Robert Spencer: How the ‘Palestinians’ were invented…

The Soviet Union with the help of Yasser Arafat created the ‘Palestinians’ out of thin air to be able to delegitimize and propagandize against the state of Israel. Those that we call ‘Palestinians’ were referring to themselves, in 1947, as Jordanians, Egyptians, Syrians, etc. Nobody thought of himself as a ‘Palestinian’. The Soviet Union and the Eastern Block were able to do that by exploiting the remnants of WWII antisemitism and by tapping into the endless reservoir of hatred for the Jews that lies in the Koran and in the religion of Islam and that you can find in any Arab-Muslim country to this day.

Interview with Russian dissident Vladimir Bukovsky on SFR

In a recent article, I blogged about the unfortunate imprisonment of British patriot Tommy Robinson. In Russia, one of the most famous and courageous person who had decided to confront the local totalitarian forces there is Vladimir Bukovsky. He passed many years in prison and faced many hardships. Among others, you can read one of his books,To Build a Castle: My Life as a Dissenter. In this interview on the air of Secure Freedom Radio, he explains to Frank Gaffney that everything that is happening in the West right now was foreseeable. Because once you allow the germs of totalitarianism to take roots, it is only a question of time before the whole society is overturned.

Les opérations d’influence et d’espionnage du Bloc de l’Est…

Cet excellent documentaire dresse le portrait d’ensemble des opérations d’influence et d’infiltration du KGB et autres services d’espionnage soviétiques dans l’hémisphère occidental. Bien que la Guerre Froide soit officiellement terminée, il est clair que diverses opérations d’espionnage et d’infiltration de notre hémisphère sont toujours en cours, parrainées par divers pays, régimes et intérêts qui nous sont hostiles, ce qui rend ce document toujours très pertinent. Certaines filières, comme la filière cubaine, sont regardées. Certaines techniques de persuasion ou de recrutement, comme le sabotage, l’assassinat, le blackmail et le pot-de-vin sont évoquées. Parmi les points d’intérêts, on apprend que les Weathermen se sont rendus vers 1970 à Cuba pour s’entraîner aux techniques terroristes, sous le couvert d’une organisation militante de gauche appelée la Brigade Venceremos. Les Cubains étaient perçus comme étant à la fine pointe des forces communistes internationales. En octobre 1969, on se souviendra que les « Jours de rage » ont fait des dégâts importants à Chicago. On se souviendra également que c’était l’époque où le FLQ était actif au Québec. Ainsi, vers 1h 03minutes, le témoignage d’un des participants du documentaire nous révèle qu’au printemps 1970, des membres des Weathermen se seraient rendus au Canada pour rencontrer des membres du FLQ afin de tisser des liens plus étroits et coordonner leurs opérations. Bill Ayers faisait parti de la délégation. Aussi, vers 2h00, la question de la désinformation et de faux rapports de renseignement est regardée. Ceci n’est pas sans rappeler les scandales de Wikileaks et des agissements d’Edward Snowden. En effet, dans ces deux cas, autant Julian Assange qu’Edward Snowden ont fourni des quantités phénoménales de documents et de supposés « rapports de renseignement », alors que le public n’a aucun moyen de savoir ou de vérifier s’il s’agit bel et bien de document authentiques. Également, il n’est pas sans intérêt d’entendre une des plus célèbres espionnes russes durant la Guerre Froide, Hede Massing, déclarer vers 29:00 minutes qu’elle a fini par comprendre qu’elle ne combattait pas du tout le fascisme. Elle était plutôt manipulée par les Russes… Un documentaire à ne pas manquer.

Entrevue #9 avec Peter Levenda sur l’héritage hitlérien et le djihad mondial

Peter Levenda continue la présentation de son livre The Hilter Legacy sur les ondes de For The Record animé par Dave Emory. Entre autres éléments, Levenda revient sur le dossier de la présence nazie en Indonésie, sur le cas du mystérieux couple formé de Georg Anton Pöch et Hella Pöch, sur le cas du tout aussi mystérieux Soeryo Goer­itno, sur le bizarre cimetière multiconfessionnel de Surabaya, sur le concept du « Miracle allemand », sur le rôle joué par le Président Sukarno et le Fonds Révolutionnaire, etc.

