François Asselineau commente le dossier de la Catalogne et des Euro-régions

Lors de l’entretien d’actualités hebdomadaire, le Président de l’UPR commente ici un dossier vraiment chaud, celui de la situation en Catalogne. Il en profite pour dénoncer ce qui se trame réellement derrière ce simulacre de fièvre indépendantiste, à savoir le découpage de l’Europe en parties plus petites, en régions, afin de détruire les états-nations qui la composent présentement. L’oligarchie euro-atlantiste, ou plus simplement les élites mondialites, ont tout intérêt à procéder à un tel découpage, puisqu’alors les nouvelles entités politiques ainsi créées seront encore bien moins capables de résister au rouleau compresseur mondialiste avec toutes ses exigences. Le fait que la plupart des mouvements pour l’indépendance de telle ou telle région désirent demeurer dans l’Union Européenne devrait mettre la puce à l’oreille à plusieurs. Malheureusement, beaucoup de souverainistes et d’indépendantistes ont une approche sentimentale et romantique de l’indépendance, alors qu’ils devraient réfléchir avant de s’embarquer dans des galères qui ne feront qu’agraver leurs problèmes. Pour ce qui est de la Catalogne, il est évident que son ‘indépendance’ à l’intérieur de l’Union Européenne, non seulement la rendra plus vulnérable aux menaces et au chantage de Bruxelles mais, en plus, elle affaiblira sa capacité de faire face aux menaces posées par l’immigration, l’islamisation et le terrorisme. Devenir ‘indépendant’ de l’Espagne pour rester servile de l’Union Européenne, ce n’est pas devenir indépendant. C’est tout simplement faire preuve de stupidité et d’immaturité. Retrouvez le commentaire d’Asselineau sur le sujet dans les 18 premières minutes.

Le leadership en Occident commence à la Maison Blanche…

Je vous propose deux vidéos. La première est une analyse critique d’une conférence de presse d’Obama tenue suite à la tuerie d’Orlando, faite par les animateurs de Red Ice Radio. La deuxième est un commentaire de Newt Gingrich sur la façon dont le Président Obama a géré les relations avec les minorités ethniques et raciales dans son pays. Gingrich a fait ces commentaires suite à la tuerie de Dallas lors de laquelle plusieurs policiers ont perdu la vie. Ces deux vidéos montrent avec éloquence combien nous avons besoin, en Occident, d’une nouvelle classe politique. La classe politique actuelle, celle que nous avons, est fatiguée, usée, corrompue parfois, paresseuse, orgueilleuse, complaisante, suffisante, etc, etc. Nous avons besoin que de nouvelles personnes, de nouveaux guerriers entrent en scène pour remettre de l’ordre dans la maison. Le bonheur, c’est que ces nouvelles personnes sont déjà là, les Geert Wilders, Marine Le Pen, François Asselineau, Nigel Farage, Filip Dewinter, Donald Trump et plusieurs autres. Tout ce qu’il manque, c’est qu’ils prennent le pouvoir. À cet effet, je ne peux qu’insister sur l’ultime importance pour les peuples et les nations d’Occident qu’un homme fort soit à la Maison Blanche, c’est pourquoi je souhaite la victoire de Donald Trump. Le leadership, dans tous les domaines, s’exerce en donnant l’exemple et en agissant, pas en s’écrasant ni en trouvant des excuses ou en racontant des histoires. Les peuples et les nations d’Occident ont besoin d’un Président américain fort, déterminé, décidé et qui agit dans tous les domaines, que ce soit combattre le terrorisme, rassembler les citoyens, construire l’économie, neutraliser les mauvais acteurs, etc. Les événements tragiques que nous avons vu se dérouler à Paris, Bruxelles, Orlando, Nice et dans bien d’autres endroits du monde dans les dernières années vont continuer tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas un vrai chef aux commandes du navire.

Entrevue de James O’Keefe sur Secure Freedom Radio

Cette entrevue avec le président et fondateur de Project Veritas est très troublante. Durant cette entrevue, O’Keefe raconte aux auditeurs le résultat d’une enquête qu’ils ont réalisé sur les campus des universités américaines de Barry et Cornell. Ils ont envoyé des représentants qui, se faisant passer pour des étudiants, ont essayé de voir s’il était possible d’obtenir de l’aide pour créer un groupe étudiant qui serait pro-État islamique. Le groupe aurait pour mission de faire parvenir de l’aide à l’État islamique et de faire venir ici des djihadistes. Aussi étonnant que cela puisse paraître, cela ne semblait pas du tout un problème, sur ces deux campus en tous cas. On vit vraiment dans un curieux de monde. Retrouvez l’entrevue au deuxième segment.

