Des Gilets Jaunes prennent la parole, 4ème émission

Nous devons soutenir les Gilets Jaunes. Au péril de leur sécurité personnelle et de leurs intérêts immédiats, ils vont manifester dans les rues pour défendre la France, les Français et leurs droits. Vive la République et vive la France!

Pierre Jovanovic sur la prochaine récession économique

Entrevue avec Richard Labévière sur le désastre de la diplomatie française dans le dossier de la Syrie, sur TV Libertés

L’excellent Richard Labévière fait le point sur le désastre diplomatique dans lequel la France s’est engagée dans le dossier de la Syrie. Je sors du contexte précis de l’entrevue pour faire un commentaire plus général sur la situation. Je voudrais d’abord en profiter pour mettre en référence l’excellent livre que Richard Labévière a publié en 1999 intitulé Les dollars de la terreur. Les États-Unis et les islamistes. Dans ce merveilleux ouvrage (que je n’ai pas encore terminé) Labévière s’efforce de démontrer que les États-Unis ont tout intérêt à ce que le fondamentalisme islamiste se répande dans le monde, puisque cela permet de sécuriser l’approvisionnement en pétrole venant de l’Arabie Saoudite. Les islamistes, en s’attaquant aux institutions et aux populations locales au Moyen-Orient, affaiblissent la capacité des peuples à l’autodétermination et à prendre le virage de la modernité et de la sécularisation, ce qui permet aux États-Unis de demeurer la puissance dominante dans la région.

Or, l’influence française au Moyen-Orient, ressentie du Maroc jusqu’en Afghanistan, avait justement permis aux peuples vivant sur ces territoires de se libérer du joug de la religion musulmane, de prendre le virage de la modernité et de la sécularisation, de se doter d’institutions civiques, culturelles, scolaires qui permettaient aux populations, et aux femmes notamment, de s’émanciper et de sortir de la noiceur. Certains d’entre vous ont certainement vu sur internet ces photos datant des années 50’s, 60’s et 70’s prises au Maghreb, en Iran ou en Afghanistan montrant l’habillement des femmes de ces époques. Les femmes portaient la jupe et leurs cheveux volaient au vent. La puissance de la France, c’est ça que cela produisait. Le Général de Gaulle avait introduit dans la politique étrangère de la France l’idée selon laquelle la France devait défendre sa culture au niveau international et qu’elle avait un rôle à jouer dans le concert des nations qui lui est propre, et qui n’est pas celui ni des États-Unis ni de la Russie ni de quelqu’autre pays. Les Américains n’aimaient pas beaucoup de Gaulle et personne ne sera surpris. Malheureusement, son héritage a été abandonné petit à petit au fil du temps et il est de plus en plus évident, surtout depuis l’époque de Sarkozy, que la France n’est plus qu’un pays satellite des États-Unis sans politique étrangère propre.

Il aurait été approprié pour la France de ne pas intervenir dans le conflit syrien ou encore de jouer le rôle de négociateur entre les partis. Cela n’a pas été le cas et François Hollande s’est lancé tête baissée dans le conflit. Certains se demanderont si l’Élysée n’a pas subi des pressions de la part, par exemple, du Qatar ou des Frères Musulmans, pour prendre cette position. C’est possible. Mais néanmoins, lorsque l’on fait le bilan de la diplomatie française depuis, disons, une trentaine d’années, c’est le désastre total. La France a été complètement évacuée du Moyen-Orient, du Maroc à l’Afghanistan par, je le disais plutôt, l’utilisation des fondamentalites islamistes par les États-Unis pour déstabiliser et balkaniser ces régions. Ces pays du Moyen-Orient aujourd’hui, au lieu d’être peuplés par des gens tournant leur regard vers la France avec envie, fierté, anticipation, au lieu de s’abreuver de la culture et de la civilisation françaises pour devenir de meilleures citoyens, plus instruits, plus conscients et plus civilisés, s’abreuvent du poison mortel du fondamentalisme islamiste.

La véritable histoire de la guerre en Syrie, c’est ça. C’est l’histoire du refus de la France de jouer son rôle pour être plutôt à la remorque des Américains au lieu de s’affirmer. Le monde a besoin que la France redevienne la France. Alors que les Américains empochent les dollars de la terreur, tout est en train de s’effondrer et la Terre devient jour après jour un lieu très dangereux. Une seule nation peut nous sauver de cette situation périlleuse et c’est la France. Après la vidéo de l’entrevue avec Richard Labévière, vous trouverez deux liens menant à des images de l’Afghanistan et de l’Iran des décennies passées, avant qu’ils ne sombrent dans l’enfer du fondamentalisme islamiste, en d’autres termes à une époque où ils étaient encore sous l’influence civilisatrice de la France. La France libère mais pour cela il faut que la France soit la France!

Photos de l’Afghanistan, années 1940-1970

Photos de femmes iraniennes années 70’s

Marine Le Pen et François Asselineau se prononcent sur le Traité d’Aix-la-Chapelle

Il y a des odeurs de Régime de Vichy qui émanent de ce traité. Encore une fois, la France se place sous la coupe d’une puissance étrangère. Nous devons résister de toutes nos forces à l’occupation. Vive la République et vive la France!

Pascal Trotta, médecin des Gilets Jaunes

Pascal Trotta, médecin, nous explique pourquoi il soutient les Gilets Jaunes. La vidéo suivante est une émission de télévision organisée par l’Union Populaire Républicaine pour donner la parole aux Gilets Jaunes.

