et les groupes marxistes est bien réelle. À cet effet, il rappelle l’oeuvre de Saul Alinsky et comment  cette idéologie a permis à toutes sortes de groupes, dont les islamistes, de faire progresser leurs mouvements. Une citation de Carlos the Jackal est significative à ce sujet: « Only a coalition of Marxists and Jihadists can destroy America  » . C’est le fameux axe Rouge-Vert dont plusieurs auteurs parlent, les forces de la gauche et celles de l’islam radical qui ont fait cause commune pour détruire le monde libre, la démocratie et la civilisation.

Parmi les autres éléments d’intérêts, Coughlin s’arrête sur le problème de ce qu’on appelle le « dialogue interreligieux ». Coughlin fait remarquer avec justesse que ce mouvement est utilisé par les islamistes pour faire accepter la charia par les représentants des autres religions, sous le couvert de l’ « ouverture » et du « dialogue ». Les grandes religions sont assez différentes les unes des autres. L’idée d’un dialogue est idiote en soi puisque à part de souligner les différences entre une religion et une autre, de quoi peut-on dialoguer? En fait le piège du « dialogue interreligieux » remonte probablement à l’époque des premières études en sciences des religions ou en études comparatives, où l’on voyait des intellectuels ou des érudits, de bonne foi, comparer des éléments qui pouvaient paraître semblables d’une religion à l’autre mais en les sortant de leur contexte souvent. Ces exercices de « dialogue » entre les religions sont souvent des exercices d’à-plat-ventrisme où l’on voit des représentants de grandes religions faire génuflexion devant la rhétorique des représentants de l’islam en ne défendant pas la spécificité de leur propre tradition.

L’élément le plus important de ce séminaire demeure probablement le fait d’avoir identifié l’attaque sur la raison qui est en train d’être effectuée en Occident. Les membres de l’axe Rouge-Vert, la gauche et les islamistes, ont non seulement changé le sens de mots (Orwell parlerait de « newspeak ») pour pouvoir les utiliser à leur avantage mais, en plus, ils ont instillé dans la culture ambiante le relativisme moral, qui fait en sorte que les religions ou les codes moraux peuvent s’équivaloir, mais aussi le relativisme logique, ce qui fait en sorte qu’une chose et son contraire peuvent être vraies. N’étant plus capables de penser de façon logique et n’étant plus capables de faire des distinctions entres les choses, les philosophies, les religions, les valeurs et les idées, et ne pouvant donc plus nommer les choses de façon précise et exacte, les Occidentaux, ainsi, ne sont plus en mesure de comprendre que leur société est en train d’être subvertie et renversée de l’intérieur depuis plusieurs décennies. Je m’arrête ici. Je vous propose la première des dix parties de ce séminaire. Vous pourrez retrouver le reste des vidéos sur le site web de Stephen Coughlin en cliquant sur le lien en bas de la page. Bonne écoute.

Stephen Coughlin’s “Red Pill” Brief

Les différences entre le sunnisme et le chiisme et le plan Kalergi

Ces deux excellentes vidéos d’Aldo Sterone tentent de présenter les raisons historiques expliquant la persistance des structures autoritaires de pouvoir dans le monde arabo-musulman, spécialement dans le monde sunnite. En étudiant certains textes, dont ceux des rédacteurs de hadiths Sahih Muslim et Boukhari, Sterone en vient à la conclusion que le sunnisme a été créé de façon à servir de glorification aux califes. Il cite Sahih Muslim: « Si votre dirigeant est Satan dans le cadavre d’un homme. S’il brise ton dos. S’il prend ton argent… Écoute-le et Obéis-lui ! Il cite Boukari: « Obéis à ton dirigeant même si c’est un éthiopien à la tête de raisin ». La deuxième vidéo est consacrée plus spécifiquement à la « catastrophe du jeudi » telle que racontée par la tradition musulmane, où un Mahomet sur son lit de mort aurait été empêché d’écrire ses dernières volontés ou pensées. En effet, certains clans étaient réfractaires dû à l’état mental précaire du prophète. Sterone mentionne également le rôle joué par le deuxième calife de l’histoire, Umar Ibn Al-Khattab, dans le développement de la pensée radicale islamiste. Dans la troisième vidéo que je joins aussi, Sterone affirme même que Umar Ibn Al-Khattab serait considéré par certains comme le prophète véritable, bien supérieur à Mahomet. Sterone cite d’autres théologiens musulmans comme Ibn Taymiyya. Selon Sterone, les chiites de leur côté ont eu tendance à s’opposer aux malversations des califes, ce qui leur a valu de nombreuses persécutions.