James O’Keefe sur Secure Freedom Radio

Paul Holder, propriétaire du Café du Nouveau Monde: L’activité commerciale menacée par les chantiers municipaux

C’est encore un autre exemple de la mauvaise gestion de la Ville de Montréal en matière de circulation automobile. On dirait que tout est mis en œuvre pour écœurer les automobilistes. Que ce soient le prix des parcomètres, les mesures d’atténuation de la circulation, les appareils de photos radars, les chantiers qui n’en finissent plus et qui traînent, les taxes sur l’essence, les assurances à payer qui sont souvent des taxes déguisées, etc, on n’en finit plus de payer et de se faire chier lorsque l’on conduit un véhicule. Et il y a aussi les victimes collatérales, les commerçants. Monsieur Holder, qui est propriétaire d’un restaurant, nous explique ici la réalité tangible que représente toutes ces mesures, à savoir une baisse marquée du chiffre d’affaires, avec dans certains cas des faillites qui s’annoncent, et l’appauvrissement de plusieurs quartiers. Il est clair en tous cas qu’à la Ville de Montréal, on s’en fout des petits commerçants. Ils n’ont qu’à fermer tous, on s’en balance. Vraiment, rien ne va plus dans cette ville.

Paul Holder, propriétaire du Café du Nouveau Monde

Une solution à la dérive idéologique de Luc Ferrandez: La destitution…

© Yobidaba | Dreamstime.com

Décidément, le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal fait parler de lui…mais pour les mauvaises raisons. Les moyens qu’il a mis en place pour réduire la circulation automobile fonctionnent certes mais ils sont en train de faire mourir le quartier. Le grand projet qu’a Luc Ferrandez, et c’est avec cela qu’il s’est fait élire imaginez-vous donc, est de réduire la circulation automobile sur le Plateau. Les électeurs de l’arrondissement, de toute évidence, n’ont pas pris le temps de bien réfléchir aux conséquences inévitables de l’implantation d’une telle politique,    i.e. l’anéantissement de la vie commerciale du Plateau. Car il faut bien se le dire, la vie d’un quartier, contrairement à ce que dit Ferrandez, ne tourne pas autour des enfants qui jouent librement dans la rue, des condominiums, des espaces verts ou des activités culturelles. Non. Ce sont les commerces qui donnent une vie à un quartier et le reste, ensuite, vient s’y greffer pour le compléter. Sans commerce, il n’y a ni enfants, ni activités, ni rien du reste. Et pourquoi donc? Parce que ce sont les commerces qui créent l’emploi. Pas de commerce pas d’emploi, pas d’emploi pas de dépenses à la consommation, pas de dépenses à la consommation, pas d’argent, pas d’enfants et pas d’activités culturelles. Ça, tout le monde le comprend, sauf Luc Ferrandez, on dirait.

Je suis écoeuré de parler de ce sujet mais il faut bien continuer la lutte, tant que l’on aura pas gagné. Et je commence à croire que nous devrons sortir l’artillerie lourde pour régler le problème, à savoir engager une procédure de destitution contre le maire Ferrandez. Il n’y pas d’autre solution car, visiblement, il n’entendra pas raison par lui-même. Je vous propose trois entrevues sur les ondes du 98,5 FM. L’une avec Martin Lavigne de l’Association des Commerçants et des Résidents du Plateau, l’une avec Michel Leblanc de la Chambre de commerce et la dernière avec Luc Ferrandez lui-même, le baron du Plateau. Durant les deux premières entrevues, vous pourrez apprendre, entre autres, que 37 commerces ont fermé leurs portes sur la rue Mont-Royal depuis janvier 2011, que 27 locaux sont présentement vacants et que 13 commerces sur Mont-Royal ont fermé leurs portes récemment… Et le maire Ferrandez de nous dire que tout va bien…

Martin Lavigne, porte-parole de l’Association des Commerçants et des Résidents du Plateau-Mont-Royal

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Luc Ferrandez réplique aux propos de Michel Leblanc

