L’Occident sous occupation, neuvième chapitre: Le Covid-19 et l’attaque contre l’espèce humaine…

Lorsque quelque chose est réellement important et vrai, les grands médias ont l’habitude de ne jamais en parler et à l’inverse, lorsqu’il s’agit d’un mensonge flagrant, ils en parlent constamment. Cette règle générale devrait nous alerter immédiatement sur ce qui se passe ici avec le Covid-19. Les médias en parlent 24hrs/24 et comme ils ont l’habitude de se tromper sur tout, il n’y vraiment aucune raison de les croire davantage sur ce sujet. Il y a de toute évidence anguille sous roche. Dans ce texte, je vais analyser certains éléments qui me font penser que la pandémie du Covid-19 est en fait une arnaque, une autre, afin de faire toute une série de gains politiques, économiques, etc, à nos dépens.

Le premier élément, évident, qui saute aux yeux, est que la panique qui s’est installée sur la planète actuellement vient de complètement détruire la remontée économique que les États-Unis avait réussi à accomplir vis à vis de la Chine. Les États-Unis avait clairement gagné la guerre commerciale contre la Chine et celle-ci était en déclin. Mais maintenant, les fermetures d’entreprises et l’arrêt de l’activité économique ont fait évaporer la splendide croissance américaine, ce qui permettra à la Chine de revenir en force éventuellement. Aussi, dans la même veine, l’arrivée soudaine de cette maladie qui a pour effet de détruire l’économie américaine tombe bien pour les Démocrates, puisqu’il y aura une élection présidentielle en 2020. Le ralentissement économique que nous vivons présentement permettra au candidat Démocrate de faire meilleure figure face à Trump et d’avoir quelque chose à dire en fait. Pour les Démocrates, le Covid-19, c’est du pain béni, parce que cela leur donne un espace de parole et d’action qui aurait été inexistant sans cela. En effet, leurs candidats à la Présidentielle sont faibles et inintéressants, rivalisant d’incompétence et de superficialité.

Regardons maintenant certains faits qui sont révélateurs pour notre étude. Tout d’abord, je me dois de mentionner l’existence d’une structure mégalithique aux États-Unis, dans l’État de la Georgie, nommée Georgia Guidestones, donc les Pierres-Guide de Georgie, en français. Ce monument a été érigé par une compagnie de construction mandatée par un groupe anonyme. Le monument est constitué de cinq plaques de granite sur lesquelles est inscrit une liste de dix commandements, et ce en huit langues modernes n’incluant pas le français. Une pierre de couronnement présente du texte en quatres langues anciennes, le cunéiforme babylonien, le grec classique, le sanskrit et des hiéroglyphes égyptiens. De ces dix commandements, le premier ressort du lot de façon flagrante: garder la population sous la barre des 500 millions d’habitants. Le dixième message ou commandement exhorte les humains à en pas être un «cancer» pour la planète et à laisser de la place à la nature. On comprend donc que le groupe qui a commandité la construction de cette structure désire contrôler la population du globe. Le fait qu’il utilise le terme de «cancer» pour décrire l’espèce humaine en dit long sur la perception qu’il a de celle-ci. Or, pour être capable de réduire la population mondiale de quelque 7,6 milliards actuellement à plus ou moins 500 millions requerrait des moyens passablement draconiens comme des guerres nucléaires, épidémies mortelles, désastres naturels, cataclysmes planétaires, chutes d’astéroïdes, etc. Sinon, le groupe risque de ne jamais pouvoir réaliser son but. Pour une organisation de ce genre, la création de maladies contagieuses en laboratoire est certainement quelque chose de très intéressant à contempler d’un point de vue stratégique.

Pour ce qui est de l’utilisation du terme de «cancer» par le groupe qui a commandé la construction des Pierres-Guide de Georgie, il renvoit directement au mouvement écologique actuel. Combien de fois n’a-t-on pas vu des militants écologistes avoir plus de considération pour la forêt, les animaux ou les insectes que pour les êtres humains. Ils sont prêts à mourir pour sauver quelques baleines, criquets ou pissenlits mais ils demeurent complètement indifférents à leurs frères et soeurs de l’espèce humaine qui souffrent et qui sont dans le besoin.

