Émissions spéciales sur la Chine et sur l’hégire de Secure Freedom Radio

Retrouvez Gordon Chang et Bill Gertz au premier lien pour analyser l’état de la Chine actuelle. Au deuxième lien, retrouvez Soeren Kern dans une entrevue d’une heure pour analyser l’état de développement de la conquête islamique des pays non-musulmans.

Review of China for 2015

Review of the Hijra for 2015

Deux épisodes de l’émission For The Record sur le conflit en Syrie

L’animateur radio Dave Emory de For The Record regarde ici de près le conflit en Syrie. Dans la première émission, il focalise son attention sur le rôle joué par des alliés de l’Occident, le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie dans le conflit, ainsi sur des complicités occidentales, notamment l’OTAN, le renseignement occidental et les États-Unis, qui aident activement la formation, le financement et l’armement des rebelles. Il déboulonne ainsi le mythe des « modérés » qui se battraient pour nous contre le régime syrien. Dans la deuxième émission, Emory analyse la neutralisation de l’avion militaire russe Su-24 comme une provocation délibérée, suite à une embuscade. Cet événement s’ajoute à une longue liste de faits nous portant à croire que le monde est en train, tranquillement, de basculer vers la Troisième Guerre Mondiale.

FTR #880 The ISIS File: The Myth of the Moderates

FTR #881 Turkey Shoot: Sleepwalking into World War III

Aldo Sterone sur la disparition du principe de réalité…

Dans cette vidéo, le blogueur Aldo Sterone nous rappelle que le principe de réalité a été balayé de la place publique. Nos leaders politiques se nourrissent maintenant d’idéologies, de fantasmes, de mythes, d’utopies. La réalité ne les intéresse plus parce qu’elle est dérangeante et qu’elle fait mal. C’est pourquoi les politiques qu’ils mettent en place sont si déconnectées des besoins de la population. Les politiques décidées par nos élites dirigeantes sont conformes à la soupe mentale d’idées irréelles qui leur sert maintenant d’ersatz au réel. Bienvenue dans un monde de fous…

Conférence de presse du Ministère de la Défense russe sur le trafic de pétrole de l’État Islamique

Grâce à des images satellites et du renseignement divers, la Russie est parvenue à faire la démonstration que le pétrole volé en Syrie par l’État Islamique est acheminé vers la Turquie, par trois routes différentes. Une partie est consommée au niveau intérieur et l’autre, est exportée. La liste des pays qui achètent ce pétrole n’est pas établie pour le moment. Ce trafic profiterait, entre autres, au fils du Président Recep Tayyip Erdogan, Bilal Erdogan. Je vous présente donc ici la vidéo de la conférence de presse, doublée en anglais, ainsi qu’un article sur le sujet où vous pourrez retrouver certaines des images et des cartes présentées durant la conférence. Je joins également une entrevue avec Bassam Tahhan qui fait l’analyse politique de la situation, sans langue de bois ni fioriture. À la toute fin de l’entrevue, Tahhan soulève la possibilité que le Président Erdogan aurait peut-être conclu une entente avec l’État Islamique pour que ce dernier ne commette pas d’attentats en Turquie pour se concentrer plutôt sur l’Europe…Ces documents sont très importants et doivent être consultés absolument.

La Russie dévoile trois itinéraires de livraison du pétrole de l’EI vers la Turquie

Nigel Farage et Andrew Green sur l’immigration en Angleterre

Dans la présentation d’Andrew Green, qui date déjà de 2009, vers 1:00 minute, on peut voir un graphique montrant que l’immigration en Angleterre a commencé à augmenter au milieu des années 1990, pour exploser au tournant du millénaire. Qu’est-ce qui a pu causer cette augmentation soudaine?

