Le djihad d’Amir Khadir contre Israel: de l’antisémitisme prêt-à-porter?

© Roman Malyshev | Dreamstime.com

Samedi dernier le 2 avril, le PAJU, i.e. les Palestiniens et Juifs Unis, ont tenu une réunion publique à la sortie du Métro Mont-Royal à Montréal. Encore une fois le chef du parti Québec Solidaire, Amir Khadir, s’est fait le défenseur des pauvres Palestiniens opprimés par un État, Israël, qui supposément pratiquerait l’apartheid. Or, tous ceux qui sont le moindrement informés sur la vie quotidienne en Israël savent très bien qu’il n’en est rien. Mais, comme la majorité des Québécois sont ignorants et qu’ils ne font rien pour sortir de leur ignorance, les membres du PAJU, de Québec (Dé)Solidaire et leurs complices des centrales syndicales peuvent continuer à inonder la société québécoise de leur propagande haineuse en toute impunité. En fait, ce qu’Amir Khadir, Québec Solidaire, le PAJU et leurs complices syndicaux essaient de faire, c’est de tenter de construire petit à petit une pensée antisémite qui se déguiserait hypocritement sous le manteau de la défense des opprimés. Comme les bourgeois du Plateau Mont-Royal et les Québécois en général sont politiquement plutôt à gauche, et que cela fait « chic » de toute façon de prendre la défense des opprimés, et ce sans connaître les faits qui sont en cause dans quelque conflit que ce soit dans le monde, ces bonnes gens de la classe moyenne se laissent séduire sans réfléchir par ce type de propagande. Je vous invite à visiter les liens ci-dessous pour en savoir plus sur la réalité d’Israël.

Histoire de Jérusalem Réalité d’Israël Revendications des Palestiniens

Massacre d’Itamar

Voici la liste des organismes ayant déclarés y avoir participé :

Comité BDS-Québec – Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) – Fédération nationale des enseignantes et enseignante du Québec (FNEEQ-CSN) – Conseil central du Montréal métropolitain, CSN – Ligue des droits et libertés – Fédération des femmes du Québec (FFQ) – Artistes pour la Paix – Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSE) – Entraide missionnaire – Centre Justice et Foi – Voix Juives Indépendantes – Collectif d’Abord Solidaires – Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) – Groupe Rezeq-Faraj / Un seul État – Collège and University Workers United (CUWL – Parole arabe – Tadamon – Solidarité pour les droits humain palestiniens (SPHR) – Fondation canado-palestinienne du Québec – Conseil musulman canadien – Comité pour la paix en Palestine, UQAM – Parti Québec Solidaire.

Jean-Marie Gélinas, Président du mouvement Amitiés Québec-Israël, nous donne ici son compte-rendu de cette réunion publique et des discours tenus. Il nous offre également des éléments de réponses que nous pouvons présenter à ces détracteurs antisémites pour soutenir Israël.

Les orateurs anti-Israël ont réclamé à grands cries et âmes pour les Arabes Palestiniens ce qui suit :

1 – L’exercice du droit de retour et du droit à des réparations pour les Palestiniens chassés de leur maison et de leurs terres lors de la création de l’État d’Israël

Réponse : La guerre déclenchée par les Arabes à la suite de la résolution de partage de la Palestine, votée par l’ONU en 1947, créa en réalité deux problèmes de réfugiés : l’un arabe, l’autre juif.

Plusieurs dizaines de milliers de Juifs palestiniens abandonnèrent leurs foyers en raison des combats : notamment les habitants de la vieille ville de Jérusalem, ceux de la région d’Etzion en Judée, et ceux de plusieurs Kibboutzim du Néguev. Par ailleurs, quelque 800 000 Juifs des pays arabes ont été contraints à l’exil, à la suite de menaces ou de sévices.

Au cours d’un débat à l’ONU sur la Palestine, en 1947, le délégué de l’Égypte proclama devant l’Assemblée générale :  » La vie d’un million de Juifs vivant dans les pays musulmans sera menacée par la création de l’État Juif. Les réfugiés juifs ne restèrent pas longtemps des réfugiés. Ils furent intégrés pour la plupart en Israël. D’autres réfugiés juifs des pays musulmans ont trouvé une patrie en Europe, aux États-Unis, au Canada, et principalement au Québec pour ceux qui étaient francophones.

