Interview with Russian dissident Vladimir Bukovsky on SFR

In a recent article, I blogged about the unfortunate imprisonment of British patriot Tommy Robinson. In Russia, one of the most famous and courageous person who had decided to confront the local totalitarian forces there is Vladimir Bukovsky. He passed many years in prison and faced many hardships. Among others, you can read one of his books,To Build a Castle: My Life as a Dissenter. In this interview on the air of Secure Freedom Radio, he explains to Frank Gaffney that everything that is happening in the West right now was foreseeable. Because once you allow the germs of totalitarianism to take roots, it is only a question of time before the whole society is overturned.

The ‘room 101’ treatment of Tommy Robinson…

It is a very dark day for Great Britain. Tommy Robinson has just been released from prison, and that’s good news. The bad news is, as anyone can see in this interview given to Fox News’ Tucker Carlson, that Robinson has apparently suffered from some kind of psychological damage or trauma as a consequence of his imprisonment. Will that damage be permanent? Nobody knows but the British government bears responsibility. During the interview, Robinson recalls that he was placed in solitary confinement in a prison with a large representation of Muslims and that those Muslims used to throw feces through his open window, among other things. He was arrested on very disputable grounds, his rights were not respected, due process was not followed, etc. The whole thing seemed like a kangaroo court-type of procedure. The look of horror on Tucker Carlson’s face while Robinson tells his story is worth the trip because it says it all. What country on Earth, supposedly a democratic one, would treat one of its citizens like that, especially a patriot who, beside a few minor things, does nothing wrong and is beyond reproach? Great Britain apparently.

But why, would you ask yourself. Let me provide my own explanation. Robinson was arrested simply because he was protesting in front of a court building where a specific case that interested him was held. Authorities used the pretext that he was already in the vicinity of a court building to bring him in, if you know what I mean, before a judge. Again why? Probably because they wanted to punish him for doing the unthinkable: speaking his mind, courageously, in public. In effect, he was the one who read the famous speech at Speaker’s Corner that Martin Sellner, in the company of Brittany Pettibone and Lauren Southern, was supposed to give there. You see, it has been a long time since Great Britain is no longer a democracy. Remember that both George Orwell’ 1984 and Aldous Huxley’s Brave New World see their action taking place in Great Britain. It is not an accident. Also, the famous cult TV series The Prisoner, starring Patrick McGoohan, was a british production. These three artistic productions were trying to portray reality as it is, not the fantasy world that the media would like us to believe. And by the way, Canada is a former british colony (they took over from the French in 1760) and curiously, I have seen before these kind of tactics. I can recognize the modus operandi. They are used regularly here against individuals with a strong mind a strong personality, so I am not surprised. Business as usual in the British Empire.

However here, contrary to the life of relative comfort and abundance that Patrick McGoohan’s character enjoyed in The Prisoner, Tommy Robinson was given a treatment reminiscent more of the ‘room 101′ treatment in George Orwell’ 1984. In that novel, room 101 was the room where the prisoners were interrogated and tortured to break their will and their mind. And I think this whole episode with Tommy Robinson has to be considered like that. The powers that be in Great Britain are trying to break him psychologically, and to a certain degree, they seem to have succeeded at least partially and temporarily, judging by the non-verbal signals and language given in this interview. We have to denounce that vigorously because if we don’t, tomorrow, it could be anyone of us going down the same road. Yes, it is a dark for Great Britain. The least the government could do would be to apologize to him and drop charges. Will they do it? Don’t hold your breath…

Raheem Kassam on Theresa May and the UK, on SFR

To listen to the show on the original Secure Freedom Radio page, please visit:

Theresa May’s Government In Turmoil

Right-wing activists barred from the UK: Analysis and interviews

Recently, Lauren Southern, Brittany Pettibone and Martin Sellner were barred from entering the UK. While Lauren Southern was stopped in Calais, France, Pettibone and Sellner were arrested and detained in Britain where they were expecting to deliver a speech at the famous Speakers Corner in London. Tommy Robinson, the well-known British patriot and nationalist decided, in reaction, to deliver himself a few days later the speech that Sellner was supposed to give there. So, in order, the analysis of the whole incident by Mark Collett on Red Ice TV, followed by interviews made by Robinson with the political activists after their ordeal. Finally, you can watch a short video of the event. Apparently, the three activists are planning to sue the UK, so it will be interesting to see what follows from this.

Diana West commente le harcèlement d’état dont est la cible Tommy Robinson

Le cofondateur de l’organisation English Defence League et leader de PEGIDA, Tommy Robinson, ferait l’objet de harcèlement d’état en Grande-Bretagne, par le biais notamment de la police et du système judiciaire. Diana West commente ce cas qui est tout à fait orwellien. Malheureusement Robinson n’est pas le seul. Des milliers de patriotes font l’objet d’un harcèlement similaire en Occident depuis quelques années. Si cette forme d’intimidation existe depuis longtemps dans nos pays dits « démocratiques », il s’est fortement accru depuis que l’Administration Obama-Clinton est entré en fonction. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir cela. Notons également que l’Angleterre est le théâtre des deux principaux romans d’ « anticipation » où la société totalitaire idéale est représentée: 1984 et Le meilleur des mondes. Cela ne peut être un hasard. Il est évident que les forces qui poussent au socialisme en Grande-Bretagne sont telles que l’on se demande si elle a une chance de demeurer une démocratie. L’élite socialiste britannique semble avoir un plan bien établi, préparé depuis longtemps et ces deux romans en témoignent largement. Retrouvez l’entrevue au troisième segment.

