François Asselineau sur les péripéties entourant le Brexit

Le processus devant mener le Royaume-Uni vers la sortie de l’Union Européenne, ce qu’on appelle plus communément le Brexit, est devenu un véritable cirque. Il est évident que les élites politiques anglaises ne veulent pas réellement que le Royaume-Uni quitte l’UE. Ils ne savent plus où donner de la tête tellement le Brexit est devenu une patate chaude et qu’ils ne savent plus comment s’en débarrasser. Le Brexit pourrait avoir lieu soit en avril soit en mai, selon les scénarios. On verra. Pour ce qui est de l’UPR de François Asselineau, le parti avait organisé une célébration à Londres pour la journée où le Brexit était censé avoir lieu, le 29 mars. Cette célébration deviendra plutôt une soirée en appui aux partisans du Brexit et servira également à souligner les 12 ans de l’UPR.

Des Gilets Jaunes prennent la parole, 4ème émission

Nous devons soutenir les Gilets Jaunes. Au péril de leur sécurité personnelle et de leurs intérêts immédiats, ils vont manifester dans les rues pour défendre la France, les Français et leurs droits. Vive la République et vive la France!

François Asselineau commente le dossier de la Catalogne et des Euro-régions

Lors de l’entretien d’actualités hebdomadaire, le Président de l’UPR commente ici un dossier vraiment chaud, celui de la situation en Catalogne. Il en profite pour dénoncer ce qui se trame réellement derrière ce simulacre de fièvre indépendantiste, à savoir le découpage de l’Europe en parties plus petites, en régions, afin de détruire les états-nations qui la composent présentement. L’oligarchie euro-atlantiste, ou plus simplement les élites mondialites, ont tout intérêt à procéder à un tel découpage, puisqu’alors les nouvelles entités politiques ainsi créées seront encore bien moins capables de résister au rouleau compresseur mondialiste avec toutes ses exigences. Le fait que la plupart des mouvements pour l’indépendance de telle ou telle région désirent demeurer dans l’Union Européenne devrait mettre la puce à l’oreille à plusieurs. Malheureusement, beaucoup de souverainistes et d’indépendantistes ont une approche sentimentale et romantique de l’indépendance, alors qu’ils devraient réfléchir avant de s’embarquer dans des galères qui ne feront qu’agraver leurs problèmes. Pour ce qui est de la Catalogne, il est évident que son ‘indépendance’ à l’intérieur de l’Union Européenne, non seulement la rendra plus vulnérable aux menaces et au chantage de Bruxelles mais, en plus, elle affaiblira sa capacité de faire face aux menaces posées par l’immigration, l’islamisation et le terrorisme. Devenir ‘indépendant’ de l’Espagne pour rester servile de l’Union Européenne, ce n’est pas devenir indépendant. C’est tout simplement faire preuve de stupidité et d’immaturité. Retrouvez le commentaire d’Asselineau sur le sujet dans les 18 premières minutes.

Entrevues avec Marine Le Pen et François Asselineau

Le Front National et l’Union Populaire Républicaine sont les deux seules formations politiques françaises à pouvoir défendre les Français dans leur lutte pour recouvrer leur liberté et leur souveraineté comme nation et comme pays. La pertinence de leurs discours et de leurs plateformes politiques éclipse totalement les vieux partis qui sont désormais discrédités et mis hors circuit. J’insiste pour que ces deux partis politiques travaillent ensemble à libérer la France et les Français. En temps de crise, tous les patriotes doivent s’unir pour défendre la patrie contre la tyrannie et le pillage des ressources, il n’y a pas d’autres solutions. L’échéance électorale de la Présidentielle de 2017 s’en vient rapidement et il n’y a pas beaucoup de temps pour assurer une victoire aux patriotes. Je nous souhaite une victoire retentissante lors de cette élection. Sinon, eh bien on la gagnera tout simplement en 2022. Les jours de l’Union Européenne sont comptés. Ce n’est qu’une question de temps avant que ce château de verre ne s’effondre. La patience demeurera notre meilleure carte.

François Asselineau commente le dossier de l’Ukraine

Asselineau rappelle ici certains faits qui doivent être entendus pour bien comprendre la situation politique en Ukraine. Les Occidentaux se font toujours un devoir de mettre l’accent sur ce qu’ils appellent « l’agression » de la Russie sur l’Ukraine par la saisie de la Crimée et par l’entrée ou la formation de troupes russes ou pro-russes dans l’est de l’Ukraine. Or, et ce n’est pas quand même pas un détail, il faut rappeler qu’il y a eu un coup d’état en Ukraine, piloté par Washington, par lequel le président élu démocratiquement, Viktor Ianoukovytch, a été viré, pour être remplacé par Arseni Iatseniouk. Une conversation interceptée entre la sous-secrétaire d’état américaine, Victoria Nuland, et l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt, le démontre très clairement. On peut entendre cette conversation à partir de 4:28 de la présente vidéo. De toute évidence, les Américains se comportent comme s’ils étaient les maîtres du monde, au mépris total des élections, de la démocratie et du droit international. Ianoukovytch avait suspendu un accord de libre-échange avec l’Union Européenne, suite à des négociations commerciales avec la Russie sur le gaz. On connaît tous la suite. Il y a eu alors ce que l’on appelé les événements du Maidan et l’installation d’un gouvernement pro-occidental à Kiev, dans lequel on retrouvera plusieurs représentants de mouvements d’extrême-droite et néo-nazis, tels Svoboda et Pravy Sektor. La Russie a saisie la Crimée et prise d’assaut la partie est de l’Ukraine en réaction à ces événements. Voilà, au-delà de la propagande, ce qui s’est passé réellement en Ukraine. Voilà les raisons profondes de la situation actuelle. Comme on peut le voir, les torts ne sont pas tous du même côté. Je joins deux articles complémentaires sur le dossier.

