La Petite Histoire – Croisades: Le grand mensonge, sur TV Libertés

L’Occident sous occupation, huitième chapitre: L’incendie de Notre-Dame-de-Paris et l’attaque contre la tradition initiatique…

Avant de commencer ce texte, je dois vous dire que j’ai le goût de me lancer des fleurs aujourd’hui et ce seront des fleurs de lys. J’ai créé ce site web en 2010 et force est d’admettre que j’ai été visionnaire. J’ai voulu alerter mes compatriotes sur le danger réel de la menace totalitaire et celle-ci n’a fait que croître d’année en année. Aussi, j’ai choisi, pour illustrer la nature et l’essence du site, deux symboles français très importants. Le lys d’or royal et la croix templière. Ils prennent tout leur sens aujoud’hui, plus que jamais, suite au drame qui s’est produit cette semaine à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Je vais donc, dans ce texte, vous faire part d’un ensemble de réflexions et de questionnements qui aideront, je l’espère, à comprendre l’importance capitale de l’événement auquel nous avons assisté lundi, à savoir l’incendie de Notre-Dame.

Tout d’abord, avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à relever certaines synchronicités et coïncidences curieuses qui se sont produites entourant le drame lui-même. Pour commencer, il faut signaler que l’ex-Première Dame des États-Unis, Michelle Obama, se trouvait à Paris lundi le 15 avril pour donner une conférence sur son dernier livre, le lendemain 16 avril. Le livre en question de Michele Obama, Becoming, a été publié le 13 novembre dernier. Or, le 13 novembre est le triste jour anniversaire de l’attentat du Bataclan. Il s’agit probablement d’une décision de la maison d’édition et non pas de l’auteure elle-même mais cela demeure quand même un choix curieux de comme date de sortie pour un livre. Michèle Obama dit elle-même que la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris a une signification spéciale pour elle. Le fait qu’elle se trouvait à Paris le jour de l’incendie pour la promotion de ce livre est vraiment étrange.

Dans un autre ordre d’idées, il faut ne pas perdre du regard le foyer d’incendie. Tous nous savons que le feu a ravagé le toit de l’édifice et légèrement en périphérie. À cet effet, il est bon de savoir que les satellites militaires sont maintenant dotés de différentes armes, comme par exemple des armes électromagnétiques et des rayons lasers. Les États-Unis ont même déployé cette technologie récemment sur un de leurs vaisseaux, comme vous pourrez le constater dans cet article. Essentiellement, seuls les États-Unis, la Chine et la Russie possèdent des technologies de la sorte. Or, on est en droit de se demander quelle sera l’utilisation de ces armes silencieuses contre des cibles civiles. Des immeubles dont la structure ou le toit est composé de matériaux inflammables sont tout à fait vulnérables à ce genre d’armes. Aussi, dans le même sens, la presse française fait état que l’enquête policière sur l’incendie de Notre-Dame s’attarde maintenant à la possibilité soit d’une défaillance du système électrique ou encore d’un bug informatique. En effet, l’utilisation d’armes électromagnétiques sur une cible peut facilement causer des défaillances ou des pannes, celles-ci pouvant entraîner par la suite des incendies, innondations, fuites de gaz, etc. Ces données sont essentiellement de nature circonstancielle mais je pense que ça vaut la peine d’y regarder de plus près.

Troisièmement, le moment du déclanchement de l’incendie correspond exactement ou presque au moment où Emmanuel Macron allait prendre la parole devant les Français. L’incendie de la cathédrale ressemble à une jambette que l’on aurait voulu donner au chef de l’État pour l’embarrasser. Si c’est le cas, peu importe ce que l’on pense du Président de la République, avouez que c’est de très mauvais goût.

Et par surcroît, l’incendie de Notre-Dame s’est produit durant la Semaine Sainte. Vous ne trouvez pas qu’il s’agit d’une curieuse coïncidence? C’est un indice qui peut laisser croire à certains qu’il s’agit en fait d’un acte délibéré, commandité ou orchestré par des gens ou des organisations hostiles soit au christianisme en général ou au catholicisme en particulier. En ce sens, les principales organisations islamistes et terroristes viennent en tête immédiatement. Elles ont par le passé maintes et maintes fois fait des menaces envers la France et ses symboles. Ce n’est pas nouveau. En 2016, un attentat avait été déjoué à Notre-Dame-de-Paris. Cinq femmes s’étaient présentées à la cathédrale avec des bombonnes de gaz dans leur voiture dans le but évident de commettre un méfait. Des menaces comme cela qui pèsent sur la France et sur le monde libre, il y a en des milliers à tous les jours qui pleuvent sur les réseaux sociaux, dans les mosquées, les zones de non-droits, etc. Les musulmans sont en guerre contre les «infidèles», i.e. contre tous les non-musulmans. Dans les derniers mois, les observateurs ont noté une augmentation du nombre d’églises profanées. Le mois dernier, l’église de Saint-Sulpice a été incendiée et selon la police, il ne s’agissait pas d’un accident mais d’un acte délibéré.

