Pierre Jovanovic sur le dollar américain, l’or et le système monétaire

Cette entrevue avec Pierre Jovanovic est absolument délicieuse. Les phrases les plus suaves ont été rassemblées au tout début du vidéo par le média web qui a réalisé l’interview, dans le cadre de la sortie de son nouveau livre, 666. L’écrivain explique ici le destin tragique qui attend le système monétaire planétaire reposant sur le dollar américain. « Tout système qui ne repose pas sur l’or explose ». Selon lui, les Américains sont en train de voler tous les pays du monde. Notamment, ils pillent leur stock d’or. « Aucune monnaie papier n’a réussi » et ce sera également le sort du dollar américain puisque, depuis la fin du standard-or, le dollar ne repose plus sur rien. Les Américains mènent une escroquerie puisqu’ils impriment des devises à volonté alors que les autres pays du monde doivent composer avec leur manque de liquidité, ce qui les amènent à se départir de leurs actifs. La Réserve Fédérale imprimerait, selon Jovanovic, quelques 280 milliards de dollars de planche à billets tous les trimestres pour ne pas que le système s’écroule… D’autres moments forts sont à évoquer. Par exemple, il rappelle que Nicolas Sarkozy a vendu quelques six cents tonnes d’or de la France et que le but des Américains serait de voler tout le stock d’or du pays. En substance, l’or est la clé de voûte de toutes les guerres et opérations secrètes, c’est pourquoi il fait l’objet d’une attention très spéciale de tous les gouvernements. Mais c’est également pour la même raison que les médias n’en parlent jamais. L’or, c’est le nerf de la guerre puisque c’est la seule chose qui a une valeur réelle, les monnaies papier n’ayant de valeur que le papier sur lequel elles sont imprimées… L’auteur rappelle aussi la funeste loi du 3 janvier 1973 venant modifier le statut de la Banque de France, annulant ainsi la possibilité pour l’état français de pouvoir emprunter à taux zéro. En obligeant ainsi les états modernes à emprunter sur les marchés financiers, on amènent ces états à développer une dette artificielle, ex nihilo, mettant ainsi les pays et leurs populations en esclavage face aux marchés financiers, et donc à perdre leur souveraineté. Jovanovic fait aussi remarquer que ce sont surtout les pays catholiques qui sont visés par ces basses manœuvres, ce qui permet encore une fois au monde anglo-saxon de s’approprier leurs stock d’or. Du côté inusité, l’auteur vers 38:00 minutes nous rappelle que les Américains, au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, auraient forcé l’Empereur japonais à renoncer à sa divinité…Comme quoi on est jamais assez soumis…Nous allons vers une apocalypse monétaire…

Quelles sont les intentions réelles de l’Iran, selon Walid Phares

Excellente analyse de Walid Phares sur les véritables intentions de l’Iran. Alors que l’Administration Obama a jugé bon conclure une entente à-la-Chamberlain avec le régime des Ayatollahs, Phares rappelle ici certaines données fondamentales à ne pas perdre de vue pour bien comprendre toutes les implications de notre mollesse face à ce pays gouverné par des forces totalitaires. Dans un texte précédent, j’avais suggéré de joindre nos forces à la Russie. Je n’ai certes jamais suggéré de faire la même chose avec l’Iran. Ce n’est pas possible. On ne peut pas négocier avec des régimes totalitaires. On ne peut que les combattre, jusqu’à ce qu’ils s’effondrent. L’Administration Obama a commis là une erreur fondamentale, une autre, qui s’avérera fatale je le crains. Walid Phares exlique ici pourquoi.

