Alexandre Cormier-Denis présente une critique du livre White Shift de Eric Kaufmann

Entrevue de Le Stu-Dio avec Alexandre Cormier-Denis

Dans cette entrevue accordée à la chaîne Youtube Le Stu-Dio, Alexandre Cormier-Denis du média alternatif Nomos-TV revient sur l’épisode de son passage au micro de Jonathan Trudeau sur Qub Radio. Pour rappeler brièvement les faits, Patrick Lagacé a publié un article dans le journal La Presse dans lequel il présentait le cas d’un restaurant «Apportez votre vin» qui voulait interdire à ses clients de montrer leurs bouteilles d’alcool pour accommoder les exigences chariatiques de musulmans fondamentalistes qui s’y trouvaient. Suite à cela, Alexandre Cormier-Denis a parlé de l’incident et dévoilé le nom du restaurant en question dans une publication. Jonathan Trudeau l’invitait donc à son micro pour commenter davantage là-dessus. L’entrevue s’est relativement bien déroulée sauf que l’animateur a décidé d’y mettre fin de façon cavalière. De plus, on ne retrouve plus le lien précis de l’entrevue sur le site web de Qub Radio ni sur les autres plateformes de Québécor.

Malheureusement, l’image qui a été sélectionnée pour présenter la vidéo sur Youtube est un mauvais choix qui ne rend pas justice à la nature de l’entrevue. Je vous propose donc, cette fois-ci, non pas la vidéo intégrée mais plutôt le lien menant vers Youtube.

Je ferais le commentaire suivant sur cette affaire. Pour la mille et unième fois, un patriote ou dissident politique a pensé que cela pourrait être une bonne idée d’accorder une entrevue à un média de masse. Cela ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Tous ceux qui se sont laissé tenter ont été soit humiliés, détruits, ridiculisés, diffamés, etc. Les patriotes ne doivent jamais oublier que les médias de masse travaillent pour défendre les intérêts de nos adversaires. Ils ne sont là ni pour informer la population ni pour l’instruire. Ils font de la propagande au service de l’oligarchie. Parler à ces gens est une perte de temps complète. On doit plutôt rester sur nos plateformes et continuer à investir du temps et de l’énergie pour les développer, convaincre des gens de nous rejoindre, créer des réseaux internationaux de patriotes qui pourront s’entraider, etc. Dans les circonstances, Alexandre Cormier-Denis a été relativement chanceux. Cela aurait pu être bien pire, rappelez-vous le traitement qu’avait accordé Anne-Marie Dussault de Radio-Canada à Marine Le Pen lorsqu’elle a été de passage à Montréal en 2016. Cela ne donne rien d’argumenter avec des gens comme cela. Pour donner un exemple biblique, lorsque Jésus a été convoqué devant le Sanhedrin, il a gardé le silence parce qu’il savait que c’était une perte de temps d’essayer de leur expliquer quoi que ce soit. Tu ne peux pas argumenter avec des gens qui ont décidé que tu étais coupable. Sur ce, bonne écoute.

Entrevue de Le Stu-Dio avec Alexandre Cormier-Denis

La réalité de l’immigration médicale au Québec…

Vous aurez peut-être remarqué, si vous habitez Montréal, combien les immigrants de couleur sont présents dans le système de santé du Québec, comme travailleurs mais surtout comme usagés/patients. Il suffit de se rendre à l’hôpital pour voir défiler tour à tour des africains, des arabes, des asiatiques, des latinos, etc. Or, ce qui est vraiment particulier c’est de voir ces mêmes immigrants, lorsque l’on fréquente plutôt des établissements qui procurent des soins médicaux non couverts par la Régie de l’assurance-maladie du Québec (comme l’optométriste, le dentiste, le massothérapeute, le chiropraticien, etc) complètement disparaître comme s’ils n’avaient jamais existé. Lorsque l’on se rend par exemple à la salle d’urgence d’un hôpital, on constate en arrivant que la salle d’attente est bondée et que la plupart des patients sont souvent des personnes de couleur. Ils ne se privent pas de demander des soins médicaux. Par contre, si l’on se rend chez l’optométriste pour un examen de la vue ou l’achat de verres de prescription, chez le dentiste pour un examen/chirurgie des dents ou chez un massothérapeute, là, c’est une toute autre histoire. Lorsque l’on rentre dans le bureau, on constate rapidement que la salle d’attente est vide la plupart du temps et que lorsqu’il y a des patients, ce sont presque toujours…des blancs. Autrement dit, quand c’est «gratuit», comme à l’hôpital par exemple, il y a beaucoup de «diversité» mais lorsqu’il faut payer de sa poche, eh bien là la «diversité» reste à la maison. Passer d’une rue de Montréal pour entrer dans le bureau d’un praticien de soins de santé non couverts par la Régie de l’assurance-maladie du Québec, c’est comme passer des Nations-Unies en Abitibi en un clin-d’oeil. Aussitôt la porte refermée, on a l’impression de nouveau d’être au Québec…

Je pense qu’il faut commencer à réaliser, nous les Québécois, nous les Canadiens-Français, à quel point on se fait voler. S’il fallait payer pour aller à l’urgence, on constaterait probablement la même chose que l’on constate chez le dentiste, l’optométriste ou le massothérapeute. On arriverait dans une salle d’attente presque vide avec des usagés qui seraient de descendance européenne pour le plupart. Le Canada est un pays socialiste. Les élites du pays ont décidé que nous, les citoyens, serions généreux. Le résultat de ceci est que nous, les citoyens, les payeurs de taxes, qui sommes les descendants des colons français et anglais et des autres peuples européens qui sont venus après, passons notre vie à payer pour soigner et procurer des services aux autres. Et quand nous, nous demandons des services, on a souvent de la difficulté à les obtenir et on passe après des gens qui viennent d’ailleurs.

