Gabriel Nadeau-Dubois révèle la vraie nature de Québec Solidaire lors de la Marche pour le Climat de 2022 à Montréal

Pour rappeler les faits brièvement, le ministre Benoit Charette du gouvernement de la CAQ au Québec a été chassé de la Marche pour le Climat vendredi dernier par certains manifestants qui s’y trouvaient. Ce qui est à noter, c’est que Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec Solidaire, y a tenu des propos qui semblaient justifier l’expulsion du ministre. En fait, ce qui est à comprendre ici, c’est que GND a probablement été amené à devenir le porte-parole de Québec Solidaire pour essayer justement de donner un visage de respectabilité au parti, ce que Amir Khadir et Françoise David n’avaient pas réussi à faire. Or, on voit bien ici que, malgré l’allure présentable de GND, ses cheveux courts, sa barbe bien taillée et son style de jeune professionnel d’une tour à bureaux du centre-ville de Montréal, il n’a pu s’empêcher de laisser filtrer la vraie nature du parti politique qu’il représente. Québec Solidaire est un parti de brutes, de fiers-à-bras, et les propos tenus par GND en ont été l’illustration flagrante. Le masque est tombé. Et la question qui se pose ici est la suivante: Si les militants de Québec Solidaire peuvent se permettre d’essayer d’intimider un ministre, pourquoi penseriez-vous qu’ils n’essayeront pas de vous intimider, vous, les citoyens, s’ils arrivent à prendre le contrôle de votre comté électoral? Pensez-y au moment de voter le 3 octobre. On peut entendre les propos de GND dans la vidéo contenue dans l’article suivant, au tout début.

Marche pour le climat: le GND des carrés rouges?

Henrik Palmgren présente la campagne de propagande des mondialistes visant à démoniser le carbone

L’Occident sous occupation, neuvième chapitre: Le Covid-19 et l’attaque contre l’espèce humaine…

Lorsque quelque chose est réellement important et vrai, les grands médias ont l’habitude de ne jamais en parler et à l’inverse, lorsqu’il s’agit d’un mensonge flagrant, ils en parlent constamment. Cette règle générale devrait nous alerter immédiatement sur ce qui se passe ici avec le Covid-19. Les médias en parlent 24hrs/24 et comme ils ont l’habitude de se tromper sur tout, il n’y vraiment aucune raison de les croire davantage sur ce sujet. Il y a de toute évidence anguille sous roche. Dans ce texte, je vais analyser certains éléments qui me font penser que la pandémie du Covid-19 est en fait une arnaque, une autre, afin de faire toute une série de gains politiques, économiques, etc, à nos dépens.

Le premier élément, évident, qui saute aux yeux, est que la panique qui s’est installée sur la planète actuellement vient de complètement détruire la remontée économique que les États-Unis avait réussi à accomplir vis à vis de la Chine. Les États-Unis avait clairement gagné la guerre commerciale contre la Chine et celle-ci était en déclin. Mais maintenant, les fermetures d’entreprises et l’arrêt de l’activité économique ont fait évaporer la splendide croissance américaine, ce qui permettra à la Chine de revenir en force éventuellement. Aussi, dans la même veine, l’arrivée soudaine de cette maladie qui a pour effet de détruire l’économie américaine tombe bien pour les Démocrates, puisqu’il y aura une élection présidentielle en 2020. Le ralentissement économique que nous vivons présentement permettra au candidat Démocrate de faire meilleure figure face à Trump et d’avoir quelque chose à dire en fait. Pour les Démocrates, le Covid-19, c’est du pain béni, parce que cela leur donne un espace de parole et d’action qui aurait été inexistant sans cela. En effet, leurs candidats à la Présidentielle sont faibles et inintéressants, rivalisant d’incompétence et de superficialité.

