L’industrie de la mode et la propagande anti-hétérosexuelle du Troisième Reich

Cette entrevue de Benoit Dutrizac avec Vincent Francis de l’agence Folio met en relief un problème qui a toujours été présent dans le milieu de la mode depuis les dernières décennies. Cette industrie aime nous présenter des femmes maigrichonnes, ultra-minces, ou encore des petites filles que l’on maquille et habille comme des femmes adultes. Dans un article récent, je vous ai parlé des liens évidents qui existent entre les systèmes totalitaires et l’attitude réactionnaire et bigote envers la sexualité. Je vous ai également parlé d’une garderie en Suède où l’on pratique le deni des genres sexuels, masculin et féminin, alors que des éléments liés au Troisième Reich et au fascisme sont bien implantés en Suède. Aussi, le lien ci-dessous vous amène vers un site où vous pouvez voir l’héritière de la maison Christian Dior, Françoise Dior, lors d’une entrevue accordée en 1963 quelques temps avant son mariage avec Colin Jordan, un citoyen britannique. Dans cette entrevue, Françoise Dior avoue son amour pour le National-Socialisme, son admiration pour Hitler, l’importance que doit revêtir la protection de la race, etc. Elle dit aussi que lors de leur mariage, ils auront une cérémonie national-socialiste proprement dite, suite au mariage religieux, et qu’elle n’a rien contre les Juifs comme tels mais qu’elle n’en veut pas chez elle, etc.

L’entrevue avec Vincent Francis a été réalisée suite à l’utilisation de jeunes filles ou très jeunes femmes dans des publicités liées à l’industrie de la mode récemment, et que l’on peut voir sur la page de l’émission de Dutrizac. L’animateur, en compagnie de son invité, se questionne à savoir qu’est-ce qui peut bien motiver l’industrie de la mode à utiliser le genre de mannequins qu’elle utilise. Eh bien, la raison est fort simple. Comme les systèmes totalitaires ont une attitude réactionnaire face à la sexualité, ses adhérents développent des déviances sexuelles comme la pédophilie et l’amour des femmes maigres similaires à celles des camps de concentration nazis, et par voie de conséquence, ils rejettent systématiquement les femmes plaisant aux hommes hétérosexuels. Pour ma part, j’aime les femmes avec une taille normale, avec de gros seins, de bonnes fesses et de bonnes cuisses. Les femmes maigres me laissent sur mon appétit. Si certains hommes hétéros préfèrent des femmes un peu plus minces, la plupart n’aiment pas celles que l’on présente dans les magazines et les défilés de mode. Les systèmes totalitaires méprisant la sexualité normale entre adultes consentant et surtout entre hétéros, puisque ce sont eux qui fondent les familles, l’industrie de la mode, contrôlée par le toujours vivant Troisième Reich, essaie de nous faire adopter des femmes-enfants et des femmes-maigres-survivantes-de-camps-de-concentration plutôt que les femmes voluptueuses traditionnelles de la culture hétérosexuelle. Il est évident que les mannequins sont choisis et que les publicités sont concoctées de façon à plaire à un public composé de gens qui sont atteints de ces déviances sexuelles. Avouez avec moi que cela est tordu.

En ce qui concerne les homosexuels qui y travaillent comme couturiers et designers, et si l’homosexualité est saine au niveau psychologique on doit le rappeler, il n’en demeure pas moins qu’ils n’ont pas les mêmes goûts esthétiques pour ce qui est des femmes. Cela a sûrement un impact quand vient le temps de dessiner et couper des vêtements. Je dirais que les homosexuels sont utilisés à leur insu pour favoriser le discours médiatique de l’industrie de la mode qui n’est pas autre chose que de la propagande anti-hétérosexuelle.

Mais il y a une bonne nouvelle. Au royaume du Lys-d’Or, les femmes sont magnifiques. Elles ont de beaux cheveux longs, de gros sains, des hanches fortes avec des bonnes fesses et de bonnes cuisses. Alors que les Nazis doivent se contenter de rations de survie et de gamines, les hétéros mangent à leur faim. Amen.

Vincent Francis sur l’industrie de la mode

Françoise Dior sur le National-Socialisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.