Le documentaire « Give peace a chance »: La légitimité d’Israel expliquée par des juristes

Ce documentaire exceptionnel présente et explique les fondements juridiques relatifs au droit international de l’État d’Israël. En effet, on fait souvent référence à la résolution de l’ONU du 29 novembre 1947 pour établir la légitimité d’Israël en tant qu’état. Or, comme nous le rappelle les juristes dans ce documentaire, c’est la résolution de San Remo de 1920, signée à la Villa Devachan, qui établit cette légitimité au plan du droit international. Lors de cette rencontre historique, une délégation représentant le projet d’un foyer national juif, et une autre représentant les communautés arabes de l’ex-empire ottoman, se sont entendues pour définir les droits des deux communautés en fonction des territoires qu’elles occuperaient au proche-Orient. Suite à cette déclaration, en 1922, le Comte de Balfour place la Palestine sous mandat britannique. Cette déclaration de 1922 reconnaît les droits historiques des Juifs en Palestine. Elle crée également deux fiducies: Le Liban et la Libye sous contrôle de la France, et la Mésopotamie sous contrôle britannique. Donc, ce qu’il faut comprendre ici, c’est que les arabes ont déjà reçu leurs terres, avec les droits qui y sont rattachés, dans la partie qui se trouve à l’est du Jourdain. Les Juifs quant à eux, ont reçu les leurs du côté ouest du Jourdain. Le documentaire présente aussi quelques faits historiques importants. Entre autres, il rappelle que déjà au XIXème siècle Jérusalem comptait huit mille Juifs sur une population totale de quinze mille; qu’en 1948, après l’annexion de la Cisjordanie par la Jordanie, qui dura 19 ans, il y eut un nettoyage ethnique des Juifs de Jérusalem, que les survivants ont été contraints à l’exil et que les synagogues et écoles talmudiques ont été brûlées; et qu’en 1967, Israël a repris Jérusalem-Est. Décidément, ce documentaire est réellement incontournable pour tout ceux qui aiment l’histoire telle qu’elle s’est réellement déroulée et qui veulent combattre les mensonges des Palestiniens et leurs alliés. En complément, je vous offre également le document PDF intitulé Foundations of the International Legal Rights of the Jewish People qui fait le tour de la question.

FoundationsOfTheInternationalLegalRightsOfTheJewishPeople

Nouvelles en vrac sur Israel: Contrer la propagande haineuse contre les Juifs

© Emirsimsek | Dreamstime.com

De temps en temps, je vais vous présenter comme cela une série d’articles en vrac sur Israel et/ou les Juifs. Trop peu de nouvelles positives sont disponibles sur Israel et trop peu de médias les publient qu’il est de notre devoir, à nous les Résistants, de les propager. N’ayant pas le temps de les analyser ou de les commenter toutes, je vous laisse le soin de les lire et les étudier. Faites vos recherches, il y en a pour tous les goûts et sur tous les sujets.

Tristane Banon

Éducation Nationale et propagande anti-juive

ONG pro-palestiniennes

Aide humanitaire Gaza

Les Églises contre Israel

Terre promise et charabia chrétien

La Flotille de la Liberté et la résistance passive

Qui paye pour la Flotille?

Qui aide vraiment Gaza

Les contribuables financent le terrorisme palestinien?

Plages de Gaza

Resolution 242

École Dar al-Iman

Israel a été acquis

Pogrom Irakien

Guerre Israel-Hezbollah

Frontières de 1967

Daniel Greenberg sur la Nakba: un cirque de paumés nostalgiques d’une terre qu’ils n’ont jamais eue