De façon générale, les perspectives présentées par Sterone ici m’amènent à rappeller l’affreux cauchemar envisagé par le visionnaire politique Richard Coudenhove-Kalergi. Kalergi était un pan-européiste supranationaliste. En gros, il voyait dans l’Europe la plus grande menace à la domination des États-Unis. Dans sa vision, il fallait donc faire disparaître sa population, blanche, chrétienne, éduquée et cultivée en la remplaçant par une autre moins évoluée et donc plus facile à manipuler et à dominer. Le déversement incontrôlé de nouvelles populations force le métissage et brise les valeurs et les identités locales. Le plan Kalergi est un plan génocidaire, se produisant de façon graduelle, sur plusieurs décennies ou siècles, sans que la nationaux s’en rendent compte. C’est un plan de conquête de l’Europe, qui utilise l’immigration comme arme. Les immigrants arabo-musulmans d’obédience sunnite sont donc une population de choix pour opérer cette transformation forcée. Comme ils ont été formatés pour toujours obéir, même aux dictateurs les plus sanguinaires et les plus injustes, ils permettent de réaliser parfaitement le rêve de Kalergi pour les pays européens et pour les pays occidentaux en général. Nos dirigeants politiques en sont probablement venus à la conclusion que comme nous étions instruits, cultivés, éduqués, que nous avions le sens critique, que nous n’acceptions pas tout ce qui nous était imposé nécessairement, que nous nous rebellions parfois, il valait mieux alors nous remplacer. Nous remplacer par des gens éternellement soumis et qui détestent les populations des pays dans lesquels ils s’installent. Comme « islam » veut dire soumission, alors les musulmans ont été choisis pour accomplir cette tâche. Voilà pour moi la véritable nature de l’immigration musulmane que nous subissons…

Les Assises de la remigration: De la résistance à la reconquête…

Les clips vidéo qui suivent sont le fruit des Assises de la remigration qui ont eu lieu le 15 novembre 2014 à Paris. L’événement était organisé par le Bloc Identitaire, un mouvement politique défendant l’identité occidentale et favorable à l’Union Européenne. Les clips ont été mis en ligne sur Youtube dans une liste de lecture qui ne reflète pas nécessairement l’ordre des présentations tenu lors de la conférence. Cela crée un peu de confusion mais n’enlève rien toutefois à leur qualité puisqu’elles sont toutes très bonnes. Je signale aux internautes plus particulièrement les interventions de René Marchand, Philippe Conrad et Guillaume Faye. Marchand insiste surtout sur l’importance de la Loi de 1905 consacrant la liberté de conscience et la séparation de l’État et de la religion.

Philippe Conrad fait un rappel historique extrêmement pertinent sur la situation de l’Espagne occupée par les hordes musulmanes, que l’on appelait alors les Morisques. Pour illustrer comment étaient perçus ces « immigrants » ou colons musulmans de l’époque en terre d’Espagne, il cite deux personnages historiques. Le premier, dont on ne saisit pas tout à fait le nom, membre de l’Ordre des Trinitaires, vers 21:00: « Fils et familiers de Satan, menteurs et côteleux, nés avec le mensonge dans la bouche et le vol dans la main ». Le second, l’érudit Ramon Menéndez Pidal, vers 24:50: « Après de nombreux siècles de voisinage forcé avec les chrétiens, cette race exotique ne s’était jamais intégrée à l’Espagne ni à sa foi ni à ses idéaux collectifs ni à son caractère. Les Morisques ne furent jamais assimilés et vivaient comme un néoplasme cancéreux dans la chair espagnole. » Voilà qui donne un coup dur à l’illusion du « vivre ensemble » et de la possibilité pour des sociétés multiculturelles de maintenir leur cohésion. En 1609, la monarchie espagnole décide donc d’expulser les Morisques, processus qui prendra plusieurs années, venant ainsi coiffer les efforts entrepris depuis plusieurs siècles pour reconquérir l’Espagne et chasser les envahisseurs musulmans.

De son côté, Guillaume Faye insiste sur la notion de Grand Remplacement ou de colonisation caractérisant l’immigration en Europe. Faye fait le parallèle entre les invasions germaniques du IVème siècle, d’origine européenne, et les invasions d’aujourd’hui qui sont d’origine extra-européenne. Il présente certaines mesures pouvant être mises en place pour forcer la remigration des populations extra-européennes, comme l’immigration-zéro, la fin du regroupement familial, du droit du sol, du droit d’asile, de la régularisation des clandestins, de la reconnaissance du statut de réfugié, etc. Pour finir, il identifie trois scénarios qui risquent de se réaliser si on ne fait rien pour défendre notre identité et notre territoire: la mort tiède, la crise ou la mort tiède avec des révoltes sporadiques. Je vous présente donc ces trois extraits en premier lieu. Si vous désirez visionner les autres clips, vous n’aurez qu’à cliquer sur le lien ci-dessous.

Lire la suite

Anne-Marie Delcambre explique les fondements scripturaires du barbarisme islamique

Cette présentation est à voir absolument. Madame Delcambre explique très bien ici que les comportements proposés par les imams et adoptés par les fidèles de l’islam ne sont pas le fruit du hasard. Ils ont leur origine parfois dans le coran lui-même mais aussi assez souvent dans les hadiths, des écrits où l’on retrouve racontée la vie du prophète, ses actions et ses paroles aux quotidiens.