Dernier direct de Nomos-TV: L’influence de Pierre Elliott Trudeau et des Desmarais

Entre autres sujets intéressants, ce direct de Nomos-TV traite de l’instrumentalisation du FLQ, et autres sales manoeuvres, pour nuire au mouvement souverainiste québécois.

Les deux derniers directs de Nomos-TV

L’ensauvagement démasqué, sur Nomos-TV

Je joins également la vidéo du premier direct de Nomos-TV. À ne pas manquer.

Fête Nationale des Français: Marine Le Pen souligne l’importance de l’Armée française

Cette vidéo de Marine Le Pen tombe bien. Elle parle ici de l’importance stratégique de l’Armée française, de l’entretien et de la modernisation de celle-ci et du rôle qu’elle a à jouer. La France devrait toujours rappeler lors de ses communications diplomatiques que la France n’hésitera jamais à défendre sa souveraineté, son intégrité territoriale et sa sécurité. L’arme nucléaire fait parti des différentes options possibles pour exercer la force de dissuasion. Dans les dernières années, certains états ont délibérément manqué de respect et même humilié la France lorsque l’occasion se présentait. L’Algérie est l’exemple parmi d’autres qui vient tout de suite en tête. Leurs ressortissants sont souvent impliqués dans des émeutes, des incendies de voitures, des caillassages de voitures de police et ne se gênent pas pour adopter divers comportements criminels et subversifs. Ils méprisent la France et les Français, brûlent son drapeau et vandalisent ses monuments. Si j’étais Roi de France ou Président, quand des faits comme ceux-là viendraient à mon attention, j’enverrais immédiatement un porte-avions avec quelques destroyers longer les côtes de l’Algérie. Cela calmerait peut-être certaines de leurs ardeurs. Mais pour cela, encore faut-il que les équipements, navires et technologies soient modernisés, entretenus et régulièrement testés. De toute évidence, ce n’est pas le cas. Mais cela devra l’être sinon la France ne redeviendra jamais une grande puissance. Elle continuera plutôt de mourir petit à petit et s’éteindra. Comme je l’ai signalé lors d’un billet précédent, la France, ce n’est pas seulement un fleur-de-lys et une croix. C’est aussi un glaive et ce glaive finira bien par parler. Ce n’est qu’une question de temps. Bonne Fête Nationale à tous les Français, qu’ils soient de l’Hexagone, de l’Amérique, de l’Algérie ou d’ailleurs!

Entrevue avec Philippe de Villiers sur son nouveau livre, sur TV Libertés

Philippe de Villiers présente ici son nouveau livre, Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde, sur les ondes de TV Libertés. Il est interviewé par Élise Blaise. Je vous propose cette entrevue car elle résume bien l’ensemble des préoccupations qui m’animent depuis plusieurs années concernant la France. Voyez-vous, j’ai investi beaucoup de temps et d’énergie à m’intéresser à la scène politique française et j’ai publié par le passé nombre de vidéos de Marine Le Pen, François Asselineau et autres figures politiques de l’opposition. À ce propos, je dois vous dire que depuis quelques années, j’ai développé une certaine lassitude envers la scène politique française qui s’explique facilement: il n’y a plus de pilote dans l’avion. Plus personne n’est aux commandes de la France et celle-ci est en train de s’écraser. Les élites politiques qui ont le pouvoir en France ont démissionné. Elles n’essaient même plus de gouverner. Les scènes de caillassage de voitures de police ou les affrontements entre bandes rivales en sont de beaux exemples. On a l’impression parfois d’assister en direct aux dernières heures de l’Empire romain.