Forts de ces préambules, passons au vif du sujet. Deux livres font autorité en matière de cathédrales, pour ce qui est de leur compréhension profonde: Le Mystère des Cathédrales de Fulcanelli et Les mystères de la cathédrale de Chartres, de Louis Charpentier. L’ouvrage de Charpentier évoque l’histoire des Templiers et fait la relation avec les traditions de bâtisseurs de cathédrales. Ses analyses se concentrent sur les proportions sacrées, dont le nombre d’or, pour analyser, lire, décrire la cathédrale de Chartres. En passant, j’ai été ravi de constater que l’une des rosaces de la cathédrale présente des capsules avec des fleurs de lys dorés sur fond bleu. Pour ce qui est de l’ouvrage de Fulcanelli, celui-ci propose une interprétation ésotérique des symboles hermétiques de l’alchimie ou du grand œuvre. Pour ce faire, Fulcanelli s’appuie entre autres sur une série de bas-reliefs que l’on retrouve au porche central de Notre-Dame-de-Paris. Le mystère des cathédrales de Fulcanelli est un ouvrage de haut niveau où l’auteur fait appel à des connaissances historiques, linguistiques, littéraires, religieuses pour appuyer son propos. Il évoque également la contribution de d’autres alchimistes dans la compréhension du grand œuvre, représenté et immortalisé dans la pierre des cathédrales.

Continuer la lecture

Documentaire sur le voyage de parlementaires français en Crimée (mars 2019)

TV Libertés a réalisé ce documentaire sur le récent voyage en Crimée de parlementaires français, qui permettra j’espère de réaffirmer et de raffermir les relations entre la Russie et la France.

Fêtons la Saint-Jean-Baptiste convenablement: Parlons du droit de retour des Québécois en France…

En cette veille de la Fête de la Saint-Jean-Baptiste, il serait bon de montrer aux Québécois l’éléphant dans la pièce que l’on ne veut pas voir, à savoir que les Canadiens-Français sont les descendants des colons français venu ici du XVIe au XVIIIe siècle. Les Québécois, ainsi que tous les autres descendants des colons français vivant dans les autres provinces canadiennes et dans les états américains, sont des Français sur le plan ethnique, en plus d’en être sur les plans de la culture et de la civilisation. Ceux vivant sur le territoire du Québec actuel s’en tirent beaucoup mieux que les autres évidemment, puisqu’ils bénéficient d’un environnement favorable à leur épanouissement. Ceux vivant dans les autres provinces canadiennes ont souvent bien de la difficulté à maintenir leur héritage français, tandis que ceux vivant aux États-Unis depuis les jours de la colonisation ou qui y ont émigré pour trouver du travail au XIXe et XXe siècles, se trouvent dans un état d’assimilation avancée, pour ne pas dire irréversible. En Louisiane, au Vermont et dans le Maine par exemple, c’est souvent seulement les nom de familles et de certaines rues qui témoignent encore des racines françaises de certaines communautés.

Une des choses les plus tristes par rapport à la façon dont les élites québécoises approchent les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste est l’omission délibérée, planifiée, organisée des racines françaises des Québécois et des autres Canadiens-Français ou Franco-Américains. À chaque fois, et c’est comme ça depuis les jours de la Révolution Tranquille, on nous raconte que le peuple québécois est né en 1960, qu’il est sorti de la Grande Noirceur religieuse où régnaient en maîtres le Premier Ministre de l’époque, Maurice Duplessis, et l’Église Catholique. On nous vante alors les mérites de l’État Providence qui a été créé avec toutes ses institutions, ses ministères. On nous chante aussi les louanges du «projet collectif» qui anime supposément les Québécois. Mais jamais il n’est fait mention des origines françaises du peuple québécois, du fait que nous sommes les descendants des colons français qui sommes venus en Nouvelle-France au nom du Roi et de l’Église pour créer justement une nouvelle France, qui serait aussi glorieuse que la première.

