Extrait d’une entrevue avec la docteure Rima Leibow sur l’agenda de dépopulation des mondialistes

L’entrevue date de 2009. Rima Leibow expliquait ici à Jesse Ventura comment les élites planifiaient se servir du prétexte d’un virus pour dépopuler la planète à l’aide de vaccins. En début de vidéo, Alex Jones donne certaines explications sur le sujet et on le voit également à l’époque en discuter avec Jesse Ventura. Ce plan de match est en cours de réalisation maintenant avec la vaccination pour la covid-19.

Panel sur l’entente avec l’Iran

Quelques représentants du Center for Security Policy présentent ici des observations et commentaires critiques sur la pseudo-entente survenue entre les États-Unis et l’Iran concernant leur programme nucléaire. Cette « entente » n’est ni plus ni moins qu’un acte de reddition de la part de l’Administration Obama. Entre autres points importants, Kenneth Timmerman fait observer que les Russes ont offert à l’Iran voilà quelques années de leur fournir le carburant nucléaire et de reprendre celui-ci une fois utilisé. Cette offre a été refusée car les Iraniens voulaient être en mesure de contrôler le cycle complet du carburant. Dans le même ordre d’idées, les Russes ont aidé l’Iran à développer son programme nucléaire en ne tenant pas compte des applications militaires qui pourraient en découler. Aussi, les programmes nucléaires iranien et nord-coréen sont vraisemblablement conjoints depuis plusieurs années. De son côté, l’Amiral James « Ace » Lyons raconte durant son intervention que les États-Unis auraient pu détruire les bases du Hezbollah au Liban durant les années 1980 mais que le Secrétaire de la Défense de l’époque sous Ronald Reagan, Caspar Weinberger, a refusé de donner l’ordre.

Dave Emory partage quelques réflexions sur la crise en Ukraine

Beaucoup d’éléments sont à retenir dans le dossier de la crise ukrainienne. L’animateur radio Dave Emory insiste surtout sur deux aspects très importants et inquiétants du problème. Premièrement, l’économie de la Russie n’est pas une petite économie. La Russie est un pays à l’échelle d’un continent. Si l’Occident applique des sanctions contre Cuba, l’Iran ou la Corée du Nord, les conséquences seront de portée moyenne. Mais avec la Russie, c’est une autre histoire. Les sanctions contre la Russie sont catastrophiques pour l’économie russe, pour sa monnaie nationale, pour les investissements étrangers, etc. Or, une crise économique en Russie entraînera inévitablement le reste du monde dans la crise également, puisque tout est interrelié aujourd’hui. Quelles seront les conséquences d’une crise économique mondiale? Quelles seront les conséquences de l’effondrement des marchés mondiaux? Aussi, la Russie et les États-Unis possèdent tous deux des armes nucléaires. Tout le monde a pu remarquer que le niveau de tension sur la planète a considérablement monté ces dernières années, l’apparition de l’État islamique n’étant qu’un symptôme parmi tant d’autres. Qui perdra son sang-froid en premier? La question qui résume toutes les autres est celle-ci: Est-on réellement prêt, de par et d’autres, à risquer une crise économique mondiale et/ou une guerre nucléaire pour un pays — nos compatriotes ukrainiens me pardonneront ici — somme toute d’importance secondaire comme l’Ukraine? L’Ukraine, ce n’est quand même pas le Saint Empire Germanique, la France de Louis XIV ou l’Égypte des Pharaons. Il ne faut pas charrier. Il y a sûrement une solution diplomatique qui peut être trouvée, satisfaisante et pour les États-Unis et pour la Russie. Quand cette solution sera trouvée, pour ce qui est du régime de Kiev et des rebelles pro-russes, ils n’auront qu’à prendre leur pilule et faire avec. Le monde a d’autres chats à fouetter. Il n’en tient maintenant qu’aux leaders politiques en présence de faire ce qu’il faut pour s’assurer que l’on ne commette pas l’irréparable. Voici donc l’article de l’émission et le ficher audio:

FTR #833 Shooting Ourselves in the Foot in Ukraine (Habsburg Redux)

L’Irak aurait eu, finalement, des armes de destruction massive…

Addendum du 24 octobre 2014: Après en avoir appris un peu plus sur le sujet, il appert que la censure a pu provenir de l’Administration américaine et/ou de la presse elle-même. Bref, il est de moins en moins clair qui de l’Armée américaine, de l’Administration ou de la presse, ou d’une combinaison de ces trois institutions, a pu être à la source du problème dont il est question ici. À suivre. 

