Le Ministère de la santé d’Espagne a officiellement reconnu ne pas posséder de culture ou d’isolat du virus SARS-CoV-2


Diffusion d’urgence, deuxième partie/Emergency Broadcast, part 2

Mis en avant

Mike Adams s’entretient avec les docteurs Tow Cowan et Andrew Kaufman sur la théorie des germes

Ne manquez pas cette excellente entrevue avec les docteurs Tom Cowan et Andrew Kaufman. Mike Adams de Naturalnews.com les reçoit. L’entrevue démarre avec la question de l’existence matérielle du SARS-CoV-2 qui est le virus sensé causer la covid-19. Aucun laboratoire dans le monde n’en possède un échantillon isolé, ce qui fait que le matériel de référence du virus n’est pas disponible pour les chercheurs et scientifiques. Les docteurs Cowan et Kaufman, ainsi que Mike Adams, en concluent que le virus SARS-CoV-2 n’existe pas. À partir de ce constat, Mike Adams amène ses invités à regarder la question plus large de la théorie des germes, ainsi que de l’idéologie dominant les «sciences», si on peut les appeler ainsi, de la virologie et de l’épidémiologie. La théorie des germes apparaît comme un ensemble de superstitions animistes n’ayant rien de scientifiques. L’obsession de l’establishment scientifique en virologie et en épidémiologie à imposer la théorie des germes comme seul modèle explicatif des maladies amène la civilisation humaine vers un cul-de-sac et la «pandémie» de covid-19 en est une illustration ciglante. On pourrait résumer cette obsession avec la phrase suivante: seul les virus causent les maladies et seuls les vaccins peuvent y remédier. Ce genre de croyance non-scientifique impose une chappe de plomb sur la recherche des causes et des remèdes aux maladies bénéficiant à une poignée de géants pharmaceutiques et ce au détriment de la communauté scientifique et des populations de la planète. Nous devons nous libérer de ce mauvais sort qui a été jeté sur l’espèce humaine et nous réapproprier notre souveraineté médicale. Nos corps et nos esprits nous appartiennent. Ne laissons pas une élite financière, médicale et occulte complètement psychopathe nous en départir. À VOIR ABSOLUMENT.

Tim Truth cherche un centre de depistage pour la covid-19 capable de dépister le variant Delta…

Tim Truth s’est transformé en détective privé afin de voir si, par hasard, les centres de dépistage de la covid-19 de son secteur seraient en mesure de dépister spécifiquement le variant Delta. Il n’a pas eu beaucoup de chances lors de ses appels téléphoniques. C’est vraiment drôle quand on y pense. Quelle curieuse coïncidence qu’il n’a pas pu trouver un seul centre capable de faire cela…

Réinformation du 4 août 2021 sur Lux Média: Patrick King livre un subpoena à la direction de la santé publique de l’Alberta

Cette émission contient un extrait d’une entrevue avec Patrick King, qui a reçu une contravention en lien avec les mesures sanitaires. Monsieur King a demandé au juge, lors de l’audience, de lui permettre de soumettre un subpoena à la directrice de la santé publique de l’Alberta, Deena Hinshaw. Patrick King voulait que la direction de la santé publique de l’Alberta fournisse la preuve matérielle que le SARS-CoV-2 existe bel et bien. La direction de la santé publique n’a pas pu fournir cette preuve. Cette cause servira sûrement de précédent pour les constestations de l’ensemble des contraventions servies dans le cadre de la pandémie de covid-19, et ce partout dans le monde. Je joins la vidéo de l’entrevue intégrale réalisée dans le cadre de l’émission de Stew Peters. SVP faites circuler sur toutes les plateformes.

RÉINFORMATION 04/08/2021 – L’ARNAQUE COVID RÉVÉLÉE EN ALBERTA – TRUMP A GAGNÉ LES ÉLECTIONS

David E. Martin: Le SARS-CoV-2 est une illusion fabriquée à partir de la compilation de 73 brevets préexistants…

