Entrevue #1 et #2 avec Peter Levenda sur l’héritage hitlérien et le djihad mondial

Cette série d’entrevues avec Peter Levenda réalisée par Dave Emory est l’occasion pour lui de présenter son dernier livre, The Hitler Legacy. Cet ouvrage de recherche présente un monde complexe, dont l’histoire ne se résume pas aux versions simplistes que l’on nous présente souvent. Pour l’auteur, les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui ne sont que la continuité de ceux qui se posaient durant et après la Première Guerre Mondiale. À l’époque, les pouvoirs coloniaux qu’étaient la Grande Bretagne et la France, ainsi que la Russie, étaient en conflit avec l’Allemagne pour le contrôle du monde. L’Allemagne a rapidement compris qu’elle pouvait utiliser les frustrations et revendications des populations ayant vécu la colonisation, et en particulier les populations arabo-musulmanes, afin de les fanatiser contre la Grande-Bretagne, la France, la Russie, ainsi que contre les États-Unis et les sionistes, partisans de la création de l’état d’Israël. Des personnages importants de la finance et de l’industrie américaine et allemande, tels Henry Ford, la famille Thyssen et plusieurs autres, conservateurs et anti-communistes, ont prêté main-forte à l’Allemagne dans un effort justement pour freiner l’essor du communisme dans le monde. L’archéologue Max von Oppenheim (probablement du renseignement allemand) aurait joué un rôle important à cet égard en convaincant le Sultan Mehmet V de l’Empire Ottoman, allié de l’Allemagne, de déclarer un djihad mondial contre ces pays, dont nous vivons toute l’ampleur aujourd’hui. T.E. Lawrence (probablement du renseignement britannique) aurait essayé d’utiliser les populations arabo-musulmanes de façon à contrer les efforts de Oppenheim et du Sultan. À la fin de la guerre, Français et Anglais se sont divisés le Moyen-Orient en fonction de leurs intérêts lors du Traité Sykes-Picot, violant ainsi les promesses faites aux populations arabo-musulmanes et juives aussi. La Deuxième Guerre Mondiale n’a rien réglé de façon concrète. Plusieurs criminels de guerre nazis se sont vus offrir l’occasion de s’enfuir en sûreté à l’étranger, par le biais de ce qu’on appelle communément les « ratlines ». Certains se sont convertis à l’islam. Beaucoup ont trouvé de nouveaux emplois dans des gouvernements ou des agences de renseignement de par le monde. Ainsi, la nébuleuse fasciste et/ou nazie a pu continuer d’exister, dans l’underground jusqu’à tout récemment, et c’est cette nébuleuse que l’on voit refaire surface aujourd’hui sous la forme des islamistes/djihadistes. Beaucoup d’éléments sont apportés durant ces entrevues de haute qualité qu’il serait trop long d’énumérer. Il est indéniable que le livre de Peter Levenda est de fort calibre. Dave Emory lui attribue la note de cinq étoiles, ce qui est sûrement pleinement mérité. En compagnie du merveilleux livre de John Loftus The Secret War Against the Jews, ces deux ouvrages de recherche constituent sans doute les sources de renseignement les plus fiables, véridiques et pertinents pour comprendre l’histoire du vingtième siècle et notre situation actuelle. Le silence médiatique entourant ces deux livres, j’imagine, en est la preuve irréfutable. Je vous invite donc à prendre le temps d’écouter les entrevues et de lire les textes associés. Beaucoup d’éléments doivent être compris à la fois. Deux autres entrevues sont planifiées pour bientôt avec l’auteur, qu’il me fera plaisir de vous proposer quand elles seront disponibles. Bonne écoute.

FTR #838 Interview (#1) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

FTR #839 Interview (#2) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

Tony Gosling: Martin Bormann, post-WWII nazism and the state of corruption in the UK

The Dalai Lama and Tariq Ramadan have sung in duet at the Second Global Conference on World’s Religions after 9/11

Well…I feel the need to pontificate a little today. Being a blogger and feeling sometimes relegated to the backseats of social and political discourse, I often have the impression that what I have to say about the world is considered useless and inconsequential by the power elite of this world. More humble people obviously appreciate this site and I am glad they do because, in the end, it is for them that I write and publish all these posts on my own time, for free. So today I hope you will allow me to celebrate my instincts, although I would have prefered evidently to be wrong. Last May, when I first heard about this coming Conference in Montreal, I had the feeling that the Dalai Lama and Tariq Ramadan would adjust their strategies and work on a common agenda. That’s why I had titled my post The Dalai and Tariq Ramadan will sing in duet…and that’s exactly what happened.

