Entrevue avec Richard Labévière sur le désastre de la diplomatie française dans le dossier de la Syrie, sur TV Libertés

L’excellent Richard Labévière fait le point sur le désastre diplomatique dans lequel la France s’est engagée dans le dossier de la Syrie. Je sors du contexte précis de l’entrevue pour faire un commentaire plus général sur la situation. Je voudrais d’abord en profiter pour mettre en référence l’excellent livre que Richard Labévière a publié en 1999 intitulé Les dollars de la terreur. Les États-Unis et les islamistes. Dans ce merveilleux ouvrage (que je n’ai pas encore terminé) Labévière s’efforce de démontrer que les États-Unis ont tout intérêt à ce que le fondamentalisme islamiste se répande dans le monde, puisque cela permet de sécuriser l’approvisionnement en pétrole venant de l’Arabie Saoudite. Les islamistes, en s’attaquant aux institutions et aux populations locales au Moyen-Orient, affaiblissent la capacité des peuples à l’autodétermination et à prendre le virage de la modernité et de la sécularisation, ce qui permet aux États-Unis de demeurer la puissance dominante dans la région.

Or, l’influence française au Moyen-Orient, ressentie du Maroc jusqu’en Afghanistan, avait justement permis aux peuples vivant sur ces territoires de se libérer du joug de la religion musulmane, de prendre le virage de la modernité et de la sécularisation, de se doter d’institutions civiques, culturelles, scolaires qui permettaient aux populations, et aux femmes notamment, de s’émanciper et de sortir de la noiceur. Certains d’entre vous ont certainement vu sur internet ces photos datant des années 50’s, 60’s et 70’s prises au Maghreb, en Iran ou en Afghanistan montrant l’habillement des femmes de ces époques. Les femmes portaient la jupe et leurs cheveux volaient au vent. La puissance de la France, c’est ça que cela produisait. Le Général de Gaulle avait introduit dans la politique étrangère de la France l’idée selon laquelle la France devait défendre sa culture au niveau international et qu’elle avait un rôle à jouer dans le concert des nations qui lui est propre, et qui n’est pas celui ni des États-Unis ni de la Russie ni de quelqu’autre pays. Les Américains n’aimaient pas beaucoup de Gaulle et personne ne sera surpris. Malheureusement, son héritage a été abandonné petit à petit au fil du temps et il est de plus en plus évident, surtout depuis l’époque de Sarkozy, que la France n’est plus qu’un pays satellite des États-Unis sans politique étrangère propre.

Il aurait été approprié pour la France de ne pas intervenir dans le conflit syrien ou encore de jouer le rôle de négociateur entre les partis. Cela n’a pas été le cas et François Hollande s’est lancé tête baissée dans le conflit. Certains se demanderont si l’Élysée n’a pas subi des pressions de la part, par exemple, du Qatar ou des Frères Musulmans, pour prendre cette position. C’est possible. Mais néanmoins, lorsque l’on fait le bilan de la diplomatie française depuis, disons, une trentaine d’années, c’est le désastre total. La France a été complètement évacuée du Moyen-Orient, du Maroc à l’Afghanistan par, je le disais plutôt, l’utilisation des fondamentalites islamistes par les États-Unis pour déstabiliser et balkaniser ces régions. Ces pays du Moyen-Orient aujourd’hui, au lieu d’être peuplés par des gens tournant leur regard vers la France avec envie, fierté, anticipation, au lieu de s’abreuver de la culture et de la civilisation françaises pour devenir de meilleures citoyens, plus instruits, plus conscients et plus civilisés, s’abreuvent du poison mortel du fondamentalisme islamiste.

La véritable histoire de la guerre en Syrie, c’est ça. C’est l’histoire du refus de la France de jouer son rôle pour être plutôt à la remorque des Américains au lieu de s’affirmer. Le monde a besoin que la France redevienne la France. Alors que les Américains empochent les dollars de la terreur, tout est en train de s’effondrer et la Terre devient jour après jour un lieu très dangereux. Une seule nation peut nous sauver de cette situation périlleuse et c’est la France. Après la vidéo de l’entrevue avec Richard Labévière, vous trouverez deux liens menant à des images de l’Afghanistan et de l’Iran des décennies passées, avant qu’ils ne sombrent dans l’enfer du fondamentalisme islamiste, en d’autres termes à une époque où ils étaient encore sous l’influence civilisatrice de la France. La France libère mais pour cela il faut que la France soit la France!

Photos de l’Afghanistan, années 1940-1970

Photos de femmes iraniennes années 70’s

La tenue vestimentaire des intervenantes dans les Centres Jeunessse: Lorsqu’un délinquant représente l’or le plus précieux

C’est encore une autre histoire cette semaine qui m’a mis le feu au cul. Imaginez-vous donc que l’on vient d’apprendre que depuis un certain temps dans les Centres Jeunesse, les intervenantes ont pris l’habitude de travailler assez légèrement vêtues, un peu trop sexy en fait, au point où des juges et différents intervenants et parents se sont sentis obligés d’en faire la remarque à la direction de ces Centres.

En fait, l’explication de ce phénomène est toute simple mais elle est désagréable à entendre. Comme dans le cas de l’affaire Tanya Pontbriand que j’analysais dans un article précédent, c’est aussi relié à la modernité. En effet, encore au dix-neuvième siècle, les jeunes femmes recherchaient parmi les meilleurs hommes possibles pour se marier et fonder une famille. Même les femmes issues de familles de paysans rêvaient d’un médecin, d’un avocat ou d’un notaire. Celles qui ne réussissaient pas à décrocher le gros lot devaient se contenter d’un bûcheron, d’un paysan ou d’un autre homme des classes populaires. En général, les femmes recherchaient un homme qui représentait quelque chose de mieux que ce qu’elles étaient pour améliorer leur condition.

Or, aujourd’hui, le pattern s’est complètement renversé. De nos jours les jeunes femmes, et particulièrement les très belles, recherchent les hommes qui représentent ce qu’il y a de pire dans la gente masculine: drogués, alcooliques, hommes violents, abuseurs sexuels, bandits, criminels, délinquants, paresseux, bref les crottés de toutes les sortes. À ce effet, je ne souviens plus le nombre de fois dans ma vie où j’ai croisé de ces petits merdeux…accompagnés de femmes absolument magnifiques. Vous ne me croyez pas? Retracez le genre d’hommes qu’ont eu les Jennifer Lopez, Kim Kardashian et autres très belles femmes de Hollywood ou de l’industrie de la musique dans les années précédentes et vous allez voir. Je dois vous dire personnellement que je n’y comprends absolument rien. Si j’étais une femme, jamais je n’ouvrirais mes jambes pour un vaurien. Mais il faut croire que les femmes d’aujourd’hui ont une « intelligence » que je n’ai pas. Elles courent après ce genre d’hommes comme s’ils représentaient l’or le plus pur. Continuer la lecture