À cet égard, il est pertinent de relever l’élément de propagande de prédilection des écologistes comme quoi le CO2 serait un gaz à effet de serre. C’est un mensonge évidemment absolument flagrant. Pour que la température augmente dans un système, cela prend une source de chaleur. Dans le cas de la Terre, la principale source de chaleur est évidemment le soleil. Aussitôt que la Terre s’éloigne du soleil ou que l’on s’éloigne de l’équateur terrestre, la température tombe et ce sans égard à la quantité de CO2 qu’il y a dans l’atmosphère, et remonte ensuite quand la Terre se rapproche du soleil ou que l’on se rapproche de l’équateur. Le discours sur le CO2 présenté par les militants écologistes est absolument révélateur du drame qui se joue présentement contre l’humanité. Les militants écologistes prétendent que la présence de CO2 dans l’atmosphère fait augmenter les températures, ce qui est un mensonge évident. Et pourquoi mentirait-on sur ce sujet? Pour une raison simple qui est toute logique. Le CO2 joue un rôle de premier plan dans le processus de photosynthèse. Sans rentrer dans les technicalités scientifiques, en gros, les plantes absorbent le CO2 qui est émis par les organismes qui en produisent, comme les humains par exemple, et à l’aide de l’énergie solaire, le transforment en oxygène respirable de nouveau par ces mêmes organismes. D’autres molécules comme l’eau et le glucide sont impliqués dans le processus mais c’est n’est pas le point essentiel ici. Le point essentiel, c’est que la présence du CO2 dans l’atmosphère est essentielle pour que le niveau d’oxygène respirable sur Terre reste constant et suffisant et donc favorise la survie des différentes espèces qui y vivent, dont l’être humain. Les espèces vivantes, dont l’être humain, ont besoin que les plantes absorbent le CO2 et les plantes ont besoin que les espèces vivantes, dont l’être humain, en émettent. Comme les écologistes veulent imposer aux nations du monde qu’elles baissent leurs niveaux d’émissions de CO2, cela aura comme conséquence de faire baisser également la quantité d’oxygène respirable dans l’atmosphère par les organismes vivants.

Or, ce qui est vraiment intéressant pour notre sujet ici, le Covid-19, c’est que dans les symptômes qui sont rapportés par les autorités médicales, on retrouve justement la respiration courte…En effet, le Coronavirus ou Covid-19 est un virus qui fait parti de la même famille que le SRAS, le Syndrome Respiratoire Aigü Sévère. Un des symptômes du Covid-19 est donc d’avoir une capacité réduite à respirer en terme de quantité. Ne trouvez-vous pas que c’est parfaitement cohérent? On voit ici l’apparition d’une nouvelle maladie qui correspond aux idéaux à la fois de ceux qui ont fait construire les Pierres-Guide de Georgie mais aussi des écologistes. Les premiers veulent réduire la population mondiale et les seconds veulent réduire la quantité de CO2 dans l’atmosphère. De toute évidence, ces deux éléments sont complémentaires. Si la quantité de CO2 dans l’atmosphère diminue, l’oxygène disponible diminuera en proportion, ce qui favorisera la baisse du nombre d’individus de chaque espèce respirant de l’oxygène.

Un autre acteur important dans ce dossier est évidemment les Nations Unies et leurs organismes. Les positions des Nations Unies sont bien connues en matière d’environnement. En effet, les Nations Unies endossent complètement le discours selon lequel le CO2 est responsable de la montée des températures à la surface du globe et des changements climatiques. Depuis 1972, les Nations Unies organisent des conférences appelées Sommets de la Terre pendant lesquelles les pays discutent de la mise en place de politiques favorisant le développemet durable, la répartition des richesses, le droit au développement et la lutte contre la pauvreté, entre autres. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques adoptée au Sommet de la Terre de Rio en 1992 a été un moment important de ce processus. Un plan d’action nommé Agenda 21 a été adopté pour mettre en place ces politiques et les décideurs publics à travers le monde se basent souvent sur les conventions des Nations Unies pour prendre des décisions et planifier le développement ultérieur de leur pays.

