Entrevue avec le docteur Claus Kohnlein, co-auteur de Virus Mania: La pandémie de test PCR…

Le docteur Thomas Cowan résume brièvement en quoi consiste la fraude de la théorie des germes

Kary Mullis raconte comment il a été incapable de trouver une référence bibliographique justifiant que le VIH causait le Sida

Kary Mullis est l’inventeur du test PCR, celui-là même qui est utilisé pour diagnostiquer la Covid-19. Or, il a créé ce test pour prendre un échantillon pour faire de la recherche, pas pour diagnostiquer des maladies. Dans cet extrait d’entrevue, il raconte une anecdote alors qu’il cherchait une référence bibliographique pour justifier que le VIH cause le Sida. Il a cherché en différents endroits et demandé à plusieurs personnes. Une de ces personnes à qui il a posé la question était Luc Montagnier, le virologue bien connu. Montagnier, comme tous les autres, a été incapable de fournir une seule référence pour faire une telle justification. Comme disent les anglo-saxons: «priceless»! À la fin de l’entrevue, un autre extrait suit d’une conférence où le test PCR est abordé. Malheureusement pour nous, Kary Mullis est décédé quelques mois avant que ne débute la pandémie. S’il était toujours parmi nous, il serait en bonne position pour dénoncer l’utilisation frauduleuse qui est faite de son test PCR. Le test PCR n’est pas fait pour diagnostiquer des maladies. Tous les résultats aux test PCR sont donc faux, à 100% et les confinements qui en découlent complètement illégaux. May you rest in peace, my friend.

Entretien entre le docteur Thomas Cowan et la docteure Stephanie Seneff

Cet entretien se déroule en deux parties. Dans la première partie, la docteure Stephanie Seneff explique comment selon elle le glyphosate cause certains des symptômes que l’on attribue peut-être faussement à la Covid-19. En effet, le glyphosate, présent dans des pesticides comme le Round-Up et autres, contamine la chaîne alimentaire de son origine jusque dans notre assiette. Non seulement il imprègne les fruits et légumes de culture mais contamine aussi les cours d’eau, ce qui entraîne des problèmes digestifs dans la population qui consomme ces aliments. Aussi, comme les produits de culture sont utilisés pour faire du bio-diésel et pour alimenter les cigarettes électroniques, nous finissons par respirer le glyphosate sous forme d’aérosols, ce qui cause évidemment des problèmes et maladies respiratoires. Le langage utilisé par le docteur Seneff est plutôt technique au niveau médical dans cette partie mais suffisamment clair pour être compris par l’individu moyen. Dans la deuxième partie, la docteur Seneff donne son opinion professionnelle sur l’utilisation de la vitamine D prise en supplément. Elle fait remarquer que cette vitamine peut provoquer une augmentation du niveau de calcium dans le sang pouvant amener une calcification des artères ou de certain organes. Bien qu’elle ne le mentionne pas explicitement, on en déduit que ce danger a plus de chances de se présenter chez des patients qui prendraient de doses très élévées, au-delà de ce qui est recommandé. Elle recommande donc de prendre plutôt la vitamine D à l’état naturel, i.e. via l’exposition au soleil lorsque cela est possible. Et finalement, l’entretien se termine avec quelques réflexions sur la relation entre le glyphosate, la pollution de l’air et la Covid-19. Je joins également un article de la docteure Seneff sur ce qui a été discuté durant la première partie de l’entretien.

Connecting the Dots: Glyphosate and COVID-19