Regardons maintenant certains faits qui sont révélateurs pour notre étude. Tout d’abord, je me dois de mentionner l’existence d’une structure mégalithique aux États-Unis, dans l’État de la Georgie, nommée Georgia Guidestones, donc les Pierres-Guide de Georgie, en français. Ce monument a été érigé par une compagnie de construction mandatée par un groupe anonyme. Le monument est constitué de cinq plaques de granite sur lesquelles est inscrit une liste de dix commandements, et ce en huit langues modernes n’incluant pas le français. Une pierre de couronnement présente du texte en quatres langues anciennes, le cunéiforme babylonien, le grec classique, le sanskrit et des hiéroglyphes égyptiens. De ces dix commandements, le premier ressort du lot de façon flagrante: garder la population sous la barre des 500 millions d’habitants. Le dixième message ou commandement exhorte les humains à en pas être un «cancer» pour la planète et à laisser de la place à la nature. On comprend donc que le groupe qui a commandité la construction de cette structure désire contrôler la population du globe. Le fait qu’il utilise le terme de «cancer» pour décrire l’espèce humaine en dit long sur la perception qu’il a de celle-ci. Or, pour être capable de réduire la population mondiale de quelque 7,6 milliards actuellement à plus ou moins 500 millions requerrait des moyens passablement draconiens comme des guerres nucléaires, épidémies mortelles, désastres naturels, cataclysmes planétaires, chutes d’astéroïdes, etc. Sinon, le groupe risque de ne jamais pouvoir réaliser son but. Pour une organisation de ce genre, la création de maladies contagieuses en laboratoire est certainement quelque chose de très intéressant à contempler d’un point de vue stratégique.

Pour ce qui est de l’utilisation du terme de «cancer» par le groupe qui a commandé la construction des Pierres-Guide de Georgie, il renvoit directement au mouvement écologique actuel. Combien de fois n’a-t-on pas vu des militants écologistes avoir plus de considération pour la forêt, les animaux ou les insectes que pour les êtres humains. Ils sont prêts à mourir pour sauver quelques baleines, criquets ou pissenlits mais ils demeurent complètement indifférents à leurs frères et soeurs de l’espèce humaine qui souffrent et qui sont dans le besoin.

À cet égard, il est pertinent de relever l’élément de propagande de prédilection des écologistes comme quoi le CO2 serait un gaz à effet de serre. C’est un mensonge évidemment absolument flagrant. Pour que la température augmente dans un système, cela prend une source de chaleur. Dans le cas de la Terre, la principale source de chaleur est évidemment le soleil. Aussitôt que la Terre s’éloigne du soleil ou que l’on s’éloigne de l’équateur terrestre, la température tombe et ce sans égard à la quantité de CO2 qu’il y a dans l’atmosphère, et remonte ensuite quand la Terre se rapproche du soleil ou que l’on se rapproche de l’équateur. Le discours sur le CO2 présenté par les militants écologistes est absolument révélateur du drame qui se joue présentement contre l’humanité. Les militants écologistes prétendent que la présence de CO2 dans l’atmosphère fait augmenter les températures, ce qui est un mensonge évident. Et pourquoi mentirait-on sur ce sujet? Pour une raison simple qui est toute logique. Le CO2 joue un rôle de premier plan dans le processus de photosynthèse. Sans rentrer dans les technicalités scientifiques, en gros, les plantes absorbent le CO2 qui est émis par les organismes qui en produisent, comme les humains par exemple, et à l’aide de l’énergie solaire, le transforment en oxygène respirable de nouveau par ces mêmes organismes. D’autres molécules comme l’eau et le glucide sont impliqués dans le processus mais c’est n’est pas le point essentiel ici. Le point essentiel, c’est que la présence du CO2 dans l’atmosphère est essentielle pour que le niveau d’oxygène respirable sur Terre reste constant et suffisant et donc favorise la survie des différentes espèces qui y vivent, dont l’être humain. Les espèces vivantes, dont l’être humain, ont besoin que les plantes absorbent le CO2 et les plantes ont besoin que les espèces vivantes, dont l’être humain, en émettent. Comme les écologistes veulent imposer aux nations du monde qu’elles baissent leurs niveaux d’émissions de CO2, cela aura comme conséquence de faire baisser également la quantité d’oxygène respirable dans l’atmosphère par les organismes vivants.