Un élément important à retenir en relation avec l’épidémie actuelle de Coronavirus est le fait qu’une simluation, Event 201. A Global Pandemic Exercise, a eu lieu récemment mettant en scène justement une épidémie de Coronavirus. Cette simulation, présentée par le Johns Hopkins Center for Health Security, a eu lieu le 18 octobre 2019 à New York, en collaboration avec le Forum Économique Mondial et la Foundation Bill et Melinda Gates. La simulation présentait un bilan de 65 millions de morts sur une période de 18 mois. Ces trois organisations proposent une série de recommandations pour faire face à une pandémie, basées sur une collaboration étroite entre les gouvernements, le secteur privé et les organisations internationales. Or, ici, il ne faut pas être un bien grand conspirationniste pour trouver étrange qu’une simulation mettant en scène le déclenchement d’une pandémie de Coronavirus ait été menée à peine quelques mois avant la pandémie actuelle de Covid-19. Bill et Melinda Gates ont des positions connues sur le contrôle de la population de la planète. Dans cet extrait vidéo, Alex Jones a préparé quelques extraits où l’on peut voir et entendre Bill Gates faire l’éloge du contrôle de la population. Entre autres choses, Gates présente une équation mathématique où il établit une relation entre le CO2 et la quantité d’humains sur Terre.

La façon dont nos élites pensent sera déterminante pour notre avenir. Si on revient un instant au deuxième élément présenté dans ce texte, les Pierres-Guide de Georgie, il ne faut pas être un grand devin pour comprendre qu’il y a une conspiration active contre l’humanité. Cette conspiration pourrait être l’oeuvre d’une secte ou d’une ou plusieurs sociétés secrètes. Et il y a fort à parier que les membres de cette secte ou sociétés secrètes croient, à tort ou à raison, qu’ils sont en communication avec des êtres célestes, immatériels ou extra-terrestres, et que ceux-ci leur donnent des conseils et leur procurent des technologies. Or, à en juger par la façon dont nos élites se comportent, elles qui appartiennent souvent à des sociétés secrètes, on le sait, on peut douter des intentions réelles de ces êtres non-humains, qu’ils existent ou non. Pour ceux qui croient à l’existence de tels créatures, cela donne l’impression qu’elles se servent tout simplement de nos élites pour conquérir la Terre. Elles manipulent nos élites afin de les convaincre d’exterminer la race humaine et ainsi favoriser la colonisation ultérieure du globe. Les occupations ont toutes leurs collabos et l’occupation de la Terre, de toute évidence, ne fait pas exception.

À cet égard, je me dois de rendre hommage au créateur de la série animée Goldorak, Go Nagai, et à celui de la série télé Captain Scarlet, Gerry Anderson. Ils ont été des visionnaires exemplaires car ils ont su voir avec clarté la position délicate dans laquelle l’être humain se trouvait et du combat incessant que nous devions pour rester libres. L’espèce humaine fait l’objet d’une tentative d’extermination et cela continuera tant et aussi longemps que nos élites ne changeront pas leur façon de voir les choses. Il est intéressant de noter à ce sujet que l’apparition du Covid-19 suit de quelques mois seulement la création par le Président Trump de la Force de l’Espace. La première fois que les Américains ont annoncé vouloir aller dans l’espace, au début des années soixante, une révolution de forte envergure sur le plan culturel s’en est suivie, qu’on l’appelle Peace and Love, hippie, contre-culture ou psychédélique, par laquelle la population confrontait l’autorité. Cela rappelle l’épisode biblique de la Tour de Babel: «Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres!» De toute évidence, certains gens n’apprécient pas que l’être humain essaie de quitter l’atmosphère terrestre…

Un autre aspect du problème révélé par le Coronavirus est l’impact sur la santé des êtres vivants des ondes électromagnétiques, des radiofréquences, générées par les tours de communication cellulaires, les téléphones cellulaires eux-mêmes, les systèmes Wi-Fi, etc. Ces impacts sont évidents même si nous pouvions nous en tirer plus ou moins indemnes jusqu’à maintenant. Or, quand le système 5G sera mis en place, ce sera une autre histoire. La transmission du 5G ne se fera pas à partir des tours de télécommunications traditionnelles que nous connaissons. Il se fera à partir d’antennes beaucoup plus petites qui seront installées par exemple sur les poteaux de téléphone ou d’électricité dans la cour-arrière des maisons et immeubles. Ces antennes vont émettre des radiofréquences à une puissance de 60 Ghz ce qui, selon Joe Imbriano du FullertonInformer, entraînera toutes sortes de problèmes respiratoires et beaucoup de décès, puisque c’est à cette fréquence que l’oxygène est absorbé. Selon Imbriano, les autorités blâmeront un virus quelconque affectant les fonctions respiratoires, que ce soit le Covid-19 ou un autre qui sera en vogue à ce moment-là, et s’en serviront pour forcer des vaccinations, des quarantaines ou relocatisations. On voit donc que le déploiement du 5G nous ramène exactement au même endroit que l’activisme écologique ou à celui des élites mondialisées: une guerre est menée contre l’oxygène dont le but évident est la réduction de la population mondiale.