Let me explain a few things. A journalist from French-speaking radio station 98,5FM in Montreal, Canada, named Alain Pronkin, attended the Conference on September the 7th. In a two-part interviews given to host Benoit Dutrizac, he reported two things rather relevant for our purpose. First, Tariq Ramadan, this Muslim Brotherhood agent so « charming » and « moderate » that has become literally a sweatheart for the so-called progressive sector, was asked by a Buddhist raised in a Christian family why the Dalai Lama couldn’t visit the Mecca. Ramadan plainly and dully responded that the vast majority of Muslim scholars agreed on this and that King Abdullah of Saudi Arabia wouldn’t allow it anyway. Period. So much for the religious freedom and « tolerance » that Ramadan is desperately trying to force upon Westerners. In other words, what Muslims mean by religious freedom is the possibility for them to impose their laws, their sharia, their Islamic veil, their sacred holidays, their prayers at whatever moment of the day and in whatever places they see fit, etc, that we, Westerners, have to accept in the name of so-called « openness ». But this principle of religious freedom doesn’t seem to work the other way around. If we, Westerners, want to express our religious freedom by visiting a holy place of Islam, even if it is only out of curiosity or for touristic experience, we can’t…unless Muslims permit it. Now you get the picture about religious freedom, Muslim style. Lire la suite

La Seconde Conférence mondiale sur les religions: lorsque des dogmatiques nous font la leçon sur la démocratie

Dans un article prédécent, j’ai émis de sérieuses réserves sur cette Conférence qui aura lieu le 7 septembre prochain. Le point de départ de ce scepticisme se trouvait tout simplement dans le fait que les personnalités invitées à y prendre parole ne sont pas tout à fait renommées pour leur sens de la démocratie, du respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Par exemple, la Conférence accueillera Tariq Ramadan, qui se réclame de la philosophie des Frères musulmans. Rappelons que les Frères musulmans étaient alignés avec l’Allemagne nazie durant la Deuxième Guerre Mondiale. Leur philosophie est réactionnaire, hostile aux femmes, à la démocratie, aux valeurs de la modernité et cherche à renverser l’occident pour instaurer le règne de la charia. En d’autres termes, il s’agit de quelqu’un que l’on ne devrait même pas accueillir en sol canadien. Pour ce qui est du Dalai Lama, il est le leader d’une théocratie. Lorsque les gens désobéissent au Tibet, on leur crève les yeux. Vous trouvez cela démocratique? En 1938, une expédition a été organisée pour se rendre au Tibet par des SS sous le patronage de Himmler. Des gens comme Bruno Beger et Ernst Schafer en faisaient parti. Le but de l’expédition était de créer un contact diplomatique entre les Nazis et le gouvernement tibétain et celui-ci s’est maintenu par la suite jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, le Dalai Lama a reconnu pendant des années Heinrich Harrar comme étant son tuteur spirituel. Or, Harrar lui aussi était un ancien SS. Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter ici cet article de Dave Emory sur son site SpitfireList.com.

Je dois remercier le site web Pointdebascule de proposer une analyse de la situation qui appuie et renforce la mienne. Ces grands bonzes de la religion, du dogmatisme, de la réaction politique et du refus de la modernité viennent ici nous faire la morale, alors que cela devrait être nous, les modernes, qui les tenions en respect. N’avons-nous aucune conscience de ce que nous sommes? Ces bonzes-là vont venir nous faire la leçon alors qu’ils sont les plus mal placés pour ce faire. Et Pointdebascule a raison à 100% sur ce point: la Conférence est une immense mascarade qui n’a pour but que de permettre à des personnalités du monde religieux conventionnel d’endosser les idées réactionnaires de Ramadan et du Dalai Lama. Quel gâchis! Je vous présente donc une série d’articles préparés par Pointdebascule sur la Conférence. Faites vos recherches et réfléchissez. Voulez-vous vraiment appuyer ce genre d’individus?

Un appel à la censure

La compréhension de Tariq Ramadan

Interfaith Dialogue

Ramadan, 27 juillet 2011

Le complaisant Gregory Baum