Jean-Marie Gélinas répond aux mensonges de Bruce Katz, co-président du PAJU

Le PAJU, rue Saint Denis à Montréal, devant le magasin juif de chaussures Naot

 

Les mensonges de Bruce Katz

Par Jean-Marie Gélinas

Voilà tu pas que Bruce Katz, co-président du groupe Palestiniens et Juifs Unis (PAJU), révèle enfin ses sources d’inspiration et d’information dans l’interview donnée ce lundi 7 novembre 2011 en direct de Presstv, le diffuseur officiel de l’état islamique d’Iran dont la mission est de diffuser tout azimut partout dans le monde la propagande anti-israélienne et anti-occidentale du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Un dicton dit : « Dis moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es ». Dans le cas de Bruce Katz, co-président du PAJU, la réponse est claire, en regard des révélations mensongères qu’il vient de faire sur Presstv. com.

Presstv.com, c’est la tv iranienne d’état directement sous la surveillance des dirigeants religieux iraniens et sous le contrôle du guide suprême de la révolution islamique, l’Ayatola Ali Khomeini (Khamenei). On ne peut donc pas mieux se faire prendre le portrait aussi bien que ça, monsieur Bruce Katz !

Maintenant monsieur Bruce Katz, occupons-nous de vos gros mensonges, et vous en racontez beaucoup à la fois, vous et PAJU compris sur la rue Saint Denis lorsque vous vous permettez d’affirmer qu’Israël est un état d’apartheid.

Monsieur Katz, Israël n’est pas une société d’apartheid, mais une société multiraciale. Israël recense quelque 6.9 millions d’habitants. Sa population se distingue par son extrême diversité, contrairement à vos mensonges qui affirment le contraire. La répartition ethnique de l’État d’Israël est de 80% de Juifs et 20% d’Arabes qui se répartissent principalement comme suit : musulmans, chrétiens et druzes.

La grande majorité des musulmans est d’obédience sunnite, les chrétiens eux se divisent en quatre classes principales: orthodoxes chalcédoniens, orthodoxes non-chalcédoniens (appelés parfois monophysites), les catholiques romains (latins uniates), les Arméniens, les protestants et les druzes. À toutes ces communautés arabophobes déjà nommées viennent s’ajouter en Israël d’autres petits groupements ethniques et religieux: les Circassiens, les Samaritains et aussi des congrégations chrétiennes venues d’Europe telles que la communauté allemande de Beit El à Zikhron-Ya’akov.

Toutes ces ethnies ont été accueillies avec générosité en Israël et jouissent du niveau de vie le plus élevé du Proche et Moyen-Orient. Ils disposent et jouissent aussi des mêmes droits civils et politiques que les 80 % de Juifs d’Israël. L’arabe est langue officielle au même titre que l’hébreu.

La différence entre les Arabes et les Juifs d’Israël est d’ordre social et psychologique et non d’ordre économique ou juridique : elle trouve son origine dans l’état de guerre permanent qui sévit depuis plus de 63 ans au Proche-Orient et une certaine communauté d’identité entre les citoyens arabes d’Israël et ceux des États voisins en conflit avec l’État hébreu.

Les milliers de réfugiés arabes revenus en Israël dans le cadre de la réunion des familles ont reçu de plein droit la citoyenneté israélienne, avec toutes les prérogatives qui s’y rattachent. Leur situation économique est aujourd’hui plus prospère que celle des Arabes d’autres pays. Elle est même meilleure que celle de certains Juifs.

Ils jouissent de tous les droits des citoyens israéliens. Des députés arabes siège à la Knesset (le parlement israélien). Certains d’entre eux soutiennent les thèses de l’OLP et du Hamas et prônent même la destruction de l’État d’Israël.

Il faut souligner cependant que, contrairement aux autres citoyens israéliens, les Juifs, les Druzes, et les Circassiens, les Arabes sont dispensés du service militaire.

Que fait donc le PAJU sur la rue Saint Denis en face des commerces juifs ? Il raconte des mensonges sur Israël et sur le Peuple Juif.

Jean-Marie Gélinas

 _____________________________

Presstv.com – c’est la tv iranienne d’état sous l’étroite surveillance des dirigeants religieux iraniens et sous le contrôle du guide suprême de la révolution islamique, l’Ayatola Ali Khomeini (Khamenei).

Dans une interview exclusive accordée à Presstv, Bruce Katz, co-président du groupe Palestiniens et Juifs Unis (PAJU), dévoile le mythe sioniste.