Épidémie de morts suspectes parmi les opposants au régime pro-UE et pro-OTAN de Kiev imposé par Washington

L’UPR appelle tous les députés à déposer une motion de censure contre le gouvernement français au sujet de son aide à l’Ukraine

Conférence de Vincent Brousseau «Sortir de l’euro: Pourquoi et comment»

Vincent Brousseau, titulaire de deux doctorats, l’un en économie et l’autre en mathématique, a travaillé à la Banque Centrale Européenne pendant quinze ans avant de se joindre à l’Union Populaire Républicaine en 2014. C’est pourquoi, lorsqu’il affirme que la France doit sortir de l’euro, il sait de quoi il parle. Durant cette excellente conférence, Brousseau fait le tour des différentes questions relatives à la situation actuelle et au scénario d’une sortie éventuelle de la zone euro. Le sujet est complexe mais on doit s’y mettre et bien se concentrer. D’entrée de jeu, il identifie de ce qu’il appelle les « arguments tétanisants », i.e. les arguments utilisés par les partisans de l’euro et de l’Union Européenne pour décourager toute critique de l’euro. En effet, ceux qui proposent une sortie de l’euro sont souvent caractérisés de « fascistes », de « nazis », de « fauteurs de guerre », d « imbéciles » ou que ce sera l’apocalypse si on abandonne l’euro, etc. Il dénonce aussi les propagandistes qui parlent de la nécessité de construire « une autre Europe », alors que ce n’est pas possible puisque tout a été prévu d’avance par les traités européens, notamment le Traité de l’Union Européenne. La seule façon d’avoir une autre Europe serait que des pays quittent l’Union Européenne en invoquant l’article 50 du traité ci-nommé. Aussi, l’euro est construit autour d’une faille. L’euro est l’union de 19 monnaies liées entre elles par un taux de change de 1 pour 1. L’euro crée des créances sur la Banque Centrale Européenne mais surtout d’abord sur les banques centrales nationales où l’euro a cours. Le processus de création de l’euro est donc réversible puisque les banques centrales nationales existent toujours. Un pays pourrait déclarer que son euro national cesse d’être échangeable 1 pour 1 avec les autres euro. Au surplus, au niveau de la croissance économique, le 30 septembre 2008 le marché monétaire interbancaire s’est interrompu. Ce marché permettait aux banques de se prêter de l’argent les unes autres. En raison de cet arrêt, les banques européennes gardent désormais leur argent au lieu de les prêter aux entreprises, ce qui fait qu’il n’y a plus aucune croissance dans la zone euro. À voir.

Deux conférences de François Asselineau de l’UPR

L’excellent François Asselineau présente ici dans la première vidéo les principaux points qui font de l’Union Populaire Républicaine une force politique considérable aujourd’hui en France. L’UPR est une des seules formations politiques françaises qui soit capable d’apporter de réelles réponses aux Français car ses représentants posent les vraies questions et font les bons diagnostics. En effet, la sortie de l’Union Européenne, l’abandon de l’Euro et la sortie de l’OTAN deviennent inéluctables pour que la France retrouve sa réelle place dans le concert des nations, comme un pays souverain, fort et décidant par elle-même de sa politique étrangère et de ses lois. Dans la deuxième vidéo, Asselineau présente ses vœux pour l’année 2015, dans la première partie. Dans la deuxième partie, il y va de ses réflexions sur le massacre de Charlie Hebdo et dénonce les manipulations médiatiques qui ont eu lieu à ce moment-là. Pour résumer, les propositions de l’UPR dresse une hiérarchie des priorités qui est essentiel pour sauver la France de la désintégration qui s’annonce et pour éviter la disparition ni plus ni moins du peuple français.

Astérix le Gaulois et la résistance

Je vous offre cet extrait de la bande dessinée Astérix. Pourquoi? Parce que cela fait du bien de voir des Gaulois, des Français, taper sur la gueule des « Romains ». L’histoire se répète. Autrefois c’était les Romains, dernièrement ça été les Nazis et maintenant, c’est l’Union Européenne avec ses sbires islamistes, socialistes et immigrationnistes, agenouillée devant Washington et les pays arabes, qui occupe la France. Une chance qu’il y a les Bretons, gavés de potion magique, pour remettre les « Romains » à leur place. À l’heure de la révolte des « bérets rouges », méditons ces images qui nous feront sûrement réaliser que le peuple français ne se soumettra jamais à quiconque. Le peuple français vaincra ou il mourra. C’est tout.