Vous voulez faire la souveraineté du Québec? Montrez-nous le plan d’affaires…

Eh bien oui, il fallait bien en arriver là un jour ou l’autre. Les souverainistes sont de grands rêveurs. Ils rêvent d’un Québec souverain mais non aucune idée à quoi le fameux pays en question ressemblerait. La démarche souverainiste actuelle se caractérise par la naïveté, l’infantilisme, l’immaturité et l’insouciance. Ceux qui mettent de l’avant le projet de la souveraineté doivent pouvoir le vendre. Et pour le vendre, ils doivent être capables de répondre à des questions fort simples mais qui demeurent essentielles. Plus précisément, ils doivent pouvoir présenter un aperçu, le plus précis possible, du quotidien d’un Québec souverain au Jour 1 du nouvel état. Voici quelques-unes de ces questions auxquelles les souverainistes doivent répondre, ce qu’ils ne font jamais:

  • Quel passeport utilisera-t-on?
  • Quelle monnaie utilisera-t-on?
  • Est-ce que l’on constituera une armée ou l’on demandera plutôt la protection d’un autre état?
  • Comment constituera-t-on notre service de renseignements? Qui on engagera?
  • Sur quels axes reposera notre politique étrangère?
  • Quelle sera notre politique d’immigration?
  • Comment négociera-t-on avec le terrorisme?
  • Quelle sera notre politique envers les pays arabes producteurs de pétrole?
  • Quelle sera notre politique envers la Chine, Cuba, la Russie, l’Iran?
  • Combien coûtera la pinte de lait au Jour 1?
  • Combien coûtera le litre d’essence au Jour 1?
  • Y a-t-il des compagnies que l’on nationalisera?
  • Y a-t-il des services publics que l’on privatisera?
  • Quelle sera notre politique étrangère face au nouveau Canada sans le Québec?
  • Comment réglera-t-on les conflits avec le Canada?
  • Quelle sera notre politique étrangère face aux États-Unis?
  • Comment negociera-t-on avec les groupes d’extrême-gauche et d’extrême-droite?
  • Quelle sera notre politique face aux différents traités internationaux?
  • Quelle sera notre politique en matière de libre-échange?
  • Quelle sera notre politique en matière de ressources naturelles?
  • Quelle sera notre politique en matière d’énergie?
  • Quelle sera notre politique en matière d’accommodements religieux?
  • Quelle sera notre politique face aux revendications de l’islam?
  • Que ferons-nous concrètement pour protéger la liberté de la presse et celle des citoyens, tout en rencontrant les exigences de sécurité d’un état moderne?
  • etc Continuer la lecture

Loic Tassé sur le renversement de la politique étrangère canadienne vis-à-vis de la Chine

L’excellent Loïc Tassé, spécialiste de la Chine, est de retour sur les ondes de l’émission de Benoit Dutrizac. Il nous dresse ici le résumé de la balance commerciale entre la Chine et le Canada. Il en profite également pour dénoncer les rationalisations de caniveau qui sont régulièrement évoquées par nos dirigeants pour ne pas demander grand chose en échange de nos ressources naturelles à tous investisseurs confondus, Chinois compris, comme par exemple dans le cas du Plan Nord si cher à Jean Charest. Contrairement à eux, les Québécois et Canadiens sont vraiment de mauvais négociateurs. On ne sait tout simplement pas négocier et surtout avec les Chinois car on ne connaît ni leur culture ni leur situation. Le sinologue fait remarquer par exemple que d’ici quelques années, la Chine va manquer de 36 des 40 plus importants métaux. C’est justement quelque chose que l’on pourrait utiliser lors des négocations, vous ne pensez pas?

Loïc Tassé fait ici une excellente analyse que je ne remets pas en question. Cependant, il y a quelque chose qui me tracasse et ceux qui suivent ce blog savent que j’essaie toujours d’aller un peu plus loin. Un autre spécialiste de la Chine que j’aime beaucoup, Gordon Chang, annonce un effondrement de la Chine qui serait imminent, dès 2012, alors que Tassé affirme plutôt que la Chine maintiendra son développement et qu’elle deviendra la première puissance mondiale vers 2025-2030. Ces deux visions sont évidemment inconciliables. Lequel de ces deux spécialistes a raison? Tassé ou Chang? Il faudrait que Dutrizac fasse une autre entrevue pour clarifier tout cela. En plus de l’entrevue avec Loïc Tassé sur les ondes du 98,5 FM, je vous offre un clip vidéo de Gordon Chang interviewé par Charles Adler du réseau SunNews, ainsi qu’un article sur le sujet qu’il a publié dans le magazine Foreign Policy.

Benoit Dutrizac interview Loïc Tassé

Gordon Chang: A coming Chinese collapse

The coming collapse of China: 2012