Le New York Times vient de publier un article dans lequel il affirme selon des sources de l’Armée américaine que près de 5000 pièces d’armes de destruction massive auraient été trouvées par les troupes américaines en Irak, de 2004 à 2011. Un document de l’Armée américaine récemment partiellement déclassifié confirme cette affirmation. On se souvient tous de l’embarras dans lequel s’est trouvé l’Administration Bush lorsque la presse a fait état que nulle arme chimique n’avait été trouvée en Irak. Cela n’est pas vraiment clair mais il appert que l’Armée américaine aurait censuré cette information pour des raisons inconnues, laissant le public américain sous la fausse impression qu’on leur aurait menti pour justifier une guerre en Irak. C’est difficile à imaginer mais enfin. Je vous propose dans l’ordre une entrevue vidéo de Frank Gaffney avec Douglas Feith, des entrevues radio avec Fred Fleitz (au deuxième segment) et Pete Hoekstra (au premier segment) sur le sujet, ainsi que l’article du New York Times et le rapport partiellement déclassifié qu’ils ont également publié.

Fred Fleitz sur Secure Freedom Radio

Pete Hoekstra sur Secure Freedom Radio

The Secret Casualties of Iraq’s Abandoned Chemical Weapons

U.S. Intelligence Documents on Chemical Weapons Found in Iraq

Quelles sont les intentions réelles de l’Iran, selon Clare Lopez

Cette conférence fait suite à celle du docteur Walid Phares. Elle a eu lieu lors du même événement. Excellente présentation ici des « vraies affaires » concernant le programme nucléaire iranien. Preuves à l’appui, que ce soient des photos de satellites, des rapports d’agents infiltrateurs sur le terrain ou de d’autres types de renseignements, Clare Lopez documente ici les données fondamentales à retenir et à comprendre pour jauger la menace iranienne. Notamment, elle fait référence au Traité d’Hudaybiyya, conclu par Mahomet avec les tribus païennes Quraysh de La Mecque en 628. Deux ans après cette « entente de paix », Mahomet avait assez de soldats pour prendre La Mecque, ce qu’il fit. Les Iraniens présentement parlent de façon explicite et publique de l’Entente Intérimaire Internationale en donnant en exemple le Traité d’Hudaybiyya. Toute une leçon pour ceux qui sont assez naïfs pour croire à ce genre d’ententes, de type à-la-Chamberlain ou à-la-Yalta. Il y a fort à parier que l’on recevra une de leurs bombes sur la tête, à moins que le cap ne soit changé au plus vite. À voir absolument.

Quelles sont les intentions réelles de l’Iran, selon Walid Phares

Excellente analyse de Walid Phares sur les véritables intentions de l’Iran. Alors que l’Administration Obama a jugé bon conclure une entente à-la-Chamberlain avec le régime des Ayatollahs, Phares rappelle ici certaines données fondamentales à ne pas perdre de vue pour bien comprendre toutes les implications de notre mollesse face à ce pays gouverné par des forces totalitaires. Dans un texte précédent, j’avais suggéré de joindre nos forces à la Russie. Je n’ai certes jamais suggéré de faire la même chose avec l’Iran. Ce n’est pas possible. On ne peut pas négocier avec des régimes totalitaires. On ne peut que les combattre, jusqu’à ce qu’ils s’effondrent. L’Administration Obama a commis là une erreur fondamentale, une autre, qui s’avérera fatale je le crains. Walid Phares exlique ici pourquoi.

Aldo Sterone: La France arnaquée à la bombe A iranienne

Aldo Sterone apporte ici un élément très intéressant. Selon ses dires, on voit maintenant apparaître des voitures américaines en Iran. Or, ce sont justement les Américains qui avaient convaincu la France de retirer Peugeot du marché iranien, dans le cadre des sanctions économiques contre l’Iran. Comme le dit Sterone, on dirait que les Français se sont fait avoir, encore une fois. Combien d’arnaques le monde anglo-saxon va-t-il encore sortir pour flouer le monde français?

(Addendum du 24 janvier 2014): Le Parti Baas, présent en Iraq et en Syrie, semble avoir été influencé par le modèle français, en ce qui regarde notamment la notion de laïcité. Or, l’Irak a été attaqué directement en 2003 par les États-Unis et la Syrie est attaquée, indirectement, depuis maintenant plus d’un an par des groupes djihadistes proches de l’Arabie Saoudite et du Qatar, soutenus en sous-main par les États-Unis. Question: cherche-t-on ici à éradiquer le modèle français?