Attentat de Nice: Analyses de Boris Le Lay et d’Aldo Sterone

Je joins également deux articles très pertinents au dossier. D’abord, un article de l’UPR relatif à la requête, très irrégulière, de la Sous-direction antiterroriste du Ministère de l’Intérieur, adressée à la Ville de Nice, demandant l’effacement des bandes vidéos captées par les caméras situées sur la Promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet 2016. C’est hautement irrégulier puisqu’il s’agirait, si la requête était acceptée, de la destruction de preuves. Ensuite, je joins un deuxième article faisant état de pressions et de harcèlement qu’aurait subis la responsable du Centre de supervision urbain de la Ville de Nice, pour qu’elle falsifie le rapport d’incident du 14 juillet afin qu’il soit compatible avec la version des faits du gouvernement, selon ses dires. Ces deux nouvelles informations sont très graves et ne font qu’accentuer le malaise des Français face à leurs élus. On peut parier que les appels à la démission du gouvernement vont bientôt se multiplier.

Attentat de Nice : la justice demande à la mairie de supprimer 24 heures de bandes de vidéosurveillance

Une policière accuse le gouvernement français d’avoir voulu modifier le rapport sur Nice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *