Conférence de Vincent Brousseau: L’Euro, avant, pendant et après…

L’ancien économiste de la Banque Centrale Européenne, qui a joint les rangs de l’Union Populaire Républicaine, récidive avec une autre excellente conférence. La situation actuelle de la Grèce, qui vient tout juste de rater ses obligations financières en date d’aujourd’hui, rend cette conférence tout à fait à propos. L’éventualité qu’elle sorte de la zone euro est de plus en plus probable, puisqu’il ne semble pas y avoir d’autres solutions. Entre autres points très pertinents abordés par l’économiste, on retrouve les observations suivantes. Tout d’abord la liste des grandes puissances n’a pas beaucoup évoluée depuis les dernières décennies, puisqu’il est difficile d’accéder à ce club sélect pour diverses raisons. Les États-Unis ont réussi à se hisser à ce niveau de façon très rapide, ce qui a donné aux Américains un avantage sur leurs rivaux. Il rappelle que le budget militaire américain est supérieur à ceux des toutes les autres grandes puissances combinés. Les États-Unis ont eu donc tendance à construire des bases militaires dans les pays qu’ils ont conquis ou vassalisés. Lors de la construction de l’Union Européenne, un grand transfert de souveraineté s’est effectué des états-nations d’alors vers des structures supranationales que sont l’OTAN, l’UE et l’Euro. Ce transfert de souveraineté a laissé les pays membres de cette construction supranationale sans défense face à diverses manœuvres pour affaiblir leur spécificité nationale, telles les privatisations, les partenariats économiques avec perte de contrôle majoritaire, la perte de standards locaux exprimant la culture locale, etc.

Aussi, Brousseau attire notre attention sur le fait que l’Euro n’est ni une monnaie unique ni une monnaie commune. En fait, il s’agit d’une série de monnaies nationales unies avec un taux de change de 1 pour 1. Les dépôts des citoyens et corporations situés dans un pays créent des créances sur la Banque Centrale de ce pays. Si la zone euro explose, ce qui risque d’arriver bientôt, chaque pays retrouvera sa monnaie nationale, et les dettes, dépôts et actifs présents dans les banques locales seront libellés dans chaque monnaie nationale respective, sans dépréciation par rapport à l’Euro, puisque la zone euro garantit un taux de change 1 pour 1. Néanmoins, cet avantage sera néfaste pour les pays plus riches comme l’Allemagne. En effet, beaucoup d’épargnants et d’investisseurs de pays en difficulté, craignant un effondrement de l’Euro, ont transféré leurs avoirs dans des banques allemandes. Comme les dépôts créent des créances sur la Banque Centrale locale, dans ce cas-ci la Bundesbank, si l’Euro s’effondre, leurs dépôts seront automatiquement convertis en Deutsch Mark, ce qui pour certains, fera certainement la différence entre la faillite et la prospérité. Vincent Brousseau fait remarquer durant sa présentation que beaucoup sont inquiets de ce phénomène à la BCE et à la Bundesbank. Brousseau parle même de « créances toxiques », puisqu’il s’agit là d’un poids financier énorme. L’économiste signale aussi certains événements survenus dans le monde de l’économie qui ont pu amener la zone euro dans cette situation, comme par exemple la fin du marché monétaire interbancaire en 2008, la faillite de Lehman Brothers, etc.

Je m’en voudrais de vous laisser aller sans signaler deux moments suaves de cette conférence. Tout d’abord, vers 40:00 minutes, Brousseau cite une lettre de 1943 de Jean Monnet à Harry Hopkins, conseiller politique du Président Roosevelt. En substance, Monnet dit à Hopkins que le Général de Gaulle est un ennemi du peuple français et de la construction européenne, qu’on ne peut pas s’entendre avec lui et qu’il doit être détruit. Rien de moins. Or, fait extrêmement intéressant, l’écrivaine Diana West a identifié Harry Hopkins, dans son merveilleux livre American Betrayal, comme ayant été un agent de l’Union Soviétique…Brousseau suggère que Monnet était en fait lui-même un employé de Hopkins. Beaucoup d’analystes politiques ont remarqué les similitudes entre l’Union Soviétique et l’Union Européenne et ce genre de connivences politiques montre bien le jeu d’influence qui a pu avoir lieu alors que le projet de la construction européenne prenait forme. Autre élément intéressant, tout de suite après, vers 42:30 minutes, le conférencier attire notre attention sur une réunion tenue le 11 juin 1965, lors de laquelle Robert Marjolin suggère au Département d’État américain une union monétaire entre les pays européens, ce qui est une autre preuve que l’intégration monétaire de l’Europe était dans les cartons depuis longtemps et manifestait une volonté politique et idéologique. Robert Marjolin était-il lui aussi sous influence de l’Union Soviétique? Bonne question. Brousseau parle de la « Méthode Monnet » pour imposer aux peuples européens des structures qui les réduisent de plus en plus en esclavage. Cette méthode consiste à présenter que le point A rend obligatoire le point B. Par exemple, on entend souvent les partisans de l’Euro nous dire que pour que l’Euro fonctionne, il faut l’union budgétaire. Or, ces mêmes partisans avaient dit que pour que l’union politique fonctionne, il fallait l’union monétaire, et ainsi de suite.