Timothé Vorgenss présente (en anglais) le mouvement des Gilets Jaunes sur Red Ice TV

 

Le ‘franglais’ d’Emmanuel Macron et la dérive autoritaire de sa Présidence…

Le combat pour la liberté n’est jamais terminé. Lorsqu’une bataille s’achève, en victoire ou en défaite, une autre s’annonce à l’horizon qu’il faut livrer sans quoi, nous risquons de perdre le combat. Ainsi donc, je me dois de parler aujourd’hui de la performance absolument médiocre du Président Emmanuel Macron en marge du dernier Sommet de la francophonie en Arménie. Il y a participé à un événement intitulé «French Tech» lors duquel il s’est adressé librement, sans texte, aux participants. Lors de ce discours à bâtons rompus donc, qui était somme toute sympathique à plusieurs égards, Emmanuel Macron s’est permis de massacrer la langue française en utilisant constamment des termes et des concepts anglais. Il l’a fait de façon tellement étendue qu’il ne parlait même plus le français mais, on aurait dit, un genre de dialecte français-anglais. Le terme de «franglais» est souvent utilisé pour décrire ce genre de dérive linguistique et on en voit des exemples de façon fréquente dans la Province de Québec notamment. Pour donner des exemples dans d’autres cultures, on voit parfois des populations originaires du Maghreb utiliser un mélange d’arabe et de français pour s’exprimer. En Haïti, la population utilise le créole, qui est un mélange de langues occidentales et de langues indigènes. Cela peut sembler pratique dans la vie de tous les jours d’utiliser ces formes linguistiques hybrides mais dans les faits, ce genre de mélanges favorise la perte de culture et de savoir. Lorsque des francophones parlent le «franglais», ils ne parlent ni français ni anglais. D’ailleurs, pour donner encore l’exemple du Québec, j’ai souvent remarqué que les gens qui s’expriment en «franglais» ont tendance à ne pas parler correctement ni l’une ni l’autre des deux langues lorsqu’ils essaient de le faire.

Cette prestation de la part d’Emmanuel Macron était indigne d’un Président de la République française. Le rôle d’un Président de la République est d’incarner l’esprit français et de défendre notre culture et notre civilisation. Aux premières loges de cette défense vient évidemment la défense de la langue et de la culture française. Le Président de la République doit, si possible, parler un français impeccable et tout faire ce qui est possible pour faire la promotion du français sur toutes les tribunes. De toute évidence, non seulement il ne l’a pas fait lors de l’événement «French Tech» (qui aurait dû s’appeler j’imagine Technique ou Technologie française) mais en plus, il a tourné en dérision notre langue nationale et ancestrale. C’est inadmissible et les Français de l’Hexagone et d’ailleurs ne peuvent l’accepter.

Au surplus, pour Emmanuel Macron, disons que les choses commencent à se corser. Cette contre-performance du Président fait suite à l’affaire Benalla où l’on a vu un protégé du Président, Alexandre Benalla, se comporter comme s’il faisait parti d’une police parallèle, privée, du Président. Elle fait suite aussi à l’événement de la Fête de la Musique, qui avait lieu le 21 juin dernier à Paris, où on pouvait constater la présence sur scène, devant l’Élysée, de danseurs semblant provenir de la communauté LGBT. Lorsque l’on constate le niveau de langue que le Président a utilisé lors de l’événement «French Tech» et le choix discutable de parader des danseurs LGBT à l’Élysée, nous sommes en droit de nous demander si Emmanuel Macron ne prendrait pas plaisir, par hasard, à tourner en dérision en fait la civilisation française elle-même et ses institutions.

L’affaire Benalla quant à elle révèle un côté autoritaire du Président, dictatorial, qui sème le doute sur sa volonté réelle de préserver la démocratie et la liberté d’expression en France. Le Parlement de l’Assemblée Nationale a un rôle très important à jouer et nous devons nous assurer que les parlementaires puissent jouer ce rôle en toute quiétude. Or, les événements récents nous font craindre que le gouvernement actuel d’Emmanuel Macron ne soit en train d’essayer de faire taire l’opposition. Au cours des derniers mois, deux juges ont décidé arbitrairement de saisir la dotation publique du Rassemblement National, un control fiscal a été déclanché sur la personne de Marine Le Pen et au moins une perquisition a été menée chez un employé du RN. Et il n’y pas que le RN qui subit les persécutions du régime. Cette semaine, La France Insoumise et son chef, Jean-Luc Mélanchon, ont fait l’objet d’une perquisition exhaustive. Mélanchon a mal réagi à la perquisition, s’est emporté, mais la question n’est pas là. Il est évident ici que le gouvernement d’Emmanuel Macron se sert de la police, des tribunaux, de la justice pour essayer de faire taire l’oppostion et en démocratie, c’est une faute impardonnable.

En regard de tout cela, on se demande où s’en va exactement la Présidence d’Emmanuel Macron. Les fautes que le Président a commises ne sont pas de nature à entraîner nécessairement sa destitution mais elles devraient sérieusement inquiéter l’opposition à l’Assemblée Nationale ainsi que tous les citoyens. Lorsque le Rassemblement National a vu sa dotation publique être saisie, les autres partis d’opposition ont gardé le silence. Cette semaine, ça été le tour à La France Insoumise d’être la cible du régime. Et demain, se sera à qui? J’appelle les parlementaires de l’Assemblée Nationale à faire preuve de fermeté et de détermination dans la défense des droits des Français, de notre culture, de notre langue et de notre civilisation. Le Président ou le Premier Ministre d’un pays n’est que le premier parmi tous les citoyens. Il doit donner l’exemple en toutes choses, ce qu’Emmanuel Macron ne fait pas, de toute évidence. Je vous laisse sur le Journal de TV Libertés où vous pourrez entendre et voir un extrait de la prestation d’Emmanuel Macron lors de l’événement «French Tech», ainsi qu’une courte vidéo où vous pourrez voir de quoi avait l’air la Fête de la Musique 2018 à l’Élysée.