Cette entrevue avec David E. Martin est absolument exceptionnelle. J’ai fait de mon mieux pour résumer ce sujet difficile tout en essayant de ne pas trop escamoter les détails importants. David E. Martin est le fondateur et PDG de la compagnie M-CAN, oeuvrant dans le secteur de l’analyse financière et de l’innovation. Le champs d’expertise de David E. Martin l’a amené à faire de la vérification dans le domaine des brevets scientifiques, incluant ceux reliés aux virus et aux vaccins, et ce depuis 1998. Lors de cette entrevue accordée à l’équipe de l’avocat allemand Reiner Fuellmich, bien connu pour ses travaux d’investigation sur la gestion de la pandémie de covid-19, David E. Martin fait des révélations absolument incroyables sur les origines troubles pour ne pas dire frauduleuses des publications scientifiques liées au nouveau coronavirus, le SARS-CoV-2. David E. Martin présente beaucoup d’informations pour étayer son propos et fournit les numéros de brevet pour permettre aux chercheurs de faire leurs propres vérifications. Par exemple, d’entrée de jeu, vers 10:00 minutes, il signale que le 19 avril 2002 le brevet US7279327B2 a été enregistré pour un coronavirus (SRAS), bien avant que l’épidémie se déclare en Asie. Il cite aussi le brevet US7220852B1 qui pose également problème parce qu’il reprenait ce qui était déjà disponible dans le domaine public (vers 16:50 minutes). David E. Martin présente également des informations sur la recherche dans le domaine des vaccins et sur certains pathogènes comme l’anthrax. Mais l’information qui est à retenir ici de façon absolument critique est celle-ci: Selon David E. Martin, la séquence génétique présentée par l’article scientifique de référence sur le SARS-CoV-2 (vers 27:00 minutes) ne comporte absolument rien qui n’était pas déjà connu de la communauté scientifique en novembre 2019. Apparemment, cette publication s’appuie simplement sur 73 brevets préexistants qui ont été enregistrés de 2008 à 2017. En d’autres termes, l’équipe scientifique qui a publié l’article de référence sur le SARS-CoV-2 a tout simplement copié/collé les innovations scientifiques présentées dans ces 73 brevets antérieurs à novembre 2019. En termes clairs, cela veut dire que le nouveau coronavirus, le SARS-CoV-2, n’existe pas en fait. C’est une illusion fabriquée, comme l’indique le titre de cette vidéo. On le savait déjà mais disons que maintenant, on en a la preuve légale. Dans une cour de justice, ces informations auront une valeur inestimable. À NE MANQUER SOUS AUCUN PRÉTEXTE. Pour ceux désirant consulter un document écrit présentant ces éléments d’investigation, je vous propose aussi le lien d’un texte de David E. Martin résumant l’ensemble du dossier:

The Fauci/COVID-19 Dossier, par David E. Martin

Le docteur Thomas Cowan parle des fondations et des erreurs de la théorie virale

En gros, pour le docteur Cowan, ce que nous appelons la «maladie», c’est-à-dire le déploiement de symptômes, est en fait le processus de nettoyage par lequel le corps se débarrasse des toxines, bactéries et polluants qui l’empoisonnent. La «maladie» est un processus de désintoxication. Elle est donc, en fait, un signe de santé. Il en profite pour signaler, en répondant à une question d’un internaute, que les chances qu’il existe réellement un virus dangereux se propageant à travers le monde présentement (SARS-CoV-2) sont très minces. En effet, la démonstration scientifique formelle prouvant que les virus existent et qu’ils causent des maladies n’a jamais été faite par quiconque. Les bases scientifiques de la virologie sont très faibles pour ne pas dire inexistantes.

Kevin McKernan et Bobby Malhotra expliquent pourquoi les tests de détection de la Covid-19 n’ont aucune valeur

Naomi Wolf reçoit en entrevue Kevin McKernan et Bobby Malhotra, deux spécialistes dans le domaine de la génomique. J’ai déjà publié une entrevue avec Kevin McKernan que vous pourrez consulter en visitant le lien fourni juste après la vidéo. Cette entrevue fait suite à certains développements dans le milieu scientifique des tests PCR en lien avec la Covid-19. En gros, voici la situation. Une équipe de chercheurs a publié en janvier 2020 un protocole de détection du SARS-CoV-2 responsable de la Covid-19. Ce protocole est désigné en anglais sous le vocable de Corman-Drosten paper (du nom des deux scientifiques qui apparaissent au début et à la fin de la liste de l’équipe de chercheurs). C’est ce protocole qui a été utilisé jusqu’à aujourd’hui pour procéder aux tests de dépistage de la Covid-19 et pour en analyser les résultats. Une équipe de chercheurs indépendants, dont font partis McKernan et Malhotra, ont publié une demande de rétractation en novembre 2020 à Eurosurveillance, l’organisme qui avait publié le protocole de Corman-Drosten. Ils allèguent dans cette lettre que le protocole de Corman-Drosten contient au moins dix erreurs fondamentales et que le processus de revue par les pairs n’a pas eu lieu, puisque le délai entre le dépôt du document et son acceptation et trop court (24 heures). Une version complète de leurs observations scientifiques est disponible sur leur site web. L’entrevue passe en revue les différents problèmes auxquels les deux chercheurs ont été confrontés lors de l’analyse du protocole de Corman-Drosten. Entre autres faits importants, ils rappelent que l’équipe de Corman-Drosten n’avait pas en leur possession le virus lui-même isolé et purifié. Ils ont donc travaillé à partir d’une séquence fournie par une base de données! Aussi, l’équipe de Corman-Drosten ne pouvait pas garantir que leur protocole ne donnent pas de résultats positifs aux autres coronavirus comme le rhume, la grippe, etc. Aussi, McKernan fait remarquer que le nombre de cycles d’amplification du test PCR aurait été mis à 45 par l’équipe Corman-Drosten, ce qui est incroyable. De plus, ils n’ont pas spécifié le nombre exact de cyles d’amplification à partir duquel on considère quelqu’un «positif» (cycle threshold). Un autre point important est le manque de contrôles internes du protocole permettant de s’assurer que les échantillons ne sont pas contaminés et que le processus d’analyse lui-même ne mène pas à leur contamination. À voir absolument. Ne manquez pas non plus l’entrevue précédente avec Mckernan que j’ai mis en référence.

Entrevue avec Kevin McKernan sur les différents problèmes qui annulent la crédibilité du protocole de détection du SARS-CoV-2