Ken Pereira et André Pitre font le point sur les développements de la ‘pandémie’

Ken Pereira et Andre Pitre analysent la manifestation contre les mesures sanitaires tenue devant le QG de la SQ

Le Stu-Dio a enregistré une émission le 14 août analysant la manifestation prévue aujourd’hui pour contester les mesures sanitaires prises dans le cadre de la Covid-19 au Québec. Cette manifestation s’est tenue devant le quartier général de la Sûreté du Québec. Ken Pereira et l’animateur André Pitre nous livrent ici leurs réflexions. J’ai regardé brièvement les commentaires sur Youtube à propos de l’émission et beaucoup d’entre eux sont assez négatifs malheureusement. Pour ma part, je dois dire d’emblée que je suis d’accord avec Ken Pereira et André Pitre. Ils livrent ici une analyse qui est juste, pertinente et à propos. En effet, il était très malhabile d’organiser une manifestation devant les quartiers généraux de la SQ et cela aurait été la même chose si cela avait été devant ceux du SPVM. Ce n’est pas la police qui est le problème dans le dossier des mesures sanitaires. Ce sont les politiciens. Ce sont eux qui ont mis ces mesures en place. Les policiers sont des travailleurs. Leur patron ultime est le ou la Ministre de la Sécurité Publique. Le commandant en chef et tous les agents de la SQ relèvent du Ministre, ils doivent obéir aux ordres qui leur sont donnés sinon, ils font face à des mesures disciplinaires. Je sais que c’est probablement assez plate à entendre et décevant mais c’est comme ça. Il y a beaucoup d’interférence politique, malheureusement, dans le travail policier et beaucoup d’enquêtes n’aboutissent jamais pour cette raison. Les policiers font un travail d’enquête minutieux, professionnel, pour voir ensuite les politiciens mettre le dossier en dessous de la pile ou de côté pour quelque raison.

Je suis d’accord que ce n’était pas une bonne idée de choisir ce lieu comme endroit pour manifester. La police est très au fait que les mesures sanitaires briment les droits et libertés des citoyens et que beaucoup de choses qui ont été faites depuis le 13 mars étaient illégales. Il n’ont pas besoin d’une manifestation pour leur faire comprendre cela. Et leur incapacité ou leur non-volonté d’intervenir dans le dossier relève donc non pas de leur manque de connaissance mais plutôt du fait qu’ils doivent se soumettre à une structure hiérarchique qui aboutit au bureau de la Ministre de la Sécurité Publique. Si la CAQ perd l’élection de 2022, peut-être que le nouveau gouvernement aura le goût de faire avancer le dossier mais d’ici là, les citoyens ne doivent pas s’attendre à grand chose. Les patriotes québécois doivent comprendre que nous sommes dans un combat à long terme. Il faut tenir le fort pendant la tempête. Pereira a raison lorsqu’il dit que cette manifestation ressemble à un guet-apens. Quand on a l’expérience «de la game» comme il le dit si bien et qu’on a déjà été pris en souricière, on voit ces choses-là tout de suite. Les patriotes québécois doivent agir avec maturité, réflexion, jugement et sens critique. Il est bon que les patriotes manifestent régulièrement pour faire entendre leur voix mais ils ne doivent jamais oublier l’objectif ultime, qui est que ces mesures liberticides cessent et que recouvrions nos droits et nos libertés.

André Pitre analyse la nouvelle Grande Noirceur au Québec à l’ère du Covid-19, sur Le Stu-Dio

Entrevue de Le Stu-Dio avec Alexandre Cormier-Denis

Dans cette entrevue accordée à la chaîne Youtube Le Stu-Dio, Alexandre Cormier-Denis du média alternatif Nomos-TV revient sur l’épisode de son passage au micro de Jonathan Trudeau sur Qub Radio. Pour rappeler brièvement les faits, Patrick Lagacé a publié un article dans le journal La Presse dans lequel il présentait le cas d’un restaurant «Apportez votre vin» qui voulait interdire à ses clients de montrer leurs bouteilles d’alcool pour accommoder les exigences chariatiques de musulmans fondamentalistes qui s’y trouvaient. Suite à cela, Alexandre Cormier-Denis a parlé de l’incident et dévoilé le nom du restaurant en question dans une publication. Jonathan Trudeau l’invitait donc à son micro pour commenter davantage là-dessus. L’entrevue s’est relativement bien déroulée sauf que l’animateur a décidé d’y mettre fin de façon cavalière. De plus, on ne retrouve plus le lien précis de l’entrevue sur le site web de Qub Radio ni sur les autres plateformes de Québécor.

Malheureusement, l’image qui a été sélectionnée pour présenter la vidéo sur Youtube est un mauvais choix qui ne rend pas justice à la nature de l’entrevue. Je vous propose donc, cette fois-ci, non pas la vidéo intégrée mais plutôt le lien menant vers Youtube.

Je ferais le commentaire suivant sur cette affaire. Pour la mille et unième fois, un patriote ou dissident politique a pensé que cela pourrait être une bonne idée d’accorder une entrevue à un média de masse. Cela ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Tous ceux qui se sont laissé tenter ont été soit humiliés, détruits, ridiculisés, diffamés, etc. Les patriotes ne doivent jamais oublier que les médias de masse travaillent pour défendre les intérêts de nos adversaires. Ils ne sont là ni pour informer la population ni pour l’instruire. Ils font de la propagande au service de l’oligarchie. Parler à ces gens est une perte de temps complète. On doit plutôt rester sur nos plateformes et continuer à investir du temps et de l’énergie pour les développer, convaincre des gens de nous rejoindre, créer des réseaux internationaux de patriotes qui pourront s’entraider, etc. Dans les circonstances, Alexandre Cormier-Denis a été relativement chanceux. Cela aurait pu être bien pire, rappelez-vous le traitement qu’avait accordé Anne-Marie Dussault de Radio-Canada à Marine Le Pen lorsqu’elle a été de passage à Montréal en 2016. Cela ne donne rien d’argumenter avec des gens comme cela. Pour donner un exemple biblique, lorsque Jésus a été convoqué devant le Sanhedrin, il a gardé le silence parce qu’il savait que c’était une perte de temps d’essayer de leur expliquer quoi que ce soit. Tu ne peux pas argumenter avec des gens qui ont décidé que tu étais coupable. Sur ce, bonne écoute.

Entrevue de Le Stu-Dio avec Alexandre Cormier-Denis