Stew Peters s’entretient avec Karen Kingston sur l’interaction entre les personnes vaccinées pour la covid-19 et les ondes électromagnétiques

Maria Zeee s’entretient avec la docteure Rima Laibow sur les visées totalitaires de l’OMS

Entre autres sujets, Rima Laibow nous parle de l’intention de l’OMS d’introduire 500 nouveaux vaccins d’ici 2030 et de la mise en place d’un nouveau traité de gestion de pandémies qui mettra fin à la souveraineté des pays membres.

Diffusion d’urgence, quatorzième épisode/Emergency Broadcast, episode 14

Mis en avant

Le docteur Peter McCullough fait le bilan des différents éléments à se remémorer pour bien comprendre l’arnaque de la pandémie et de l’imposition du vaccin pour la covid-19

Le docteur Peter McCullough semble croire que le virus SARS-CoV-2, causant supposément la covid-19, existe bel et bien. Les membres de la communauté de réinformation sur la covid-19 ne s’entendent pas tous sur l’existence du virus SARS-CoV-2. Certains croient qu’il existe et d’autres non. On peut amener des arguments dans un sens ou dans l’autre. Le docteur McCullough résume très bien ici tout ce que l’on sait maintenant de ce qu’on appelle la covid-19 et du déploiement du vaccin qui l’accompagne.

Entrevue avec la lanceuse d’alerte Brook Jackson qui a travaillé pour Ventavia durant les essais cliniques de Pfizer

Brook Jackson a travaillé pour la compagnie Ventavia. Ventavia était un sous-contractant de Pfizer chargé de mener des essais cliniques de leur vaccin pour la covid-19 en 2020. Après avoir entrepris des poursuites judiciaires contre Pfizer au nom du gouvernement américain, elle a décidé de parler de l’affaire publiquement. Ce qu’elle dit est très révélateur. Elle a été témoin de falsification de données, du non-respect des prodécures pour assurer la viabilité des données, du manque de qualifications du personnel pour assurer leurs fonctions et de manque de main-d’oeuvre. Son témoignage met en lumière l’attitude désinvolte des compagnies pharmaceutiques en matière de santé et sécurité pour les patients. Et c’est tout à fait normal quand on y pense, puisque le vaccin pour la covid-19 est en fait une arme bactériologique destiné à réduire la population mondiale.

Entrevue avec Naomi Wolf sur les actions légales entreprises contre Big Pharma