Le Dr Gaetan Barette: 30 millions de dollars pourraient régler le problème des urgences… Ah ben tab…

Écoutez cette entrevue avec le Docteur Gaëtan Barette, président de la FMSQ. Selon lui, 30 millions de dollars seraient suffisants pour régler le problème d’engorgement dans les urgences. Ce problème existe depuis plus de dix ans, il est connu du Ministère qui sait exactement le nombre de lits manquants dans le système. Toujours selon Gaëtan Barette, les gens au pouvoir à Québec se servent de la « crise » dans les urgences, qui est artificielle en fait, pour s’amuser à des jeux politiques et à des stratégies à saveur électorale. S’ils le voulaient, ils pourraient régler cette situation rapidement et à faible coût, si on considère le budget total du Ministère de la Santé, qui est d’environ trente milliards.

Ah ben tab… Je savais que nos politiciens étaient incompétents et parfois malhonnêtes mais là… Je pense que la blague a assez duré. Allez-vous, chers leaders politiques, vous sortir les doigts dedans le nez et le régler, le maudit problème? Je ne peux pas croire que vous preniez en otage la population comme cela! Comme tous les autres citoyens, je me disais: « Il n’y a pas assez de médecins et d’infirmières, les coûts dans le domaine de la santé ont explosé » et autres rationalisations du genre. Mais…voyez-vous…après avoir entendu cette entrevue…c’est encore pire que je pensais. Non seulement le Québec est un état corrompu mais en plus, des solutions simples, faciles et peu coûteuses ne sont pas mises en place tout simplement par mesquinerie politique. Franchement, je pense que vous devriez avoir honte de votre comportement. Le Gouvernement Libéral est indigne. Il devrait démissionner et demander au Parti Québécois de former le nouveau gouvernement. Il n’a plus la légitimité de gouverner.

Gaetan Barette avec Benoit Dutrizac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.