Poursuite de la FDDLP contre le Gouvernement du Québec afin de mettre un terme à l’état d’urgence sanitaire

Voici le communiqué de presse et le document de la poursuite, qui est en fait une demande de pourvoi en contrôle judiciaire.

Communiqué – La FDDLP annonce une demande de pourvoi en contrôle judiciaire contre le Gouvernement du Québec

Pourvoi_contrôle_judiciaire_500-17-115847-215

Astrid Stuckelberger: Le Règlement Sanitaire International fait du directeur-général de l’OMS un dictateur…

Lors de ses interractions avec l’Organisation Mondiale de la Santé, Astrid Stuckelberger a remarqué plusieurs choses inquiétantes qui doivent absolument être connues du grand public. D’abord, elle a constaté dès 2009 qu’il y avait une volonté de ne plus former le personnel en intervention en vue de pandémies. L’OMS a même essayé de l’empêcher d’enseigner les techniques d’intervention relatives aux pandémies, ce qui a fait naître chez elle des suspicions par rapport à cette institution. Durant l’entrevue, elle fait référence au Règlement Sanitaire International. Ce règlement a pour but de mettre en oeuvre une collaboration internationale pour aider les pays à faire face aux épidémies. La dernière version de ce règlement date de 2014, alors que les versions antérieures ont été signées en 1969 et 2005. Apparemment, les états signataires de l’OMS ont l’obligation de lui donner force de loi dès son adoption. Selon elle, la dernière version du règlement, celle de 2014, fait du directeur-général de l’OMS un dictateur en cas de pandémie. Aussi, elle signale que Bill Gates aurait demandé à l’OMS le statut d’état-membre et qu’il signerait des contrats à trois signataires, entre lui-même, un pays quelconque et l’OMS, concernant des traitements, des vaccins, des tests, etc. Toujours selon elle, cela expliquerait pourquoi les mesures sanitaires sont à peu près les mêmes partout sur la planète. Elle mentionne également que Bill Gates disposerait d’un genre d’immunité diplomatique. Un autre élément important à retenir selon Astrid Stuckelberger est le changement qui a été apporté dans la définition de certains termes en 2009.  Auparavant, pour qu’il y ait une pandémie, cela prenait un nombre de cas exceptionnellement élevé en mortalité et en sévérité. Maintenant, le seul fait qu’il y ait une maladie qui soit en train de se répandre est suffisant. Un autre terme dont la définition a changé est l’immunité. Pour l’OMS, la seule immunité possible maintenant est celle donnée par le vaccin. La denière chose mentionnée par la chercheure dans cette entrevue concerne le test PCR. L’OMS donnerait un avertissement concernant le test PCR pour dire de ne pas l’utiliser mais, en même temps, l’OMS encourage les pays à utiliser le test PCR pour diagnostiquer la covid-19, ce qui est vraiment étrange. Cette entrevue est à voir et à étudier en détail. Il y a un coup d’état mondial qui est en train d’être effectué sous nos yeux pour faire de la Terre une dictature, un état totalitaire. Rien de ce qui se passe en ce moment n’est légal même si toutes les apparences de la légalité sont là. Partagez cette information svp.

David Icke s’entretient avec John Smith: Comment le droit commun peut nous aider à vaincre le totalitarisme sanitaire

Le contenu de cette entrevue est quand même assez technique mais cela vaut la peine que l’on s’y attarde. John Smith de Common Law Court explique ici la différence entre le droit commun, qui s’adresse à l’être humain, et le droit des corporations, qui régit les entreprises et les contrats. Il mentionne que les gouvernements, les agences, les cours de justice et les corps policiers sont des corporations. Pour résumer, l’argumentaire juridique de John Smith est le suivant: Pour être capables d’assujettir les populations au droit des corporations, droit qui permet d’imposer aux individus beaucoup plus de contraintes que le droit commun, les gouvernements ont créé pour chaque citoyen une entité juridique fictive, une personne juridique. Cette personne est présentée sous le titre de Monsieur ou Madame et elle est considérée, par le droit des corporations, comme une entreprise. C’est cette entité juridique fictive qui contracte avec les gouvernements, agences, cours de justice et corps policiers, ce qui permet à ces institutions d’imposer aux citoyens toutes sortes de choses arbitraires, qui seraient impossibles à imposer avec le droit commun. John Smith aborde aussi, évidemment, la question des mesures sanitaires reliées à la covid-19, qui ne sont rendus possibles que par la mise en application du droit des corporations. Il explique, par exemple, que les commerces n’auraient qu’à opérer sur la base du droit commun au lieu d’opérer sur la base du droit des corporations, ce qui leur permettrait de ne pas être assujettis aux mesures sanitaires, puisque celles-ci ne sont pas applicables aux individus selon le droit commun mais seulement aux entreprises. À voir et à étudier.