FTR #846 Interview (#9) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

Entretien avec Xavier Moreau: La Russie face au globalisme

Moreau présente une interprétation appropriée des événements qui se sont déroulés en Ukraine ces derniers mois. Aussi, il amène une piste de recherche intéressante lorsqu’il mentionne que les quatre piliers de l’Occident seraient les trotskistes, les fascistes, les islamistes et la mafia. C’est lui qui le dit. En ouverture, il parle également de la nécessité pour la France de respecter sa signature et de livrer les Mistrals à la Russie. En gros, l’entretien procure des éléments d’explication qui sortent des clichés habituels et de la propagande relayés par la presse et la caste politique occidentales.

Entrevue avec Cliff Kincaid sur la réorganisation des forces du Bloc de l’Est

Excellente entrevue qui en dit long sur notre incapacité (en Occident) à bien comprendre les événements politiques. Il n’y a jamais eu d’effondrement du Mur de Berlin. Il n’y a jamais eu de « fin » de la Guerre Froide. On a assisté à un beau spectacle de son et lumière, à un jeu de miroir et de fumée mais pour l’essentiel, on s’est laissé illusionner. Les forces alimentant le conflit entre l’Occident et la Russie, qui est en fait le conflit entre le monde catholique et le monde orthodoxe qui dure depuis l’époque du schisme en deux Églises séparées, ces forces sont toujours actives. Elles attisent le conflit entre le monde occidental et la Russie et ses alliés. Cette différence de vue fondamentale ne pourra se régler à court terme, malheureusement. On peut gager que l’on en a pour des années encore avant que l’on puisse trouver une solution. D’ici-là, les deux versants du monde vont se faire la guerre pour le plus grand plaisir des islamistes qui, tels des vautours, se nourrissent des victimes collatérales que les deux blocs laissent de côté, faute de temps, d’énergie et de moyens. Je vous offre également une entrevue avec Raymond Ibrahim, justement sur le problème de l’aveuglement volontaire face à l’islamisme.

Cliff Kincaid sur Secure Freedom Radio

Raymond Ibrahim sur Secure Freedom Radio

Documentaire sur le KGB et la Guerre Froide

Le Mur de Berlin et le Bloc de l’Est se sont-ils réellement effondrés ou n’était-ce au fond qu’une illusion? Cet excellent documentaire donne à réfléchir sur la signification réelle des événements politiques des dernières décennies. Les événements qui se déroulent présentement sur la scène internationale donnent à penser plutôt qu’il y a eu une réorganisation des forces du Bloc de l’Est et non pas un effondrement, même si on voudrait croire le contraire. Fait à noter en passant, on y mentionne que l’URSS a appuyé la candidature de l’État d’Israël en 1947. Cependant, après avoir constaté que le nouvel État optait plutôt pour une organisation libérale et capitaliste et non pas communiste, l’URSS a décidé de se retourner contre l’état hébreu. Une vaste campagne de propagande antisémite a été organisée et déployée dans le monde arabe dont nous pouvoir voir les conséquences désastreuses aujourd’hui. À voir.

Reportage sur la Tombe du Visiteur, retrouvée sur le site de Gizeh

Ce reportage fait état de la découverte d’un sarcophage sur le site de Gizeh en Égypte. Selon les sources présentées ici, il s’agirait des restes d’un voyageur extra-terrestre qui aurait visité notre monde voilà dix mille ans environ et qui aurait enseigné son savoir à l’humanité. Les thèses avancées ici confirment celles développées par Georges Vermard et Mathieu Laveau dans cet article précédent sur la qualité exceptionnelle des pyramides de Gizeh, qui les rendent incompatibles avec les théories officielles des égyptologues patentés. Vous pourrez reconnaître en voix « off » le chroniqueur et journaliste Christian Page.