Pourquoi est-ce ainsi? Sans doute parce que la vérité fait mal. Les faits de l’histoire sont clairs. Les colons français ont été abandonnés en Nouvelle-France lorsque la France, sous la gouverne du très peu glorieux Louis XV, a fait acte de reddition en 1760. L’empire colonial de France a presque disparu lors de cette guerre, la Guerre des Sept Ans, et on ne peut pas dire que Louis XV ait fait preuve d’un grand leadership. Les colons français ont donc dû se débrouiller seuls, dans un environnement hostile, alors qu’il n’y avait rien. Ils ont dû par eux-mêmes contruire les routes, couper les arbres, cultiver la terre, assurer leur sécurité, etc, en sachant fort bien que la cavalerie ne viendrait pas à leur secours. C’est sans doute ce qui explique cette omission gigantesque dans la description de la génèse des Québécois. Cela fait mal de s’avouer que l’on a été abandonné. C’est donc avec un mélange d’amertume, de colère, de rancoeur, de rage, de tristesse et de déception qu’à chaque année, au moment de fêter la Saint-Jean-Baptiste, nos élites politiques évitent délibérément de parler de nos origines, de tout ce qui s’est passé avant 1960. Or, personnellement, moi qui anime ce blogue depuis 2010, je refuse de participer à cette mascarade. Nous sommes Français. Les Québécois sont Français. Quand est-ce que l’on va comprendre cela?

Ceci m’amène inévitablement à parler de ce que les élites politiques françaises ne veulent pas parler non plus, à savoir le droit de retour en France des descendants des colons français. Eh oui. Vous avez bien lu. Puisque nous sommes Français, nous avons le droit de retourner à notre Mère-Patrie. Louis XV avait peut-être le droit de nous abandonner mais il n’avait pas le pouvoir d’effacer notre hérédite. La question se pose en termes absolument implacables depuis quelques années. En effet, des vagues de migrants déferlent sur l’Europe et sur la France. C’est littéralement des millions et des millions d’individus qui débarquent sans s’être annoncés et qui, aussitôt sur place, réclament prestations sociales, nourriture, logement, etc, et à être servis rubis sur l’ongle évidemment. Ces individus sont souvent de piètre qualité à tous égards, commettant de multiples crimes en tout genre. Dans certains pays, on héberge même ces migrants dans des châteaux. C’est pour vous dire quel point les élites politiques européennes ont perdu tout sens du réel, à moins que cela ne soit du cynisme. Les descendants des colons français ont travaillé extrêmement fort, ont grandement souffert pour faire rayonner la culture et la civilisation française en Amérique du Nord. Que les élites politiques françaises donnent tout cuit dans le bec à des migrants et des clandestins qui vomissent sur la France et qui n’ont jamais rien fait pour elle alors que les descendants des colons français en Amérique du Nord ont mangé de la misère pendant quatre cents ans pour survivre est absolument déguelasse. Il n’y a pas d’autres mots. Et les héritiers de la Nouvelle-France ne sont pas les seuls dans cette situation. Les Afrikaners, ou Boers, en Afrique du Sud, vivent exactement la même situation par rapport à la Hollande où ils ne peuvent retourner sensiblement pour les mêmes raisons.

Mais ici, il ne s’agit pas que les descendants de colons français fassent leur valise tout d’un coup pour retourner en France. Il ne s’agit pas d’abandonner le Québec, bien sûr que non. Mais, la moindre des choses, ce serait que la France reconnaisse la citoyenneté française aux Québécois, Canadiens-Français et Franco-Américains qui sont Français sur le plan ethnique, dont l’hérédite remonte aux temps de la colonie. Le temps est venu pour la France de mettre les priorités à la bonne place. La France dilapide ses richesses pour des gens qui n’en ont rien à foutre, alors que ses enfants ont faim de pouvoir contribuer à faire rayonner cette belle civilisation, cette grande civilisation. La France survivra encore un autre millénaire si ses élites ont le courage de faire ce qui est bon pour la France et non pas ce qui est bon pour leurs intérêts personnels. Les Maghrébins et les Africains n’apporteront jamais rien à la France. Ils vont la vider de toutes ses richesses et détruire son héritage culturel. N’oublions jamais que c’est la France qui a offert la Statue de la Liberté aux États-Unis. Ce sont ces deux pays qui détiennent les clés de l’avenir de l’humanité. Les humains auront un avenir seulement et seulement si les États-Unis demeurent les États-Unis, et si la France redevient la France, ce qu’elle n’est plus depuis longtemps. Le jour où les Québécois pourront retourner en France pour réclamer leur dû, peut-être qu’à ce moment-là, la France aura une chance de redevenir ce qu’elle a été pendant des siècles, i.e. un flambeau de liberté, d’intelligence et de lumière dans la nuit des hommes.