Cette conférence est à voir absolument. Pour revenir au sujet de la Grèce, ce seront les Grecs qui vont décider de leur avenir. Mais une chose est sûre. Une sortie concertée de la zone euro serait préférable à son éclatement soudain. Il est plus facile de contrôler les conséquences d’une action lorsqu’on l’initie que lorsqu’on la subit. Que la zone euro soit abolie ne serait pas un échec mais plutôt un signe de sagesse élémentaire. Malheureusement, je crains que la caste politique au pouvoir à Bruxelles ne partage pas mon avis. La fin de la zone euro serait sans doute ce qui pourrait arriver de mieux à l’Europe dans les circonstances.

Entrevue avec Diana West sur le conflit multi-générationnel entre la Russie et l’Occident

Entre autres sujets sont abordés le pacte germano-soviétique, la partition de la Pologne durant la Deuxième Guerre Mondiale, le rôle joué par Harry Hopkins dans l’avancée de l’agenda soviétique, ainsi que le rôle similaire joué par Valerie Jarrett auprès d’Obama. Retrouvez l’entrevue au premier segment.

Diana West sur Secure Freedom Radio

Entretien avec Pierre Jovanovic : Chute programmée du système financier et importance stratégique de l’or

Cet entretien avec Pierre Jovanovic dresse un portrait lucide de la situation économique et financière de la planète. Parmi les nombreux éléments qu’il aborde ici, je soulignerai l’importance stratégique de l’or dans la vie économique. Loin d’être une simple commodité ou « ressource », l’or constitue en fait le fondement même de l’économie et du système monétaire. Sans or, il n’y a pas de monnaie et pas de vie économique. Faite de  papier imprimé, ce que nous appelons la « monnaie » n’a de valeur que si l’on peut l’appuyer pour quelque chose qui a une valeur réelle, comme l’or, l’argent ou des pierres précieuses. C’est pourquoi beaucoup des intrigues financières ou économiques qui ont cours en ce monde ont en fait la possession et le contrôle de l’or comme objectif. Celui qui contrôle l’or est maître de l’économie. Autre élément intéressant abordé par Jovanovic, les manipulations dont l’or font l’objet mettent la France au coeur d’une guerre économique faite par les pays anglo-saxons visant à l’empêcher de demeurer une puissance en ce domaine. Après quelques échanges d’introduction, l’entrevue démarre réellement vers la cinquième minute.

Entrevue avec Pierre-Yves Rougeyron, auteur de Enquête sur la loi du 3 janvier 1973

Le Lys d'OrCette excellente entrevue avec ce jeune auteur aborde un sujet tabou mais combien crucial, à savoir comment la privatisation des banques d’État a mené à l’assujettissement de la France et de toute l’Europe aux mains des marchés financiers anglo-saxons et mondiaux. En effet, la privatisation des banques d’État, couplé à la création de la zone Euro, a littéralement détruit la souveraineté des peuples européens, privant ceux-ci de tout leviers qui leur permettraient de prendre en charge leur économie et leur développement. L’auteur présente durant cet entretien son dernier livre Enquête sur la loi du 3 janvier 1973. Celui-ci deviendra assurément un classique, s’il n’est pas censuré par l’appareil autoritaire de l’Europe qui, décidément, n’est plus une démocratie. L’Europe fédérale actuelle, telle qu’elle a été voulue bien avant même la Deuxième Guerre Mondiale, est dirigée par des technocrates non-élus qui la façonnent en fonction des intérêts de la haute finance et des grandes corporations. Un document à voir pour comprendre comment l’Europe a été vaincue sans qu’une seule balle de fusil n’ait été tirée.

The systematic rewriting of world history: Dave Emory presents several examples

In FTR #584, Dave Emory explores several cases of direct manipulation related to world history, where known and accepted facts are being challenged and attacked by presenting alternative and different ones. In a nutshell, the forces of fascism are engaged in a spree of disinformation and propaganda to reprogram the populations to accept their world-views and own version of history. It is quite understandable since they would benefit greatly from a broad public acceptance of these new narratives. Among the many elements studied in this broadcast, there is the ridicule mythology surrounding football star George Gipp and Ronald Reagan used to maintain infantile illusions on a truly corrupted institution; there is the case of Iran, basically a regime based on nazi ideology, that held a Holocaust denial conference recently; the role played by François Genoud and Achmed Huber in the post-war fascist international and their relationships with Islamist elements in the Middle East; the role played by Andreas Von Buelow, an ex-BND (German secret service) agent, who works hard in the so-called « progressive » sector to have the population accept the bogus theory that Israel and the Mossad are behind 9/11; a recall that these same fascist and nazi elements still continue to argue that Roosevelt is responsible for WWII, while it is widely known that Hitler is the main cause of it; the denial of the « Rape of Nanking » when armed forces of fascist Japan massacred and raped hundreds of thousands of civilians in the city of Nanking, China; the constitution of a treasure in Asia called, don’t look at me, Golden Lily, representing the wealth that fascist Japan looted during WWII and that they have hidden somewhere out of reach for the Allies, at which point Emory recalls the marvelous book of pioneer researchers Sterling and Peggy Seagraves titled Golden Lily; and many other elements.

