Luc Ferrandez, baron du Plateau-Mont-Royal: Lorsque la haine de la voiture rime avec décroissance économique

© Yobidaba | Dreamstime.com

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais depuis que Luc Ferrandez est arrivé à la mairie d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, on dirait que rien ne va plus dans le quartier. Je suis arrivé à Montréal en 1993. Spontanément et sans le savoir, j’ai loué un appartement sur le Plateau, à l’époque où il y avait presque autant de logements disponibles que d’habitants et où les prix étaient encore abordables. En fait, le quartier était assez pauvre. Ça, c’était avant qu’il ne s’embourgeoise. Aujourd’hui, les logements locatifs sont devenus rares et très dispendieux et pas seulement sur le Plateau. Aussitôt que j’ai emménagé, j’ai noté que le Plateau était animé d’une vie palpitante, excitante. Les citoyens de tous les quartiers et d’ailleurs aimaient venir s’y retrouver. La circulation automobile, cycliste et en patins était abondante et les jours d’été, des milliers de passants venaient agrémenter les trottoirs et terrasses. Lorsque le quartier s’est embourgeoisé vers la fin des années 1990, je n’ai pas noté de baisse d’achalandage de la circulation, ni de l’activité commerciale ou autre. C’est seulement la clientèle qui a changé. La classe moyenne s’est installée et l’on a vu la classe des travailleurs, dont j’étais, et les pauvres, être chassés vers la périphérie. Le condominium a alors envahi le marché de l’immobilier, ne laissant plus que des banlieusards-toujours-en-ville pour peupler le quartier. En passant, pour voir les effets de l’embourgeoisement d’une population, voir cet article précédent.

Or, Jean Charest a accouché d’un monstre lorsqu’il a créé les mairies d’arrondissement. Ce système administratif permet à un petit baronnet local de prendre littéralement le contrôle d’un quartier…et de faire chier tout le monde ensuite. La ville est devenue ingouvernable. Les services sont maintenant impossibles à planifier, à organiser, puisque pour ce faire, il faut absolument plaire aux égos et lécher le derrière de tous les parvenus qui ont réussi à se glisser dans le machine pour devenir maires d’arrondissement et conseillers. Mais ce n’est pas tout… Depuis quelques années, on note également qu’une certaine clique semble avoir pris le contrôle de la ville elle-même. Cette clique est composée de gauchistes, d’activistes, de musulmans, voire même d’islamistes, dont les principales figures de proue sont les Luc Ferrandez (évidemment gauchiste), Amir Khadir (musulman) et Richard Bergeron (qui est aussi musulman) et Louise Harel (qui est en couple avec un Palestinien). À eux quatre, et avec tous leurs collabos, ils sont en train de jeter la ville à terre. En effet, ils sont portés par une idéologie de décroissance économique, hostile à l’automobile, au pétrole, et à la consommation et la croissance, où la bicyclette devient le symbole, le porte-étendard d’un nouveau paradis terrestre qu’ils essaient de créer de toutes pièces.

À cet effet, Monsieur « le baron » Luc Ferrandez a instauré, en plus des parcomètres et des taxes, des pistes cyclables sur des rues-clés du Plateau-Mont-Royal, comme Laurier par exemple, ce qui a pour effet, évidemment, de réduire la circulation automobile et donc de réduire l’activité économique dans le quartier. Vous ne me croyez pas? C’est ce que moi je vois en tous cas, étant un habitué du Plateau. Je n’y réside pas mais je m’y promène régulièrement. Ce qui était autrefois un secteur plein de vie a perdu justement de sa vitalité progressivement au cours des dernières années, mais de façon nettement plus marquée depuis l’instauration des nouvelles pistes cyclables. J’ai également remarqué certaines fermetures de commerces sur la rue Mont-Royal, alors que voilà quelques années les commerçants se battaient pour louer un espace sur cette rue. Avec toute la bourgeoisie qui habite sur le Plateau et l’attrait que celui-ci représente pour les gens de l’extérieur, ce quartier lors des fins de semaine devrait être occupé par des milliers de passants et d’automobilistes. Mais ce n’est pas le cas et c’est logique. Si le quartier est difficile d’accès en voiture, les gens ne viendront pas y magasiner en bicyclette ou en métro. Ils vont tout simplement aller ailleurs et c’est ce qu’ils font.

Dans le fond, je comprends la souffrance de gens comme Luc Ferrandez, Amir Khadir et Richard Bergeron. À tous les jours ils doivent se lever pour affronter un monde cruel et difficile dans lequel il y a des voitures, du pétrole, de la circulation, au lieu d’évoluer dans un monde où il y seulement des bicyclettes et des patins-à-roues-alignées. Ça doit être dur de vivre dans un monde comme cela, pas mal plus en fait que d’avoir à affronter un monde dominé par le crime organisé, le terrorisme islamique, la faim dans le monde…et la décroissance économique. La ville de Montréal est noyautée par une petite clique d’activistes islamo-gauchistes qui vont tout détruire si l’on ne les arrête pas le plus vite possible. À force de mettre en place des mesures qui sont en fait des lubies bourgeoises, les maires d’arrondissement vont détruire ce qui a pris des décennies à construire. Je vous propose une entrevue de Benoit Dutrizac avec Luc Ferrandez, suivant celle réalisée avec Michel Depatie, directeur de la Société de développement de l’Avenue du Mont-Royal. Vous savez ce qui est le plus incroyable? Dans cette entrevue, Ferrandez blâme les médias pour le problème de perception de l’arrondissement. C’est drôle, je n’ai pas eu besoin des médias pour voir que le quartier était en déclin. Il faut croire que je ne comprends pas tout et que je n’ai pas la sagesse de Luc Ferrandez… Après tout, je ne suis ni gauchiste, ni islamo-gauchiste. Un jour, peut-être, aurai-je assez de sagesse et d’intelligence pour comprendre ces subtilités que nos amis Ferrandez, Khadir, Bergeron et Harel semblent saisir avec autant de science…

Entrevue avec Michel Depatie et Luc Ferrandez

2 réflexions sur « Luc Ferrandez, baron du Plateau-Mont-Royal: Lorsque la haine de la voiture rime avec décroissance économique »

  1. Plusieurs magasins et citoyen veulent se débarrasser de Ferrandez Mais comment?
    Le regroupement des commerces SIDAC du plateau fait rien pour empêcher tout cela
    Dernièrement un commercant avec un camion blanc s’est manifester contre Ferrandez avec des poster démontrant une ambulance bloqués par des bobars au coin de la rue De Lanaudière et Chambor sur les poster on pouvait lire avec Ferrandez ont va nulle part

  2. Ping : Pourquoi faire partie de la clique du plateau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.