Alex Jones présente l’ordonnance du Départment de l’Énergie américain pour réagir à l’urgence climatique au Texas

Alex Jones continue sa couverture de la panne du réseau électrique au Texas, suite au refroissement spectaculaire de ces derniers jours. Il nous apprend que le Département de l’Énergie a, dans son ordonnance du 14 février, inclu des dispositions interdisant que les ressources locales en énergie soient utilisées avant toutes autres ressources externes disponibles, que les ressources utilisées produisent le plus bas niveau possible d’émissions de carbone et que la production d’énergie totale soit limitée en fonction des exigences des lois environnementales en vigueur. Les dispositions de l’ordonnance semblent avoir été rédigées en vue d’être conformes avec l’ordre exécutif de Joe Biden visant à combattre les changements climatiques. Alors que l’ordonnance du Département de l’Énergie est écrite dans un langage juridique, souvent hermétique et technique, l’ordre exécutif de Biden est écrit dans un langage politique avec des termes vagues et généraux, ce qui rend leur interprétation respective difficile en termes concrets. Néanmoins, en prenant connaissance de ces informations, on est amené à se poser la question suivante: Le Département de l’Énergie a-t-il interdit au Texas de prendre tous les moyens possibles et nécessaires pour parer à la situation d’urgence climatique? Cela semble être le cas, puisque l’ordre exécutif de Joe Biden pour contrer les changements climatiques commandait ce genre de politiques. Le Texas a donc été contraint de faire face à ce refroidissement spectaculaire en état incapable de tirer profit de sources d’énergie dites fossiles (charbon, gaz naturel, mazout, etc), car elles émettent du carbone, et ne pouvait pas compter ni sur l’éolien ni sur le solaire parce qu’ils ne fonctionnaient plus en raison du gel. Le Texas devait donc importer de l’électricité des états voisins.

Et ce n’est pas tout. Plusieurs citoyens ont rapporté des cas d’abus flagrants de leur fournisseur d’électricité depuis l’effondrement du réseau. Ils se sont vus facturer des sommes astronomiques, à coups de milliers de dollars. Il y a eu aussi quelques décès et divers incidents conme des incendies, etc. De façon plus générale, la panne du réseau électrique du Texas pose des questions au niveau de la cybersécurité et de la sécurité nationale en général. En Amérique du Nord, on se rappelera des pannes majeures qui ont fait l’histoire comme celles du 9 novembre 1965, des 13-14 juillet 1977 et du 14 août 2003.  Mais la plus célèbre et la plus catastrophique demeure la Tempête de verglas de 1998 qui a affecté le nord-est du continent, mais surtout le Québec. Toutes ces pannes se sont produites dans le même secteur géographique. Le cas du Texas est special puisque normalement les températures y sont assez élevées et qu’il n’y a pas de neige.

Je terminerai en mentionnant que voilà quelques années, la Russie et l’Ukraine se livraient une guerre plus ou moins ouverte, en utilisant parfois les coupures de gaz naturel ou d’électricité comme levier pour faire pression sur le camp opposé. On sait comment cela s’est terminé. Une guerre militaire a fini par se mettre en action sur le sol de l’Ukraine où des rebelles appuyés par la Russie combattaient les forces ukrainiennes appuyées par Washington. Question: Un pays, un groupe ou une entité internationale essaie-t-il de faire pression sur le Texas, ou sur les États-Unis, pour qu’il adopte certaines politiques environnementales, énergétiques, politiques et économiques? On se le demande. Une chose est certaine, c’est que c’est l’habilité à faire face à cette panne électrique au Texas qui va donner le ton pour l’avenir en ce qui concerne l’Amérique. L’électricité est devenue essentielle à nos vies puisqu’elle alimente tout l’électronique que nous utilisons. L’ordre exécutif de Joe Biden est de bien mauvais augure en de domaine, puisqu’il va nous rendre incapables de bien nous défendre contre des cyberattaques sur nos réseaux électriques et d’informations. J’espère sincèrement me tromper mais disons si nous ne changeons pas de mentalité en ce qui concerne la sécurité du réseau électrique, nos chances de survie à moyen terme sont assez minces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.