FTR #584: Rewriting History

Republican Reverse Robbing Hoods, part II: The Koch brothers caught pants down

Peter B. Collins receives Brad Friedman of BradBlog.com with groundbreaking news. Friedman succeeded to get access to a recording of the Summer Seminar organized by the Koch brothers in 2011 in Vail, Colorado. An anonymous source who participated in this activity taped key portions of this Seminar, featuring both Charles and David Koch, Governor Chris Christie and Judge Napolitano, and provided Brad Friedman with the recording. Friedman posted the complete audio and transcript of it on his blog and released the story as well to Mother Jones publication. Well, the revelations of this recording are so juicy and crusty. While listening to this tape, we have the « pleasure » of hearing Charles Koch referring curiously to Saddam Hussein while he speaks about defeating Obama, David Koch talking about Governor Chris Christie as « my kind of guy », speakers describing how the rich are the victims of an evil Obama, and how Democrats have been stupid (I agree with that statement!) to accept cuts in social programs and the social safety net, etc. Overall, you will hear a bunch of ultra-rich potentates showing absolutely no respect for the poor and the people who suffer in the lower classes. After years of constant attacks and attempts to rob and crush the poor and the middle class in the U.S. during the Bush Administration, a « second wave » is now under way with these neo-extreme-right activists, who for the most part stay in the shadows, well hidden behind the Tea Party useful fools. But now they have been masterfully exposed and showed for what they trully are by this anonymous inside source and by investigative journalist Brad Friedman. I have joined the podcast of Brad Friedman’s interview with Peter B. Collins, some of the related articles published on Mother Jones, and the integral audio files and transcripts of the recording of the Summer Seminar, posted on BradBlog.com. Excellent work, guys! Excellent anti-fascist researcher Dave Emory has been working as well on the Koch brothers case for some time. In particular, FTR #726 is of great interest to get acquainted more with these shadowy figures of American politics. What the Koch brothers are proposing to America leads directly to fascism. In effect, their machinations and use of the Tea Party clearly intends to repel the New Deal implemented by Roosevelt to replace it by something that would go along the lines of Mussolini’s Corporate State. Also, to read another example of Republican Reverse Robbing Hooding that I covered in a previous article, click here.

Lire la suite

Roosevelt’s 1942 letter to Mackenzie King: A plan for the assimilation of French-Canadians

This letter was sent by President Roosevelt to Prime Minister of Canada, William Lyon Mackenzie King on May 18th 1942. Roosevelt is then presenting Mackenzie King with a plan to favor the assimilation of French-Canadians, similar to what Roosevelt was apparently trying himself to do with Franco-Americans, Italians of New York and Jews. This letter was published on a website on May 12th 1998, but unfortunately, it is no longer online today. Normand Lester reproduced it in his book The Black Book of English Canada (pages 279-280 for the French-language edition). Anyway, you have it here. It is the proof that there is a very old agenda in this country to assimilate my people, from the days of Lord Durham to Pierre-Elliott Trudeau and probably to this very day. I don’t know if you realize it in English-Canada, but it stinks. You should change your behavior and your attitudes. This has got to stop.

Roosevelt’s May 18th 1942 letter to Mackenzie King – EXERPT

When I was a boy in the « nineties » I used to see a good many French Canadians who had rather recently come into the News Bedford area near the old Delano place at Fair haven. They seemed very much out of place in what was still an old New England community. They segregated themselves in the mill towns and had little to do with their neighbors. I can still remember that the old generation shook their heads and used to say, « this is a new element which will never be assimilated. We are assimilating the Irish but these Quebec people won’t even speak English. Their bodies are here but their hearts and minds are in Quebec. »

Today, forty of fifty years later, the French Canadian elements in Maine, New Hampshire, Massachusetts and Rhode Island are at last becoming a part of the American melting pot. They no longer vote as their chuches and their societies tell them to. They are inter-marrying with the original Anglo Saxon stock; they are good, peaceful citizens and most of them are speaking English in their homes.

All of this leads me to wonder whether by some sort of planning Canada and the United States, working toward the same end, cannot do some planning — perhaps unwritten planning which need not even be a public policy — by which we can hasten the objective of assimilating the New England French Canadians and Canada’s French Canadians into the whole of our respective bodies politic. There are, of course, many methods of doing this which depend on local circumstances. Wider opportunities can perhaps be given to them in other parts of Canada and the U.S.; and at the same time, certain opportunities can probably be given to non-French Canadian stock to mingle more greatly with them in their own centers.

In other words, after nearly two hundred years with you and after seventy-five years with us, there would seem to be no good reason for great differentials between the French population elements and the rest of the racial stocks.

It is on the same basis that I am trying to work out post-war plans for the encouragement of the distribution of certain other nationalities in our large congested centers. There ought not to be such a concentration of Italians and of Jews, and even of Germans as we have today in New York City. I have started my National Resources Planning Commission to work on a survey of this kind.