Quelque 600 000 Arabes palestiniens quittèrent le territoire qui constitue maintenant Israël, à la demande des armées arabes d’invasion qui voulaient avoir le champ libre pour massacrer et jeter les Juifs palestiniens à la mer. Les Arabes palestiniens se replièrent donc dans les zones de Palestine sous contrôle arabe et dans les pays arabes voisins. Ils ne furent pas accueillis aussi généreusement.

Par la suite, la plupart des gouvernements arabes s’efforcèrent d’empêcher l’intégration ou même toute forme d’adaptation des réfugiés dans les zones d’accueil. Ils laissèrent la responsabilité économique des camps de réfugiés à la communauté mondiale, et en particulier à la United Nations Relief and Works Agency ( UNRWA), l’Agence des Nations Unies pour le Secours. Et, c’est toujours cette même organisation, encore aujourd’hui, qui en assume l’entière responsabilité des réfugiés arabes palestiniens.

2 – La fin de l’occupation conformément à la résolution 242 des Nations Unies qui enjoint Israël de se retirer des territoires occupés depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, etc….

Réponse : Cette interprétation que le PAJU et associés font de la résolution 242 est complètement fausse et contraire à la vérité des faits.  » La résolution 242 ne requiert pas explicitement d’Israël un repli sur les lignes tenues à la veille de la guerre de 1967. Les États arabes souhaitaient bien qu’une telle exigence fût formulée. Mais, ce ne fut pas du tout le cas. L’Union soviétique… fit une proposition dans ce sens au Conseil de Sécurité; elle fut imités par la Yougoslavie et quelques autres pays au cours de la session spéciale de l’Assemblée générale de l’ONU. Mais ni le Conseil ni l’Assemblée, l’exigence d’un tel retrait ne reçut un soutien suffisant. »

La résolution se borne à poser le principe d’un « retrait des forces israéliennes de territoires occupés au cours du récent conflit « et le lie à un autre principe selon lequel chaque État de la région a le droit de vivre en paix dans des frontières sûres et reconnues « .

La résolution parle d’un retrait des territoires occupés sans spécifier l’étendue de ce retrait. Et la présence des mots dans la résolution 242  » secure and recognized boundaries  » (« frontières sûres et reconnues ») implique que les parties peuvent effectuer des rectification de frontières dans le cadre de leur accord de paix, rectifications qui supposeraient un retrait partiel et non complet de la part d’Israël, dans la mesure où les frontières d’avant juin 1967 se sont révélées incompatibles avec sa sécurité « .

Le 25 novembre 1973, Eugène Rostow, ancien secrétaire d’État adjoint des État-Unis, qui a joué un rôle primordial dans la formulation de la diplomatie américaine entre 1966 et 1969, écrivait dans une lettre au journal « New York Times :

« D’un point de vue légal, Israël occupe les territoires conquis en 1967 en vertu des résolutions du Conseil de Sécurité, qui ont reconnu son rôle de puissance occupante et qui interdise de porter atteinte à sa présence jusqu’à ce que les parties engagées dans le conflit fasse la paix. L’attaque armée du 6 octobre 1973 (La guerre du Kippour) constitue donc la violation la plus flagrante de la Charte des Nations Unies depuis l’invasion de la Corée du Sud par les troupes nord-coréennes, le 25 juin 1950, invasion qui, elle aussi, avait pour but officiel de « reprendre possessions du territoire national « .

3 – L’égalité des droits pour les citoyens-ne-s vivant en Israël, le démantèlement du système d’apartheid….

Réponse : Les faits et la réalité pour le PAJU & associés , ils s’en foutent ! Nous avons constaté mainte fois, qu’ils sont menteurs, et s’ils trouvent des idiots pour les croire (et ils en trouvent des idiots pour les croire). Alors, ils continuent leurs mensonges et invitent ces idiots qu’ils ont attrapé à appuyer et justifier le terroriste sanglant du Hamas. C’est dément de dire ça, mais, ils vont jusqu’à approuver ou nier que les terroristes arabes palestinien tuent des bébés dans leur petit lit. Tant ils croient, que le peuple arabe palestinien souffre trop par la faute des Juifs et d’Israël. Que les arabes palestiniens n’ont pas d’autres choix. Israël ne veut rien savoir d’eux. Se sont de vrais fanatiques dérangé de la caboche, des semeurs de haine contre Israël et les Juifs dans notre société. Ont-ils le droit de semer ainsi la haine envers Israël et les Juifs en profitant de notre pays, de nos droits, et de notre démocratique ?

Le discours du PAJU & associés est aussi fou que illogique. C’est incroyable et apeurant à entendre !

Voici quelques photos de l’événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *