Entrevues #5, #6 et #7 avec Peter Levenda sur l’héritage hitlérien et le djihad mondial

Lors de ces trois autres entrevues accordées à l’animateur de radio Dave Emory, Peter Levenda continue de présenter les différents éléments constitutifs de son dernier livre, The Hitler Legacy, sur l’idéologie nazie et la constitution d’un réseau underground avant, pendant et après la guerre, qui s’est maintenu en place jusqu’à aujourd’hui. Entre autres éléments à retenir, l’auteur revient sur les routes de fuite appelées ODESSA, sur le rôle joué par certains personnages-clés des SS, sur l’expédition nazie au Tibet en 1938 et les liens qui ont été alors créés avec le Dalaï-Lama et son entourage, sur la concordance existant entre les bouddhisme zen et tibétain et la philosophie nazie au niveau de la transformation de la religion en arme de guerre, sur la présence nazie durant la guerre en Asie du Sud-Est, sur le rôle joué par le Président Sukarno, sur les péripéties de l’or confisqué (volé) durant la guerre, sur la Conférence de Bandung d’avril 1955 (la commémoration de cette même réunion à Bandung vient tout juste d’avoir lieu voilà quelques jours), sur la création d’un système bancaire alternatif à celui mis en place par les États-Unis (comme l’AIIB nouvellement créé par la Chine cette année) et bien d’autres sujets. Il y a énormément d’information à voir. C’est pourquoi il est recommandé de lire également les articles liés en plus d’écouter les entrevues.

FTR #842 Interview (#5) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

FTR #843 Interview (#6) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

FTR #844 Interview (#7) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

Le déploiement de l’axe christo-bouddhique, quatrième partie: Le Sanctuaire de Rozabal…

Le Lys d'OrDans la troisième partie de cette série, je vous parlais d’une tradition du Cachemire qui prétend que Jésus y aurait été formé dans des écoles bouddhistes de l’âge de 14 à 29 ans, avant de se rendre en Israël. Plus tard, ayant survécu à la crucifixion, il y serait retourné pour y finir ses jours. Je vous propose maintenant un autre documentaire qui va un peu plus loin dans le détail. Ce vidéo s’arrête davantage sur sa présence en Asie comme telle. Jésus aurait en fait voyagé dans plusieurs pays d’Asie afin de s’imprégner des diverses traditions religieuses présentes, comme la Perse, le Népal, l’Inde, l’Afghanistan et le Cachemire bien sûr. Les voyageurs et pèlerins de l’époque empruntaient la Route de la soie à partir du Proche-Orient en direction de l’Extrême-Orient. Ils avaient ainsi l’occasion de faire des escales dans plusieurs régions dont les cultures, les religions et les traditions étaient souvent assez différentes les unes des autres, ce qui provoquait un brassage d’idées spectaculaire. J’imagine facilement qu’il était commun pour des voyageurs déterminés de faire des périples semblables à une époque ou ni l’avion ni le bateau transatlantique n’existaient. De plus, on sait déjà que de petits périples se faisaient à l’intérieur du bassin méditerranéen. On allait d’Israël ou de l’Égypte vers l’Asie Mineure, ensuite vers la Grèce ou Rome, et on revenait chez-soi. Le monde de l’Antiquité n’était pas fermé comme on se plait à se le représenter aujourd’hui.

Un autre aspect intéressant du documentaire qui est à souligner ici, est la référence qui y est faite aux « tribus perdues » d’Israël. Au nombre de 12 au total, la plupart ont été déclarées « perdues » au fil du temps pour diverses raisons. Le documentaire offre un début de réponse en disant qu’elles se sont peut-être installées le long de la Route de la soie. On affirme même que certaines tribus talibanes de l’Afghanistan auraient justement des origines juives. Les images présentées par le documentaire montrent effectivement certaines ressemblances entre la population afghane et le type de visage que l’on reconnaît à la population juive. Évidemment, des tests génétiques poussés devront être faits pour déterminer si c’est le cas. D’autres populations de la Route de la soie comme les Kurdes, par exemple, pourraient faire l’objet de semblables tests. Quoi qu’il en soit, le Sanctuaire de Rozabal au Cachemire, qui contiendrait les restes du corps de Jésus, continuera de nous intriguer pendant longtemps. Pour le moment, les autorités locales ne semblent pas prêtes à permettre que l’on ramène à la surface le tombeau en question pour faire les analyses nécessaires. Pourtant, ce n’est qu’à ce moment-là que l’on aura le cœur net…

Vers la fin du documentaire quelques phrases de rectitude politique et de pensée rose-bonbon sont lâchées par le narrateur, comme quoi toutes religions se vaudraient, qu’elles seraient toutes semblables ou auraient le même message. C’est évidemment totalement faux. Les religions sont toutes différentes les unes des autres, c’est justement pour cela qu’elles existent. Pratiquer l’équivalence morale est un sport dont les hommes modernes semble ne pas pouvoir se passer. La force de ce documentaire est justement de montrer que l’enseignement de Jésus a une valeur non pas parce que ce dernier serait ressuscité des morts mais en raison de sa vie même. Jésus a voyagé beaucoup et s’est imprégné des différentes cultures qu’il a croisées. Il a ensuite communiqué aux hommes le meilleur de ce qu’il a appris, sans mentir ni sur les différences et la spécificité des choses ni sur leur valeur intrinsèque.

Le déploiement de l’axe christo-bouddhique, troisième partie: Jésus aurait été moine bouddhiste…

Le Lys d'OrCe documentaire de la BBC explore différents scénarios pouvant s’être déroulés si jamais Jésus n’est pas réellement mort sur la croix. C’est un fait connu que certains individus ne mouraient pas nécessairement tous lors des crucifixions romaines. Ce fut peut-être le cas du Nazaréen. Parmi les différentes traditions existantes, on recense celle prétendant que Jésus aurait fuit vers la France, avec ou sans Marie-Madeleine. Selon certaines versions, Marie-Madeleine serait arrivée en France enceinte de Jésus. L’excellent livre de Michael Baigent, Richard Leigh et Henry Lincoln, The Holy Blood and The Holy Grail, présente en détails les prétentions de cette tradition. Or, il existe une autre tradition, provenant celle-là du Cachemire, qui prétend que Jésus, prophète israélite, y aurait vécu de l’âge de 14 ans jusqu’à 29 ans pour y être éduqué selon les préceptes de la religion bouddhiste. La tradition mentionne même qu’il y serait retourné après sa prédication en Israël pour fuir les persécutions romaines. Il y aurait vécu le reste de sa vie pour y mourir vers 80 ans. C’est là qu’il serait enterré. Cette tradition est vraiment intéressante puisqu’elle permet d’expliquer la brisure théologique fondamentale existant entre le judaïsme d’une part et l’enseignement de Jésus, d’autre part. Certains théologiens catholiques et protestants ont essayé de démontrer que l’enseignement de Jésus se situait en continuation avec le judaïsme, ce qui est vrai en partie, mais la proximité avec le bouddhisme est plus évidente. Dans le fond, cette tradition ne fait que renforcer ma conviction qu’une alliance stratégique entre nos deux civilisations est plus que nécessaire, surtout dans les temps présents.

Aussi, fait très intéressant, une alliance similaire est peut-être en train de voir le jour entre Israël et l’Inde. Un article du Wall Street Journal parlait littéralement d’un axe Israel-Inde. Ce serait vraiment le couronnement d’une excellente stratégie pour combattre le monde arabo-musulman et le contenir au Moyen-Orient. Puisque le Bouddha est issu de l’hindouisme et que Jésus est issu du judaïsme, au moins au niveau de son origine ethnique en tous cas, il serait normal que l’Inde et Israël, à l’origine des traditions bouddhique et chrétienne, unissent leurs forces. Combattants de la liberté, unissons-nous! Pour lire l’article précédent de cette série, veuillez cliquer sur ce lien.

Reading suggestion – Unholy Alliance: History of Nazi Involve­ment with the Occult

I suggest that you get more acquainted with the works of Peter Levenda. This researcher has explored a not-too-familiar line of enquiry, that is the occult foundations on which Nazism was based or driven from, presented and explained in his book Unholy Alliance: History of Nazi Involvement with the Occult. A lot of people and/or organizations contributed to build what became the nazi occult mysticism, from Madame Blavatsky and Aleis­ter Crow­ley to the Thule Gesellschaft, the Order of the Golden Dawn, the Order of the East­ern Tem­ple, Tibetan mysticism, Freemasonry, legends of the Holy Grail, Knights Templar, folklore, etc. More recently, Peter Levenda has worked on another trail of enquiry that led him to discover a graveyard in Indonesia, possibly containing the remains of a very important member of the nazi hierarchy, Hitler himself according to him. You can check his website to learn more about that.

Le Dalai Lama et le nazisme

© Alain Lacroix | Dreamstime.com

Dans un article précédent, j’ai essayé d’alerter l’opinion publique sur le personnage du Dalaï Lama. Présenté comme un sage par l’ensemble des médias, les universités et la société bien-pensante, c’est en fait un individu qui a un passé plus que questionnable. En effet, il s’est entouré au cours de sa « lamaïcité » de gens ayant été des membres du Parti Nazi ou des SS, comme par exemple le célèbre Heinrich Harrer qui fut son tuteur au Tibet. L’information que j’avais alors recensée était en anglais. Voici maintenant une page web en français reprenant la même information. Les renseignements sont tirés du site www.info-secte.org. En plus du texte écrit, les photos sont éloquentes. Une d’entre elles montrent le Dalaï Lama actuel en compagnie de Heinrich Harrar, alpiniste et SS, Bruno Beger l’ethnologue d’Auschwitz et Miguel Serrano, diplomate chilien et ésotériste hitlérien.

Dire que dans certains milieux on se pâme pour le Dalaï Lama, alors que dans la tradition orientale on retrouve le personnage du Bouddha lui-même… Vous savez, celui qui a fondé le bouddhisme. Oui, lui. Siddhartha Gautama, appelé le Bouddha, était bien davantage qu’un simple saint ou un sage. C’était un illuminé, quelqu’un qui a atteint la connaissance parfaite. C’est une figure christique comparable à celle de Jésus en Occident. Que l’on ne tarisse pas d’éloges envers le Dalaï Lama est complètement insensé, alors que l’on ne parle JAMAIS du Bouddha lui-même qui a fondé le bouddhisme cinq cents ans avant Jésus-Christ. Je vous le dis, le Dalaï Lama ne pourrait même pas nettoyer les écuries du Bouddha en termes d’élévation spirituelle. Enfin. J’imagine que c’est cohérent avec l’air du temps et la culture de notre époque. Prenez le temps de lire cette page…et réveillez-vous.

The Dalai Lama and Tariq Ramadan have sung in duet at the Second Global Conference on World’s Religions after 9/11

Well…I feel the need to pontificate a little today. Being a blogger and feeling sometimes relegated to the backseats of social and political discourse, I often have the impression that what I have to say about the world is considered useless and inconsequential by the power elite of this world. More humble people obviously appreciate this site and I am glad they do because, in the end, it is for them that I write and publish all these posts on my own time, for free. So today I hope you will allow me to celebrate my instincts, although I would have prefered evidently to be wrong. Last May, when I first heard about this coming Conference in Montreal, I had the feeling that the Dalai Lama and Tariq Ramadan would adjust their strategies and work on a common agenda. That’s why I had titled my post The Dalai and Tariq Ramadan will sing in duet…and that’s exactly what happened.