Or, ce qui est vraiment intéressant pour notre sujet ici, le Covid-19, c’est que dans les symptômes qui sont rapportés par les autorités médicales, on retrouve justement la respiration courte…En effet, le Coronavirus ou Covid-19 est un virus qui fait parti de la même famille que le SRAS, le Syndrome Respiratoire Aigü Sévère. Un des symptômes du Covid-19 est donc d’avoir une capacité réduite à respirer en terme de quantité. Ne trouvez-vous pas que c’est parfaitement cohérent? On voit ici l’apparition d’une nouvelle maladie qui correspond aux idéaux à la fois de ceux qui ont fait construire les Pierres-Guide de Georgie mais aussi des écologistes. Les premiers veulent réduire la population mondiale et les seconds veulent réduire la quantité de CO2 dans l’atmosphère. De toute évidence, ces deux éléments sont complémentaires. Si la quantité de CO2 dans l’atmosphère diminue, l’oxygène disponible diminuera en proportion, ce qui favorisera la baisse du nombre d’individus de chaque espèce respirant de l’oxygène.

Un autre acteur important dans ce dossier est évidemment les Nations Unies et leurs organismes. Les positions des Nations Unies sont bien connues en matière d’environnement. En effet, les Nations Unies endossent complètement le discours selon lequel le CO2 est responsable de la montée des températures à la surface du globe et des changements climatiques. Depuis 1972, les Nations Unies organisent des conférences appelées Sommets de la Terre pendant lesquelles les pays discutent de la mise en place de politiques favorisant le développemet durable, la répartition des richesses, le droit au développement et la lutte contre la pauvreté, entre autres. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques adoptée au Sommet de la Terre de Rio en 1992 a été un moment important de ce processus. Un plan d’action nommé Agenda 21 a été adopté pour mettre en place ces politiques et les décideurs publics à travers le monde se basent souvent sur les conventions des Nations Unies pour prendre des décisions et planifier le développement ultérieur de leur pays.

Un élément important à retenir en relation avec l’épidémie actuelle de Coronavirus est le fait qu’une simluation, Event 201. A Global Pandemic Exercise, a eu lieu récemment mettant en scène justement une épidémie de Coronavirus. Cette simulation, présentée par le Johns Hopkins Center for Health Security, a eu lieu le 18 octobre 2019 à New York, en collaboration avec le Forum Économique Mondial et la Foundation Bill et Melinda Gates. La simulation présentait un bilan de 65 millions de morts sur une période de 18 mois. Ces trois organisations proposent une série de recommandations pour faire face à une pandémie, basées sur une collaboration étroite entre les gouvernements, le secteur privé et les organisations internationales. Or, ici, il ne faut pas être un bien grand conspirationniste pour trouver étrange qu’une simulation mettant en scène le déclenchement d’une pandémie de Coronavirus ait été menée à peine quelques mois avant la pandémie actuelle de Covid-19. Bill et Melinda Gates ont des positions connues sur le contrôle de la population de la planète. Dans cet extrait vidéo, Alex Jones a préparé quelques extraits où l’on peut voir et entendre Bill Gates faire l’éloge du contrôle de la population. Entre autres choses, Gates présente une équation mathématique où il établit une relation entre le CO2 et la quantité d’humains sur Terre.

La façon dont nos élites pensent sera déterminante pour notre avenir. Si on revient un instant au deuxième élément présenté dans ce texte, les Pierres-Guide de Georgie, il ne faut pas être un grand devin pour comprendre qu’il y a une conspiration active contre l’humanité. Cette conspiration pourrait être l’oeuvre d’une secte ou d’une ou plusieurs sociétés secrètes. Et il y a fort à parier que les membres de cette secte ou sociétés secrètes croient, à tort ou à raison, qu’ils sont en communication avec des êtres célestes, immatériels ou extra-terrestres, et que ceux-ci leur donnent des conseils et leur procurent des technologies. Or, à en juger par la façon dont nos élites se comportent, elles qui appartiennent souvent à des sociétés secrètes, on le sait, on peut douter des intentions réelles de ces êtres non-humains, qu’ils existent ou non. Pour ceux qui croient à l’existence de tels créatures, cela donne l’impression qu’elles se servent tout simplement de nos élites pour conquérir la Terre. Elles manipulent nos élites afin de les convaincre d’exterminer la race humaine et ainsi favoriser la colonisation ultérieure du globe. Les occupations ont toutes leurs collabos et l’occupation de la Terre, de toute évidence, ne fait pas exception.