Or, s’il y a une chose que je suis incapable de comprendre, moi qui suis un Français d’Amérique, qui observe la France de l’autre côté de l’océan et qui s’ennuie de la Mère-Patrie d’autrefois, c’est pourquoi les autorités politiques en France n’ont jamais envoyé l’Armée dans les «zones de non-droit». Si j’étais Roi de France, Président ou même Ministre de l’Intérieur, cela ferait longtemps que je l’aurais fait et croyez-moi que cela n’aurait pas été pour rigoler. J’aurais envoyé l’Armée, plein équipement, avec pour mission non pas de «pacifier» ces zones hors-France mais plutôt de les nettoyer, ce qui est une toute autre affaire. L’Armée aurait eu carte blanche pour procéder à des arrestations de masse, à des fouilles, des saisies de matériel, etc. Elle aurait eu aussi comme consigne de considérer ces populations comme une armée étrangère sur le sol français, ce qui change bien des choses au niveau du protocole d’intervention.

Bien sûr, Philippe de Villiers ne va pas aussi loin dans son propos lors de cette entrevue. Il tourne autour du sujet si on veut. Néanmoins, on sent bien qu’il en a ras-le-bol lui aussi, qu’il n’en peut plus. Les scènes de caillassage contre la police, les émeutes, les agressions, les viols, l’anarchie, tout cela va continuer tant est aussi longtemps que les leaders politiques français refuseront d’exercer le pouvoir. Car la France, ce n’est pas seulement un fleur-de-lys et une croix. C’est aussi un glaive et le temps est venu pour la France de le faire parler.

Débat entre Eric Zemmour et François Asselineau

Voici un débat entre Eric Zemmour et François Asselineau qui s’est déroulé dernièrement. Ce qui est évident ici, c’est que Zemmour et Asselineau ont tous les deux raison. Le véritable combat des Français consiste à recouvrer leur souverainté ET à défendre leur identité française, occidentale et chrétienne dans un monde qui est en train de s’effondrer. Comme j’ai eu l’occasion de le dire souvent, les patriotes français doivent unir leurs forces au lieu de se chicaner continuellement pour des histoires de cuisine. Le peuple français doit proclamer sa souveraineté dans tous les domaines possibles, politique, culturel, économique, identitaire, religieux, racial et le reste. Il n’y a pas de compromis à faire avec ceux qui occupent l’Europe et qui s’attaquent à notre peuple. Nous sommes Français et c’est notre destin de faire rayonner notre culture partout sur la planète.

Article de l’UPR sur le refus de Charles de Gaulle de commémorer le débarquement du 6 juin 1944

Cet excellent article de l’UPR datant de 2014 met en lumière les raisons pour lesquelles Charles de Gaulle refusait de commémorer le débarquement allié du 6 juin 1944. Selon de Gaulle, les Américains ont tout simplement profité de l’occupation nazie de la France pour tenter de mettre la main sur le pays, de le vassaliser. Différentes manœuvres ont été utilisées pour écarter Charles de Gaulle du pouvoir car il était le seul homme réellement assez fort pour garantir l’indépendance de la France. Pour ma part, je dirais que Roosevelt, qui se sentait peut-être attiré par le communisme, avait adopté des positions politiques et économiques plus à gauche qui l’ont améné à présenter le fameux New Deal, à reconnaître officiellement l’Union Soviétique, ainsi qu’à conclure une alliance militaire avec celle-ci pour faire la guerre au régime nazi. Sur le plan économique, beaucoup d’entreprises américaines continuaient de faire affaire ou soutenaient le régime nazi, donnant donc l’impression que l’Administration américaine de l’époque jouait sur les deux tableaux à la fois mais toujours au détriment de la France. Quelques années après que la guerre soit terminée, les européens se sont retrouvés devant la situation suivante: L’Union Soviétique avait envahi l’Europe de l’Est, et l’Europe de l’Ouest, bien qu’en principe «libérée» de l’occupant nazi, était désormais sous l’emprise des États-Unis. La France a tout simplement changé de maître, elle est toujours sous occupation depuis mais le temps est venu pour la France d’y mettre un terme. Et cela passe par la sortie de la France de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN.

L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo-saxons »

Entretien entre Ogino Fumitaka et François Asselineau

Cet entretien évoque l’amitié et la fraternité entre les peuples japonais et français. Les deux pays sont dans une situation similaire, puisque leurs économies et sociétés respectives sont en déclin. J’en aurai plus à dire sur le sujet lors d’un prochain article.