Le dernier point que j’aimerais aborder ici est le pain béni qui est offert ici à la Chambre de Commerce. Lorsque certains pays ont annoncé devoir mettre en place des mesures concrètes pour lutter contre le Coronavirus, une période de 14 jours de fermeture a été décidée pour certaines institutions. Or, ce qui est drôle ici, ce que 14 jours, i.e. deux semaines, c’est justement la période de préavis qui est donnée lors d’un congédiement ou une démission…En d’autres termes, cette pandémie de Covid-19 fournit ici une occasion en or à beaucoup d’entreprises de procéder à des licenciements massifs ne respectant aucune règles ou normes du travail. Les employés qui ont été mis à pied «temporairement» ne le savent peut-être pas mais il y a fort à parier qu’ils ne remettront plus jamais les pieds dans l’entreprise où ils travaillaient. La plupart des petites et moyennes entreprises survivent d’un mois à l’autre et l’arrêt de leurs activités pour quelques semaines équivaut dans les faits à une fermeture définitive. Les employés qui y travaillaient ne pourront réintégrer leur emploi puisque ces entreprises n’existeront plus. Les entreprises plus chanceuses pourront peut-être réouvrir mais elles devront de toutes évidences soit se réorganiser soit ouvrir leurs portes avec un personnel réduit pour l’augmenter graduellement. Seuls les magasins grandes surfaces pourront s’en tirer correctement et la fermeture définitive des petits commerces avoisinants leur permettront de s’accaparer plus de parts de marché. Lors du crash de 2008, le gouvernement américain était venu en aide au secteur bancaire et automobile, en prenant cet argent dans les poches des payeurs de taxes. Cette fois-ci, la Maison Blanche a annoncé le 17 mars dernier un plan d’aide d’environ 1 trilliard pour venir en aide directement à la population, aux individus, et à certains secteurs de l’économie. Et aujourd’hui le 22 mars, l’Administration a annoncé une enveloppe supplémentaire qui pourrait aller jusqu’à 4 trilliards de dollars. Mais d’une manière ou d’une autre, un transfert de richesses des plus pauvres vers les plus riches se produira, comme on l’a vu en 2008. En effet, on a appris cette semaine qu’au moins quatre Sénateurs américains auraient vendu des actions quelques semaines avant que le Coronavirus ne frappe de plein fouet, ce qui donne l’impression qu’un délit d’initié a été commis. Il y a une odeur de préméditation dans toute l’affaire du Covid-19 qui est évidente. Ces quatre Sénateurs, et tous les autres qui ont obtenu des informations privilégiées et qui ont vendu leurs actions avant que les marchés ne s’effondrent, vont pouvoir racheter pour une bouchée de pain ces mêmes actions très bientôt, faisant ainsi un profit intéressant.

De toute évidence, il y a beaucoup de choses qui se passent en coulisses du Covid-19. Ma plus grande crainte c’est que, encore une fois, on se fasse avoir. Nous devons défendre la Terre, notre espèce humaine avec sa culture, sa civilisation contre les assauts des forces ténébreuses qui essaient de nous anéantir. Il n’en tient qu’à nous de lutter mais il se fait tard. Le temps commence à manquer pour les forces de la liberté. Il ne reste plus beaucoup de temps au cadran. Nous devons agir maintenant.

L’aide médicale à mourir: Un jour triste pour le Québec…

L’Assemblée Nationale du Québec a adopté une loi en juin 2014 légalisant l’euthanasie pour les personnes malades. Cette loi prévoit un accompagnement à mourir pour les personnes qui en font la demande dans les cas où la maladie est incurable et irréversible dans le but d’alléger ou de mettre fin à leurs souffrances. La Chambre des Communes du Canada a adopté une loi similaire en juin 2016.