Jerry Day présente comment refuser une vaccination obligatoire

En consultant ce lien, vous pourrez visionner une vidéo de Jerry Day où ce dernier explique comment refuser une vaccination obligatoire. Ses suggestions pourront s’avérer très utiles dans le cadre de la Covid-19 et autres maladies infectieuses. Vers 6:00 minutes de la vidéo, il donne en référence une page web où on peut télécharger des documents que l’on peut présenter et faire signer aux gens en charge d’administrer un vaccin. Le premier document enjoint le personnel médical à accepter de porter la responsabilité légale en cas de maladies, blessures ou effets secondaires indésirables suite à l’administration d’un vaccin. Le deuxième document énumère toutes les raisons pour lesquelles vous avez le droit de refuser un vaccin et affirme explicitement que vous vous objectez à le recevoir. Le refus de tenir compte de vos objections rendra les administrateurs du vaccin poursuivables en justice. Évidemment, personne ne va signer le premier document ni probablement le deuxième, ce qui permettrait aux citoyens d’échapper à la vaccination. Ça vaut certainement la peine d’utiliser ces outils, si celle-ci devient obligatoire.

Entrevue de Stéphane Blais avec Maître Rocco Galati

L’entrevue porte sur la poursuite judiciaire intentée par un groupe de citoyens contre la Ville de Toronto, les gouvernements de l’Ontario et du Canada, ainsi que la Société Radio-Canada. La poursuite est intentée dans la foulée des mesures sanitaires qui ont été mises en place lors du confinement. Une autre poursuite similaire est en cours au Québec visant le gouvernement du Québec. La même entrevue est répétée en anglais dans la deuxième partie la vidéo.

Adam Green analyses the Jeffrey Epstein case, on Red Ice TV

Fred Fleitz about the entrapment trick General Flynn was subjected to

Dossier complet de l’UPR sur la destitution du Président Macron par l’application de l’article 68 de la Constitution française

L’Union Populaire Républicaine a rassemblé un dossier complet sur la destitution du Président français Emmanuel Macron par l’application de l’article 68 de la Constitution française. Vous pouvez le consulter ici:

Dossier à faire circuler en masse – DESTITUTION DE MACRON, MODE D’EMPLOI

Appels à la destitution du Président Macron par La Renaissance de la République Française et par l’Union Populaire Républicaine

Alors que le mouvement des Gilets Jaunes, qui est une protestation populaire contre un ensemble de mesures prises par Emmanuel Macron depuis son entrée en fonction prend de l’ampleur en France, des voix commencent à se faire entendre demandant la destitution pur et simple du Président actuel de la République Française. Parmi celles-ci, je vous en présente deux qui résument bien l’ensemble des griefs que les Français peuvent ressentir envers leur Président. Serge Petitdemange est un ancien militaire qui a fondé en 2005 un mouvement patriotique qui sera renommé en 2016 Renaissance de la République Française. Il milite activement pour que la République Française retrouve ses fondements et ses bases qu’il ne reconnaît plus dans le type de gouvernance qui s’exerce aujourd’hui dans les institutions françaises. Il a publié plusieurs vidéos sur Youtube où il présente ses thèses et ses propositions. Elles sont suffisamment intéressantes et pertinentes pour que nous prenions le temps de les regarder. Serge Petitdemange fait appel à divers points de droit et à des articles de la Constitution et de règlements afin d’étayer l’appel qu’il lance pour la destitution de Macron. Pour résumer, il prétend que la France n’aurait plus de Constitution depuis le 1er janvier 2017, en raison de l’effacement de la séparation des pouvoirs qui aurait été effectué par Manuel Valls le 5 décembre 2016 par le décret 2016-1675. Et comme la France n’a plus de Constitution depuis cette date selon lui, ni Macron ni aucun des députés ou des sénateurs élus en 2017 n’exercent leurs fonctions de façon légitime. Seul le Président du Sénat peut revendiquer ce statut. C’est pourquoi il demande à l’Armée française et/ou aux forces de l’ordre de procéder à l’arrestation immédiate du Président Macron, puisque les députés de l’Assemblée Nationale n’ont pas la légitimité de le destituer.

L’autre exemple est une proposition qui est faite le parti politique de l’Union Populaire Républicaine, présidée par François Asselineau, pour que chaque citoyen français fasse parvenir une lettre à son député et/ou à son sénateur demandant la destitution d’Emmanuel Macron. La démarche de l’UPR ne remet pas en question la légitimité des députés et sénateurs, puisqu’elle leur demande à eux de procéder à la destitution du Président. La proposition de lettre de l’UPR est articulé en 10 points qui font état des différents griefs et violations de leurs droits et du droit en général que les Français ont pu constater depuis l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron.

Les Français en ont ras-le-bol. Que ce soit par le Parlement, la Police ou l’Armée, ou par les manifestations populaires comme celles des Gilets Jaunes, les dérives actuelles doivent cesser pour que la France redevienne la France. Il est du devoir de chaque Français de se tenir debout pour sauver son pays, la France. Je vous laisse sur deux vidéos de Serge Petitdemange de la Renaissance de la République Française, où il présente l’ensemble de ses thèses, et sur la proposition de lettre de l’UPR à adresser aux députés et sénateurs.

Personne ne réduira la France en esclavage, puisque la France est royale!

Conseil aux « Gilets jaunes » : LETTRE-TYPE À ADRESSER À VOTRE DÉPUTÉ (et AUX SÉNATEURS DE VOTRE DÉPARTEMENT) pour réclamer la destitution de Macron par mise en œuvre de l’article 68 de la Constitution.