À cet égard, je me dois de rendre hommage au créateur de la série animée Goldorak, Go Nagai, et à celui de la série télé Captain Scarlet, Gerry Anderson. Ils ont été des visionnaires exemplaires car ils ont su voir avec clarté la position délicate dans laquelle l’être humain se trouvait et du combat incessant que nous devions pour rester libres. L’espèce humaine fait l’objet d’une tentative d’extermination et cela continuera tant et aussi longemps que nos élites ne changeront pas leur façon de voir les choses. Il est intéressant de noter à ce sujet que l’apparition du Covid-19 suit de quelques mois seulement la création par le Président Trump de la Force de l’Espace. La première fois que les Américains ont annoncé vouloir aller dans l’espace, au début des années soixante, une révolution de forte envergure sur le plan culturel s’en est suivie, qu’on l’appelle Peace and Love, hippie, contre-culture ou psychédélique, par laquelle la population confrontait l’autorité. Cela rappelle l’épisode biblique de la Tour de Babel: «Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres!» De toute évidence, certains gens n’apprécient pas que l’être humain essaie de quitter l’atmosphère terrestre…

Un autre aspect du problème révélé par le Coronavirus est l’impact sur la santé des êtres vivants des ondes électromagnétiques, des radiofréquences, générées par les tours de communication cellulaires, les téléphones cellulaires eux-mêmes, les systèmes Wi-Fi, etc. Ces impacts sont évidents même si nous pouvions nous en tirer plus ou moins indemnes jusqu’à maintenant. Or, quand le système 5G sera mis en place, ce sera une autre histoire. La transmission du 5G ne se fera pas à partir des tours de télécommunications traditionnelles que nous connaissons. Il se fera à partir d’antennes beaucoup plus petites qui seront installées par exemple sur les poteaux de téléphone ou d’électricité dans la cour-arrière des maisons et immeubles. Ces antennes vont émettre des radiofréquences à une puissance de 60 Ghz ce qui, selon Joe Imbriano du FullertonInformer, entraînera toutes sortes de problèmes respiratoires et beaucoup de décès, puisque c’est à cette fréquence que l’oxygène est absorbé. Selon Imbriano, les autorités blâmeront un virus quelconque affectant les fonctions respiratoires, que ce soit le Covid-19 ou un autre qui sera en vogue à ce moment-là, et s’en serviront pour forcer des vaccinations, des quarantaines ou relocatisations. On voit donc que le déploiement du 5G nous ramène exactement au même endroit que l’activisme écologique ou à celui des élites mondialisées: une guerre est menée contre l’oxygène dont le but évident est la réduction de la population mondiale.