Ce qui suit est une transcription de l’entrevue à Presstv:

lundi 7 novembre 2011

« Les sionistes suivent les traces des nazis »

Traduction et adaptation en français : Jean-Marie Gélinas

Un lecteur de nouvelles de Presstv déclare que le régime sioniste étudie présentement une nouvelle loi qui classerait les Juifs comme une race distincte avec des liens ancestraux à la terre de Palestine – justifiant ainsi l’expulsion des Palestiniens. Selon l’idéologie d’Adolf Hitler, les Juifs étaient des non-Aryens, et par conséquent, ils ne faisaient pas parti de l’Allemagne. Les sionistes sont à promouvoir un même projet de loi qui aurait comme but de désigner les Arabes comme étant des non-Juifs dont le sang et la généalogie ne sont pas liés à la Palestine.

Presstv: Tout d’abord, jetons un oeil sur les raisons qu’a Israël d’insister sur le caractère juif d’Israël. Ce caractère juif a-t-il quelque chose à voir avec la politique intérieure d’Israël?

Katz : Quand vous regardez la situation, ce que vous constatez fondamentalement, c’est une justification mythique d’un mouvement de colonisateur européen.

Permettez-moi ici de vous démontrer très vite l’idée qu’ont les Juifs d’une race distincte dont la généalogie européenne déclare avoir des liens de sang et des racines génétiques avec l’antique société des Hébreux.

Il n’y a aucun érudit qui se respecte qui a étudié l’histoire des Juifs européens qui ne dit pas que les Juifs européens se sont convertis au judaïsme autour de la même période que l’empire romain s’est christianisée.

C’est très ironique l’idée de dire que le peuple juif européen ait été victime de l’antisémitisme développé par les lois anti-juives et antisémites provoquées par des éléments de l’Église chrétienne, et plus précisément au 16ème siècle par les lois anti-juives de la Réforme protestante en Europe.

Ces éléments de la loi anti-juive auraient insisté, dit-on, pour que les Juifs européens deviennent les descendants de sang des anciens Hébreux. Mais essentiellement, ce que ces éléments de la loi anti-juive voulaient montrer, c’est que la race des Juifs ne pouvaient pas faire partie de la société européenne.

C’est donc à partir de ce moment-là que cet ensemble thématique d’idées raciales antisémites des Juifs avec des liens de sang avec la terre de Palestine s’est développée, et est devenue un des thèmes récurrents de la société européenne chrétienne.

En se basant essentiellement sur le porte-parole ultime de l’antisémitisme en Europe, le porte-parole même très ultime, Adolf Hitler, dans un de ses discours en 1920, il fait mention que les Juifs européens sont une race distincte, que les Juifs allemands sont une race distincte, et qu’ils n’ont pas de sang et de liens avec le sol allemand, que le sol allemand est basé sur l’idée de la nation aryenne et que par conséquence, les Juifs n’ont pas leur place en Allemagne et doivent en être expulsés et transférés hors de l’Allemagne.

L’ironie (encore ?) c’est que quand vous regardez et vous écoutez le discours politique de Hitler, vous avez essentiellement le même discours mis de l’avant par Benjamin Netanyahu.

Et essentiellement, ce même discours comprend les éléments suivants :

Les Juifs constituent donc une race distincte qui par leur généalogie ont des liens de sang, des liens génétiques avec l’antique société hébraïque, et qu’en conséquence, les Juifs considèrent que la Judée et la Samarie sont leurs terres d’origine. Ce qui essentiellement signifie que toute la terre de Palestine leur appartient.

Maintenant, puisque cette terre leur appartient par les liens du sang et de la généalogie, il s’ensuit que – tout comme dans le cas de la nation allemande aryenne en possession du sol sur lequel seule la nation aryenne a le droit de vivre – sur ce sol particulier qu’est la Palestine, seuls les races juives ont eu aussi le droit d’y vivre, et qu’en conséquence, les Arabes étant des non juifs, de la même manière que les Juifs étaient en Allemagne des non-Aryens, les Arabes doivent eux aussi être expulsés de la même manière de la terre de Palestine.

C’est là le mythe fondateur du sionisme révisionniste. Je me permets ici de faire une référence particulière au sionisme révisionniste parce que c’est là, la particularité du sionisme qui commence avec Vladimir (Ze’ev Jabotinsky), qui fut le père spirituel de Menahem Begin, Netanyahou et du Parti du Likoud, parce que le Likoud, c’est ce qu’il représente.

Le Likoud est donc un parti fasciste et un parti raciste qui fait la promotion de la notion du fascisme et du racisme de l’État-Nation. On ne peut nier ce fait relié au concept du sionisme révisionniste et du national-socialisme.

Je voudrais ajouter encore un petit commentaire que très peu de gens savent, le nom de Benjamin Netanyahu est un nom inventé. Benjamin Netanyahu n’est pas né Benjamin Netanyahu, parce que le père de Netanyahou était Benzion Mileikowsky – il est le fils de juifs polonais qui se sont convertis au sionisme.

Bruce Katz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.