Le Réveil Bleu des peuples: Conférence de Ruuben Kaalep sur le nationalisme estonien

Cette conférence a été présentée dernièrement lors du forum Identitarian Ideas IX. Elle concerne le réveil du peuple estonien face à la montée du totalitarisme et de l’autoritarisme de l’Union Européenne, ainsi que face aux actions de plus en plus problématiques de la Russie en Europe de l’Est. Les peuples se réveillent pour organiser la contre-révolution conservatrice, d’où l’expression «réveil bleu». J’ai deux remarques à partager. Dabord, je profite de l’occasion pour signaler mon étonnement en ce qui concerne les couleurs politiques aux États-Unis. Il est reconnu de par le monde entier que les partis politques de gauche, communiste et socialistes arborent la couleur rouge et que les partis de droite, conservateurs, nationalistes arborent le bleu, du bleu ciel au bleu foncé. Or, aux États-Unis, le parti de droite, le Parti Républicain, a une bannière rouge, tandis que le parti de gauche, le Parti Démocrate, a une bannière bleue. Pourquoi? C’est curieux. Ça explique peut-être certains comportements que l’on a vu de la part des Républicains ces dernières années qui ne se comportent plus bien souvent comme un parti de droite. Et le Président Trump fait face à une opposition sans pareil des Républicains parce qu’il essaie justement de ramener le parti vers la droite politique.

L’autre point que je voudrais signaler est le timing de l’acte terroriste qui s’est produit cette semaine à Londres. Tout le monde sait que le Royaume-Uni va se prévaloir de l’article 50 afin de déclencher le processus de sortie de l’Union Européenne le 29 mars prochain. Comme toujours, on a entendu le bla bla habituel concernant la sécurité, l’intégration, la surveillance, etc. Or, le meilleur moyen de répondre à ceux qui s’attaquent à notre société, notre civilisation, à nos valeurs est de leur remettre directement. Et pour le Royaume-Uni, il n’y a pas de meilleure façon de faire cela que de ne pas reculer face à cette tentative délibérée et flagrante d’intimidation. J’ignore si l’invocation de l’article 50 se fera via une communication écrite, une déclaration verbale depuis Londres ou encore si celle-ci se fera sur place au Parlement de Bruxelles. Mais disons que du point de vue de la portée politique du geste, ce serait certainement tout un spectacle que de voir Theresa May invoquer l’article 50 au Parlement Européen. Margaret Thatcher, cette grande dame politique, a bien défendu les idées de la droite. Elle a arboré le bleu avec fierté pendant toute sa carrière, parce qu’elle était patriote et nationaliste et qu’elle ne reculait pas devant l’intimidation et les menaces. Je m’attends donc à ce qu’en ce jour du 29 mars, le Royaume-Uni exprime avec force et fermeté son intention de défendre les valeurs démocratiques et occidentales, d’affirmer haut et fort que le Réveil Bleu des peuples est commencé et que nous ne céderons pas face à l’intimidation. L’avenir nous appartient!

Entrevue de Donald Trump avec Bill O’Reilly, 27 octobre 2016

Les Américains doivent voter pour Donald Trump afin d’en faire leur prochain Président le 8 novembre. L’avenir de notre civilisation est en jeu. Les forces de la liberté doivent gagner, nous n’avons pas le choix.

Entrevue avec Donald Trump, 12 octobre 2016

Voici une entrevue récente avec le candidat Républicain à la Présidence des États-Unis, Donald Trump. Trump a fait l’objet cette semaine d’allégations sérieuses visant à détruire sa réputation et son image pour lui faire perdre la course à la Maison Blanche. Personne n’est dupe de la manœuvre politique. J’insiste sur la nécessité de continuer à supporter et appuyer le candidat Républicain en vue des élections du 8 novembre prochain. Cette élection est trop critique pour que les forces de la droite et de la liberté se paient le luxe de la perdre. Nous devons tous apporter notre voix pour l’épauler dans ce combat si difficile. Les attaques dont il fait l’objet tombent à la fois dans des tactiques de terreur, dans la tradition de Trotsky, mais aussi dans celle de Saul Alinsky, car elles cherchent à humilier Trump publiquement pour le neutraliser ou le faire taire. Aussi, le fait que le Parti Démocrate et les médias se lancent dans des attaques à caractère sexuel montre bien à quel point ils sont désespérés. Les gauchistes ont l’habitude d’être plutôt incapables de défendre leurs idées sur le plan intellectuel. C’est assez normal, si on considère que les idées gauchistes, progressistes, marxistes, communistes ou socialistes ne tiennent pas debout en général. Comme ils ont perdu le débat des idées, ils en sont réduits (selon eux) à utiliser leur dernier argument ou leur dernière tactique, à savoir frapper en bas de la ceinture. C’est pourquoi je suis assez optimiste pour l’élection du 8 novembre. Curieusement, je crois que ces allégations sont bon signe et que Trump va gagner. Préparons-nous à une grande victoire!