Le dernier point que j’aimerais aborder ici est le pain béni qui est offert ici à la Chambre de Commerce. Lorsque certains pays ont annoncé devoir mettre en place des mesures concrètes pour lutter contre le Coronavirus, une période de 14 jours de fermeture a été décidée pour certaines institutions. Or, ce qui est drôle ici, ce que 14 jours, i.e. deux semaines, c’est justement la période de préavis qui est donnée lors d’un congédiement ou une démission…En d’autres termes, cette pandémie de Covid-19 fournit ici une occasion en or à beaucoup d’entreprises de procéder à des licenciements massifs ne respectant aucune règles ou normes du travail. Les employés qui ont été mis à pied «temporairement» ne le savent peut-être pas mais il y a fort à parier qu’ils ne remettront plus jamais les pieds dans l’entreprise où ils travaillaient. La plupart des petites et moyennes entreprises survivent d’un mois à l’autre et l’arrêt de leurs activités pour quelques semaines équivaut dans les faits à une fermeture définitive. Les employés qui y travaillaient ne pourront réintégrer leur emploi puisque ces entreprises n’existeront plus. Les entreprises plus chanceuses pourront peut-être réouvrir mais elles devront de toutes évidences soit se réorganiser soit ouvrir leurs portes avec un personnel réduit pour l’augmenter graduellement. Seuls les magasins grandes surfaces pourront s’en tirer correctement et la fermeture définitive des petits commerces avoisinants leur permettront de s’accaparer plus de parts de marché. Lors du crash de 2008, le gouvernement américain était venu en aide au secteur bancaire et automobile, en prenant cet argent dans les poches des payeurs de taxes. Cette fois-ci, la Maison Blanche a annoncé le 17 mars dernier un plan d’aide d’environ 1 trilliard pour venir en aide directement à la population, aux individus, et à certains secteurs de l’économie. Et aujourd’hui le 22 mars, l’Administration a annoncé une enveloppe supplémentaire qui pourrait aller jusqu’à 4 trilliards de dollars. Mais d’une manière ou d’une autre, un transfert de richesses des plus pauvres vers les plus riches se produira, comme on l’a vu en 2008. En effet, on a appris cette semaine qu’au moins quatre Sénateurs américains auraient vendu des actions quelques semaines avant que le Coronavirus ne frappe de plein fouet, ce qui donne l’impression qu’un délit d’initié a été commis. Il y a une odeur de préméditation dans toute l’affaire du Covid-19 qui est évidente. Ces quatre Sénateurs, et tous les autres qui ont obtenu des informations privilégiées et qui ont vendu leurs actions avant que les marchés ne s’effondrent, vont pouvoir racheter pour une bouchée de pain ces mêmes actions très bientôt, faisant ainsi un profit intéressant.

De toute évidence, il y a beaucoup de choses qui se passent en coulisses du Covid-19. Ma plus grande crainte c’est que, encore une fois, on se fasse avoir. Nous devons défendre la Terre, notre espèce humaine avec sa culture, sa civilisation contre les assauts des forces ténébreuses qui essaient de nous anéantir. Il n’en tient qu’à nous de lutter mais il se fait tard. Le temps commence à manquer pour les forces de la liberté. Il ne reste plus beaucoup de temps au cadran. Nous devons agir maintenant.

E. Michael Jones presents the religion of Greta Thunberg, on Red Ice TV

Conférence de presse de Maxime Bernier du 8 octobre 2019

Cette conférence de presse s’est tenue le lendemain du débat en anglais sur CBC. Je vous la présente ici pour signifier et réitérer mon appui à Maxime Bernier et au Parti Populaire du Canada lors des élections fédérales qui auront lieu le 21 octobre prochain. Je tiens à dire certaines choses ici. Tout d’abord, les sondages ne placent pas le Parti Populaire bien bien haut dans les intentions de vote des Canadiens. Ainsi, il est possible que les résultats électoraux du PPC soient plutôt modestes et ne répondent pas aux attentes des candidats et des militants du parti. Mais qu’à cela ne tienne. Bâtir un parti politique est long et ardu. Souvent, cela prend plusieurs années, voire plusieurs décennies avant que les résultats deviennent suffisamment substantiels pour permettre de prendre le pouvoir. Je suis convaincu que d’ici une vingtaine d’années, peut-être avant, le Parti Populaire du Canada sera une force politique majeure au Canada. D’ici là, Monsieur Bernier, les candidats et les militants devront être patients. L’aventure du Parti Populaire ne fait que commencer. Cette aventure mènera éventuellement à l’abolition du socialisme au Canada. La route sera difficile et parsemée d’embûches. Je m’attends donc à ce tous les membres du PPC, des bénévoles jusqu’au chef lui-même, peu importe les résultats des urnes, se retroussent les manches le 22 octobre au matin pour continuer à défendre les droits des Canadiens. Il reste tant de choses à accomplir et l’avenir s’ouvre devant nous. Bonne Fête de l’Action de grâces à tous!

