Le docteur Andreas Noack dénonce la présence d’hydroxyde de graphène dans les injections géniques pour la covid-19. Il est retrouvé mort quelques temps après.

Aprés avoir dénoncé la présence d’hydroxyde de graphène dans les injections géniques pour la covid-19, le docteur Noack aurait été tué lors d’une agression. Nous avons peu de détails sur les événements mais disons que cela ressemble drôlement à une exécution. Doit-on soupçonner l’industrie pharmaceutique? Harrison Smith commente l’affaire dans la deuxième vidéo. En gros, les recherches du docteur Noack, s’appuyant sur celles du docteur Pablo Campra, l’ont amené à conclure que les molécules d’hydroxyde de graphène contenu dans les injections géniques pour la covid-19 constituent des genres de lames de rasoir à l’échelle des nanomètres et que celles-ci découpent les artères et vaisseaux sanguins, ce qui mènent à des caillots sanguins et des crises cardiaques.