Entrevue avec Tarek Fatah sur Secure Freedom Radio

L’excellent Tarek Fatah joint Frank Gaffney pour réfléchir à l’attentat terroriste qui venait tout juste de se dérouler à Paris. J’attire particulièrement votre attention sur la fin de la deuxième partie et le début de la troisième. Fatah y fait état de la chronologie des événements dans le processus de radicalisation d’une communauté musulmane. En gros, cela se déroule comme suit: Après avoir construit ou aménagé une mosquée pour les besoins de base d’une communauté donnée, celle-ci se trouve en difficulté financière pour assumer les responsabilités de l’immeuble. Des compagnies originaires d’Arabie Saoudite rôdent dans les parages et offrent alors à ces communautés de reprendre à leur compte les responsabilités financières. En échange, celles-ci y amènent leur propre imam, radical souvent, qui changera la façon d’enseigner l’islam aux fidèles pour les amener vers la radicalisation. Aussi à la quatrième partie, Fatah insiste sur la notion, avec laquelle je suis tout à fait d’accord, que la République islamique du Pakistan représente en fait une plus grande menace que l’Iran. Le Pakistan possède l’arme nucléaire, ce qui la place dans les pays les plus susceptibles d’utiliser l’intimidation, la peur et la terreur pour imposer les valeurs islamiques aux nations non-musulmanes. Fatah propose aussi trois solutions pour essayer d’amorcer une solution à la crise: Expulser la Turquie de l’OTAN, imposer des sanctions contre l’Arabie Saoudite et stopper l’aide financière fournie au Pakistan.

Tarek Fatah sur Secure Freedom Radio

Entrevue avec Kenneth Timmerman sur l’attaque du 11 septembre 2012 à Benghazi

Timmerman développe ici la thèse selon laquelle c’est l’Iran qui serait derrière l’attaque sur la mission diplomatique américaine ainsi que sur l’annexe de la CIA à Benghazi le 11 septembre 2012. Il passe en revue également le rôle joué, néfaste souvent, par des membres de l’Administration Obama, dont Hillary Clinton, durant et après l’attaque. Il nous apprend même que le « spin » utilisant la diffusion d’un vidéo anti-islam avait été commandé et orchestré depuis le Département d’État quelques jours avant l’attaque. À écouter avec attention.

Kenneth Timmerman sur Secure Freedom Radio

Le trésor archéologique de Gobekli Tepe en Turquie

Ce documentaire présente une découverte archéologique étonnante faite dans le sud-est de la Turquie en 1995 par un berger. C’est un site gigantesque, constitué par une série de monticules. Sous ces monticules se trouvent des genres de temples ou enceintes dont les piliers en forme de « T » sont placés sur le pourtour. Des figures animales y sont gravés. Ces monolithes pèsent plusieurs tonnes chacun, surtout pour les constructions plus anciennes. En effet, cette civilisation avait semble-t-il l’habitude de recouvrir de sable ses édifices, et de reconstruire de nouvelles par-dessus. La dimension des blocs de pierre diminue à mesure que l’on se rapproche des sommets actuels des monticules. L’explication fournie dans le documentaire sur la nature et/ou la fonction de ces enceintes est décevante, comme c’est souvent les cas des explications données par les représentants de l’archéologie moderne. On essaie de faire le lien usuel entre la sédentarisation et l’agriculture, d’une part, et la naissance de la religion, de l’autre. Ce n’est pas vraiment convaincant car cela n’explique pas la prouesse technique de tailler des blocs de pierre d’un seul trait de plusieurs tonnes, de les transporter sur ces monticules et de les y assembler, et de recommencer le même manège de centaines de fois.

Dans un autre ordre d’idées, je trouve fascinant que ce lieu archéologique inédit pourrait se retrouver en territoire kurde, donc à l’intérieur du nouvel état du Kurdistan en voie de formation. Les Kurdes habitent un territoire couvrant un bonne partie de l’Iran, de l’Irak, de la Syrie et de la Turquie. Cette découverte ressemble à un signe divin presque, accréditant ainsi la légitimité du projet de l’état du Kurdistan, puisque Gobekli Tepe se trouve en plein coeur de la région alléguée où se serait déroulés certains événements relatés dans la bible, comme le déluge et le jardin d’Eden. Les Kurdes ne sont ni arabes ni perses ni turques. Ils ont leur propre langue et leur propre culture. Le document vidéo présenté ici contient des images provenant d’un autre documentaire justement sur le Kurdistan irakien. Un développement économique et immobilier significatif a eu lieu dans les dernières années, positif, allant dans le sens de la modernité et de la liberté. Sait-on jamais, peut-être le Kurdistan pourrait-il devenir le deuxième pays du Moyen-Orient, après Israël, à fonctionner réellement? Un bel avenir se dessine pour ce peuple, qui demeure d’ailleurs le groupe ethnique le plus nombreux qui n’ait pas encore d’état à lui.