Le leadership en Occident commence à la Maison Blanche…

Je vous propose deux vidéos. La première est une analyse critique d’une conférence de presse d’Obama tenue suite à la tuerie d’Orlando, faite par les animateurs de Red Ice Radio. La deuxième est un commentaire de Newt Gingrich sur la façon dont le Président Obama a géré les relations avec les minorités ethniques et raciales dans son pays. Gingrich a fait ces commentaires suite à la tuerie de Dallas lors de laquelle plusieurs policiers ont perdu la vie. Ces deux vidéos montrent avec éloquence combien nous avons besoin, en Occident, d’une nouvelle classe politique. La classe politique actuelle, celle que nous avons, est fatiguée, usée, corrompue parfois, paresseuse, orgueilleuse, complaisante, suffisante, etc, etc. Nous avons besoin que de nouvelles personnes, de nouveaux guerriers entrent en scène pour remettre de l’ordre dans la maison. Le bonheur, c’est que ces nouvelles personnes sont déjà là, les Geert Wilders, Marine Le Pen, François Asselineau, Nigel Farage, Filip Dewinter, Donald Trump et plusieurs autres. Tout ce qu’il manque, c’est qu’ils prennent le pouvoir. À cet effet, je ne peux qu’insister sur l’ultime importance pour les peuples et les nations d’Occident qu’un homme fort soit à la Maison Blanche, c’est pourquoi je souhaite la victoire de Donald Trump. Le leadership, dans tous les domaines, s’exerce en donnant l’exemple et en agissant, pas en s’écrasant ni en trouvant des excuses ou en racontant des histoires. Les peuples et les nations d’Occident ont besoin d’un Président américain fort, déterminé, décidé et qui agit dans tous les domaines, que ce soit combattre le terrorisme, rassembler les citoyens, construire l’économie, neutraliser les mauvais acteurs, etc. Les événements tragiques que nous avons vu se dérouler à Paris, Bruxelles, Orlando, Nice et dans bien d’autres endroits du monde dans les dernières années vont continuer tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas un vrai chef aux commandes du navire.

Gérald Pichon nous entretient sur son dernier livre, Sale blanc! Chronique d’une haine qui n’existe pas

Le Lys d'OrLa haine anti-Blancs est à l’honneur en ce vingt et unième siècle. Nous avons été trahis à un niveau que l’on ne peut même pas imaginer. Les peuples occidentaux ont été confrontés à un choix difficile au vingtième siècle, parmi toutes les idéologies qui étaient « en vente » si l’on puis dire. Ils ont choisi de rejeter le racisme de l’Allemagne Nazie et du Japon et l’on est obligé d’être en accord avec cette décision. Le problème, c’est que le rejet du fascisme européen basé sur la supériorité de la race blanche a conduit à un autre forme de fascisme, celui-ci basé sur l’émancipation des peuples de couleur. Souvenez-vous des paroles de Churchill à la fin de la guerre, lorsqu’il disait que « les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes ». Si le premier a bénéficié de l’appui de l’Église Catholique, le second bénéficie plutôt maintenant de celui de l’Islam. Les nègres d’autrefois à la peau noire ont fait place à ceux à la peau blanche. Dans ce Meilleur des mondes qui a « vaincu » le nazisme, les blancs sont traités comme de la merde afin de satisfaire les injonctions racistes de ce nouveau fascisme « antifasciste ». Et tout ça, bien sûr, se fait avec la bénédiction des élites politiques qui ne pensent qu’à gagner des élections, des élites financières et corporatistes qui ne pensent qu’à faire de l’argent, et de la gauche. Je commence à me dire que l’on a été berné depuis des lunes par des gens passés maîtres dans l’art de la manipulation. Ceux qui désiraient mettre en place un monde fasciste, à savoir les oligarques de la finance, des banques et des corporations, étant donné qu’ils n’ont pu réussir leur coup avec la race blanche, maintenant, reviennent à la charge en se servant des gens de couleur. Vraiment, ce monde moderne me donne envie parfois de vomir. Une entrevue de grande qualité avec l’auteur Gérald Pichon sur Radio-Courtoisie. Ne manquez pas ça.

Gérald Pichon sur Radio-Courtoisie