© Emirsimsek | Dreamstime.com

Lisez cet excellent article de Daniel Greenberg sur la commémoration du Nakba à chaque année le 15 mai, qui est l’échec de la tentative de destruction d’Israel par des pays Arabes, entre autres l’Arabie Saoudite, l’Irak, la Syrie et l’Égypte en1948. « Imaginez si chaque année, le 8 mai, les Allemands commémoraient la défaite de l’État nazi, avec des croix gammées, des chants, des slogans antijuifs et un narratif historique faisant valoir que les Allemands expulsés de Pologne, de Tchécoslovaquie et de Hongrie étaient les vraies victimes de la II° Guerre Mondiale. » C’est le genre de manifestations auxquelles ont a droit avec la Nakba. Les Arabes de la région s’y posent alors, comme toujours, en victimes, au lieu de regarder leur responsabilité dans ce qui leur arrive. Les Nakbaïtes, comme on les appelle, se sont retirés du territoire de la Palestine — car c’est ce que la Palestine est bel et bien, un territoire et non pas un pays — à l’invitation de la Syrie et de l’Irak. Rappelons aussi, car c’est important, que durant toute la période comprise entre la fin de la Premième Guerre Mondiale et la Déclaration de 1947 des Nations Unies, la Palestine est un protectorat britannique. Il n’y a aucun pays qui n’a jamais existé correspondant à la notion d’un État palestinien, à part bien sûr la Jordanie qui a été créée à partir d’un territoire correspondant à environ 75% de la Palestine d’entre les deux guerres. Le pays de la « Palestine » donc, constitué des terres qui restaient après la création de la Jordanie, a été inventé de toutes pièces à partir de l’imaginaire des populations qui ont perdu la Première Guerre Mondiale aux mains de l’Occident et qui n’ont pu détruire Israel ensuite lors de la guerre de 1948-49, puis lors de celle de Six-Jours. Et il faut aussi mentionner que la déclaration des Nations Unies prévoyait la création de deux États, l’un Juif, l’autre Arabe, et que les pays arabes ont justement rejeté cette idée. Donc, comme les nations arabes ont perdu cette guerre, ces « réfugiés » palestiniens ont dû s’installer dans les environs, en Syrie et au Liban par exemple. Ces citoyens modèles et grands adeptes de la démocratie ont-ils fait une demande pour obtenir la citoyenneté de leur pays d’adoption, et le cas échéant, cette demande a-t-elle été refusée? La question se pose. Car l’identité imaginaire du « Palestinien » avec laquelle les Arabes de la région se saoûlent empêche ces populations de se prendre en main et d’évoluer. Les peuples arabes sont victimes de l’État Providence. On pourrait donner les exemples de l’Égypte et de la Syrie où les régimes en place ont adopté des modèles politiques comprenant des éléments typiques du socialisme…et on voit le résultat. Ces populations, comme toutes les autres ayant vécu sous l’emprise du socialisme, attendent que l’État fasse les choses à leur place. Elles attendent au lieu de travailler, de se prendre en mains et passent leur temps à se plaindre et à tout mettre sur le dos des Juifs et Israel. Prenez le temps de lire cet article, cela vaut la peine. J’ai joint deux autres articles pour enrichir votre compréhension du conflit, basée sur la réalité des faits.

nakbacide

La haine des Palestiniens envers Israel

Obama, l’ONU et l’OCI

Rachid Al-Ghannouchi du parti islamiste tunisien Ennahda annonce ses couleurs

Que doit-on penser des révoltes en Afrique du Nord? On peut en avoir une bonne idée ici. Les islamistes vont se servir de ceux qui manifestent de façon légitime pour faire avancer la cause de la démocratie, pour ensuite renverser les nouveaux gouvernements, qui seront faibles au début, et instaurer des républiques islamiques. J’ai mis en caractère gras le passage-clé. C’est pas moi qui le dit.

Ghannouchi a déclaré sur la chaîne al Jazirah: «Je salue les jeunes et les femmes de Tunisie, qui ont réussi à donner une leçon au plus grand dictateur de l’histoire tunisienne…Et en effet, Allah a concrétisé leurs espoirs. Ben Ali s’est avéré être un lâche qui s’est enfui comme une souris dans le silence de la nuit…. Il leur reste à ne pas s’accommoder de la destitution du dictateur et à renverser la dictature. Il y a encore une dictature en Tunisie. Le dirigeant est parti, mais le régime est encore en place. C’est évident dans la constitution même. … La dictature transparaît dans toute la structure étatique, conçue sur mesure pour les besoins d’un seul parti politique. En conséquence, c’est devenu un Etat mafia, un Etat policier, l’Etat d’un dictateur» .

#more-25562