Conférence de presse du Président Trump sur l’Accord de Paris

Je suis ravi que le Président Trump ait décidé de sortir de l’Accord de Paris. Bon débarras. Encore une fois, revoyons les données scientifiques de base qui permettent de comprendre comment ce qu’on appelle les «changements climatiques» est une fraude sans précedent dans l’histoire. On essaie de nous faire croire que le CO2 émis dans l’atmosphère serait responsable d’une hausse de la température à l’échelle planétaire. Or, le CO2 est un gaz. En physique et en chimie, il est admis que pour que la température monte dans un système donné, cela prend une source de chaleur ou une force quelconque qui agit sur lui. Sur cette Terre, la source de chaleur principale qui influence la température est le soleil. Chacun peut vérifier cela facilement. Selon qu’il fasse jour ou qu’il fasse nuit, selon les saisons et l’endroit où l’on se trouve sur la planète, il y a des écarts importants de température. Au centre de la Terre se trouve également du magma en fusion, qui peut être une source de chaleur supplémentaire. La Terre se trouve dans un système planétaire, qui lui se trouve dans une galaxie quelque part dans l’univers. La Terre, avec son champ magnétique, entre en interaction avec les autres corps célestes et subit les forces magnétiques et électromagnétiques que ces corps produisent. Dit simplement, le climat sur une planète est la résultante de toutes ces forces. De prétendre qu’un gaz a la capacité de faire augmenter la température à la surface d’une planète est absurde. La température immédiate ressentie dépend essentiellement du rayonnement au sol. L’augmentation des particules de CO2 dans l’atmosphère devrait par principe bloquer davantage de rayonnement solaire et donc favoriser la baisse de la température…Mais on nous dit que la température augmente! «L’effet de serre» que l’on nous vend est le contraire de la vérité. Une couche de gaz plus épaisse, plus compacte autour de la Terre diminue le rayonnement au sol et donc diminue la température globale.

Depuis que la Terre existe, il y a toujours eu des «changements climatiques», puisque les forces auxquelles la Terre était soumise ont constamment changé au cours de son histoire. Ces changements n’avaient rien à voir ni avec le pétrole ni avec le CO2. Je crois que vous avez compris que ce qui est en jeu ici, c’est l’extortion de sommes d’argent importantes que les pays occidentaux devront payer aux pays dits en «développement» pour compenser la pollution qu’ils causent. Le système des crédits de carbone est une vaste entreprise de transfert de richesse des pays développés vers les pays du Sud. En d’autres termes, on va se faire voler nos richesses par des pays et des peuples qui ne produisent pas de richesses ou qui n’en sont pas capables. Les traités internationaux sur les «changements climatiques» ne sont pas autre chose que l’établissement d’un système de bien-être social planétaire dans lequel les pays occidentaux, riches et développés vont faire des chèques à des pays qui ne font aucun effort pour se prendre en main, qui sont corrompus, qui n’encouragent pas le développement économique, etc.

Le Président Trump a pris la bonne décision. Dans sa conférence de presse, il évoque la possibilité qu’un nouvel accord puisse voir le jour, qui serait plus juste pour les États-Unis. Le problème, c’est qu’il n’y aura jamais d’accord «juste» dans le contexte d’une manipulation aussi grossière, d’un mensonge aussi flagrant où la malhonnêteté de ceux faisant la promotion d’une telle mascarade ne peut être plus claire. J’implore donc le Président de renoncer complètement à travailler sur une nouvelle entente pour se concentrer à trouver des solutions pour prendre soin de l’environnement des États-Unis par le biais par exemple de nouvelles technologies, de nouvelles techniques de productions, etc. Nos richesses nous appartiennent. Ne laissons personne nous les prendre. Je vous laisse sur la conférence de presse du Président Trump.

La campagne de Greenpeace contre Résolu: Une manoeuvre résolument mondialiste…

Le Maire Jean Tremblay de la localité de Saguenay vient de lancer une polémique qui fait ressortir un problème réel de notre économie québécoise et canadienne. C’est que les régions se meurent, lentement mais sûrement, à petit feu. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène, dont la mondialisation qui elle favorise les mégapoles interconnectées aux dépens des régions. Le résultat des courses est que ces populations régionales vivant hors-mégapoles ont beaucoup de peine à survivre. Les emplois se font de plus en plus rares, puisque le développement économique à tendance à se faire à la mégapole locale, Montréal, Toronto ou Vancouver dans le cas du Canada. Aussi, le fait que les multinationales ne cessent de délocaliser leurs productions dans des pays où la main-d’oeuvre est à bas coût (comme la Chine, le Bangladesh, l’Inde, les pays de l’Afrique du Nord, etc) accroît la difficulté des régions à obtenir de l’investissement privé puisque les grandes corporations ne sont pas intéressées à payer pour le coût réel du travail.

