Benoit Dutrizac en entrevue avec Amir Khadir sur le rapport de l’Unité anti-corruption: Aie confiance…

Cette dernière entrevue de Benoit Dutrizac avec Amir Khadir ressemble à toutes les autres données par le chef du Parti Québec Solidaire. Lorsqu’il s’adresse à la presse ou à l’Assemblée Nationale, Amir Khadir prend un ton solennel, digne, empreint de droiture morale. Benoit Dutrizac l’a sollicité en entretien en ce 15 septembre 2011 afin d’obtenir ses réactions suite à la publication du rapport de l’Unité anti-corruption, mais aussi pour souligner en fait sa contribution à l’évolution de ce dossier. Rappelons que c’est lui, par la présentation de faits nouveaux qu’il avait portés à l’attention des membres de l’Assemblée Nationale, qui avait alerté l’opinion publique sur toute la question de la corruption et de la collusion dans l’industrie de la construction et des liens qu’elle entretient avec le financement des partis politiques. D’accord. Rendons à César ce qui revient à César.

Néanmoins, je dois vous avouer ma déception quant à la performance de Benoit Dutrizac durant cette entrevue. Je comprends que Dutrizac soit ravi et satisfait que finalement l’on obtienne des preuves pour donner de la substance aux allégations qui planent au-dessus des secteurs de la construction et du financement des partis politiques. Mais il y a des limites à être distrait par une bonne nouvelle. L’Amir Khadir qui a mis au jour ce problème de corruption et de collusion au Québec est le même qui s’est fait le parrain depuis un an d’une campagne de salissage et de délégitimation de la communauté juive et de l’état d’Israel. Ce qu’il leur fait subir n’est pas autre chose que de l’antisémitisme, même si certains puristes parlent plutôt d’antisionisme. Avec justesse, un auditeur est intervenu dans la conversation en envoyant un courriel à Dutrizac qu’il a lu en ondes, mais en s’excusant presque de le faire. Le courriel demandait à Khadir pourquoi il n’organisait pas de manifestation pour lutter contre ce problème de corruption dans l’industrie de la construction, alors qu’il en a organisé une pour boycotter des souliers fabriqués en Israel…et comme d’habitude Khadir s’est défilé. Il n’a répondu qu’à la partie de la question suggérant l’organisation d’une manifestation et pas sur la boutade concernant le boycott de la boutique Le Marcheur. Décidément, le courage ne semble pas faire parti de ses attributs. Notez en passant que cette campagne de boycott de produits israéliens a toujours cours. Le groupe d’activistes islamo-gauchistes fournissant les manifestants pour cette campagne de salissage envers Israel, le PAJU, ne manifeste plus devant la boutique Le Marcheur. Ils se sont déplacés depuis quelques semaines vers la boutique Naot, qui vend exclusivement des produits fabriqués en Israel.

En continuant sur le sujet du courriel de l’auditeur, je dois dire que Dutrizac a échappé le balon, lui qui est excellent d’habitude. Si tous ceux qui passent en entrevue avec lui doivent répondre aux questions, Amir Khadir a bénéficié d’un passe-droit. Khadir n’a rien répondu concernant Le Marcheur et Dutrizac l’a laissé aller. Car il est une chose qu’il ne faut pas oublier. La corruption financière, c’est une affaire mais la corruption morale en est une autre. Le but ultime de Khadir et de Québec Solidaire est de transformer le Québec en une république islamo-gauchiste. Vous pensez qu’il y a de la corruption au Québec avec le Parti Libéral? Attendez une seconde. Si jamais Québec Solidaire prend le pouvoir, les impôts vont doubler et la qualité des services deviendra médiocre. Pourquoi? Tout simplement parce que Khadir devra faire des cadeaux aux dizaines d’associations « à but non lucratif » musulmanes et à toute sorte de groupuscules islamiques qui profiteront du changement de régime pour se graisser la patte à nos dépens. Amir Khadir a raison de dénoncer la corruption du Parti Libéral. Ce qu’il ne dit pas, évidemment, car après tout il n’est pas idiot, c’est que cela serait dix fois pire sous un gouvernement Québec Solidaire.

Comme toujours, Amir Khadir a chanté de belles chansons à un représentant de la presse. Dutrizac s’est laissé charmer et berner. Moi, je n’embarque pas. Amir Khadir propose aux Québecois qu’ils scrutent à la loupe les comportements financiers de l’élite politique et de l’industrie de la construction. Parfait. Mais vous êtes-vous demandé pourquoi il demande cela? Quelle est son intention, son but et son intérêt? Le fait-il réellement par grandeur d’âme et non pas plutôt pour déstabiliser le gouvernement dans le but de le renverser? Dans le fond, Khadir a identifié une faille dans le comportement du système et il l’exploite pour arriver à ses fins, qui est d’établir une république islamo-gauchiste. Si c’est ça que vous voulez au Québec, vous faire dicter vos faits et gestes par des gauchistes et des imams, tant pis pour vous. Moi je dis que l’on doit lutter de toutes nos forces contre Québec Solidaire car s’ils réussissent à prendre le pouvoir, ce sera la fin du Québec. Nous serons effacés de l’histoire comme si nous n’avions jamais existé. Je vous offre également deux articles par l’excellent site Pointdebascule.ca concernant Québec Solidaire, Amir Khadir et l’islamo-gauchisme.

Amir Khadir avec Benoit Dutrizac

Les néo-camarades

Le chant des sirènes étrangères

1 réflexion sur « Benoit Dutrizac en entrevue avec Amir Khadir sur le rapport de l’Unité anti-corruption: Aie confiance… »

  1. J’ai reproduit une partie de votre article sur le site fdesouche, qui nous donne des informations (non politiquement correctes) sur la délinquance et l’immigration. J’ai mis en parallèle l’alliance de Québec Solidaire (parti de gauche me semble-t-il) avec des groupuscules islamiques, et certaines prises de position de nos gauchistes français (socialistes et apparentés). Par exemple, Madame Martine Aubry (candidate aux primaires du parti socialiste), maire de Lille, a pu favoriser les musulmans dans sa ville (à forte population immigrée) en leur donnant des créneaux horaires dans les piscines par exemple. Mais on retrouve ce même esprit « ouvert aux différences multiculturelles » chez de nombreux hommes (et femmes) politiques de gauche (tout en affirmant qu’ils défendent les droits des femmes et des homosexuels, le grand écart idéologique en somme !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.