Diana West: Des agents soviétiques ont subverti les États-Unis dans les années trente

Excellente entrevue avec Diana West, auteur du merveilleux livre American Betrayal: The Secret Assault on Our Nation’s Character. En compagnie de Ginni Thomas, elle refait ici l’histoire, la vraie histoire, de la subversion des États-Unis, et par le fait même de l’Occident, par les forces de gauche, communistes ou socialistes. Ces agents soviétiques qui ont infiltré l’Administration de F. D. Roosevelt, de façon à amener les États-Unis à servir les objectifs et le but de l’Union Soviétique n’étaient que la première génération d’agents étrangers à nous infiltrer. Après la Deuxième Guerre Mondiale, il y a eu aussi d’ex-agents de l’Allemagne Nazie que nous avons recrutés pour combattre cette même Union Soviétique pendant la Guerre Froide. Certains d’entre eux ont immigré aux États-Unis avec la complicité du Département d’État, de façon secrète. John Loftus, de par sa cote de sécurité maximale, a très bien étudié ce dossier. Vous pouvez voir une entrevue avec lui sur le sujet ici: John Loftus à propos de America’s Nazi Secret Et maintenant, depuis le 11 septembre 2001, nous assistons à une troisième vague d’infiltrateurs d’une idéologie de gauche, les islamistes. À chaque fois que l’Occident s’est allié à des gauchistes, qu’ils soient communistes, nazis ou islamistes, cela a toujours mal fini. Ces « collaborations » ou « alliances » ont toujours contribué à diminuer la spécificité de l’Occident et ses valeurs, à corrompre la nation et les valeurs judéo-chrétiennes, en somme à livrer notre civilisation sur un plateau d’argent à nos ennemis. Nous avons été trahis par les gens qui étaient supposés nous protéger. L’excellent travail de Diana West et de John Loftus nous aident à refaire l’histoire réelle et à redresser le navire avant qu’il ne soit trop tard. En passant, à chaque fois que je réfléchis sur ces tragiques événements du vingtième siècle, je suis étonné de constater qu’Adolf Hitler et Roosevelt ont pris le pouvoir la même année, soit 1933. Il y a de quoi réfléchir ici.

L’affaire Roberge et ses conséquences pour le renseignement québécois

L’affaire Roberge a porté un dur coup aux forces policières du Québec ces dernières semaines. Pour ceux qui ne le sauraient pas, rappelons que Benoît Roberge est ce policier du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) qui aurait accepté des pots-de-vin d’organisations criminelles en échange de renseignements. Comme l’avait déclaré le directeur de la Police de Montréal, Marc Parent, à l’annonce de l’arrestation du policier: « On s’est senti trahi ». Et pour cause. Un enquêteur haut placé dans la structure hiérarchique de ce corps policier, qui vend des renseignements au crime organisé, quand on dans le métier et qu’on essaie de faire son travail, ça fait mal. On comprend donc le désarroi que peuvent ressentir les corps de police québécois. Mais je crois qu’il faut également prendre en considération le désarroi d’une autre catégorie de québécois: les citoyens en général. En effet, qui va parler à la police maintenant? Qui va partager de l’information avec les corps policiers en ayant en tête que l’agent à qui un citoyen s’adresse est peut-être un agent double pour une organisation criminelle? Par ailleurs, cette affaire fait ressortir aussi le problème des fameux « programmes de rapprochements » avec les communautés musulmanes. Ces programmes sont mis en place par des corps policiers ou des partis politiques pour, comme le nom l’indique, rapprocher des institutions occidentales de communautés islamiques ou même islamistes. Les deux groupes partagent du renseignement et essaient de mieux se comprendre et collaborer pour éviter des attaques terroristes. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi mais néanmoins ces initiatives mettent les policiers dans des situations vulnérables où ils peuvent facilement être corrompus par des éléments du crime organisé arabo-musulman ou par des organisations terroristes et devenir ainsi des agents doubles pour ces groupes. Donc, je répète ma question, qui va parler aux policiers maintenant?