Depuis que le Maire Tremblay a fait sa sortie, quelques réactions se sont fait entendre, dont celle du PDG de Résolu, Richard Garneau. Or, on doit bien avouer que Monsieur Garneau n’a pas défendu sa cause avec autant d’adresse qu’il aurait pu le faire. Le stress d’être en direct à la télévision, d’avoir à répondre du tac au tac à des questions, ont peut-être fait en sorte que le résultat final n’était pas au rendez-vous. La position de blogueur que j’occupe me permet de faire des réflexions après les événements, donc en ayant eu l’occasion de réfléchir et de pondérer plusieurs éléments en ce qui concerne un problème ou une situation. Je vais donc essayer ici de présenter le problème tel qu’il se pose réellement au-delà des effets de toge qui sont inévitables de part et d’autre lorsqu’il y a un conflit.

Tout d’abord, ce qui saute aux yeux tout de suite est le fait que Résolu est un employeur important de la région du Saguenay-Lac-St-Jean. La population de cette région est assez homogène, puisque l’immigration y est assez restreinte pour le moment. La grande majorité de la population est de descendance française, blanche et catholique. Une communauté autochtone est présente dans la localité de Mashteuiatsh et il n’y a pas de communauté anglophone proprement dite. Les emplois des différentes usines de pâtes et papiers sont occupés par les habitants locaux. L’affaiblissement de l’industrie du bois et des pâtes et papiers dans la région se traduira nécessairement par la diminution de la capacité des habitants de la région de maintenir leur niveau de vie mais aussi de se reproduire et donc d’assurer leur descendance. Les Québécois sont les descendants des colons français qui sont venus ici il y a quatre cents ans. Ils ont la responsabilité d’assurer la continuité de notre espèce, de notre peuple. En ciblant Résolu, Greenpeace s’attaque directement à la possibilité pour les Jeannois et les Saguenéens de conserver leur identité et leur culture françaises. Un effondrement de l’économie locale pourrait signifier une exode massif vers les centres urbains. Or, en politique, rien n’arrive par hasard. Si les habitants du Saguenay-Lac-St-Jean quittent leur région par manque d’opportunité ou d’espoir, il est évident que les multinationales vont récupérer les terres. Il paraît que les terres agricoles y font déjà l’objet de spéculation diverses. La fermeture des papetières dans cette région du Québec risque d’accélérer la prise de contrôle des terres agricoles, commerciales et résidentielles par des intérêts étrangers. Il y a un aspect de racisme anti-blanc, je dirais, dans cette campagne menée contre Résolu qui me fatigue. Les actions de Greenpeace au Québec ont souvent lieu en province, là où la population est majoritairement blanche et francophone et où l’économie est très fragile, en d’autres termes là où les populations sont très vulnérables.

Continuer la lecture

Webster Tarpley sur le travail de John P. Holdren, conseiller scientifique du Président Obama

Obama choisit de s’entourer des pires individus, on dirait. Son administration est remplie d’individus peu recommandables. En voici un autre, John P. Holdren, qui a été nommé par Obama pour servir d’expert à la Maison Blanche sur des questions scientifiques et technologiques. Webster Tarpley a passé en revue ses travaux scientifiques, notamment ses écrits que l’on peut voir à l’écran durant la présentation. Il a découvert toute une série de références au contrôle des populations, à l’eugénisme, aux stérilisations forcées, aux avortements forcés, etc. Holdren est un environnementaliste extrémiste qui semble s’inspirer largement des théories de Darwin, Thomas Robert Malthus et autres savants de la race et de la gestion des populations. Tarpley craint que ce genre de pensée, maquillée par de nobles sentiments de protection de l’environnement, ne serve de prétexte à des génocides ou à des massacres de populations. Tarpley fait un bref retour dans l’histoire récente afin de trouver les racines de ce courant d’idées.