L’Occident sous occupation, dixième chapitre: La Covid-19, la remise à zéro économique, l’entraînement pavlovien, le délire sectaire, le crime contre l’humanité et le 5G…

Mis en avant

Le Covid-19 est un spectacle son et lumière, un jeu de miroirs et de fumée par lequel l’économie mondiale vit une remise à zéro. L’accumulation de la dette publique des états, additionnée à celles des entreprises et des ménages, nous amène à ce cul-de-sac que nos élites appellent le «Covid-19». Les dettes cumulées sont absolument insurmontables. Ni les états, ni la plupart des entreprises vont réussir à rembourser leurs dettes. Les ménages, avec la croissance continuelle des coûts des nécessités quotidiennes, n’y arriveront pas non plus pour la majorité. Avec un peu de chance, peut-être arriveront-ils à rembourser leur prêt engagé sur une automobile ou sur une maison, au bout de plusieurs années. Mais pour ce qui est des cartes de crédit, oubliez ça. Les cartes de crédit compensent le manque à gagner causé par la stagnation des salaires que nous expérimentons depuis que la Chine a pris son essor sur le plan économique. Les entreprises, séduites par la main-d’oeuvre à bon marché disponible à l’infini à l’étranger, se sont laissé tenter soit par la délocalisation de leurs installations, soit par l’importation de la main-d’oeuvre à travers le processus d’immigration et du statut de réfugié.

Malheureusement, ces mesures palliatives prises pour contrecarrer et reprendre de la compétitivité face à la Chine n’ont fait que creuser davantage la tombe économique occidentale. Les états occidentaux, ayant moins de recettes fiscales et globalement moins d’activité économique suite à la délocalisation de leurs entreprises, s’enfoncent encore plus. La solution qui leur vient alors à l’esprit, pour se sortir du pétrin, est la même que d’habitude: emprunter. Cette nouvelle dette s’additionnant à l’ancienne ouvre la porte à la faillite technique de l’état, puisque celui-ci devient incapable de rembourser. Ce phénomène a aussi été exacerbé au cours des ans par la dislocation des monnaies de l’étalon-or, ce qui a favorisé l’utilisation de la planche-à-billets à tous les prétextes et ce qui a rendu les politiciens irresponsables au niveau budgétaire.

C’est ici que nous en sommes avec la «Covid-19». L’accumulation des dettes est telle qu’une remise à zéro est nécessaire. Cette nouvelle maladie sert donc de prétexte maintenant pour se livrer à cet exercice. Évidemment, on serait naïf de croire ici que tous vont y gagner. C’est plutôt le contraire. La plupart vont y perdre, sauf ceux qui sont en haut de la pyramide. C’est pour cette raison que vous avez vu que dans beaucoup de pays les PME (petites et moyennes entreprises) ont dû fermer leurs portes sur décret du gouvernement, alors que les grandes surfaces ont continué à opérer. Subtilement, cela a permis à ces grandes surfaces, souvent américaines, de s’accaparer les parts de marché des PME, que celles-ci ne retrouveront jamais probablement. C’est du vol pur et simple mais en veston et cravates. Ceux qui se trouvent en haut de la pyramide ont décidé que les multinationales dans lesquelles ils avaient des intérêts continueraient à opérer durant la pandémie. Que voulez-vous, le Coronavirus ne se répand pas chez Walmart, Costco, Home Hardware, Best Buy ou McDonalds. Mais il se répand très très vite dans une petite entreprise qui a un local de 100 pieds carrés. Que voulez-vous, c’est comme ça.

Continuer la lecture

Erin Marie Olszewski livre un témoignage sur la corruption dans le milieu médical à New York

Erin Marie Olszewski a travaillé comme infirmière à l’Hôpital Elmhurst de New York suite à un transfert depuis la Floride. Elle y a été témoin d’activités absolument inacceptables, pour ne pas dire carrément criminelles. Pour s’attarder uniquement sur l’essentiel, elle a été témoin que des patients ont été faussement diagnostiqués comme étant positifs au test de dépistage de la Covid-19, alors que leurs résultats étaient négatifs. Elle a aussi constaté que beaucoup de patients étaient branchés sur des respirateurs, alors que souvent cela n’était pas nécessaire et que certains d’entre eux avait eu un résultat négatif de Covid-19. Ceci équivalait presque automatiquement à leur mise à mort. En effet, l’effet combiné des différents sédatifs avec le respirateur faisait en sorte que la plupart ne se réveillaient jamais et mouraient au bout d’un certain temps. Aussi, l’hôpital avait l’habitude de mélanger les patients Covid avec les non-Covid sur les mêmes unités, ce qui faisait en sorte de contaminer presque automatiquement ces derniers. Selon Erin Marie Olszewski, la motivation principale de ce genre de pratiques est l’argent, puisque l’hôpital pouvait ainsi facturer des soins avec le code Covid, ce qui rapportait plus d’argent que si cela avait été des soins réguliers. Elle affirme également que sur les étages de l’hôpital on ne retrouvait pas de vrais médecins souvent. La plupart étaient des résidents en médecine qui ne savaient pas vraiment ce qu’ils faisaient. Il y avait même un dentiste. Parmi les autres horreurs dont elle a été témoin, le code DNR (Do Not Resuscitate) était appliqué automatiquement à des patients sans que la famille ne soit consultée, ce qui est un manquement grave au code de déontologie et est totalement immoral de toute façon.