Le Québec accueille entre 40 000 et 50 000 immigrants par année. Comme notre système de santé est public, i.e. géré par le gouvernement et qu’il n’y a pas de concurrence du secteur privé, et «universel», i.e. qu’il y une obligation de soin par le gouvernement, cela signifie que l’état doit les prendre en charge sur le plan médical. Donc, à chaque année, c’est entre 40 000 et 50 000 nouveaux patients qui doivent être pris en charge par le système de santé du Québec… Or, ces nouveaux patients n’ont jamais cotisé un cent dans la cagnotte. Ils n’ont jamais payé d’impôts en échange des services qu’ils reçoivent. Et comme ce petit manège se répète à chaque année, il ne faut pas être un grand gestionnaire pour comprendre que le point de rupture va être atteint bientôt. À un moment donné, le système de santé du Québec va s’écrouler sous le poids de tous ces gens qui débarquent ici parce que les soins de santé sont «gratuits», sans avoir à débourser pour les services.

Je vous ai annoncé dans un article précédent que j’étais en faveur de la remigration. Je n’ai pas changé d’idée. Mais, disons que si j’étais confortable avec l’idée de l’immigration et que j’étais en position d’autorité, j’organiserais les choses différemment. D’abord, je m’assurerais que les candidats à l’immigration payent des impôts au gouvernement du Québec tout en restant dans leur pays d’origine. Compte tenu des coûts énormes des soins de santé, une période de dix ans serait acceptable afin que l’état accumule assez de cotisations pour soigner quelqu’un convenablement. Lorsque la période de dix ans viendrait à échéance, le gouvernement du Québec pourrait autoriser les candidats à l’immigration à déménager au Québec. À leur arrivée, ils pourraient commencer à recevoir certains services de façon graduelle sur une période de cinq années supplémentaires tout en continuant évidemment à payer tous les impôts demandés. Si les candidats à l’immigration auraient payé toutes les sommes demandées et qu’ils n’avaient pas été accusés d’un crime ou commis un infraction, ils auraient alors le droit de déposer une demande formelle d’immigration au gouvernement. Un comité d’immigration passerait en revue les demandes pour rendre une décision finale à l’intérieur d’une période de cinq autres années. Évidemment, toutes les décisions seraient finales sans processus d’appel possible.

Cette façon de faire ferait probablement diminuer le degré de «diversité» que nous expérimentons dans le système de santé du Québec. On pourrait s’assurer ainsi que les gens qui immigrent au Québec le fassent réellement parce qu’ils veulent participer à notre société et à notre culture et non pas pour profiter de nous, parce que l’on est trop imbéciles pour réaliser qu’on est en train de se faire voler toutes nos richesses, celles que nos ancêtres ont travaillé si fort à produire pour les générations ultérieures. Mais ça, c’est si j’étais en faveur de l’immigration. Pour ma part, je continue à dire que la meilleure solution c’est qu’ils retournent tout simplement chez-eux…

La méditation du dimanche: Concerto pour violoncelle no 2 de Kabalevsky

Avec le London Philharmonic Orchestra, dirigé par Bryden Thomson. Soliste: Raphael Wallfisch.

Bill Gertz’s and Red Ice TV’s reports on the Coronavirus outbreak

Mainstream media is not giving a lot of information about the Coronavirus. Again, we have to rely on the alternative media to get the truth about what is going on. Red Ice TV has covered this subject in two of their shows recently and the Washington Times, with the excellent Bill Gertz, did the same. Among the many hypotheses presented here to explain the outbreak of the coronavirus, one is difficult to cast away. There are a few facilities in China that can handle dangerous viruses. But only one declared site in China can handle deadly viruses and it is the Wuhan Institute of Virology (that studied coronaviruses in the past) located in the very province where the outbreak happened. So evidently, one wonders if the outbreak was intentional or the result of an accident. Bill Gertz spoke to Dany Shoham, a former israeli intelligence officer. He says that the Institute is linked to Beijing’s covert biological weapons program. Read the article below to get all the details. Flashback Friday episode 62 covers the topic starting around 50:00 minutes.

Virus-hit Wuhan has two laboratories linked to Chinese bio-warfare program

Nigel Farage’s final speech at the European Parliament

Congratulations, Mr Farage. You did it! Thanks to your great leadership, now the United Kingdom is out of the European Union, free again!

Watch Ezra Levant interrogation by the Canadian federal police about his book, the Librano$

This is a classic case of intimidation here in Canada. The federal government is using its police to intimidate a private citizen, Ezra Levant, because of his political beliefs. Levant was wise enough to record the interrogation meeting he was summoned to and now the whole world can see the true nature of Canada. Forget about the blue helmets of the United Nations and the nice sermons of politicians about the greatness of Canadian values. In the real life, Canada is a socialist/marxist dictatorship with a nice veneer of ‘democracy’ on top of it to deceive everyone. See it with you own eyes. I don’t know how the opposition parties in the House of Commons can continue to support Trudeau’s minority government. If they do, that will only tell that they are willingly complicit in that masquerade. The nightmare society models described by George Orwell and Franz Kafka have become a reality in many places around the globe and Canada is a good example. Now the real question is: Under Justin Trudeau as Prime Minister do we, citizens, have any rights whatsoever left? Are we going to be the next ones to fall under the thumb of his dictatorial impulses? The second video features a discussion between Levant and one of his lawyers about this incident.

Lana Lokteff responds to a ‘White Supremacy’ smear coming from Saudi Arabia, on Red Ice TV