Analyse de Nomos-TV sur la suspension du procès Normandeau-Côté

Dans la première vidéo de Nomos-TV présentée ci-dessous, l’animateur Alexandre Cormier-Denis, en compagnie de son invité Richard Le Hir, commente la suspension des procédures dans le cadre du procès intenté contre Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté, deux figures importantes du Parti Libéral du Québec. Ils font ici une excellente analyse de la situation. Personnellement, je dois dire que je ne suis pas du tout surpris que les procédures aient été suspendues. C’est plutôt logique en fait. Comme le dit si bien Richard Le Hir, «c’est la preuve que nous ne sommes plus en démocratie». Nous vivons sous un régime Libéral depuis 2003, mise à part la brève pause du gouvernement Marois. Il n’y a donc rien qui va se passer dans quelque dossier que ce soit impliquant des haut gradés du Parti Libéral tant que ce régime ne sera pas défait.

Mais j’aimerais élargir ici la lecture de la situation afin que nous puissions bien comprendre la nature du problème auquel on fait face. Voyez-vous, le problème…c’est aux États-Unis qu’il se trouve. Lorsqu’on parle des partis Libéraux du Canada et du Parti Démocrate américain, on parle en fait de la même élite politique. Ce sont des libéraux avec un ‘l’ minuscule. Malgré l’élection de Donald Trump, les patriotes américains attendent toujours que des accusations soient déposées contre Hillary Clinton dans plusieurs dossiers, dont notamment ceux des courriels classifiés et de la transation impliquant Uranium One. Le Procureur Général des États-Unis, Jeff Sessions, semble un peu lent à procéder et plusieurs se demandent qu’est-ce qui se passe au juste. Le Président Trump a commencé à faire le ménage dans son cabinet, un ménage qui n’est sans doute pas terminé. Songe-t-il à remplancer Jeff Sessions? Peut-être. Toujours est-il que l’on a pas besoin d’être un grand spécialiste en analyse politique pour comprendre que tant que le dossier de Hillary Clinton ne sera pas réglé aux États-Unis, il n’y a rien qui va se passer dans ceux des nos bons Libéraux de ce côté-ci de la frontière. Comme je le disais, il s’agit de la même élite politique. Tant qu’ils seront au pouvoir, ils continueront d’agir en toute impunité. Le President Trump doit agir afin de tourner la situation en notre faveur. La deuxième vidéo de Nomos-TV traite du parti de Québec Solidaire. J’ai pensé les publier ensemble, puisque ces deux partis politiques, le Parti Libéral du Québec et Québec Solidaire, ont en commun une chose essentielle: la détestation (sans le dire ni l’avouer publiquement) des Québécois de souche. Toutes leurs politiques et leurs programmes le démontrent amplement. Bonne écoute.

Le discours de Nicolas Sarkozy à Marseille: Lorsque l’enfumage et la tromperie deviennent des beaux-arts…

Ce discours de Nicolas Sarkozy est absolument insupportable. Pourquoi me direz-vous? Parce qu’il est insignifiant, faux, hypocrite, mensonger, électoraliste, publicitaire, ennuyeux, pas sincère, etc, etc. J’exagère? Je ne crois pas. Écoutez-le vous-mêmes et vous verrez. J’avais l’intention de le regarder d’un bout à l’autre mais comme à 42 ans je suis passablement moins patient avec le baratin que lorsque j’en avais 20, j’ai sauté d’une section à l’autre pour écouter des bribes ici et là. Pour tout vous dire, c’est douloureux de l’écouter. Ce discours est lancinant et interminable tellement il sonne faux et qu’il est bidon. À regarder Sarkozy le prononcer, on a l’impression d’avoir affaire à un pantin articulé depuis les coulisses que l’on fait entrer en synchronisation avec des messages enregistrés. Car ce discours, il est bel et bien composé à partir des thèmes, expressions et mots qu’utilise régulièrement Marine Le Pen dans ses discours. Ce qu’il y a de merveilleux avec cette dernière, c’est qu’elle est sincère lorsqu’elle les utilisent. Pas Sarkozy. Monsieur le Président de la République essaie tout simplement de récupérer les électeurs de Marine Le Pen, comme il avait récupéré une partie des électeurs de Jean-Marie Le Pen son père en 2007, pour se glisser au second tour. Durant son quinquennat, Nicolas Sarkozy s’est complètement foutu de l’immigration, de l’emploi, des chômeurs, des PME, du coûts des prestations sociales, du communautarisme, de la nation, de la patrie, de la France elle-même et maintenant il se présenterait en chevalier défenseur de toutes ces choses? Franchement, ce n’est pas sérieux. Lire la suite

Le câble de WikiLeaks sur Power Corporation, Robin Philpot et la « Province » du Canada

Le câble de WikiLeaks publié dans Le Devoir sur les relations entre les hommes politiques canadiens et québécois et Power Corporation a fait beaucoup jaser depuis hier. Envoyé à Washington en 2009 par le nouvel ambassadeur des États-Unis au Canada, David Jacobson, le document met en lumière le questionnement de l’ambassadeur quant au niveau d’influence réelle qu’exerce Power Corporation sur la vie politique canadienne et québécoise. Le câble mentionne également les investissements de Power dans une société pétrolière française, Total, ainsi que dans les sables bitumineux de l’Alberta. L’ambassadeur donne en exemple le comportement de Jean Charest lors du sommet environnemental de Copenhague, où  le Premier Ministre du Québec semble avoir adouci sa rhétorique contre le gouvernement Harper et ses politiques sur les gaz à effets de serre.

Je vous propose ici le vidéo d’une conférence que Robin Philpot, auteur du livre Derrière l’État Desmarais: Power a donné au siège de la Société St-Jean-Baptiste voilà quelques années suite à la parution de son livre, ainsi qu’une entrevue donnée sur un ton plus humouristique à l’animateur de radio Benoît Dutrizac du 98,5 FM. Dans le vidéo de la conférence, on y apprend entre autres qu’à peu près rien n’a été publié sur l’empire Desmarais ou Power Corporation à ce jour. Les bibliothèques sont vides, alors que dans n’importe quel autre pays du monde, des dizaines de livres seraient consacrés à une famille aussi importante. Aussi, il semble avoir un vide médiatique autour des Desmarais, comme si on ne pouvait pas parler de cette famille-là ni de leurs affaires. Philpot y fait le tour du parcours financier et monétaire de l’empire et présente comment il s’est constitué. La fortune de la famille a commencé à se matérialiser grâce à l’industrie de l’hydro-électricité, avant que l’État québécois ne la nationalise. Avec les années, plusieurs entreprises se sont ajoutées au holding Desmarais comme Great West, Investors, etc. En de nombreuses occasions, la famille Desmarais a bénéficié de l’aide de l’État québécois ou canadien pour faire l’acquisition d’entreprises ou pour en prendre le contrôle et voilà quelques décennies, de généreuses subventions gouvernementales lui ont été accordées afin de moderniser la machinerie de l’industrie forestière. Or, depuis 1989, l’empire Desmarais n’a pas réinvesti un seul sou dans l’économie québécoise, ce qui est vraiment troublant. Leurs capitaux ont plutôt été placés aux États-Unis, en Chine, etc. Lire la suite