Diana West sur Secure Freedom Radio

La politisation de la justice dans le monde: Le cas de la bâtonnière du Québec et autres sujets

N.B.: Je vous ai proposé dernièrement un texte sur les péripéties judiciaires dont fait l’objet la bâtonnière du Québec, Me Lu Chan Khuong. Ce texte était ni très bon ni complet. En d’autres termes, il n’était pas du calibre auquel je vous ai habitué, je pense. Je vous propose donc une version remaniée aujourd’hui, qui lui sera plus satisfaisant et éclairant, je l’espère. Le Barreau du Québec a tenu une réunion extraordinaire dans la soirée du lundi 24 août concernant la suspension de la bâtonnière du Québec, ce qui démontre que cette affaire est très importante pour l’avenir des affaires judiciaires au Québec. L’article doit être compris comme un effort de réflexion sur ce qui se passe dans la sphère de la justice au Québec et ailleurs dans le monde depuis quelques années. Bonne lecture.

Les péripéties judiciaires dont fait l’objet la bâtonnière du Québec, Me Lu Chan Khuong, sont intéressantes à plusieurs égards. Tout d’abord, en passant en revue la fiche wikipédia de Me Khuong, on apprend, si on ne le savait pas déjà, que l’avocate est l’épouse de Marc Bellemare, qui a été Ministre de la Justice de 2003 à 2004 dans le gouvernement libéral de Jean Charest. On se souviendra alors que les allégations de Marc Bellemare quant à un possible trafic d’influence dans le processus de la nomination des juges au Québec avait mené à la création de la Commission Bastarache. Ces allégations avaient mis dans l’embarras le Parti Libéral du Québec, le Premier Ministre Jean Charest et son équipe. Il ne fait nul doute qu’un désaccord existait entre Jean Charest et Marc Bellemare, qui n’est peut-être pas réglé même à l’heure où l’on se parle. Ensuite, Me Khuong est d’origine cambodgienne et, toujours selon sa fiche wikipédia, elle milite pour la reconnaissance du génocide cambodgien perpétré par le régime communiste de Pol Pot. Mais elle milite aussi pour défendre l’idée de l’indépendance des juges, idée qui avait justement été mis à mal avec les dénonciations de son conjoint et les travaux de la Commission Bastarache.

Ici, je précise tout de suite que je ne me prononce pas sur les faits qui sont reprochés à Me Khuong. Je n’étais pas présent dans le magasin au moment de l’incident. Je ne peux donc pas avoir d’opinion. Comme blogueur, mon rôle est de faire de l’analyse et du commentaire politique, pas de juger les gens sur la place publique ni de faire des enquêtes policières à la place de la police. S’il y a eu une faute commise, la police et le Ministère de la justice sont là pour ça. Dans le même sens, je crois que le Barreau devrait avoir la même attitude et attendre les conclusions de l’enquête ou du procès avant de suspendre Me Khuong. Avec l’avènement des médias sociaux, des médias de masse et de la société de divertissement, la tendance aujourd’hui est de glisser rapidement de l’allégation vers l’accusation, vers la mise en accusation, vers le verdict de culpabilité, vers la condamnation et le prononcé de la sentence. On doit se garder de tomber dans ce piège. Aussi, j’insiste sur le fait qu’il est malheureux qu’une fuite dans les médias se soit produite dans cette affaire. Normalement, l’affaire aurait dû rester confidentielle et se régler dans le cadre des procédures judiciaires usuelles. Comme le dossier a été médiatisé, Me Khuong a perdu la présomption d’innocence et un dommage a été fait à sa réputation, dommage qui ne pourra peut-être pas être réparé par la suite.

Est-ce que cela fait l’affaire du Parti Libéral du Québec que ce soit Me Khuong qui occupe ce poste, elle qui vient tout juste de prendre ses fonctions le 11 juin 2015? Ces péripéties arrivent en même temps que le congédiement de deux nominations du Parti Québecois, Nicolas Girard à l’AMT et Sylvain Simard à la SAQ. On peut se demander si le Parti Libéral ne serait pas en train de faire du nettoyage afin de se débarrasser de gens qu’il juge comme étant pas assez représentatifs de sa vision politique. Dans un jugement récent, la Cour supérieure du Québec vient de rejeter une demande qui avait été faite par Me Khuong pour qu’elle réintègre ses fonctions immédiatement. Sa suspension demeure donc effective jusqu’à la fin des procédures. Cela tombe mal pour l’avocate. En effet, une réforme du Code des professions qui était en préparation depuis plusieurs années sera présentée bientôt. Selon le site web du Barreau du Québec, le ou la Ministre de la justice du Québec va déposer cette année une loi omnibus qui « réformera le Code des professions et par le fait même la gouvernance des ordres et certaines de leurs activités clés ». Lors de son discours de passation des pouvoirs comme bâtonnière du Québec, le 11 juin 2015, elle était toute fière de dire qu’elle inaugurait une nouvelle ère pour le Barreau du Québec et que la « nouvelle gouvernance » qui s’annonçait ouvrirait de nouvelles perspectives. De façon générale, en lisant le texte de son discours, on a l’impression que Me Khuong est habité par un désir authentique de faire du Barreau du Québec une grande institution et, en plus, de servir la population et de favoriser une justice réelle et efficace. De toute évidence, elle aura de la difficulté à pouvoir être celle qui pilotera cette nouvelle gouvernance, puisqu’elle est suspendue de ce poste. Connaissant les lenteurs du système judiciaire, son mandat sera malheureusement probablement terminé lorsqu’une décision sera rendue.

Lire la suite