Erin Marie Olszewski affirme que l’Hydroxychloroquine et le zinc utilisés de façon combinée sont très efficaces pour traiter le Coronavirus, comme elle a pu le constater lors de sa pratique en Floride. Malheureusement, dans le contexte new-yorkais, ce traitement est impossible à administrer en raison de l’obsession des administrateurs pour les respirateurs qui rapportent beaucoup d’argent aux hôpitaux et en raison de son interdiction par le gouverneur de l’état, Andrew Cuomo.

À la toute fin de la vidéo, dans un témoignage filmé quelque jours plus tard, Erin Marie Olszewski, affirme qu’on lui a demandé de quitter la chambre où elle était en fonction à l’hôpital pour aller à l’urgence. Pendant son absence, un code d’urgence a sonné depuis cette chambre et son patient a décédé. Il apparait évident qu’on l’a fait sortir de la chambre pour pratiquer certaines manoeuvres sur ce patient qui ont provoqué son décès.

Même si je suis choqué par le témoignage de Erin Marie Olszewski, je vous avoue que je suis pas surpris. Les agissements qui sont décrits ici correspondent tout à fait à ce que j’appréhendais dans le cadre des lois qui ont été adoptées récemment dans plusieurs états occidentaux sur les soins en fin de vie et sur l’euthanasie. J’exprimais ces inquiétudes dans ce texte précédent. Les Occidentaux, décadents et rétrogrades, en sont arrivés à faire de l’argent avec la mort et c’est ce que l’on voit avec l’arnaque du Coronavirus. Si des citoyens sont assez naïfs pour croire la propagande étatique, et qu’ils se rendent à l’hôpital, ils n’en sortiront probablement pas. L’hôpital est l’endroit le moins sûr en ce moment pour quelqu’un qui veut rester en vie. Suite à la vidéo de l’entrevue avec Madame Olszewski, je joins également l’analyse d’Alex Jones sur le dossier.

I am switching to English now to make sure that Erin Marie Olszewski reads this. For me, it is obvious that the patient who has died (or was murdered) on her last day at work was a set up. Because she was vocal on social media about her experiences and because she filmed herself at her job at the hospital, the administration of the hospital will, in all likelihood, try to frame her as incompetent or negligent to justify her firing and maybe even more. They will say that this patient died because she did or didn’t do this or that. In other terms, they will try to pin his death on her back. So it is important that she defends herself. Veterans have organizations that can help them, I have no doubts about that. But, for me, for any American patriot who is under attack, the place to start is always Judicial Watch. So I suggest that she contacts them and puts up a legal defense because if the hospital has any chance, based on my experience, they will try to break her into pieces. It is about time that we strike back at this corruption. We can’t be nice anymore with people like that. Thank you Erin, for your testimony.

Ryan Dawson comments on the death of Jeffrey Epstein, on Red Ice TV

Hezbollah: The World’s Leading Narco-Terrorist Organization, by Christopher Holton

I rarely do that but this time I am making an exception. This article by Christopher Holton is worth a post by itself. It details the links between Hezbollah and drug trafficking and related criminal activities. The real stuff.

Hezbollah: The World’s Leading Narco-Terrorist Organization

Deux articles d’Éric Thibault sur le crime organisé au Québec

C’est assez rare que je mets le matériel de TVA Nouvelles en référence mais là, ça vaut vraiment la peine. Éric Thibault vient de pondre deux bons articles sur le crime organisé au Québec et à Montréal. Ils présentent de façon éloquente le problème grandissant de ce que l’on appelle la «paix» entre les organisations criminelles au Québec. Par le passé, les citoyens pouvaient compter sur la rivalité entre les différents groupes criminels pour vivre en sécurité. Comme les gangs se neutralisaient plus ou moins, il y a avait peu d’impact sur le quotidien des gens. Maintenant, ce n’est plus le cas. Étant donné que les groupes criminels collaborent ensemble désormais, il est maintenant devenu pratiquemment impossible de trouver des lieux, à Montréal particulièrement, où des groupes criminels n’opèrent pas. Ce qui veut dire dans les faits que peu importe où l’on se trouve sur le territoire, peu importe dans quelle institution, compagnie, immeuble ou commerce dans lequel on évolue, on est sûr d’avoir affaire d’une manière ou d’une autre avec des opérateurs, des complices, des hommes de main, des employés de ces organisations criminelles. La présence de ces groupes amènent les problème courants que tout le monde connaît: vol, racket, vente de drogue, fraude, intimidation, harcèlement, menaces, etc. Montréal, qui était une ville très agréable dans les années ’90 est maintenant devenue assez désagréable pour ne pas dire dangereuse souvent. Et ce n’est pas un problème qui va pouvoir se régler rapidement. La route sera longue, si on s’en sort.

La paix des gangs à Montréal

35 ans d’histoire de gangs au Québec

Pat Condell sur les « migrants » syriens…

Pat Condell offre ici un discours de vérité sur les pseudo « migrants » provenant de Syrie et d’ailleurs qui envahissent l’Europe et le reste du monde civilisé présentement. Ces paroles sont présentées sur un ton qui n’est pas politiquement correct certes mais qui est parfaitement approprié en raison des problèmes énormes auxquels nous sommes confrontés, et du laxisme, pour ne pas dire de la complicité, de nos élites en ce domaine.