Entrevue avec trois membres du « Mouvement de Résistance Nordique » en Suède

Il est très rare que l’on donne la parole à des membres de l’ultra-droite afin qu’ils puissent eux-mêmes présenter leurs idées et les défendre. En général, on en n’apprend sur ceux qui font parti de cette mouvance politique qu’à travers le discours des membres de la gauche politique qui les dénoncent, ce qui rend difficile de distinguer ce qui tient de la description de ce qui tient plutôt de la propagande. En écoutant cette entrevue avec trois membres d’un organisation de l’ultra-droite suédoise, vous aurez l’occasion d’entendre directement de leur part l’exposition de leurs idées politiques et leur perception de l’état de la situation sociale et politique en Suède, notamment en relation avec l’immigration.

Trois membres du Mouvement de Résistance Nordique

Entretien avec l’actuaire Olivier Berruyer: La fin d’un monde

«L’État et les banques, les dessous d’un hold-up historique» par Myret Zaki et Etienne Chouard

Cette événement présenté par la Fonderie Kugler de Genève en collaboration avec le journal La Cité met en vedette Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan, ainsi qu’Étienne Chouard, professeur d’Économie-Gestion à Marseille et chercheur indépendant. Les deux conférences mettent en lumière le rôle joué par la spéculation financière, les produits dérivés, les agences de notation, le marché spéculatif de la dette, les fonds d’investissement et autres outils financiers, dans le crash de l’économie mondiale que nous vivons présentement et de ses impacts sur la vie des peuples du monde et de la démocratie. Parmi les thèmes importants également abordés lors de l’événement, nous retrouvons l’impossibilité pour les pays européens d’emprunter à leur banque centrale respective sans intérêt et l’obligation qui s’ensuit d’aller sur les marchés financiers, la création de l’Euro qui s’est avéré être une catastrophe, le fait que les élus dans les pays dits « démocratiques » sont en fait placés là par les plus riches maintenant ainsi la démocratie en bride, la politique monétaire de John Maynard Keynes qui a encouragé les états modernes à s’endetter pour payer les opérations courantes, le rôle joué par la Banque des Règlements Internationaux dans ces mêmes manipulations financières, et finalement l’importance de revenir au « tirage au sort », tel qu’adopté par les Grecs antiques, qui seul permettrait une vraie démocratie représentative. Cette conférence mérite d’être vue mais surtout bien écoutée et les différents points qu’elle aborde d’être étudiés, analysés et débattus.