Trois entrevues avec Dinesh D’Souza sur son dernier film, Hillary’s America

Le dernier film de Dinesh D’souza, Hillary’s America: The Secret History of the Democratic Party, s’arrête sur un des tabous les plus importants de la vie politique américaine. En effet, selon la recherche effectuée par l’auteur, historiquement, le Parti Démocrate est bien celui qui a encouragé et organisé l’esclavage et la ségrégation, alors que la propagande véhiculée par les médias et la gauche politique prétend que c’est plutôt le Parti Républicain qui en est l’auteur. Je n’ai pas vu ce film mais à en juger par les entrevues que je vous présente ici, le film a l’air d’être bien documenté et solide. La force de ce documentaire semble d’être capable de ramener les électeurs aux réalités historiques et concrètes de ce parti politique, au-delà des mensonges et de la propagande qui nous sont constamment servis depuis les années soixante. Nul besoin de dire que ce film doit être projeté partout et vu par le plus de gens possible avant les élections du 8 novembre. Les enjeux sont gros pour cette élection car elle décidera si nous continuerons de vivre dans des pays libres et démocratiques ou si, au contraire, nous nous enfoncerons davantage dans la tyrannie. Dans l’ordre, je vous présente la bande-annonce du film, une entrevue accordée à Frank Gaffney du Center for Security Policy, une deuxième accordée à Alex Jones et une dernière accordée à Dave Rubin.

Dinesh D’Souza sur Secure Freedom Radio

Le déraillement du rassemblement de Donald Trump à Chicago: Une attaque savamment préparée et orchestrée…

C’est avec passablement de lassitude et d’écœurement que j’écris cet article. La sphère politique est devenue un véritable cirque et la situation se dégrade de jour en jour. Néanmoins, ce qui s’est passé vendredi dernier à Chicago est d’une gravité telle que je ne peux pas laisser cela sans réagir. Comme vous le savez peut-être, le candidat à la nomination Républicaine, Donald Trump, devait tenir un rassemblement à Chicago vendredi dernier le 11 mars, qui a été annulé. En effet, des activistes politiques de gauche, reliés pour certains à la campagne présidentielle de Bernie Sanders, mais également de certains groupes comme apparemment MoveOn.org et Black Lives Matter, ont infiltrés les partisans de Donald Trump lors du rassemblement. Ils ont alors profité de l’occasion pour mettre la pagaille dans l’assemblée, en utilisant la violence et l’intimidation. Les images de l’événement laissent voir des activistes portant littéralement le chandail de Black Lives Matter ou des pancartes électorales de Bernie Sanders. Devant cette situation, l’équipe de la campagne présidentielle de Donald Trump a décidé d’annuler l’événement. D’autres perturbations ont eu lieu également lors de d’autres rassemblements du candidat Républicain lors de la fin de semaine.

Ces images reflètent un pattern que l’on connait tous par cœur. Lorsqu’un groupe ou des individus qui se disent de droite ou conservateurs essaient de se réunir pour tenir un événement, irrémédiablement on voit surgir des agitateurs de gauche pour essayer de le faire annuler ou le perturber. Si les activistes politiques de gauche sont très bons pour exprimer leurs opinions et défendre leurs droits, ils sont néanmoins incapables de respecter les opinions et les droits des autres. La liberté d’expression de Donald Trump et de tous ses partisans n’a pas été respectée ce vendredi 11 mars 2016. Or, les autres candidats Républicains, au lieu de dénoncer les tactiques d’intimidation de ces activistes de gauche, ont plutôt essayé de mettre les événements sur le dos de Donald Trump et de sa « rhétorique ». Je dois vous dire que je suis pas impressionné par cet argumentaire. Il y a de la violence sur Terre depuis l’époque d’Adam et Ève. Prétendre que Donald Trump est responsable de la violence aux États-Unis ou durant ses rassemblements est ridicule. Il faut aussi dire que certains candidats et ex-candidats Républicains à la nomination ont déclaré vouloir « faire dérailler » la campagne de Donald Trump. Ont-ils une complicité alors dans ces événements? Je ne sais pas.

Je voudrais insister sur certains points qui me paraissent importants. Tout d’abord, il faut mentionner que ces événements sont survenus comme par hasard au moment même où le Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau, était en visite officielle aux États-Unis. Comme Obama et Trudeau sont très à gauche au niveau de leur idéologie politique, socialiste et marxiste diraient certains, un tel débordement cela semble aller de soi. Aussi, le rassemblement se tenait à Chicago où Barack Obama a vécu et évolué pendant plusieurs années. Or, Chicago semble être un milieu assez malsain où pullulent les radicaux et les extrémistes de toutes sortes. Le choix du lieu était donc risqué, et en plus, l’événement avait lieu un vendredi, qui est le jour religieux des musulmans. Vous n’êtes peut-être pas sans savoir que dans les mosquées le vendredi en Amérique du Nord, et ailleurs dans le monde probablement, on récite une prière demandant à Allah de faire périr les infidèles. La table était donc mise pour qu’un certaine violence s’exprime et il est malhonnête de mettre ça sur le dos de Donald Trump puisque, de toute évidence, elle est plutôt le résultat des machinations de ses adversaires politiques.

Lire la suite