Cette problématique s’amplifie lorsque l’on considère la concentration du renseignement dans le monde moderne. Suite à l’invention de l’ordinateur et des banques de données, des caméras de surveillance et de tout l’appareillage de type « Big Brother » dont on est entouré, une masse incroyablement dense d’informations est stockée dans un nombre de lieux assez restreint et un nombre limité de personnes y ont accès. Pour donner un exemple classique, en Union Soviétique, pour surveiller la population, le KGB devait placer physiquement des espions dans chaque café, librairie, usine, etc. Les dissidents étaient détectés un à un de façon ardue. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Quelqu’un peut établir la liste de tous les dissidents ou citoyens jugés indésirables pour un quelconque groupe d’intérêts à partir d’un ordinateur. S’il a accès par exemple aux fichiers de la police ou même à la base de données de réseaux sociaux comme Facebook par exemple, c’est assez simple à faire. En somme, là où je veux en venir, est que loin d’avoir produit une société plus sécuritaire, la société de type Big Brother nous a en fait rendus tous plus vulnérables. Nous vivons maintenant dans un monde extrêmement dangereux. Le renseignement est tellement concentré qu’il suffit qu’une organisation criminelle ou terroriste ait un agent à l’intérieur de la machine pour produire un dommage irréparable. Si vous avez vu le dernier film de James Bond, Skyfall, vous vous souvenez peut-être de cette scène où le personnage du vilain se trouve dans une salle, entouré d’ordinateurs. Alors que James Bond est retenu prisonnier, le vilain lui déclare pouvoir, à volonté, accéder au système bancaire et le faire planter, prendre le contrôle d’un satellite, de la bourse, d’armements militaires, etc. Ça donne une idée du problème auquel nous sommes confrontés avec la concentration du renseignement. En permettant cette concentration, nous avons en fait rendu la tâche beaucoup plus facile aux organisations criminelles de prendre le contrôle des sociétés. Ils ont moins d’efforts à faire qu’auparavant. On ne connaît pas toutes les ramifications de l’opération d’agent double de Roberge mais une chose est sûre, il est possible que ce ne soit que la pointe de l’iceberg. Des indices s’accumulent sur les forces policières québécoises qui laissent croire à un certain degré de corruption et de désagrégation des bonnes moeurs déontologiques. Mentionnons par exemple le cas d’un autre « taupe » du SPVM, Ian Davidson, qui vendait des informations lui aussi au crime organisé, le cas de Claude Aubin, pour les mêmes raisons, le cas de ce citoyen de Trois-Rivières, Alexis Vadeboncoeur, qui a été battu apparemment sans raison par des agents de la Sûreté du Québec à Trois-Rivières, le cas similaire de Norbert Mestenapeo sur la Côte-Nord, l’arrestation gratuite du journaliste du Journal de Montréal Éric-Yvan Lemay, qui ressemblait davantage à une tentative d’intimidation et d’humiliation, le harcèlement et l’intimidation dont aurait été victime Jason Gabriel, un résident de Kanesatake, sont quelques exemples pouvant laisser croire qu’une certaine portion des forces policières québécoises a pu être tournée, à son insu, contre les citoyens. Les individus considérés dissidents ou marginaux peuvent ainsi facilement être transformés en terroristes ou en criminels lorsque les policiers chargés des enquêtes sont eux-mêmes, parfois, des criminels, des agents doubles ou corrompus.

Au final, l’affaire Roberge risque de faire autant de dommage au renseignement québécois que l’affaire Snowden a pu en faire au renseignement américain. Ce sont deux cas différents mais les conséquences au fond sont les mêmes: perte de confiance, sources de renseignement compromises, opérations sabotées, etc. Les opérations d’infiltration ou d’agents doubles à la Roberge ou Snowden réalisent le vieux rêve du communisme, à savoir détruire toute opposition en transformant tout citoyen en criminel potentiel. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, ça ne me rassure pas du tout.