Je n’ai jamais été en faveur d’une telle loi. Je trouve ça absolument odieux que l’on considère même la possibibilité de faire cela au lieu de prodiguer des soins de santé de qualité. La population n’a jamais été consultée sur ce sujet, pas plus que sur d’autres sujets importants comme l’immigration ou la présence des musulmans sur notre territoire. Que voulez-vous, quand quelque chose est important, les gouvernements se sacrent complètement de ce que la population pense. Deux articles de journaux de l’époque sont révélateurs des circonstances dans lesquelles la loi a été adoptée. On y apprend que les députés de la CAQ, du Parti Québécois et de Québec Solidaire ont voté en faveur de la loi de façon unanime. Seuls des députés du Parti Libéral, 22 au total, ont voté contre. La plus sensée, Christine St-Pierre, avait parlé d’un jour «triste» pour le Québec et que maintenant, les médecins auraient le pouvoir de «tuer», avait-elle déclaré. Elle avait bien raison car c’est exactement ça, la «loi sur les soins en fin de vie». La marraine du projet de loi, Véronique Hivon, du Parti Québécois, avait parlé d’un «immense sentiment de gratitude». Son sourire, à l’Assemblée Nationale, au moment de l’adoption de la loi, en disait long. Ce sourire contrastait avec la tristesse de Christine St-Pierre.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet et laissons la propagande de l’état québécois de côté. À moins d’être complètement idiot, tout le monde a compris que le véritable but de cette loi est, non pas d’alléger les souffrances des personnes malades, mais bel et bien plutôt de faire des économies sur le budget de la santé du Québec. Les coûts en santé ont explosé dans les dernières années, pour toutes sortes de raisons, et en plus, la population est vieillissante. Le Ministère de la santé représente une part importante du budget du Québec et on comprend que les fonctionnaires du ministère cherchent à faire des économies. Mais de faire cela sur le dos des personnes malades est absolument odieux et le fait que ces dernières aient «choisi» et donné leur «consentement» est de la rhétorique pour masquer le réel. La réalité, c’est qu’il n’y a pas de soins de santé de qualité disponibles pour ces personnes. Ils ont le choix entre souffrir ou mourir.

On peut se demander d’ailleurs si le gouvernement du Québec, par l’adoption de cette loi, n’a pas mis en place les conditions pour que les personnes malades demandent l’aide médicale à mourir. Si vous êtes allés à l’hôpital dernièrement, vous avez vu combien le personnel médical est débordé et exténué. Les salles d’attentes sont bondées et les ressources du système sont étirées au maximum. Lorsqu’ils voient un patient, ils n’ont pas beaucoup de temps à lui consacrer. Or, en sachant que l’état du Québec a légalisé l’euthanasie pour les personnes malades, quelle peut bien être la motivation du personnel soignant à faire quoi que ce soit pour les aider? Par l’adoption de cette loi, l’état du Québec a signalé au personnel soignant qu’il n’était plus intéressé à payer pour prodiguer les soins de santé à ces personnes et qu’il était même favorable à leur décès. Ça envoit le signal au personnel soignant d’en faire le moins possible pour ces personnes et qu’ils ne risquent pas de poursuites judiciaires puisque c’est légal maintenant de procéder à des euthanasies sur des personnes malades.

Et cela pose toute la question de soins qui sont prodigués. Les euthanasies pratiquées permettant de faire des économies sur la budget de la santé, on peut se demander jusqu’à quel point on encourage pas le personnel médical à faire des diagnostics et à donner de la médication qui ne sont pas adéquats. Je vais donner un exemple pour que cela soit facile à comprendre. Disons qu’un médecin, stimulé par des fonctionnaires du Ministère de la santé, pourrait par exemple faire un faux diagnostic de cancer à quelqu’un qui est malade mais qui autrement se porte assez bien, de façon à l’amener à accepter un traitement, comme la chimiothérapie par exemple, qui va le tuer à petit feu. Il est évident qu’à terme, ce malade va demander l’aide médicale à mourir, n’est-ce pas? Vous voyez dans quel genre de situations on est rendu. De façon à augmenter le nombre de personnes qui demandent l’aide médicale à mourir, des membres du corps médical peuvent très bien mettre en place les conditions pour que les soins médicaux soient inadéquats ou débilitants. Et ils peuvent faire cela de leur propre chef ou sous la suggestion, la pression ou la menace de fonctionnaires du Ministère de la Santé qui cherchent à faire des économies. Et en passant, ce serait intéressant de faire une audit sur les sommes qui sont ainsi récupérées. Où va l’argent attribué à ces personnes sur le budget de la santé après leur décès?