Interview with Stella Morabito on the Bolshevik Revolution

This interview made by Frank Gaffney of the Center for Security Policy is of great quality. Stella Morabito seems to be getting it to the very core of the problem that we are facing as a civilization, our struggle against communism that did’t terminate with the fall of the Berlin Wall. It has continued to this day and we are a long way from victory. On Remembrance Day, it is our duty as citizens to understand the real cause of our problems and not to deflect them on secondary issues, even if they are important. Let’s hope everybody will reflect accordingly. I also join an article on the matter that she published at thefederalist website, and a second published on this platform as well by Ryan Fazio on the Gulag system.

Stella Morabito on Secure Freedom Radio

The Bolshevik Revolution Reveals Six Phases From Freedom To Communist Misery

What Communists Did To My Family In The Soviet Gulags

La saga des Louis et la civilisation française

Voici un épisode de l’émission « Perles de cultures » sur les ondes de TV Libertés où vous pourrez retrouver une entrevue avec Bernard Gantois. L’auteur y présente son dernier livre, La saga des Louis, ouvrage qui s’intéresse à divers thèmes dont la spiritualité, l’histoire de France, les conférences internationales, l’Église Catholique. Cette entrevue m’a amené à faire la réflexion suivante. Voyez-vous, si la France a autant de problèmes aujourd’hui, à tous points de vue, c’est parce qu’elle a perdu son âme. L’auteur mentionne au passage, dans ses discussions avec l’animatrice Anne Brassié, le roi Philippe le Bel. Je trouve la référence particulièrement intéressante puisque c’est précisément Philippe le Bel qui a fait arrêter les Templiers et qui est responsable du procès qui en a suivi et de leur condamnation. Certains indices semblent montrer que le Pape de l’époque pouvait être d’accord avec ces procédures mais ce n’est pas clair. Aussi, les motivations de ces persécutions juridiques ne sont pas claires non plus. Hérésie, idolâtrie peuvent s’y retrouver mais aussi la considération que l’Ordre était devenu trop puissant ou inutile suite aux défaites militaires en Terre Sainte. Le trésor des Templiers est aussi évoqué car il pouvait susciter la convoitise.

Or, je crois que l’arrestation des Templiers est le moment charnière où justement la France a perdu son âme, où elle a commencé à sombrer. La France est un pays, un empire, une civilisation mais elle est aussi spirituelle car son histoire est indissociable de celle de l’Église Catholique ou du christianisme. De plus, certains auteurs comme Michael Baigent et Laurence Gardner ont évoqué dans leurs ouvrages historiques la possibilité que ce soit en France que la descendance de Jésus (pour ceux qui croient à cette thèse) ait pu trouver refuge après que les Romains ont maté les insurrections zélotes et rasé Jérusalem au cours des premières décennies du millénaire. La lignée mérovingienne est souvent évoquée à ce titre. Philippe le Bel appartenait à la lignée des rois dits des capétiens et il est intéressant de noter l’utilisation du fleur-de-lys doré sur les vêtements, blasons, armoiries de cette lignée dont ceux de Philippe le Bel, entre autres. Si on regarde l’histoire subséquente de la France après l’arrestation et la condamnation des Templiers, on notera immédiatement une prise de distance progressive d’avec le spirituel et un affaiblissement qui culminera avec la débâcle militaire de 1760 face à l’Angleterre et à la Révolution Française de 1789. Depuis ce temps, la France n’a cessé de sombrer dans le matérialisme et de régresser sur les plans culturel, civilisationnel, et social. La France n’est plus la France.

Nous devons réparer ce qui a été brisé. La France, c’est le fleur-de-lys, i.e. le pouvoir temporel mais c’est aussi la croix templière, i.e. la tradition chrétienne. C’est pourquoi vous retrouvez ces deux symboles sur la page d’accueil de ce site web. La France, c’est les deux à la fois et nous ne devons pas l’oublier. L’entrevue avec Gantois commence vers les 08:00 de la vidéo.

Rencontre de Gilbert Collard avec Bernard Lugan

Gilbert Collard interview ici l’érudit remarquable Bernard Lugan, dont les champs d’expertise recoupent notamment l’histoire, l’anthropologie, l’ethnologie, la géographie et l’Afrique. L’essentiel de l’entrevue se propose de présenter un récent ouvrage sur l’Afrique, Histoire de l’Afrique du Nord. L’islamisation de l’Afrique du Nord fait l’objet ici de nombreux échanges entre Collard et Lugan. À voir.