Let me explain a few things. A journalist from French-speaking radio station 98,5FM in Montreal, Canada, named Alain Pronkin, attended the Conference on September the 7th. In a two-part interviews given to host Benoit Dutrizac, he reported two things rather relevant for our purpose. First, Tariq Ramadan, this Muslim Brotherhood agent so « charming » and « moderate » that has become literally a sweatheart for the so-called progressive sector, was asked by a Buddhist raised in a Christian family why the Dalai Lama couldn’t visit the Mecca. Ramadan plainly and dully responded that the vast majority of Muslim scholars agreed on this and that King Abdullah of Saudi Arabia wouldn’t allow it anyway. Period. So much for the religious freedom and « tolerance » that Ramadan is desperately trying to force upon Westerners. In other words, what Muslims mean by religious freedom is the possibility for them to impose their laws, their sharia, their Islamic veil, their sacred holidays, their prayers at whatever moment of the day and in whatever places they see fit, etc, that we, Westerners, have to accept in the name of so-called « openness ». But this principle of religious freedom doesn’t seem to work the other way around. If we, Westerners, want to express our religious freedom by visiting a holy place of Islam, even if it is only out of curiosity or for touristic experience, we can’t…unless Muslims permit it. Now you get the picture about religious freedom, Muslim style. Lire la suite

La Seconde Conférence mondiale sur les religions: lorsque des dogmatiques nous font la leçon sur la démocratie

Dans un article prédécent, j’ai émis de sérieuses réserves sur cette Conférence qui aura lieu le 7 septembre prochain. Le point de départ de ce scepticisme se trouvait tout simplement dans le fait que les personnalités invitées à y prendre parole ne sont pas tout à fait renommées pour leur sens de la démocratie, du respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Par exemple, la Conférence accueillera Tariq Ramadan, qui se réclame de la philosophie des Frères musulmans. Rappelons que les Frères musulmans étaient alignés avec l’Allemagne nazie durant la Deuxième Guerre Mondiale. Leur philosophie est réactionnaire, hostile aux femmes, à la démocratie, aux valeurs de la modernité et cherche à renverser l’occident pour instaurer le règne de la charia. En d’autres termes, il s’agit de quelqu’un que l’on ne devrait même pas accueillir en sol canadien. Pour ce qui est du Dalai Lama, il est le leader d’une théocratie. Lorsque les gens désobéissent au Tibet, on leur crève les yeux. Vous trouvez cela démocratique? En 1938, une expédition a été organisée pour se rendre au Tibet par des SS sous le patronage de Himmler. Des gens comme Bruno Beger et Ernst Schafer en faisaient parti. Le but de l’expédition était de créer un contact diplomatique entre les Nazis et le gouvernement tibétain et celui-ci s’est maintenu par la suite jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, le Dalai Lama a reconnu pendant des années Heinrich Harrar comme étant son tuteur spirituel. Or, Harrar lui aussi était un ancien SS. Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter ici cet article de Dave Emory sur son site SpitfireList.com.

Je dois remercier le site web Pointdebascule de proposer une analyse de la situation qui appuie et renforce la mienne. Ces grands bonzes de la religion, du dogmatisme, de la réaction politique et du refus de la modernité viennent ici nous faire la morale, alors que cela devrait être nous, les modernes, qui les tenions en respect. N’avons-nous aucune conscience de ce que nous sommes? Ces bonzes-là vont venir nous faire la leçon alors qu’ils sont les plus mal placés pour ce faire. Et Pointdebascule a raison à 100% sur ce point: la Conférence est une immense mascarade qui n’a pour but que de permettre à des personnalités du monde religieux conventionnel d’endosser les idées réactionnaires de Ramadan et du Dalai Lama. Quel gâchis! Je vous présente donc une série d’articles préparés par Pointdebascule sur la Conférence. Faites vos recherches et réfléchissez. Voulez-vous vraiment appuyer ce genre d’individus?

Un appel à la censure

La compréhension de Tariq Ramadan

Interfaith Dialogue

Ramadan, 27 juillet 2011

Le complaisant Gregory Baum