Et qui bénéficie de cet état de chose? On doit se poser cette question. Évidemment, le lobby musulman, qui cherche par tous les moyens à faire des victimes chez les infidèles et à s’approprier leurs richesses, partout où ils sont sur la planète. Le lobby immigrationniste, qui cherchent à procurer aux immigrants, migrants et réfugiés la plus grande accessibilité possible aux soins de santé. Et finalement, aux différentes organisations criminelles, qui voient dans le budget de la santé une manne infinie à voler, ponctionner, siphonner, vampiriser, etc. Le cas des Italiens de Montréal est certainement très indicateur dans ce domaine. Alors que les Canadiens-français pour la plupart ont de la difficulté à joindre les deux bouts, ils peinent à se payer un loyer sur l’Île de Montréal, les prix ayant flambé dans les dernières années. Les Italiens, eux, ont de grosses maisons cossues à Rivière-des-Prairies et ailleurs. Ils n’ont pas de problèmes à obtenir du financement et leurs entreprises sont florissantes. Au niveau professionnel, ils trouvent facilement du travail, se voient offrir des postes intéressants et des promotions rapidement. On les retrouve souvent dans des postes importants au sein de grandes institutions du Québec. Ils sont aussi surreprésentés dans l’industrie de la musique, du film et du divertissement.

À ce sujet, je vais vous faire une confidence. Cela fait environ vingt-cinq ans que je réside à Montréal. Vous savez sans doute qu’ici, il y a beaucoup d’itinérants, sur les rues commerciales, dans le métro notamment. Eh bien en vingt-cinq ans, je n’ai jamais vu, même pas une seule fois, un itinérant qui était latino-américain ou arabe au niveau ethnique. La grande majorité des itinérants sont des Canadiens-français. À l’occasion, on peut aussi apercevoir un Canadien-anglais ou un Noir, un Asiatique ou un Amérindien. Mais jamais de Latinos ou d’Arabes. D’après-vous, qui se fait voler ici? Vivre à Montrèal, c’est vivre dans une ville où les Canadiens-anglais, les Italiens et les Juifs s’en tirent beaucoup mieux que les Canadiens-français et où les immigrants se voient offrir des opportunités qui sont souvent refusées aux Canadiens-français. Autrement dit, les Québécois, ceux que l’on appelait les Canadiens-français avant, se font voler leurs richesses par des gens qui ne sont pas des descendants des colons français qui ont fondé et développé l’Amérique française. C’est dans ce contexte que l’aide médicale à mourir a vu le jour. On coupe les soins médicaux à des Canadiens-français qui sont malades pour pouvoir les offrir à des immigrants, des migrants ou des réfugiés. Et pendant ce temps-là, les musulmans continuent à islamiser tranquillement le pays et les Italiens font de bonnes affaires.

L’attitude de la CAQ dans le dossier révèle que le parti, contrairement à sa prétention, n’est pas un parti nationaliste. Un vrai parti nationaliste aurait aboli cette loi odieuse. Non seulement, ils ne l’ont pas aboli mais ils ont même parlé dernièrement de l’élargir aux personnes ayant des problèmes de santé mentale sévères. La CAQ, si elle était un vrai parti nationaliste aurait aussi, dès son entrée au pouvoir, fait adopter une loi favorisant la reproduction des Canadiens-français. Mais que voulez-vous. Les politiciens québécois en grande majorité sont des socialistes. Cela ne les intéresse pas de s’occuper des membres de leur tribu. Voyez-vous, les socialistes ont inversé la morale chrétienne. L’évangile suggère d’aimer son prochain. Le prochain, c’est la personne âgée, malade de sa communauté, l’itinérant du centre-ville, le drogué ou l’alcoolique du coin. Mais les socialistes en ont rien à foutre de ces gens. Les socialistes aiment plutôt l’étranger, le lointain. C’est pourquoi ils font venir des immigrants, de réfugiés, des migrants en quantité industrielle et qu’ils les couvrent d’argent et de services, et ce pour le plus grand plaisir de la Chambre de Commerce qui peut les utiliser comme main-d’oeuvre à bon marché.

Il y a peu de chance pour que je continue à appuyer la CAQ, à moins d’un changement de cap radical. Le parti est de toute évidence complètement en phase avec les volontés de la Chambre de Commerce. Celle-ci désire toujours de plus en plus d’immigration, pour remplacer la population de souche vieillissante. La loi sur les soins en fin de vie est une trahison complète et totale de notre peuple, les Canadiens-français, puisqu’elle favorise l’euthanasie de nos frères et soeurs. C’est une loi génocidaire. Quiconque ne s’y oppose pas collabore à ce génocide. J’en appelle à la mémoire de nos ancêtres pour que nous nous débarrassions des forces d’occupation qui ont rendu possible une telle trahison.