Documentaire sur le KGB et la Guerre Froide

Le Mur de Berlin et le Bloc de l’Est se sont-ils réellement effondrés ou n’était-ce au fond qu’une illusion? Cet excellent documentaire donne à réfléchir sur la signification réelle des événements politiques des dernières décennies. Les événements qui se déroulent présentement sur la scène internationale donnent à penser plutôt qu’il y a eu une réorganisation des forces du Bloc de l’Est et non pas un effondrement, même si on voudrait croire le contraire. Fait à noter en passant, on y mentionne que l’URSS a appuyé la candidature de l’État d’Israël en 1947. Cependant, après avoir constaté que le nouvel État optait plutôt pour une organisation libérale et capitaliste et non pas communiste, l’URSS a décidé de se retourner contre l’état hébreu. Une vaste campagne de propagande antisémite a été organisée et déployée dans le monde arabe dont nous pouvoir voir les conséquences désastreuses aujourd’hui. À voir.

G. Edward Griffin sur la montée de la tyrannie collectiviste

Excellent entretient de G. Edward Griffin en compagnie d’Alex Jones. J’aime bien l’image empruntée par Griffin. Des pirates ont pris le contrôle du bateau (de la civilisation) mais les passagers l’ignorent. Le collectivisme, que certains appellent fascisme, communisme ou socialisme, nous amène fatalement vers la tyrannie. Griffin fait part de ses réflexions sur comment organiser une résistance efficace pour empêcher la réalisation complète de celle-ci. Deux forces qui s’affrontent sont en montée, la tyrannie et la résistance.

L’héritage de la normalisation des relations diplomatiques avec l’URSS

La normalisation des relations diplomatiques avec l’URSS, officialisée le 16 novembre 1933 (incidemment la même année où Hitler a pris le pouvoir), constitue une erreur historique majeure qui a mené à la subversion des États-Unis par les forces du communisme/socialisme. De même nature que l’entente de Chamberlain avec Hitler ou celle récente entre le Conseil de sécurité de l’ONU et l’Iran sur la question du nucléaire, ce genre de « pacte de non-agression » ne fait qu’accroître la capacité de nos ennemis à nous infiltrer et nous détruire. Cette excellente conférence brosse un tableau de la situation qui avait amené le Président Roosevelt à conclure une entente avec l’Union Soviétique. À voir.

Jean-Luc Mélanchon et le totalitarisme de gauche dans toute sa splendeur

© Boroda | Dreamstime.com

Ce non-débat entre Jean-Luc Mélenchon, chef du Front de Gauche, et Marine Le Pen, du Front National, passera sûrement à l’histoire. Non pas tellement en raison des échanges musclés qui y ont eu lieu, car il n’y en pas eu en fait, mais plutôt en raison du caractère totalement bidon de la candidature de Mélenchon. On le voit bien, le chef du Front de Gauche est un amuseur public ayant pour rôle de fédérer le vote d’extrême-gauche pour l’offrir ensuite sur un plateau d’argent à François Hollande. Cela ne sert donc à rien de voter pour lui. C’est un vote perdu. Mais il y a pire. En effet, le comportement de Jean-Luc Mélenchon s’est avéré totalement inadmissible, non-républicain, non-démocratique, impoli et grossier dans le cadre d’un débat politique ayant cours dans un pays dit civilisé, et encore plus à l’occasion d’une campagne présidentielle. Le nombre d’insultes qu’il a fustigées envers Marine Le Pen ne se compte plus. C’est pourquoi je me dis que Jean-Luc Mélenchon représente la quintessence même du communisme, son moment de gloire, son apothéose, son aboutissement ultime. Staline aurait été fier d’un militant comme lui. Il lui aurait dit: « Viens mon fils, tu l’as bien mérité », en lui tendant un cigare bien gras et un verre de vodka, confortablement assis dans le politburo du Kremlin, pendant que la population souffrait dans la misère. C’est probablement d’ailleurs de cette façon que François Hollande le traitera, pour services rendus. Oui, ce communisme hélas devenu trop habituel est bel et bien un totalitarisme de gauche qu’il faut dénoncer. De la manière dont il se comporte, Mélenchon n’a pas sa place dans cette campagne présidentielle.

Dans le vidéo suivant, vous pourrez constater avec bonheur et satisfaction que Marine Le Pen a fait preuve d’une grande classe et d’une grande maîtrise de soi pour parvenir à garder son calme face à un individu aussi odieux et exécrable. Toutes mes félicitations à Marine Le Pen. Cela n’a pas dû être facile.

The United Nation’s human-rights farce: When Israel-bashing becomes one of the fine arts

© Marcosborne | Dreamstime.com

Decidedly, the situation is worse than I thought at first. Not only is anti-semitism rampant but it has become kind of a high-class intellectual game. At the United Nations, several countries, many among them being Muslim ones at no suprise, are indulging in an incessant Israel-bashing that is just a front for a clear and non-equivocal racism. Because folks, don’t be fooled: Israel-bashing is the new form of anti-semitism. You won’t see the old version of it anymore or very rarely, the one that we saw in the Middle Ages or during WWII. No. It has evolved like everything else evolves, and now it veils itself behind the scarf of « criticism » of Israel. The people who criticize Israel are not anti-semites, no. But they just can’t stand those f——– goddamned Israelis… In effect, you have to realize that since the end of WWII, everybody has become better at propaganda. Before 1945, totalitarian ideologies didn’t hide. They expressed themselves clear and sound in the open with their manifestations. One could even say that they were gross and without nuances. Just think at the Nazis and their processions with the flag and the torch, and at Staline with the columns of soldiers before his oversized portrait as big as a building. Propaganda is much more subtle now than it used to be, that’s why it is so difficult to analyze anything that is going on these days. Lire la suite